Archives des étiquettes : Aquarius

GI dénonce SOS Méditerranée

Des militants de Génération Identitaire, se sont introduits dans les locaux marseillais de l’organisation humanitaire SOS Méditerranée, dont le navire Aquarius porte secours aux migrants illégaux au large des côtes de la Libye.

De source policière, on précise qu’une vingtaine de personnes ont été interpellées et placées en garde à vue notamment pour des faits présumés de violences volontaires.

“Le siège de SOS Méditerranée a été attaqué ce vendredi par une dizaine de militants identitaires. Le personnel est sain et sauf, mais sous le choc”, a précisé l’ONG sur son Twitter.

Migrants d’Aquarius acceptés en France

Le navire humanitaire Aquarius est arrivé  dans le port de La Valette, la capitale de Malte, après cinq jours d’errance en Méditerranée.

Le navire affrété par l’ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) a été autorisé à y débarquer les 141 migrants secourus en fin de semaine dernière au large de la Libye. Selon les ONG, 70 enfants se trouvaient à bord du navire.

Les migrants sont majoritairement originaires d’Érythrée et de Somalie, a dit un porte-parole du gouvernement maltais, précisant qu’ils allaient passer une visite médicale avant d’être conduits dans des centres d’accueil.

A son arrivée dans le port de La Valette, des membres du Mouvement patriotique maltais (extrême droite) ont déployé une banderole sur laquelle était écrit “Stop au trafic d’êtres humains”.

Près d’eux, des membres de l’équipage d’un autre navire humanitaire, le MV Lifeline, avaient écrit sur leur propre banderole: “Tout le monde a le droit de vivre”.

 

 

Migrants d’Aquarius seront hébergés en France

Soixante-dix-huit migrants illegaux secourus en juin par l’Aquarius sont arrivés d’Espagne ce jeudi et seront hébergés dans trois régions françaises, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

Le refus du nouveau gouvernement italien de laisser accoster le navire et ses plus de 600 migrants avait déclenché une crise politique en Europe, qui a débouché sur un accord des 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE fin juin pour durcir leur réponse commune aux migrations.

Ces 78 migrants illegaux, originaires principalement d’Erythrée et du Soudan et identifiés par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) comme relevant d’un besoin de protection au titre de l’asile, seront hébergés dans les Hauts-de-France, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Auvergne-Rhône-Alpes, précise le ministère dans un communiqué.