Archives des étiquettes : 8 decembre

Situation ‘très tendue’ à Bruxelles

#GilestsJaunes Bruxelles: Des affrontements ont eu lieu entre la police et une partie des manifestantsau niveau de la rue Lambermont à Bruxelles samedi, le 8 décembre, à la mi-journée. Ils ont commencé à jeter des pierres sur les forces de l’ordre installées, des bombes fumigènes, des bombes à peinture et d’autres projectiles. La police a à plusieurs reprises déployé le canon à eau et les gaz lacrymogènes. Un groupe de manifestants continue de viser la police, selon RTL.

 

Les forces de l’ordre ont entamé une avancée à la mi-journée en direction des gilets jaunes depuis Trône et fixé un front policier à hauteur de Belliard, a constaté un correspondant de Belga. Le nombre de manifestants gonfle. Ils sont plusieurs centaines.

Le dispositif policier sera renforcé dans la capitale à l’occasion d’un nouveau rassemblement de « gilets jaunes » annoncé pour ce samedi sur certains réseaux sociaux. On ignore encore l’ampleur de l’événement, le lieu et l’heure de rendez-vous. Les gilets jaunes pourraient se retrouver à 11h au rond-point Schuman. (Image: Parlement européen, place Luxembourg, Bruxelles).

#GiletsJaunes: dialogue avec gaz lacrymogène

Les forces de l’ordre ont procédé samedi, le 8 décembre, à des centaines d’interpellations à Paris dès le début de la quatrième journée de mobilisation des Gilets jaunes pour éviter la réédition des violences du 1er décembre de la part de manifestants, d’éléments d’ultra droite et d’ultra gauche.

Jean-Luc Mélenchon a raillé sur Twitter un “échec total de la campagne de démotivation et d’intimidation” que le gouvernement a, selon lui, mené cette semaine, avant le quatrième samedi de manifestations des Gilets jaunes.

La préfecture de police de Paris fait état de 514 interpellations dont 272 gardes à vue dans la capitale.

En début de matinée, 5.000 personnes étaient mobilisées en France, hors Paris, selon un décompte de source policière. Environ 1.500 personnes se sont en outre donné rendez-vous sur l’avenue des Champs-Elysées, selon la préfecture, de même que des groupes de dizaines, par endroit de centaines de personnes ailleurs dans la capitale.

A Paris, le nombre d’interpellations est monté à 492, un chiffre supérieur au samedi 1er décembre – 412 personnes avaient alors été interpellées durant toute la journée.

La police a commencé à faire usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants massés dans la rue Arsène Houssaye, perpendiculaire aux Champs-Elysées.