Archives des étiquettes : BELGIQUE

COVID19: une hausse de vente d’alcool

Le confinement serait-il en train de nous rendre, lentement mais sûrement, accros à l’alcool, qui apaise notre angoisse de contracter le Covid-19 et qui nous aide à supporter le temps si long passé, parfois seul, entre quatre murs?

En Belgique l’idée circule dans l’opinion publique. Et des chiffres le laissent penser : ceux des ventes de boissons alcoolisées dans les grandes surfaces, plus que jamais principales sources d’approvisionnement en breuvages enivrants, les restos et les cafés étant verrouillés depuis le 14 mars. Delhaize indique ainsi vendre 10 % d’alcool en plus par rapport à la même période de l’an dernier. Carrefour ne livre pas de chiffre exact mais évoque «une hausse des ventes sans explosion».

Les produits les plus populaires du moment ? Assurément les cubis de vin !

Ils connaissent une croissance à deux chiffres dans les enseignes alimentaires du groupe Colruyt et une hausse de 20 % chez le Lion, dont le chargé de communication, Roel Dekelver, explique : « Le cubi est idéal, tant au niveau pratique que financier, pour une consommation quotidienne à la maison».

En prime, il facilite le stockage de quantités plus importantes, ce qui permet d’espacer les visites en magasins, ajoute Hanne Poppe, voix de Colruyt Group.

L’autre star du moment, c’est la bière spéciale, en progression de 20 % chez Delhaize et notablement plus vendue chez Carrefour, dont la porte-parole, Aurélie Gerth, déclare : « Le confinement à la maison se prête beaucoup plus à la dégustation d’une bière spéciale qu’au partage d’un bac de pils entre amis».

Oostende face au prochain afflux touristique

Il semble de plus en plus probable que l’été sera toujours marqué par l’épidémie de coronavirus. En Belgique plusieurs bourgmestres de communes côtières s’attendent toutefois à pouvoir accueillir avant tout les propriétaires de seconde résidence. En attendant les mesures qui seront prises pour la période estivale, les communes du littoral se préparent au mieux à accueillir les touristes durant les grandes vacances.

Il est fort probable que le nombre de visiteurs à la Côte soit limité. Aucun déplacement à l’étranger ne devrait être autorisé cet été. Les Belges devraient donc se rabattre en masse sur leurs 70 kilomètres de Côte. Mais si tout le monde vient en même temps, cela risque de poser problème.Les autorités locales comptent se préparer à un tel afflux.

« Il faut encore attendre de connaître la situation à laquelle nous serons confrontés mais des plages noires de monde ne semblent pas une bonne idée« , commente le gouverneur de la province de Flandre occidentale, Carl Decaluwé.
Carl Decaluwé précise toutefois que rien ne peut encore être programmé. « Nous écouterons avant tout les experts. Tous les scénarios vont être étudiés calmement, jusqu’à l’élaboration d’un plan réalisable. »

Dans la mesure du possible, les bourgmestres espèrent accueillir les personnes qui disposent d’une résidence secondaire sur leur territoire. « Si cela peut s’organiser, ça pourrait être une bonne solution« , estime Daphné Dumery, la bourgmestre de Blankenberge.

Le Coq et Ostende semblent aussi favorables à l’idée d’accueillir prioritairement les personnes jouissant d’une résidence à la mer. Pour Bart Tommelein, il est logique que les gens possédant une cabine de plage puissent aussi profiter d’une place sur le sable.

COVID19: contamination aux maisons de repos

En Belgique de nombreux membres du personnel des maisons de repos de Bruxelles-capitale atterrissent à Alost. « Ils sont quasiment tous positifs », selon le médecin urgentiste de l’hôpital d’Alost Ignace Demeyer qui a témoigné le 13 avril midi sur VTM. En continuant à travailler malgré leur état, ils ont en outre transmis le virus autour d’eux, affirme ce médecin.

A Alost en revanche, le nombre de contaminations est anecdotique. Aucun médecin ou infirmier ne s’est retrouvé aux soins intensifs et l’absentéisme est très faible, se félicite le médecin. Le personnel a rapidement pu bénéficier de matériel de protection, explique Ignace Demeyer.

