Archives des étiquettes : Art

Lorraine: ŒUVRES D’ART NUMÉRIQUES

Une salle des ventes de Lorraine lance ce dimanche le 16 mei des enchères d’œuvres numériques « NFT », dont la vente connaît une explosion cette année.
Après les vénérables Christie’s et Sotheby’s, une modeste salle des ventes de Lorraine lance ce dimanche à 16h des enchères d’oeuvres numériques « NFT », du nom de la nouvelle technologie d’authentification en vogue associée à un objet virtuel. Lorraine: ŒUVRES D’ART NUMÉRIQUES

« A priori, on serait les premiers en France mais on ne l’a pas fait pour être les premiers », explique à l’AFP Régis Cappelaere, l’un des dirigeants de l’étude Cappelaere & Prunaux à Bar-le-Duc.
« Ce qui est important, c’est le fait qu’on puisse vendre des oeuvres virtuelles, c’est la première fois qu’on fait ça, on y travaille depuis le mois d’août », poursuit-il, se disant « motivé » par ses collaborateurs plus jeunes.

Cette vente est une sorte de « test »: « On a vu les scores chez les Anglo-saxons, est-ce que la France va suivre? Je ne sais pas », indique Régis Cappelaere, en référence notamment au record de 69,3 millions de dollars atteint en mars par « Everydays: The First 5000 days » de l’artiste numérique Beeple chez Christie’s.

Les NFT désignent les jetons non fongibles, ou « non-fungible tokens », des certificats d’authenticité réputés inviolables, qui permettent à l’acheteur d’un objet numérique (dessin, animation, vidéo, photo, musique) d’être certain d’en être le propriétaire.

Le marché de ces oeuvres numériques qui bousculent le marché de l’art génère quotidiennement plus de 10 millions de dollars de transactions sur des plateformes numériques comme Nifty Gateway ou OpenSea.

D’une interprétation digitale de Goldorak au « Phonautograph », NFT du premier enregistrement de voix humaine (« Au clair de la lune », en 1860), les estimations des 31 lots mis en vente dimanche par Cappelaere & Prunaux sont loin des records.

La plupart de ces oeuvres émanent d’un collectif appelé New French Touch, qui se présente comme une équipe « d’artistes, de spécialistes de la block Chain, de traders, de galeristes, et de financiers, ayant tous acté l’intérêt de faire naître un art digital qui soit un pont et non une rupture avec le marché de l’art physique ».

Comme « Nickel Wire Spool », qui représente une bobine de fil de nickel, estimé entre 300.000 et 400.000 euros. « Une fois le NFT acheté en salle des ventes, nous remettrons à l’acheteur la vraie bobine de fil de nickel, d’une valeur de 1.700.000 euros », précise le site de la vente, qui sera retransmise sur Drouot Live.

Catalogne dans le focus

Le Président de l’autoproclamé Republique Catalan, Carles Puigdemont, a appelé les citoyennes à s’opposer démocratiquement à l’administration directe de la région par le pouvoir central de Madrid au lendemain de sa déclaration d‘indépendance.

Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a annoncé vendredi, quelques heures après cette proclamation unilatérale d’indépendance, la destitution de l’exécutif autonome de Catalogne, la dissolution du Parlement régional et la tenue d’élections anticipées le 21 décembre dans la région.

“Nous continuons à persévérer dans la seule attitude qui peut nous faire gagner. Sans violence, sans insultes, (…) en respectant les gens et les symboles, et aussi en respectant les protestations des Catalans qui ne sont pas d’accord avec ce qu’a décidé la majorité parlementaire”, a dit Carles Puigdemont.

Carles Puigdemont a signé cette déclaration en tant que Président de la Catalogne, montrant ainsi qu’il n’acceptait pas son éviction par Madrid.

Le député finlandais demande à ses collègues de signer une motion pour la résolution de la reconnaissance de la République catalane.

Tous les drapeaux espagnols et européens sont retirés des bâtiments publics en Catalogne.

La prochaine BMW Art Car prévue pour 2017 #art #bmw #automotive

BMW-Art-Car_2010_Jeff_Koons

Le 19 novembre, Ian Robertson, membre du Comité directeur de BMW AGL a annoncé une collaboration avec l’artiste chinoise Cao Fei et l’artiste américain John Baldessari qui créeront la prochaine BMW Art Car.

Un jury composé de directeurs et de conservateurs de musées a choisi ces deux artistes réputés mondialement pour qu’ils dessinent chacun une voiture à l’occasion du 40e anniversaire de la série. Les deux artistes créeront ainsi une BMW M6 GT3 l’année prochaine qui sera ensuite présentée sur les circuits  et dans des musées.

Pierre Zwaenepoel

La statue de Brueghel aux portes des Marolles #bruxelles #art #urbanisme

brueghel

Une statue de Brueghel a été érigée ce vendredi sur le parvis de l’Eglise de la Chapelle, aux portes des Marolles. La statue, représentant Pieter Brueghel l’ancien en train de peindre devant son chevalet, a été réalisée dans l’atelier du sculpteur Tom Frantzen.

« Et ce n’est pas un hasard si la statue du peintre trône désormais sur le parvis de l’Eglise de la Chapelle puisque c’est à l’intérieur de celle-ci qu’il fut enterré », explique Geoffroy Coomans de Brachène, Échevin de l’Urbanisme et du Patrimoine. « Brueghel était par ailleurs un habitué du quartier puisque c’est en 1562 que le peintre quitte Anvers et décide de s’installer rue Haute », ajoute Els Ampe, Échevine de la Mobilité et des Travaux Publics.

Sur l’épaule de l’artiste se trouve un petit singe coiffé d’un entonnoir qui représente l’esprit satyrique de l’artiste. De plus, un coin du cadre manque, c’est une façon de donner à la main de Pieter Brueghel l’impression de liberté totale.

Pierre Zwaenepoel

« Standards for Living » à la Maison des Arts #bruxelles #schaerbeek #art

Sadik Köksal (à gauche), échevin de la culture française de Schaerbeek, ainsi que l'artiste Elif Erkan étaient présents pour présenter le projet.

Sadik Köksal (à gauche), ainsi que l’artiste Elif Erkan étaient présents pour présenter le projet.

La présentation de l’exposition « Standards for living » d’Elif Erkan s’est tenue ce matin à la Maison des Arts de Schaerbeek en compagnie de l’artiste et de Sadik Köksal, échevin de la Culture française de la commune.

Le projet a été spécialement conçu « in situ » pour la Maison des Arts et forme donc un tout avec celle-ci. Il est composé de plusieurs « cocons », sculptures de polystyrène aux formes oblongues recouvertes de terre. Disposés dans une pièce aux murs richement décorés, ces cocons à l’aspect archaïque et d’apparence fragile semblent entrer en contradiction avec le lieu chargé d’histoire dans lequel ils ont été placés.

Cette exposition s’intègre dans le programme d’EUROPALIA TURKEY, dont l’objectif est de mettre à l’honneur un pays au travers de son patrimoine culturel. Elif Erkan incarne dans ce programme le visage de la jeune création turque.

Cette nouvelle édition d’EUROPALIA se tient jusqu’ en janvier 2016  à la Maison des Arts de Schaerbeek, chaussée d’Haacht 147 à 1030 Bruxelles. 

Pierre ZWAENEPOEL