Archives des étiquettes : Bota-Concept

Touche florale de Bota-Concept

Bertrand Pettiaux a embelli plus de 40 communes belges, son savoir-faire dans ce domaine floral lui a permis de se forger une réputation qui dépasse frontières belges.

Dans un passé récent, Bota-Concept a également apporté sa touche florale à quelques localités luxembourgeoises et du nord de la France. En 2018, elle a aussi décroché un contrat pour la ville de Paris à l’occasion d’un événement organisé à La Défense.

« Nous avons dû cultiver et fournir 5 500 pieds de tournesol pour la création d’un labyrinthe comparable à celui de Mons 2015 », indique Bertrand Pettiaux.

« Chaque année, nous embellissons le cadre de vie d’une quarantaine de villes et de villages situés en Wallonie et en région bruxelloise », confie cet horticulteur ayant derrière lui un long et riche parcours professionnel.

« On essaie de personnaliser les communes avec des plantes qui sortent de l’ordinaire. Celles-ci se chargent de leur entretien mais nous assurons un suivi toute l’année », poursuit M.Pettiaux.

Avec son épouse et ses enfants, celui-ci s’adonne à la culture de centaines de milliers de variétés de plantes dans d’immenses serres qui s’étendent sur plus de 5 000 m2. Elles sont réparties sur deux sites. Le plus important se situe à Ath (chaussée de Mons) et le second à Ormeignies.

« Toutes les plantes sont produites ici et finissent leur croissance chez nous. Elles sont cultivées de manière raisonnée et éco-responsable. En plus d’avoir banni l’usage des pesticides, nous encourageons la vente des plantes mellifères et nectarifères qui attirent les oiseaux mais aussi les insectes, dont les abeilles, qui jouent un rôle essentiel dans le maintien des écosystèmes. C’est notre façon d’apporter notre pierre à la sauvegarde de la biodiversité. ».

Dans le cadre de la réduction des déchets en plastique, Bota-Concept propose désormais à sa clientèle des contenants biodégradables.

Si 95 % de ses commandes proviennent des communes, la société de Bertrand Pettiaux commercialise le reste auprès des particuliers qui ont accès aux serres deux matinées par semaine.