Les hôpitaux doivent néanmoins faire face à beaucoup d’agressivité, témoigne-t-il. Il s’agit soit de patients positifs, soit de membres de leur famille, qui se plaignent de ne pas être admis. Outre des agressions verbales, des cas de crachats ont aussi été à déplorer.

Al-Qaïda: femme et enfants rentrent la Belgique

L’État belge a été condamné à rapatrier une mère belge Hafsa Sliti, 23 ans, et ses deux enfants détenus dans un camp syrien sous contrôle kurde, annoncé RTBF. À son retour, la femme initialement partie pour retrouver son père, ancien terroriste, sera jugée.

Vivant en Syrie, une mère belge et ses deux enfants devront être rapatriés en l’espace de 75 jours, selon une décision prise par le tribunal de première instance de Bruxelles, indique la Radio et télévision publique belge francophone (RTBF). Il s’agit de la première décision délivrée par cette instance sans les séparer de leur mère en lien avec des terroristes.

L’avocat de la famille, cité par la chaîne de télévision et l’AFP, l’a qualifiée de «vraie révolution en droit» et a souligné ce changement dans le domaine juridique: « En juin, une décision favorable a été délivrée pour rapatrier les enfants. Cette fois-ci, les enfants et la mère seront rapatriés ».

Âgée de 23 ans, la femme a quitté la Belgique en 2015 pour la Syrie afin de rejoindre son père, ancien membre d’Al-Qaïda. Depuis février 2018, elle se trouve avec ses deux enfants, âgés d’un an et demi et trois ans, dans le camp syrien d’Al-Roj, contrôlé par les Kurdes. Selon son avocat, interrogé par l’AFP, l’un des enfants est né pendant le conflit, et l’autre dans le camp.

Plus tard, la Belge a regretté son choix et déclaré son envie de rentrer en Belgique et de purger sa peine. Via une organisation non-gouvernementale, elle a intenté une procédure en urgence pour recevoir des documents de voyage pour elle et ses enfants de la part des autorités belges.

Selon la décision prise par la justice, la mère et ses enfants ne seront pas séparés à leur retour en Belgique, avant que la femme ne soit entendue par les magistrats.

Musée Rubens réponde Facebook avec l’humour

Confrontée à la censure d’une œuvre du peintre flamand Peter Paul Rubens sur Facebook, la Maison de Rubens à Anvers, conjointement avec plusieurs musées et offices du tourisme des Flandres, a adressé une lettre à Mark Zuckerberg, accompagnée d’une vidéo parodique pointant du doigt le ridicule des règles de modération de son réseau social.

La Flandre – la destination idéale pour apprécier les maîtres flamands dans toute leur gloire – a décidé de dénoncer de manière ludique la censure artistique sur les plateformes de médias sociaux. À la Maison de Rubens, les « observateurs de la nudité » ayant un compte Facebook ont ​​été empêchés de regarder les toiles de Rubens comprenant de la nudité par un groupe d’ « agents de la police des médias sociaux » : le FBI (comprendre FaceBook Intelligence).

 

Paris et Bruxelles sont unies contre l’islam radical

La France et la Belgique vont renforcer leur coopération en matière de suivi et de prise en charge des détenus radicalisés et envisagent une harmonisation entre leurs services respectifs sur les modalités de signalement de ceux qui sortent de prison, a déclaré Edouard Philippe.

« Nos deux pays doivent anticiper dès aujourd’hui et ensemble la sortie des détenus condamnés pour des infractions terroristes en lien avec l’islam radical ainsi que celles des détenus de droit commun radicalisés », a dit le Premier ministre français à l’issue d’une réunion de coopération franco-belge sur la sécurité et lutte contre le terrorisme à Paris.

“La perspective de cette fin de peine constitue un défi majeur et inédit pour nos administrations pénitentiaires, nos autorités judiciaires, et nos services de renseignement”, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue belge Charles Michel.

