Archives des étiquettes : Bruxelles

COVID19: contamination aux maisons de repos

En Belgique de nombreux membres du personnel des maisons de repos de Bruxelles-capitale atterrissent à Alost. « Ils sont quasiment tous positifs », selon le médecin urgentiste de l’hôpital d’Alost Ignace Demeyer qui a témoigné le 13 avril midi sur VTM. En continuant à travailler malgré leur état, ils ont en outre transmis le virus autour d’eux, affirme ce médecin.

A Alost en revanche, le nombre de contaminations est anecdotique. Aucun médecin ou infirmier ne s’est retrouvé aux soins intensifs et l’absentéisme est très faible, se félicite le médecin. Le personnel a rapidement pu bénéficier de matériel de protection, explique Ignace Demeyer.

Les hôpitaux doivent néanmoins faire face à beaucoup d’agressivité, témoigne-t-il. Il s’agit soit de patients positifs, soit de membres de leur famille, qui se plaignent de ne pas être admis. Outre des agressions verbales, des cas de crachats ont aussi été à déplorer.

Boris Johnson: Brexit «coûte que coûte»

Boris Johnson est déterminé  au cours des dix prochains jours de faire adopter par le Westminster les actes législatifs nécessaires à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne dans le cadre de l’accord conclu avec les 27 autres pays de l’UE, sous peine de devoir renoncer à sa promesse d’un Brexit le 31 octobre quoi qu’il arrive.

https://twitter.com/borisjohnson/status/1186657215081566210?s=21

Le Premier ministre britannique va affronter ce mardi le 22 octobre deux nouveaux votes déterminants à la Chambre des communes qui diront sans doute si le Boris Johnson sera en mesure de tenir sa promesse d’un Brexitcoûte que coûte” le 31 octobre.

Deux votes sont prévus ce soir (22/10) aux Communes, autant d’étapes cruciales pour que ce Withdrawal Agreement Bill (WAB) puisse avoir force de loi. 

Si nous ratifions cet accord et la loi qui le permet, nous pourrons tourner la page et permettre au Parlement comme à ce pays de commencer à se rétablir et à s’unir”, a déclaré Boris Johnson à l’ouverture du débat. 

https://twitter.com/bbcbreaking/status/1186636388910845953?s=21

Les députés doivent d’abord voter vers 18h00 GMT sur le projet de loi en lui-même (un vote en deuxième lecture, pas la dernière) puis se prononcer sur le calendrier extrêmement serré proposé par le gouvernement en vue de son approbation.

Johnson refuse un délai de Brexit

En affirmant que nul ne le contraindrait à réclamer un nouveau report du Brexitle Premier ministre britannique Boris Johnson a implicitement prévenu le 2 septembre soir les parlementaires à Westminster qu’il demanderait la tenue d’élections anticipées s’ils tentent des tactiques de délai. (Image: archive).

Dans une courte allocution devant le 10, Downing Street, Johnson a indiqué qu’il ne voulait pas d’élections. Pour autant, pas question de revenir sur la promesse qu’il répète depuis qu’il a succédé à Theresa May à la tête du gouvernement britannique.

Je veux que tout le monde le sache: je ne demanderai en aucune circonstance un report à Bruxelles. Nous partirons le 31 octobre”, a-t-il dit à la veille d’une rentrée parlementaire sous tension à la Chambre des communes à Westminster, où il ne dispose que d’une voix de majorité.“Nous n’accepterons aucune tentative qui reviendrait sur nos promesses”, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre britannique depuis qu’il dirige le gouvernement, répète en boucle que le Royaume-Uni quittera l’Union européenne (UE) le 31 octobre prochain “coûte que coûte”, avec ou sans accord négocié avec Bruxelles.

Mais le Parti travailliste (Labour) et des frondeurs de son Parti conservateur ont l’intention de déposer un projet de loi interdisant une sortie de l’UE sans accord qui pourrait avoir de graves conséquences économiques et financières

 

Sassoli hommage aux victimes du terrorisme à Bruxelles

« Pour mon premier jour en tant que Président du Parlement européen, je souhaitais rendre hommage aux victimes du terrorisme dans la capitale de l’Europe et partout au monde. Il s’agit d’un geste symbolique au nom de tous les députés européens », a déclaré David Sassoli. « Nous devons lutter fermement contre le terrorisme et la violence».

La station de métro Maalbeek fut la scène d’un attentat suicide à la bombe le 22 mars 2016, près d’une heure après l’attentat commis à l’aéroport de Zaventem, Bruxelles. 32 personnes ont perdu la vie dans ces deux attaques.

Grève sauvage chez Skeyes à Bruxelles

L’aéroport de Bruxelles Zaventem a annoncé la suspension de tous les vols au départ et à l’arrivée de la capitale belge ce jeudi (16/05/2019) entre 09:30 et 13:00 (07:30-11:00 GMT) en raison d’une grève surprise des contrôleurs aériens.

Brussels Airport Zaventem a signalé cet après-midi une centaine vols annulés au départ et à l’arrivée de l’aéroport, 200 retards et 35.000 passagers impactés. Au Brussels South Charleroi Airport, une dizaine de vols ont été annulés (cinq décollages et cinq atterrissages).

