Archives des étiquettes : certificat

Suisses votent pour le pass sanitaire

28.11.2021 En pleine cinquième vague, les Suisses ont dit « oui » à la loi Covid ayant permis d’instaurer le pass sanitaire, selon les premières estimations publiées dimanche le 28 novembre, par l’institut de sondage gfs.bern.

Les opposants au pass sanitaire, qui avaient lancé le référendum, auraient donc sans surprise perdu le scrutin, les sondages réalisés avant le référendum ayant toujours donné une nette majorité au camp du oui. Seul le parti de la droite populiste UDC, première formation politique du pays, avait appelé à voter contre la loi.

Les opposants au pass sanitaire, qui avaient lancé le référendum, auraient donc sans surprise perdu le scrutin, les sondages réalisés avant le référendum ayant toujours donné une nette majorité au camp du oui. Seul le parti de la droite populiste UDC, première formation politique du pays, avait appelé à voter contre la loi.

Selon les premières projections chiffrées de l’institut de sondage gfs.bern, la loi a été acceptée à 63%, avec une marge d’erreur de 3 points.

Ce référendum, qui avait été lancé par les antipass, intervient alors que le nouveau variant Omicron détecté par l’Afrique du Sud et qualifié de « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la santé, a replongé la planète en état d’alerte.

Signe des tensions inhabituelles en Suisse, la police a élevé un grillage devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, en prévision de manifestations dans la journée.

De nombreux politiciens, y compris le ministre de la Santé Alain Berset, qui depuis deux ans en est venu à incarner la lutte contre le Covid dans le pays alpin, ont été menacés de mort et sont désormais placés sous protection policière.

Les Suisses ont également dit oui à 61% à une initiative populaire sur les soins infirmiers qui demande à la Confédération de garantir une « rémunération appropriée » des prestations de soin. Une majorité des cantons doit aussi approuver pour qu’elle passe.

Ces deux votes interviennent alors que la Suisse connaît comme d’autres pays une flambée des infections depuis la mi-octobre.

Mais contrairement à d’autres pays dans le même cas, le gouvernement a refusé pour l’instant de durcir les mesures de lutte au plan national, faisant valoir que l’occupation des lits de soins intensifs par des patients Covid était relativement faible à ce jour (20%).

#COVID19: fraude aux certificats

Au moins 400 faux certificats covid auraient été produits à Genève. Le canton de Zurich accepte de débourser 50 millions de francs pour une 3e dose de vaccin.

Le réseau démantelé était composé de cinq trentenaires, qui ont tous reconnu leur implication dans l’affaire. Parmi eux, trois astreints de la protection civile: le sergent auteur du premier faux, un caporal et un soldat. Ils se seraient rencontrés via la protection civile.

Comment procédaient-ils? Ils auraient profité de l’accès au programme informatique, ouvert le matin par mot de passe et actif toute la journée, pour entrer les données de personnes non-vaccinées et générer des QR codes. La procédure ne durait que quelques minutes. Selon les informations du 19h30, ces trois prévenus ont pu générer jusqu’à une dizaine de faux certificats par jour.

L’idée d’en tirer profit naît dans les semaines qui suivent dans une autre clinique de la région, où le gradé est dépêché. Selon les informations du 19h30, au moins 400 faux certificats y auraient été créés, soit deux fois plus que le chiffre annoncé il y a trois semaines par le Ministère public.

Le business est juteux: les recettes seraient estimées à plus de 120’000 francs. Mais tout s’arrête début octobre avec l’arrestation de cinq hommes, dont le sergent de la protection civile. L’arrestation ferait suite à la dénonciation, auprès de la police, d’une personne qui se serait vantée d’avoir obtenu un faux. Les fraudeurs présumés sont aujourd’hui en détention provisoire dans la prison de Champ-Dollon et prévenus de faux dans les titres et de corruption.

Pour l’heure, les deux cliniques où se sont produits les faits ne sont pas inquiétées par la justice genevoise. Les investigations se poursuivent et d’autres auditions auront lieu prochainement, selon le Ministère public cantonal.

Il y a trois semaines, la justice genevoise annonçait avoir démantelé un réseau de faussaires de certificats sanitaires. Une enquête du 19h30 révèle que ce marché illicite était plus important qu’estimé au départ et montre comment les fraudeurs ont procédé.
Tout commence en juin dernier, au moment où le certificat sanitaire vient d’être rendu obligatoire par le Conseil fédéral.

Dans le centre de vaccination d’une clinique privée genevoise, un sergent de la protection civile se crée un pass Covid en quelques clics sans pour autant être vacciné. Il s’agit alors du tout premier faux dans cette affaire.

Certificat covid suisse

Le Conseil fédéral a fixé trois types d’utilisation pour le certificat, qui commencera à être disponible le 7 juin. Mais des questions se posent autour de sa durée de vie et de la liberté accordée à certains établissements pour l’exiger.

Trois types d’utilisation, une date de début et des précisions sur l’accès au certificat. Mercredi,le 19 mai, le Conseil fédéral a levé une partie du voile sur le certificat covid. Jusqu’à présent, malgré l’imminence de son entrée en vigueur, on ne savait rien de son contenu. Il y a donc eu des avancées. Mais l’histoire est loin d’être finie. Car non seulement les informations données mercredi suscitent de nouvelles questions, notamment quant à la durée de vie et à la liberté octroyée à certains établissements privés. Mais en plus, rien n’a encore été dit sur le fonctionnement d’un certificat que beaucoup appréhendent avec méfiance.

Plusieurs politiciens contactés ont fait part de leur incompréhension, notamment des membres de la Commission de la santé.

« Je suis très déçue parce que déjà maintenant ce certificat pose énormément de questions éthiques, mais on arrivait à se raccrocher au fait qu’au moins ça ne concernait pas que les personnes vaccinées. Si ce n’est pas le cas, on est face à des vrais problèmes de discrimination et c’est très problématique », a réagi la conseillère nationale Léonore Porchet (Verts/VD).

Lui aussi parlementaire à Berne, Benjamin Roduit (Le Centre/VS) assure que la Suisse a les « moyens techniques » actuellement pour diffuser le certificat auprès de la population. « Mais il nous faut avancer maintenant », déclare-t-il dans le 19h30.

En Suisse, seules les personnes vaccinées pourront obtenir un certificat Covid dans un premier temps. Celles qui ont reçu un résultat de test négatif ou qui ont déjà été contaminées par le coronavirus devront encore attendre pour obtenir le document.
L’information révélée samedi par le TagesAnzeiger a été confirmée à la RTS par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Le certificat Covid, le fameux sésame pour les vacances, ne sera disponible que pour les personnes vaccinées d’ici à fin juin. Les personnes testées négatives ainsi que les personnes guéries devront attendre jusqu’à une date encore inconnue.

La présidente de pharmaSuisse, l’un des organismes chargé de mettre au point ce certificat Covid, s’étonne elle aussi de cette situation. Martine Ruggli-Ducrot dit ne pas avoir été consultée par l’OFSP, mais elle se veut rassurante.

« L’OFSP privilégie cette solution de commencer avec les personnes vaccinées. C’est vrai que cette étape est discriminante, mais j’espère qu’elle ne sera pas trop longue. L’OFSP a indiqué qu’il devrait passer rapidement aux prochaines étapes », relève-t-elle.

Il y a dix jours, l’OFSP était pourtant très clair: « D’ici à fin juin 2021, toutes les personnes vaccinées, guéries ou ayant reçu un résultat de test négatif pourront, si elles le souhaitent, obtenir un certificat Covid infalsifiable », écrivait-il. On sait désormais que ce délai ne pourra pas être respecté.