Archives des étiquettes : Bruxelles

Institutions culturelles contre mesures sanitaire

Bruxelles 07.12.2021 Plusieurs directeurs de salles et d’institutions culturelles s’insurgent contre une décision qui «ne respecte en rien la réalité» et appellent les décideurs politiques à revoir leur copie, prônant une approche au cas par cas.

«C’est inacceptable» le directeur du Théâtre de La Monnaie, à Bruxelles, ne mâche pas ses mots. Il dénonce les nouvelles mesures contre le Covid-19 qui doivent s’appliquer en Belgique à partir de lundi, le 6 décembre, comme «totalement injustes» et indique au média De Standaart n’être pas convaincu que le secteur culturel soit obligé de fermer ses portes. «Même s’il n’y a pas d’infections dans le secteur culturel, nous sommes les premiers à être sanctionnés, alors que pour la restauration, rien ne change».

Même sentiment d’incompréhension chez Daniel Weissmann, directeur général de l’Orchestre philharmonique de Liège : «Tout cela en laissant l’Horeca [hôtellerie, restauration, cafés] ouvert, on ne comprend plus». En effet, les restaurants et cafés sont autorisés à rester ouverts jusqu’à 23 heures, alors qu’une jauge très restreinte s’applique à tous les lieux de culture et de loisir recevant du public : pas plus de 200 personnes, avec masque et «Covid Safe Ticket», l’équivalent du passe sanitaire français.

Et à ce sujet, le directeur de la grande maison bruxelloise est très clair : «Nous avons testé la qualité de l’air pendant notre opéra, que nous avons joué devant des salles combles le mois dernier. Les compteurs ne sont jamais allés au-dessus de 800 ppm, alors que nous pouvons aller jusqu’à 1200 ppm. » Cette mesure de la quantité de CO2 permet d’évaluer le renouvellement de l’air. À titre de comparaison, France Info signalait qu’aux heures de pointes dans le métro, les valeurs étaient « systématiquement » supérieures à 1000 ppm et atteignaient même jusqu’à 1500 ppm ; la même source précise que dans une salle de cinéma, il n’est pas rare, là aussi, d’observer une valeur supérieure à 1000 ppm. En somme, des valeurs strictement inférieures à 800 ppm constituent plutôt un bon score. Sur ce point, De Caluwe conclut : « L’air dans notre bâtiment est plus pur que celui des rues de Bruxelles où le marché de Noël est encore autorisé. » Et la tribune collective de résumer : « L’utilisation obligatoire de masques, le contrôle du CST et, surtout, une bonne qualité d’air, garantissent une sécurité absolue dans nos salles».

Une nouvelle tribune cosignée par Peter de Caluwe, Sophie Lauwers (Directrice générale de Bozar), Hans Waege (Intendant de l’Orchestre national de Belgique), Pierre Thys (Directeur général et artistique du Théâtre national Wallonie-Bruxelles) et Michael De Cock (Directeur artistique du Koninklijke Vlaamse Schouwburg) réclame une « justification détaillée » de ces choix, « justification [qui] doit être formulée par rapport aux connaissances, à la recherche et aux preuves empiriques. » Les acteurs du monde de la culture accusent une « décision politique qui ne respecte en rien la réalité » ; car même en comprenant « la gravité de la situation », ils ont « le sentiment d’être sacrifiés pour permettre à d’autres secteurs de rester ouverts. ».

BEGLIQUE: ministre pour des mesures drastiques

Le ministre fédéral de la Santé publique jugé que les décisions prises vendredi le 3 décembre par le Comité de concertation constituaient «un résultat un peu décevant». «On aurait pu prendre des mesures plus drastiques», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de présentation des mesures destinées à ralentir la propagation du coronavirus (Covid-19).

«Même si nous sommes sur un plateau, ce plateau est trop élevé. Le virus circule de trop. Le nombre de contaminations doit diminuer. Dans certains hôpitaux, nous avons largement dépassé la limite de la douleur. Je me demande même ce que ça signifiera lors des fêtes de fin d’année pour le personnel et pour les patients, si nous ne pouvons pas diminuer cette pression.», a-t-il estimé.

