Archives des étiquettes : 14 juillet

14 juillet maraquiée par la crise COVID-19

Emmanuel Macron a présidé une cérémonie du 14-Juillet marquée par la crise sanitaire traversée depuis le printemps par la France, avec un défilé militaire limité à la seule place de la Concorde, à Paris, et un hommage rendu au personnel soignant, notamment des armées, pour son implication “en première ligne” dans la lutte contre l’épidémie provoquée par le nouveau coronavirus.

Après cette cérémonie inédite dans son format, le président de la République devait préciser le contenu du “nouveau chemin” sur lequel il compte engager la France pour la fin de son quinquennat, à l’occasion de sa première interview télévisée accordée le jour de la fête nationale depuis son arrivée à l’Elysée.

Renouant avec une tradition instaurée par Valéry Giscard d’Estaing en 1978, il devrait aussi donner des précisions sur le plan de relance destiné à contrer la crise économique et sociale liée à la pandémie.

Devant des tribunes clairsemées en raison des règles de distanciation sociale imposées pour freiner la propagation du nouveau coronavirus, qui a fait plus de 30.000 morts en France depuis son apparition en Chine, Emmanuel Macron a procédé à une revue des troupes avant d’assister à la cérémonie militaire sur le thème d’”une Nation engagée, unie et solidaire”.

Ce message a été brièvement brouillé par l’apparition d’une banderole portée par des ballons dans le ciel de Paris, sur laquelle on pouvait lire : “Derrière les hommages, Macron asphyxie l’hôpital”.

Si les avions ont pu survoler comme d’habitude les Champs-Elysées, les troupes au sol n’ont en revanche pas descendu la grande avenue parisienne comme le veut la tradition depuis 1980. Environ 2.000 militaires, contre 4.000 d’habitude, se sont contentés d’un passage sur la place de la Concorde.

La cérémonie a débuté par un hommage au général De Gaulle 80 ans après son appel du 18-Juin à la résistance contre l’occupation de la France par l’Allemagne nazie.

Elle a aussi été l’occasion pour la France de remercier solennellement quatre pays pour leur aide durant la crise sanitaire : l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg et la Suisse, qui ont tous accueilli des patients pour soulager les hôpitaux français.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, faisait aussi partie des invités de la place de la Concorde.

l’Initiative européenne d’intervention a débuté aux Champs-Elysées

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, figuraient parmi les 11 invités européens du président français. Ils sont conviés à déjeuner à l’Elysée.

Le défilé à pied avait débuté avec les emblèmes des dix pays participant à l’Initiative européenne d’intervention (IEI), née il y a un an sous l’impulsion du président Macron: France, Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Estonie, Espagne, Portugal et Finlande. LIEI a pour ambition de favoriser une “culture stratégique commune” en Europe en vue d’engagements conjoints pour divers scénarios d’intervention – opération militaire ou catastrophe naturelle par exemple.

Le défilé aérien, ouvert par l’emblématique panache de fumigènes bleu-blanc-rouge de la Patrouille de France, intégrait notamment un avion de transport A400M allemand et un C130 espagnol.

Le chef de l’Etat a passé en revue les troupes sur l’avenue des Champs-Elysées avant de rejoindre la tribune officielle pour suivre le défilé militaire.

 

 

14 juillet: « fortes tensions » sur les Champs-Élysées

Emmanuel Macron a présidé les festivités du 14 juillet, placées cette année sous le signe de la coopération militaire européenne, une cérémonie qui a débuté par des sifflets à son passage.

Le président, dont c’était le troisième défilé de fête nationale depuis son élection en mai 2017, a descendu les Champs-Elysées à bord d’un command car aux côtés de son chef d’état-major. De nombreux sifflets ont retenti à son passage, alors que le chef de l’Etat est confronté depuis plusieurs mois au mouvement de contestation des Gilets jaunes.

Au total, quelque 4.300 militaires, 196 véhicules, 237 chevaux, 69 avions et 39 hélicoptères ont été mobilisés.

Deux figures des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, ont par ailleurs été interpellés vers 09:15 aux abords des Champs-Elysées, selon une source proche du dossier.

«Fraternité d’armées» à l’occasion du 14 Juillet

Comme chaque année, les armées ont défilé dans un spectacle très travaillé à l’occasion du 14 Juillet. Sous un soleil estival, véhicules, fantassins, chevaux, motos et avions ont descendu les Champs-Élysées.

Après le président américain Donald Trump l’an dernier, le premier ministre singapourien Hsien Loong et le ministre des Affaires étrangères japonais Taro Kono étaient les invités d’honneur du chef de l’État, alors que la France a entrepris de renforcer ses liens militaires en Asie-Pacifique. Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, avait annulé sa venue en raison des intempéries meurtrières qui ont frappé son pays.

Les drapeaux des deux pays asiatiques ont donc ouvert le défilé aux côtés de l’emblème français.

Le défilé du 14-Juillet symbolique

Sous les yeux des présidents Emmanuel Macron et Donald Trump présents dans la tribune d’honneur, les héritiers des « Sammies », surnom donné aux militaires américains engagés en 1917, ouvriront le défilé qui comptera au total 3.720 soldats à pied, 211 véhicules, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères.

« La présence des troupes américaines pour le défilé du 14-Juillet est symbolique », souligne-t-on à l’Elysée. « Au moment de l’armistice, 42 divisions américaines étaient engagées sur le front, soit un million de militaires américains commandés par le général Pershing, ses troupes ont débarqué » en France.

Deux cents militaires, six F16 de la patrouille acrobatique et deux avions de chasse furtifs F-22 Raptor : le traditionnel défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Elysées arborera ce vendredi les couleurs de l’US Army, cent ans après l’entrée des Etats-Unis dans la Première guerre mondiale.