Archives des étiquettes : Acte VIII

Evacution des bureaux de Griveaux

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a été évacué samedi, 5 janiver, de ses bureaux rue de Grenelle à Paris après une intrusion violente de Gilets Jaunes avec un engin de chantier dans la cour du ministère, a-t-il affirmé à l‘AFP, confirmant une information du Parisien.

« Il y avait des gilets jaunes, des gens habillés en noir (…) qui ont pris un engin de chantier qui était dans la rue, et qui ont défoncé la porte du ministère (…) et cassé deux voitures. Quand il y a eu l’intrusion on a fait évacuer les personnels« , a affirmé M. Griveaux.

L’intrusion s’est produite vers 16:15-16:30, a-t-il précisé.

Interrogé sur des informations faisant état de « tentatives d’intrusion » dans d’autres ministères, le cabinet de M. Griveaux n’a pas confirmé.

 

 

Gilets Jaunes Acte VIII: la nuit tombe

Affrontements au corps à corps, gaz lacrymogènes, véhicules incendiés…

Dans la capitale, où 3500 personnes ont battu le pavé selon les autorités, des affrontements entre Gilets jaunes et forces de l’ordre ont éclaté vers 15 heures sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor. Des manifestants ont tenté de forcer le passage de ce pont qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers le boulevard Saint-Germain où des véhicules incendiés étaient signalés vers 17 heures.

Plusieurs barricades de fortune ont été érigées le long du très chic boulevard Saint-Germain. Au moins une voiture, plusieurs scooters et des poubelles ont été incendiés, dégageant d’épaisses volutes de fumées noires. Face aux manifestants, les CRS ont mené plusieurs charges et lancé des gaz lacrymogènes.

Une péniche, qui accueille un restaurant, a été victime d’un incendie près de la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, provoquant l’intervention des pompiers.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers le boulevard Saint-Germain où des véhicules incendiés étaient signalés vers 17 heures.

Plusieurs barricades de fortune ont été érigées le long du très chic boulevard Saint-Germain. Au moins une voiture, plusieurs scooters et des poubelles ont été incendiés, dégageant d’épaisses volutes de fumées noires. Face aux manifestants, les CRS ont mené plusieurs charges et lancé des gaz lacrymogènes.

Gilets Jaunes déplorent réaction du gouvernement

Les Gilets jaunes ont de nouveau manifesté le 5 décembre, samedi, le huitième d’affilée, à Paris et en province, estimant que leurs revendications n’ont pas été prises en compte par le pouvoir.

Dans la capitale, la préfecture de police a reçu deux déclarations officielles, la première pour un rassemblement sur l’avenue des Champs-Elysées suivi d’un déplacement vers la place de la Bourse, la seconde pour un cheminement au départ de l’Hôtel de ville en direction de l’Assemblée nationale.

Le différents cortèges ont convergé dans l’après-midi vers le Palais-Bourbon. Quelques heurts entre des manifestants et les forces de l’ordre ont éclaté non loin du musée d’Orsay.

Pour la première fois, une ébauche de service d’ordre interne accompagnait les différents défilés de ce mouvement sans leader désigné dont les actions s’organisent essentiellement via les réseaux sociaux.

Dès samedi matin, des centaines de personnes se sont rassemblées dans le quartier des Champs-Elysées avant de prendre la direction du centre de la capitale, drapeaux français en main et gilets fluorescents sur le dos.

 

Gilets Jaunes comme « le fait d’agitateurs »

Aller plus loin, plus fort, plus radicalement”, Emmanuel Macron a affiché, lors du premier conseil des ministres de l’année, sa détermination à poursuivre son train de réformes face à des “agitateurs” souhaitant “renverser le gouvernement”.

Nous avons apporté des réponses concrètes aux demandes premières et légitimes portées par le mouvement dit des Gilets jaunes notamment sur le pouvoir d’achat”, a dit Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement. “Depuis ces annonces, le mouvement (…), pour ceux qui restent encore mobilisés, est devenu le fait d’agitateurs qui veulent l’insurrection et au fond renverser le gouvernement”.