État islamique revendique le massacre à Liège

«L’auteur de l’attaque de la ville de Liège en Belgique est un soldat de l’Etat islamique», a affirmé le groupe dans un communiqué publié par Amaq sur l’application Telegram.

Selon l’EI, «il a mené l’attaque en réponse aux appels pour cibler les pays de la coalition» internationale dirigée par les Etats-Unis, qui lutte contre le groupe djihadiste principalement en Syrie.

Tuerie à Liège d’un récidiviste radicalisé en congé pénitentiaire

Deux policiers et le passager d’une voiture ont été tués à la suite de la fusillade à Liège. Deux autres policiers ont été blessés, indique la police. L’auteur des tirs a été abattu.

0h30, un individu porteur d’une arme blanche a pris en filature deux policiers dans le centre-ville de Liège, a indiqué mardi le procureur du Roi liégeois, Philippe Dulieu, lors d’une conférence de presse à l’hôtel de police de Liège. « Il a attaqué dans le dos les deux policiers et leur a asséné plusieurs coups de couteau. Il s’est ensuite emparé de leurs armes de service et a fait feu sur les deux agents, qui sont décédés. L’assaillant a ensuite continué à pied et s’est attaqué à une personne se trouvant dans sa voiture, un jeune homme de 22 ans, a précisé le procureur du Roi. Il a perdu la vie. »

L’homme est ensuite entré dans l’athénée Léonie de Waha où il a pris en otage une employée. Le peloton anti-banditisme (PAB) est alors intervenu. L’individu a « fait une sortie » en ouvrant le feu vers les policiers, en blessant certains aux jambes. L’homme a finalement été abattu.

Agé de 36 ans et originaire de Rochefort, Benjamin Herman a pu obtenir une permission de sortie ce lundi de la prison de Lantin à Liège. Le détenu a pu quitter la prison pour quelques heures, dans le cadre de la préparation à sa réinsertion.

L’homme n’avait donc pas été libéré et n’était pas non plus en congé pénitentiaire. Il aurait été emprisonné pour des faits de droit commun. Il aurait commis un acte délictueux en province de Luxembourg, la nuit dernière.

Présente lors de la fusillade, une journaliste de la RTBF raconte: « En venant des Guillemins, au feu rouge à l’angle Boulevard d’Avroy – Boulevard Piercot, j’ai entendu au moins 5 coups de feu. Deux personnes ont commencé à courir, depuis un café du quartier vers le Parc d’Avroy. J’ai vu un homme avec une arme à feu qu’il pointait vers les gens qui couraient. Il portait une casquette noire, un haut noir et une sacoche à la taille ».

20 ans de réclusion pour Abdeslam et Ayari

Salah Abdeslam, dernier survivant présumé des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, a été condamné lundi (23/04/2018) à une peine de 20 ans de réclusion par la justice belge pour son rôle dans une fusillade survenue en 2016 à Bruxelles.

La juge Marie-France Keutgen a déclaré qu’Abdeslam (28)  et le coaccusé tunisien Sofien Ayari, 24 ans, avaient été reconnus coupables de tentative d’assassinat à caractère terroriste sur des policiers, en lien avec la fusillade du 15 mars 2016.

Ni Salah Abdeslam ni Sofien Ayari, qui a été lui aussi condamné à 20 ans de réclusion, n’étaient présents au tribunal pour le prononcé du jugement.

L’avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary, a déclaré à la presse lundi qu’il discutait avec son client avant de déterminer s’il ferait appel.

Salah Abdeslam: le tribunal a fixé le 23 avril à Bruxelles

Le verdict du procès belge de Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, sera prononcé le 23 avril prochain, a annoncé jeudi (29.03.2018) la justice belge.

Une peine de 20 ans de prison a été requise contre lui pour tentative d’assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste et possession illégale d’armes, dans le cadre de sa participation à une fusillade à Bruxelles précédant son arrestation.

Le tribunal de première instance de Bruxelles a fixé jeudi au 23 avril le prononcé du jugement, à l’issue d’une dernière audience organisée en son absence pour entendre une association de victimes constituée partie civile.

« Entrées précédentes