La totalité de l’espace aérien belge devrait rester fermé jusqu’à 13:00 au moins, a précisé Eurocontrol, le contrôleur européen de l’espace aérien, faisant état sur Twitter d’une “grève sauvage” chez Skeyes.

Sommet l’UE extraordinaire de mai

Les dirigeants européens se réuniront probablement en sommet extraordinaire le 28 mai prochain  après les élections des représentants des Etats membres au Parlement européen, selon la source diplomatique à Bruxelles.

Ce sommet, à l’image du conseil européen extraordinaire qui avait suivi les élections européennes de 2014, leur permettra de discuter de la future Commission européenne et de l’identité du successeur de Jean-Claude Juncker à sa présidence.

Les élections auront lieu du 23 au 26 mai.

Macron attend la clarté de Westminster

Le Brexit n’est pas d’abord une négociation technique mais une « leçon politique« , a déclaré Emmanuel Macron, après la décision des dirigeants européens de repousser de quelques semaines la date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Nous avons trouvé hier un bon accord, la France s’y est beaucoup impliquée, c’est un accord qui respecte nos principes”, a dit le président français à l’issue du Conseil européen, à Bruxelles.

“Le Brexit à mes yeux n’est aujourd’hui au fond pas une négociation technique, c’est avant toute chose une leçon politique. Proposer le rejet de l’Europe sans projet mène à l’impasse, la situation britannique nous le démontre et chacun doit en avoir conscience”, a-t-il ajouté.

Situation ‘très tendue’ à Bruxelles

#GilestsJaunes Bruxelles: Des affrontements ont eu lieu entre la police et une partie des manifestantsau niveau de la rue Lambermont à Bruxelles samedi, le 8 décembre, à la mi-journée. Ils ont commencé à jeter des pierres sur les forces de l’ordre installées, des bombes fumigènes, des bombes à peinture et d’autres projectiles. La police a à plusieurs reprises déployé le canon à eau et les gaz lacrymogènes. Un groupe de manifestants continue de viser la police, selon RTL.

 

Les forces de l’ordre ont entamé une avancée à la mi-journée en direction des gilets jaunes depuis Trône et fixé un front policier à hauteur de Belliard, a constaté un correspondant de Belga. Le nombre de manifestants gonfle. Ils sont plusieurs centaines.

Le dispositif policier sera renforcé dans la capitale à l’occasion d’un nouveau rassemblement de « gilets jaunes » annoncé pour ce samedi sur certains réseaux sociaux. On ignore encore l’ampleur de l’événement, le lieu et l’heure de rendez-vous. Les gilets jaunes pourraient se retrouver à 11h au rond-point Schuman. (Image: Parlement européen, place Luxembourg, Bruxelles).

Accord Brexit validé à Bruxelles

Les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne ont validé dimanche (25/11/2018) l’accord de retrait du Royaume-Uni et pressé les Britanniques, dont la classe politique se déchire sur le sujet, de le soutenir à leur tour.

La Première ministre, Theresa May, aura fort à faire pour obtenir l’aval de la Chambre des Communes (Westminster) sur ce texte, critiqué à la fois par les députés les plus favorables au Brexit et les plus pro-européens.

Un vote négatif ouvrirait la possibilité d’un départ désordonné du Royaume-Uni de l’Union le 29 mars, craint par l’ensemble des acteurs.

Le négociateur européen, Michel Barnier, a appelé tous les acteurs à prendre leurs responsabilités, une invitation visant le Parlement britannique où la probabilité d’un rejet est forte.

Nous avons travaillé et négocié avec le Royaume-Uni, jamais contre le Royaume-Uni, a-t-il dit. “Maintenant, il est temps que tout le monde prenne ses responsabilités. Tout le monde.”

“Ceux qui pensent qu’en rejetant l’accord, ils obtiendront un meilleur accord seront déçus”, a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à l’issue du sommet spécial sur le Brexit, à Bruxelles.

 

Conseil de l’UE discute Brexit

Les chefs d’Etat et de gouvernement européens et Theresa May ont exclu dès leur arrivée au Conseil européen à Bruxelles tout espoir de parvenir dans les prochaines heures à un accord sur le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Plusieurs dirigeants des Vingt-Sept ont souligné qu’ils comprenaient les contraintes politiques que subissait la Première ministre britannique, qui doit composer avec l’aile dure du Parti conservateur et les députés du Parti unioniste démocratique (DUP) d’Irlande du Nord au sein de sa majorité.

L’Union européenne et la Grande-Bretagne ne sont « pas si loin » d’un accord final sur le Brexit, mais il faut que Londres fasse « des avancées complémentaires », a déclaré Emmanuel Macron en arrivant au sommet européen de Bruxelles, en Belgique, ce mercredi soir. D’après l’Élysée, le président français a échangé brièvement avec Theresa May, le Première ministre britannique. Celle-ci doit présenter dans la soirée les derniers éléments sur la position britannique aux 27 autres dirigeants qui en discuteront ensuite sans elle lors un diner.

Macron Brext

 

 

« Entrées précédentes