« Ce n’est pas de la faute des enfants, ni des écoles, ni des mouvements de jeunesse. Mais c’est un groupe qui n’est pas vacciné. Le virus peut se répandre librement parmi eux. Là où le feu est toujours allumé, est-ce que nous pouvons l’éteindre avec des mesures fortes? Je dois vous dire que franchement, si nous pouvons éteindre l’incendie, les mesures prises aujourd’hui sont décevantes. On aurait pu être encore plus forts. Mais c’est un compromis. », a déclaré le Ministre de la Santé.

«Nous pouvons éteindre l’incendie là où il sévit. Nous pouvons également veiller à réduire la souffrance (…) Ce compromis, je le soutiens et nous allons tout mettre en oeuvre pour qu’il soit appliqué», a-t-il néanmoins ajouté.

BELGIQUE: Sapin de Bruxelles

Bruxelles 17.11.2021 Le jeudi 18 novembre 2021 (à partir de 6h30), le sapin de Noël sera installé sur la Grand-Place de Bruxelles. (Image: illustration).

Ce sapin est un épicéa de 18 mètres de haut situé dans le jardin d’un habitant dans la commune de Dilbeek qui l’offre à la Ville de Bruxelles. La succession de ce sapin – arrivé à maturité – est déjà assurée par la plantation de 10 nouveaux arbres.

Voir le sapin sur la webcam de la Grand-Place
Le sapin est aussi visible via la webcam de la Grand-Place : http://www.bruxelles.be/webcam-grand-place

Une fois n’est pas coutume, le sapin de la Grand-Place a été coupé… en Flandre. Il ne provient pas des Ardennes, mais bien de Dilbeek, en périphérie bruxelloise. Il était dans le jardin de particuliers. Il a été coupé ce matin et se dirige vers la capitale.

BELGIQUE: pass sanitaire COVID Safe

Bruxelles 01.11.2021 À dégainer pour manger au restaurant, boire un verre dans un café ou se muscler dans une salle de sport, le Covid Safe Ticket (CST) devient lundi le 1 novembre un sésame indispensable à quiconque souhaite profiter de ces activités quotidiennes. Déjà d’application à Bruxelles depuis le 15 octobre, son usage est étendu à la Flandre et la Wallonie.

Ce pass sanitaire, à télécharger via l’application Covid Safe, atteste d’une vaccination complète, d’une guérison ou d’un dépistage négatif au coronavirus. Sans ce code QR, il n’est plus possible de fréquenter les établissements horeca et de fitness de Belgique. Le personnel doit, lui, remettre le masque dans tout le pays depuis vendredi le 29 octobre.

Le CST doit aussi être brandi pour assister à des événements organisés à l’intérieur à partir de 200 personnes et à l’extérieur à partir de 400 personnes. Avec ce pass, le masque peut tomber. Auparavant, les seuils étaient fixés à 500 individus pour les événements intérieurs et 750 pour ceux à l’extérieur.

Cette règle fédérale peut toutefois être renforcée par les Régions, ce qui est déjà le cas à Bruxelles et l’est à partir de ce lundi en Wallonie le 1 novembre. Ainsi, dans ces deux Régions, le pass sanitaire vaut dès qu’un événement réunit 50 personnes à l’intérieur et 200 à l’extérieur.

Le gouvernement wallon a également décidé d’étendre le recours au CST à l’intérieur des centres sportifs ainsi que lors des foires commerciales et congrès si elles rassemblent plus de 50 personnes en intérieur et 200 en extérieur. Le code QR est aussi obligatoire pour les salles de fêtes et spectacles tout comme pour les visiteurs des hôpitaux et des maisons de repos.

En Flandre, les établissements de santé pourront aussi exiger le CST aux visiteurs dès ce lundi, le 1 novembre, à partir de l’âge de 12 ans et deux mois, étant donné qu’avant son 12e anniversaire, un enfant n’a pas la possibilité de se faire vacciner.

Le certificat reste obligatoire pour tous ceux et celles qui veulent montrer leurs plus beaux pas de danse dans les discothèques et les dancings.

Depuis vendredi, le 29 octobre, le CST est également exigé par les cinémas, la Fédération belge du cinéma ayant décidé d’uniformiser la règle à tout le pays. Selon les règles régionales, il n’aurait en effet dû être imposé qu’en Wallonie et à Bruxelles dès que la salle comprend 50 personnes.

