Archives des étiquettes : Amazonie

Guterres propose la réunion l’ONU Amazonie

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a évoqué l’idée d’organiser en marge de l’Assemblée générale le mois prochain une réunion consacrée à la situation en Amazonie, plus grande forêt tropicale du monde, où les incendies se multiplient.

Pour tenter d’enrayer les incendies qui se multiplient en Amazonie, Jair Bolsonaro a signé tard un décret interdisant les brûlis agricoles dans tout le Brésil pendant 60 jours. Le président brésilien fait face à une pression internationale de plus en plus accrue.

Noémia n’est pas la seule à souffrir de cet air toxique qui s’accumule. À Porto Velho, la capitale régionale, des dizaines de personnes patientent dans la salle d’attente des urgences pédiatriques. Elle ne désemplit pas, il y a 20 % d’admissions en plus depuis le début des feux.

Bolsonaro annonce la réunion sur Amazonie

Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé que les dirigeants des pays d’Amérique du Sud, sauf le Venezuela, se réuniraient le 6 septembre dans la ville colombienne de Leticia pour mettre au point une politique commune afin de défendre la forêt d’Amazonie.

Jair Bolsonaro  a annoncé la réunion du mois prochain à l’issue d’un entretien à Brasilia avec le président chilien Sebastian Pinera.

Il a par ailleurs accepté l’aide du Chile, qui a proposé d’envoyer quatre appareils bombardiers d’eau afin de combattre les incendies d’Amazonie.

Ce dernier a apporté son total soutien à son homologue brésilien, soulignant que la souveraineté des pays de la région devait être respectée.

 

Macron-Bolsonaro: une guerre de mots

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a demandé à Emmanuel Macron, de retirer ses “insultes” faute de quoi son pays n’acceptera pas l’enveloppe d’urgence de $20 millions proposée par les pays du G7 pour aider à lutter contre les incendies d’Amazonie en cours. (Image: @ESA)

Depuis plusieurs jours les deux chefs d’Etat se livrent une guerre de mots, qui a viré à la crise diplomatique.

Jair Bolsonaro a d’abord reproché au chef de l’Etat français d’inscrire les feux en Amazonie à l’ordre du jour du G7 de Biarritz qui s’est tenu en l’absence du Brésil, symptôme à ses yeux d’une mentalité “colonialiste”, puis s’est moqué de la première Dame Brigitte Macron sur Facebook.

Emmauel Macron a jugé “tristes” les propos selon lui “irrespectueux” tenus par Jair Bolsonaro à l’encontre de son épouse et a dit espérer que le Brésil ait “très rapidement” un président “à la hauteur”.

Le 25 aout  1 113 nouveaux départs de feu ont été recensés au Brésil par l’Institut national de recherche spatiale (INPE). 

 

Amazonie: l’intervention de l’armée attendue

Le président brésilien Jair Bolsonaro a constaté que son gouvernement n’avait pas les moyens de lutter contre les incendies dans la forêt amazonienne. (Image: illustration).

Tout indique” que les ONG se rendent en Amazonie pour “mettre le feu” à la forêt, a déclaré le dirigeant d’extrême droite dans une vidéo diffusée en direct via Facebook.

Le chef de l’Etat, qui n’a pas présenté de preuve pour soutenir son propos, a estimé que l’importante baisse des subventions accordées par son gouvernement aux ONG pouvait être un motif de mécontentement et avoir poussé les ONG à agir de la sorte.

Il est également revenu sur ses accusations à l’encontre les organisations non gouvernementales (ONG) qu’il a accusées d’avoir déclenché des feux de forêt en Amazonie dans le but, a-t-il dit, de nuire à son gouvernement.

Le gouvernement a ouvert une enquête sur ces feux, a indiqué Bolsonaro,, qui s’exprimait lors d’un discours retransmis en direct sur Facebook.

Ce n’était pas une affirmation, a-t-il dit en précisant qu’il avait voulu faire part de ses “soupçons”.

L’Agence spatiale brésilienne (INPE) dit avoir répertorié 72.843 incendies dans la forêt amazonienne depuis le début de l’année, soit une hausse de 83% par rapport à la même période l’an dernier et un record depuis qu’elle a commencé à recueillir de telles données en 2013.

La déforestation au Brésil a bondi de 67% sur un an au cours des sept premiers mois de l’année, a par ailleurs indiqué l’INPE, dont le travail est attaqué par le gouvernement de Bolsonaro.

Aux yeux d’experts environnementaux, les déclarations de Bolsonaro sont un “écran de fumée” destiné à masquer les mesures engagées par son gouvernement favorisant les investissements agricoles et miniers au détriment des réglementations environnementales. Le principal piège à carbone au monde se trouve à 60% sur le territoire du Brésil.

Fontaine noire au nom de Total

« Le récif de l’Amazone n’est pas une fontaine de pétrole ». Des militants de Greenpeace et ANV-Cop21, opposés à un projet de forage pétrolier de Totale au large du Brésil ont teinté de noir plusieurs fontaines en France samedi 22 septembre.

Dans une trentaine de villes, de Paris à Rennes en passant par Bordeaux, Lille ou Nancy, ils ont voulu dénoncé les risques qui pèsent selon eux sur un récif corallien « unique » à l’embouchure de l’Amazone.

« Total insiste pour trouver ce pétrole alors qu’il y a des écosystèmes, des joyaux de la diversité à préserver. Ce n’est plus l’âge du pétrole, on est à l’âge de la transition », a déclaré Edina Ifticene, responsable de la campagne pour Greenpeace.