Archives des étiquettes : Acte IX

Police ont interpellé 244 personnes

Plus de 84.000 Gilets jaunes ont manifesté en France au plus fort de la journée selon le ministère de l’Intérieur, dont 8.000 à Paris. A titre de comparaison, les autorités avaient recensé 50.000 personnes le 5 janvier et 32.000 le 29 décembre.

La tension est montée en milieu d’après-midi entre manifestants et forces de l’ordre sur la place de l’Etoile, à Paris, et en province après des défilés calmes en matinée. Aux lancer de pierres et d’autres projectiles, les policiers ont répondu par des tirs de gaz lacrymogènes et des canons à eaux.

Les services de police ont interpellé 244 personnes, parmi lesquelles 201 ont été mises en garde à vue. A Paris, la police a procédé à 156 interpellations principalement notamment pour participation à un groupement en vue de commettre des violences, port d’arme prohibée, violences à agents de la force publique, selon la préfecture de police de Paris, et 74 gardes à vue.

Globalement, la journée s’est bien passée, parce qu’on a mis en place de nombreux contrôles très en amont des villes”, a dit la porte-parole de la Gendarmerie nationale, Maddy Scheurer, sur BFMTV.

Cette dernière explique que les nombreuses interpellations de cette semaine comme celles des auteurs présumés de l’incendie du péage de Bessan (Hérault), ont permis d’écarter “un certain nombre de gens qui, tous les samedi, venaient à la manifestation pour de mauvaises raisons”.

 

Acte IX: défile des Gilets jaunes

Les Gilets jaunes sont descendus dans la rue pour une neuvième journée de mobilisation Acte IX, samedi, avec des défilés en province et à Paris où la tension est brusquement montée en milieu d’après-midi place de l’Etoile alors que le ministère de l’Intérieur redoute un regain des violences.

Les manifestants ont poursuivi dans le calme leur parcours rue de Rivoli puis sur le boulevard Haussmann en direction des Champs-Elysées.

Les forces de l’ordre ont procédé dans la capitale à 43 interpellations depuis le début de journée, principalement après des contrôles, pour port d’arme prohibé ou participation à un groupement en vue de commettre des violences, selon la préfecture de police de Paris.

Les autorités anticipaient un regain de la mobilisation et craignaient une « radicalisation » plus affirmée à Paris et en province. Près de 80.000 membres des forces de l’ordre ont été déployés sur tout le territoire, dont 5.000 à Paris.