Par contre, prendre les transports publics, aller à l’école ou se rendre au travail, fréquenter les magasins, centres commerciaux et services publics ne nécessite pas de CST, les manifestations autorisées par les autorités locales non plus.

Le Covid Safe Ticket atteste d’une vaccination complète (depuis au moins deux semaines), d’un test PCR négatif de moins de 48 heures ou d’un test antigénique négatif réalisé dans les dernières 24 heures, ou d’un rétablissement du Covid-19 depuis 180 jours maximum. Il est demandé à partir de l’âge de 16 ans et dès 12 ans en Wallonie et à Bruxelles pour assister aux événements de masse ou rendre visite à des personnes vulnérables résidant en établissement de soins.

En place depuis le 15 octobre à Bruxelles, l’utilisation du CST y est désormais contrôlée et sanctionnée d’amendes allant de 50 à 500 euros pour les visiteurs et de 50 à 2.500 euros pour les organisateurs ou propriétaires. Ces derniers s’exposent également à des sanctions administratives.

Sommet européen: débat sur la migration

Strasbourg 21.10.2021 Le Parlement appelle le Conseil européen à atténuer la crise des prix de l’énergie et à s’occuper des contrevenants à l’État de droit lors du sommet des 21-22 octobre.

Lors d’un débat mercredi, le 29 octobre, avec la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, et le ministre des affaires étrangères, Anže Logar, représentant la présidence slovène du Conseil, la plupart des députés ont insisté sur la nécessité d’une approche unie pour alléger la pression exercée par la flambée des prix de l’énergie sur les entreprises et les ménages européens. Ils ont affirmé que l’intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen était l’avenir, car cela permettra de réduire la dépendance énergétique du continent et de faire avancer l’action climatique en même temps.

Plusieurs intervenants se sont félicités que le thème de la migration puisse figurer à l’ordre du jour du sommet, et attendent des pays de l’UE qu’ils trouvent une solution responsable fondée sur les principes de solidarité et d’humanité.

Certains ont salué l’approche du Conseil consistant à considérer la protection des frontières extérieures comme la priorité absolue dans la recherche de solutions.

Faisant référence au débat de mardi avec le Premier ministre polonais, la plupart des intervenants ont demandé aux chefs d’État ou de gouvernement de prendre une orientation politique claire sur la question du respect de l’État de droit, en donnant un élan au processus de l’article 7 bloqué et en défendant l’État de droit en Pologne et ailleurs.

France complètement en rouge

Après Bruxelles il y a quelques semaines, la Wallonie est repassée en rouge sur la carte du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), mise à jour jeudi, le 19 aout. Seule la Flandre reste en orange. La France est désormais totalement en rouge.

La France est désormais complètement en rouge après le changement du Val de Loire. C’est également le cas de la Grèce puisque la Thessalie, dernière région à être indiquée en orange la semaine dernière, est également passée au rouge. Toutes les régions d’Allemagne qui étaient encore en vert sont passées à l’orange et Berlin est désormais rouge. La Lettonie et une bonne partie de l’Autriche ont également échangé le vert pour l’orange. Enfin, le nord de la Suède, la Bulgarie et la Lituanie sont désormais aussi en rouge.

Ces changements de couleurs ont un impact sur les voyages. Les personnes qui reviennent d’une zone rouge au sein de l’Union européenne et qui n’ont pas de certificat de vaccination, de certificat de rétablissement ou de test PCR négatif récent doivent systématiquement se faire tester à leur retour.
Tous les voyageurs en provenance d’une zone rouge en dehors de l’Union européenne doivent également se faire tester, même s’ils disposent d’un certificat de vaccination.

L’ECDC publie chaque jeudi une carte européenne basée sur le nombre d’infections et le pourcentage de tests positifs au cours des quatorze derniers jours. Elle propose quatre couleurs : vert, orange, rouge et rouge foncé.

Une région adopte la couleur rouge si l’incidence, qui renseigne le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants sur 14 jours, oscille entre 75 et 200, et si le taux de positivité est supérieur à 4 %. La couleur rouge s’impose aussi lorsque l’incidence est comprise entre 200 et 500, quel que soit le taux de positivité.

