Archives des étiquettes : Barcelone

Propagation du variant Delta

Les pays européens, où un fort rebond de l’épidémie est attendu dans les prochaines semaines, tentent d’en contenir la propagation, avec le durcissement des conditions d’accès en France et au Royaume-Uni.

En Grèce, Mykonos, l’île de la fête, devra cesser de danser à partir de 01H00 du matin, au lendemain de l’imposition d’un couvre-feu nocturne similaire en Catalogne.

La France imposera dès samedi le 17 juillet minuit des tests du Covid-19 de moins de 24 heures aux voyageurs non vaccinés en provenance du Royaume-Uni, de l’Espagne, du Portugal, de Chypre, de la Grèce et des Pays-Bas. Jusqu’à présent des tests de 72 heures étaient acceptés, sauf pour ceux venant du Royaume-Uni qui devaient présenter un test de moins de 48H.

Alors que les contaminations grimpent rapidement sous l’effet du variant Delta, la France a élargi sa liste des pays «rouges» à de nouveaux pays : la Tunisie, le Mozambique, Cuba et l’Indonésie.

Le port du masque en extérieur fera aussi sont retour dans certaines régions de l’Est et du Sud-Ouest du pays.

Le durcissement des mesures sanitaires annoncé lundi par le président Emmanuel Macron – élargissement du pass sanitaire notamment aux commerces, restaurants, lieux de culture, avions ou trains ainsi que l’obligation vaccinale pour certaines professions – a suscité la colère d’une partie de la population.

Plusieurs cortèges ont défilé samedi le 17 juillet à Paris et dans plusieurs grandes villes pour dénoncer la «dictature» sanitaire imposée par M. Macron et des mesures qu’ils considèrent comme étant liberticides. Ces dernières sont toutefois admises par une très large majorité de Français, selon un sondage publié mardi.

Inquiet de la «présence persistante» en France du variant Beta, identifié pour la première fois en Afrique du Sud, le gouvernement britannique a lui décidé de soumettre ceux qui en viennent à une quarantaine, même s’ils sont vaccinés.

Couvre-feu à Barcelone

Le couvre-feu entre en vigueur à partir de ce weekend et pour au moins une semaine dans plusieurs grandes villes de Catalogne.

La justice espagnole a donné son feu vert ce vendredi au rétablissement d’un couvre-feu à partir de ce weekend et pour au moins une semaine dans plusieurs grandes villes de Catalogne, dont Barcelone, au moment où le nombre de cas d’infection au Covid-19, notamment parmi les plus jeunes, flambe dans la région.

Le Tribunal Supérieur de Catalogne a annoncé avoir approuvé la mise en place d’un couvre-feu « entre 1h00 et 6h00 du matin jusqu’au 23 juillet dans les villes de plus de 5000 habitants dont l’incidence est supérieure à 400 cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours ».

Puigdemont dans la prison de Neumünster

En réaction de l’arrestation de Carles Puigdemont des milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche  (25.03.2018) après-midi à Barcelone à l’appel des indépendantistes catalans. Brandissant des drapeaux catalan, ils se sont retrouvés sur les Ramblas et se dirigent vers la délégation de la Commission européenne en chantant: : « Liberté pour les prisonniers politiques » ou « Puigdemont, notre président ».

L’ancien président de la Catalogne a été incarcéré dans la prison de Neumünster, dans l’Etat de Schleswig-Holstein, dont la justice est désormais chargée de décider de son sort, et sera présenté ce lundi (26.03.2018) à un juge. Dans les deux mois à venir, la justice allemande décidera si oui ou non elle le livre au magistrat du Tribunal suprême de Madrid, Pablo Llarena, qui l’accuse de « rébellion » et de « malversations de fonds publics » – des charges pouvant aller jusqu’à trente ans de prison.

Carles Puigdemont, interpellé dimanche (25.03.2018) matin en Allemagne, devrait être libéré sous conditions, en attendant une décision sur le fond concernant le mandat d’arrêt décerné à son encontre, estime Paul Bekaert, l’avocat de l’ancien ministre-président catalan.

 

#Barcelona: 30 françaises blessés

Le dernier bilan des victimes françaises des attentats de la fin de la semaine, 17.08.2017, en Espagne, publié samedi, 19.08.2017, par le ministère des Affaires étrangères, fait état de 30 blessés, dont cinq dans un état grave.

https://twitter.com/franceinfo/status/898901073955405825fef

Seize de ces blessés ont pu quitter les hôpitaux où ils étaient soignés et 14 sont encore hospitalisés dans des établissements de la région de Barcelone, a précisé le Quai d’Orsay dans un communiqué.

Les attaques aux véhicules bélier de Barcelone et Cambrils, en Catalogne, revendiquées par l’organisation de l’Etat islamique, ont fait au total 14 morts et 126 blessés.

#Barcelone: huit Français grièvement blessés

Vingt-huit Français ont été blessés dont huit grièvement dans la double attaque qui a frappé la Catalogne, selon un bilan donné par le ministre français des Affaires étrangères, en déplacement à Barcelone.

« Vingt-huit Français ont été blessés au cours de cet événement, 18 sont hospitalisés et, sur les 18 hospitalisés, huit sont dans un état grave, dont quatre enfants », a déclaré le ministre français, Jean-Yves Le Drian, venu rencontrer des victimes et des représentants du gouvernement espagnol.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur les deux attaques, celle de jeudi (17.08.2017) à Barcelone et une autre dans la nuit  de jeudi à vendredi (18.08.2017) à Cambrils, qui on fait au total 14 morts et plus de 100 blessés, dont de nombreux touristes.

Cette enquête, habituelle dès qu’il y a des victimes françaises, est confiée à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), a précisé le parquet.

Il faut prendre ce bilan avec « quelques précautions » car toutes les dépouilles n’ont pas encore été identifiées par les autorités espagnoles mais, a-t-il précisé, « tout nous laisse penser que ce chiffre sera définitif et qu’il n’y a pas de mort français à déplorer ».

Des médecins français sont arrivés pour fournir un soutien psychologique et assister les familles des victimes, a également fait savoir Jean-Yves Le Drian.

L’organisation Etat islamique, qui a commandité et inspiré des attaques en France au cours des deux dernières années, a revendiqué l’attentat à la fourgonnette sur la célèbre avenue de Las Ramblas de Barcelone, où 13 personnes ont été tuées et plus que 100 ont été blessés.