Archives des étiquettes : Ceuta

UE en rouge et orange

Les régions du Danemark du Sud, des îles Ioniennes (Grèce), de Ceuta (Espagne), des Açores (Portugal) et la principauté d’Andorre seront, à partir de mercredi, le 9 juin, à nouveau colorées en rouge sur la carte des destinations de voyage que le SPF Affaires étrangères met à jour chaque dimanche sur la base des données et des critères du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Pour le mercredi 9 juin, quasi tous les pays de l’Union européenne et de l’espace Schengen auront un code soit rouge, soit orange. Seules certaines régions d’Europe sont épargnées et passent en code vert comme le Groenland et les îles Féroé (Danemark), le Molise (Italie), plusieurs régions finlandaises (Åland, Finlande occidentale, Finlande de l’Est et du Sud), les régions des Basses-Carpates et de Lubusz en Pologne, le nord-est et le sud-ouest de la Roumanie ainsi que Saint-Marin. Malte et l’Islande étaient déjà, et restent, en code vert.

Les ambassadeurs des 27 ont donné mercredi,le 2 juin, leur feu vert à l’ajout du Japon à la liste des pays tiers dont les voyageurs, même non vaccinés, peuvent être admis dans l’Union européenne, a-t-on appris de sources européennes.

Révisée régulièrement, cette liste comptera désormais huit pays: outre le Japon, y figuraient déjà l’Australie, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Corée du Sud et la Thaïlande.

Ceuta: la crise migratoire

Il y a quelques jours, alors que des milliers de personnes ont afflué jusqu’à l’enclave espagnole de Ceuta, un migrant originaire du Sénégal a été réconforté par une aide bénévole venue apporter son soutien. Les images de leur accolade ont fait le tour de la toile en seulement 24 heures.

Sur la vidéo, Luna Reyes, qui oeuvre pour la Croix-Rouge, n’hésite pas à prendre l’homme dans ses bras et le serrer contre elle. Après un périple éprouvant au péril de sa vie, ce dernier avait réussi à rejoindre la plage de Tarajal.

Désorienté, le jeune migrant a pu être rassuré le temps de quelques minutes, grâce à l’accueil de la jeune femme, qui lui a notamment apporté de l’eau. «Il pleurait, je lui ai tendu la main et il m’a serré dans ses bras. Il s’est accroché à moi. Cette étreinte a été sa bouée de sauvetage» a-t-elle témoigné.

Une nouvelle crise migratoire au flanc méridional de l’Europe ? La montée de la tension à Ceuta a de quoi alarmer. Sous l’œil passif de la police marocaine, près de 8 000 Marocains, souvent très jeunes, ont réussi à se glisser en début de semaine à l’intérieur de l’enclave espagnole sur la côte septentrionale du royaume chérifien. Si la pression semblait s’être dissipée, jeudi 20 mai, après l’expulsion de 5 600 de ces migrants vers le Maroc, cet épisode va marquer durablement les relations entre Rabat et Madrid et, au-delà, Bruxelles.

L’attitude de Rabat constitue un fâcheux précédent. L’origine de la crise est connue : Rabat a vécu comme un geste d’inimitié inacceptable l’hospitalisation sur le sol espagnol de Brahim Ghali, le chef suprême du Front Polisario, mouvement séparatiste luttant pour l’indépendance du Sahara occidental. L’argument « humanitaire » mis en avant par Madrid a été jugé irrecevable à Rabat, qui avait promis que cette décision aurait des « conséquences » : elles sont venues sous la forme de la vague migratoire orchestrée vers Ceuta.

Melilla et Ceuta: grave crise pour l’Espagne

Dans la seule journée de lundi, plus de 5 000 migrants sont entrés dans l’enclave espagnol de Ceuta depuis le Maroc. Ce mardi, 2700 ont été renvoyés par les autorités espagnoles tandis que des dizaines de personnes sont aussi parvenues à entrer dans l’enclave de Melilla.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a promis mardi de « rétablir l’ordre » aux frontières, après l’afflux de quelque 6 000 migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin qu’il a qualifié de « grave crise pour l’Espagne et aussi pour l’Europe ». Le chef du gouvernement va se rendre sur place ce mardi, et aussi à Melilla, l’autre enclave espagnole située dans le nord du Maroc.

La commissaire européenne Ylva Johansson a jugé, de son côté, « inquiétant » cet afflux de migrants et a appelé le Maroc à continuer d’empêcher les départs irréguliers depuis son territoire.

Lundi, le 17 mai, au moins 6 000 migrants, dont un millier de mineurs, sont parvenus à atteindre l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin. Cette arrivée massive, par la mer ou par la terre, marque un nouveau « record » pour une seule journée.

Quelque 86 migrants sont parvenus à franchir mardi la haute barrière protégeant l’enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin, au moment où des milliers de Marocains sont entrés illégalement depuis lundi dans l’autre enclave de Ceuta, a indiqué la préfecture de Melilla.

Au total, « plus de 300″ personnes originaires d' »Afrique subsaharienne » ont tenté de franchir la barrière mardi « vers 4h45 »: parmi elles, « 85 hommes et une femme ont réussi à entrer », a précisé la préfecture de Melilla dans un communiqué.

Les arrivées de migrants, venus des plages marocaines situées à quelques kilomètres au sud de Ceuta, se sont multipliées ces dernières heures sur le territoire espagnol. Dans la nuit de lundi à mardi, au moins 5.000 migrants, dont un millier de mineurs, sont parvenus lundi à atteindre par la mer ou par la terre l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin, un « record ».