Avec une incidence de 172,3 et un taux de positivité de 4,4 %, la Wallonie entre dans la première catégorie.

Afghanistan: OTAN appelle pour un gouvernement inclusif

Bruxelles 20.08.2021 Déclaration des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN concernant l’Afghanistan:

« Nous, ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN, nous sommes réunis aujourd’hui pour examiner la situation, difficile, en Afghanistan.(Image: illustration)

« Nous sommes unis dans l’expression de notre profonde inquiétude au sujet des événements dramatiques observés en Afghanistan et appelons à la cessation immédiate des violences. Nous sommes également vivement préoccupés par les informations faisant état de graves violations des droits de la personne et de graves atteintes à ces droits dans tout le pays. Nous proclamons notre adhésion à la déclaration du 16 août du Conseil de sécurité de l’ONU, et nous appelons au respect, en toutes circonstances, des règles et des normes internationales en matière de droits de la personne et du droit international humanitaire.

« Il nous incombe, dans l’immédiat, d’honorer nos engagements s’agissant d’évacuer en toute sécurité nos ressortissants, ceux des pays partenaires, et les Afghans désormais en danger, en particulier celles et ceux qui ont apporté leur concours à notre action. Nous exhortons ceux qui exercent l’autorité en Afghanistan à respecter et à faciliter le départ sécurisé et méthodique de ces personnes, notamment depuis l’aéroport international Hamid Karzaï, à Kaboul. Aussi longtemps que les opérations d’évacuation se poursuivront, nous maintiendrons notre étroite coordination opérationnelle, s’appuyant sur les moyens militaires alliés à l’aéroport international Hamid Karzaï.

« Le peuple afghan est en droit de vivre dans la sûreté, la sécurité et la dignité, et d’exploiter les importants progrès politiques, économiques et sociaux qu’il a accomplis ces vingt dernières années. Nous nous tenons aux côtés des acteurs de la société civile, qui doivent pouvoir continuer de jouer, en toute sécurité, le rôle important qui est le leur au sein de la société afghane. Nous appelons toutes les parties prenantes en Afghanistan à œuvrer de bonne foi à la mise en place d’un gouvernement inclusif et représentatif, avec la participation véritable des femmes et des groupes minoritaires. Au vu des circonstances actuelles, l’OTAN a suspendu tout soutien aux autorités afghanes. Tout gouvernement afghan à venir devra respecter les obligations internationales de l’Afghanistan, protéger les droits de la personne au sein de la société afghane dans son ensemble, en particulier s’agissant des femmes, des enfants et des minorités, préserver l’état de droit, permettre un accès sans entrave de l’aide humanitaire, et veiller à ce que l’Afghanistan ne redevienne jamais un sanctuaire pour les terroristes.

« Ces vingt dernières années, nous sommes parvenus à empêcher les terroristes d’utiliser l’Afghanistan comme un sanctuaire à partir duquel fomenter des attentats. Nous ne tolérerons aucune menace terroriste à notre encontre. Nous maintenons notre engagement à lutter contre le terrorisme avec détermination et résolution, dans un esprit de solidarité.

« Nous saluons le dévouement et le sacrifice de toutes celles et de tous ceux qui ont travaillé sans relâche ces vingt dernières années pour offrir à l’Afghanistan un avenir meilleur. Ensemble, nous mènerons une réflexion exhaustive sur notre action en Afghanistan et en tirerons les enseignements nécessaires. Nous continuerons à œuvrer, pour l’Afghanistan, en faveur de la stabilité et de la prospérité auxquelles le peuple afghan est en droit de prétendre, et à faire face aux grandes questions se posant en Afghanistan et dans la région, dans l’immédiat et à plus long terme, notamment au travers de notre coopération avec nos partenaires régionaux et internationaux, tels que l’Union européenne et les Nations Unies ».

Burkini admis à Bruxelles

Bruxelles 02.07.2021 Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, s’est insurgé vendredi, le 2 juillet, contre le fait que la première piscine publique de plein air bruxelloise, accessible depuis jeudi après-midi au pont Pierre Marchant, en bordure de canal à Anderlecht, autorise le burkini – un maillot de bain qui permet aux femmes musulmanes de se baigner sans dévoiler leur corps – et réserve certaines heures aux femmes.

« Burkini admis et heures réservées aux femmes. La folie communautariste continue », a-t-il indiqué sur Twitter.

M. Bouchez ajoute que le MR « interviendra au parlement bruxellois et au fédéral.

« Nos valeurs sont mises à mal avec la complicité ignorante de certains. (La secrétaire d’État à l’Égalité des genres, à l’Egalité des chances à et la Diversité) Sarah Schlitz doit intervenir », affirme encore le président des libéraux francophones, dans un contexte de tension entre le MR et Ecolo. Les deux partis se sont opposé à propos de la nomination par Mme Schlitz d’Ihsane Haouach, une femme voilée, en tant que commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Bruxelles: la manifestation pour la santé

Bruxelles 29.05.2021 Ce rassemblement, le seul autorisé dans la capitale ce samedi,le 29 mai, revendique plus de financements pour le secteur de la santé. Rassemblés sous une banderole géante « Pas de profits sur nos vies », ce sont non seulement des professionnels de la santé, mais également des citoyens solidaires et de nombreux autres mouvements qui se sont joints à la protestation. Ainsi, des membres de L’école en lutte, d’Extinction rébellion, de Youth for climate, du Réseau de lutte contre la pauvreté et de diverses associations féministes sont venus soutenir la santé, mais également porter leurs propres revendications.

« Nous exigeons un système de santé accessible à tous, riches comme pauvres, des conditions de travail décentes qui nous permettraient de remettre l’humain au centre des préoccupations », clament les organisateurs. « Il est totalement immoral de faire de l’argent sur la santé des gens. Nous demandons aussi la levée des brevets sur les médicaments et les vaccins. »

Différents travailleurs du secteur de la santé se sont succédé sur scène pour témoigner de leurs conditions de travail. Parole a également été donnée aux enseignants, aux sans-papiers et aux associations féministes. Quelques représentations musicales ont aussi eu lieu.

La manifestation pour la santé est un mouvement international. Des rassemblements similaires ont lieu ce samedi, notamment en France et en Italie, et se tiendront dans d’autres pays comme le Canada ou le Royaume-Uni dans les prochaines semaines.

Selon les estimations de la police de Bruxelles Capitale Ixelles, 1.500 personnes étaient présentes samedi à 15h au Mont de Arts à Bruxelles pour participer à la deuxième édition de la manifestation pour la santé.

Belgique: etiquette COVID19

Bruxelles 15.04.2021 Le nombre d’infections quotidiennes au Sars-CoV-2 s’est élevé en moyenne à 2.751 entre le 5 et le 11 mai, ce qui représente une baisse de 7% par rapport à la période de sept jours précédente, selon les chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano publiés samedi. Le nombre de personnes malades du Covid-19 dans les hôpitaux est en très légère baisse par rapport à la veille. Vendredi, il y en avait 1.918 (17% de moins en une semaine), dont 643 en soins intensifs (-12% en une semaine). Parmi ces dernières, 401 patients nécessitaient une assistance respiratoire.

Entre le 8 et le 14 mai, il y a eu en moyenne 145,3 nouvelles admissions à l’hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une baisse de 13% par rapport à la période de référence précédente. Au cours des sept derniers jours, le nombre total de lits d’hôpital occupés a diminué de 389, dont 84 lits occupés en soins intensifs de moins.

Au cours de la même période, 31,4 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-19,4%), portant le bilan à 24.664 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.

Quelque 51.800 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement, pour un taux de positivité de 6,1%, en baisse. La tranche d’âge 10-19 ans reste celle qui présente le pourcentage de tests positifs le plus important (7,9%). La tranche d’âge des plus de 65 ans est, en revanche, celle qui a le pourcentage le plus faible (4,1%). Géographiquement, c’est le Hainaut qui compte le plus haut pourcentage de tests positifs (9,1%), au contraire du Brabant flamand (4,5%).

Le taux de reproduction du virus est quant à lui de 0,89. Lorsqu’il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l’épidémie tend à ralentir. L’incidence, qui renseigne le nombre moyen de nouveaux cas journaliers pour 100.000 habitants, atteint 347,8 sur 14 jours.

« Entrées précédentes