Archives de Catégorie: Uncategorized

Suisses opposent au pass sanitaire

22.07.2021 En l’espace de quatre semaines, un nombre incroyable de 187’433 signatures ont été collectées, cela n’avait jamais été fait auparavant», a déclaré l’association Amis de la Constitution, participant à la récolte de signatures. Le Conseil fédéral avait d’ores et déjà agendé une éventuelle votation au 28 novembre, sous réserve du succès de la récolte des signatures. La Chancellerie fédérale doit désormais vérifier la validité de celles-ci, et confirmer ensuite la tenue du vote.
Les opposants au pass sanitaire ont déposé les paraphes nécessaires à la tenue d’un vote populaire. Celui-ci aura lieu le 28 novembre.

[…] Les rangs des opposants aux mesures sanitaires se sont étoffés récemment, avec notamment les Jeunes UDC qui se sont ralliés au référendum. Ils dénoncent la création d’une «société à deux vitesses» et des discriminations à l’égard des non-vaccinés. Dans un récent communiqué de presse, les Amis de la Constitution allaient même jusqu’à dire que les agissements du Conseil fédéral étaient «dignes des pires heures du stalinisme».

Aujourd’hui, en Suisse, rien de tout cela pour le moment. L’ordonnance du 23 juin dernier fixe trois catégories. Le certificat est obligatoire en discothèque et pour les grandes manifestations (zone rouge). Il est optionnel dans les restaurants, les bars, les théâtres ou les salles de fitness: si les tenanciers l’exigent, ils peuvent abandonner toutes les mesures sanitaires (zone orange). Enfin, le certificat ne peut pas être demandé dans les transports publics ou les supermarchés, par exemple (zone verte).

Assassinat du président haïtien

C’est par la voix de Claude Joseph, le Premier ministre, que les Haïtiens ont appris la mort de leur président à leur réveil. « Le président a été assassiné chez lui par des étrangers qui parlaient l’anglais et l’espagnol. Ils ont attaqué la résidence du président de la République », a-t-il affirmé. Le sort de son épouse, blessée dans l’attentat qui a eu lieu vers 01h00 heure locale et hospitalisée, était incertain. Certains médias ont annoncé son décès. « Elle reçoit actuellement les soins que son cas nécessite », a dit le Premier ministre. Quelques heures plus tard, l’ambassadeur haïtien aux États-Unis a annoncé que la Première dame haïtienne sera évacué à Miami pour être soignée.

« Ils ont tiré et tué le président et blessé sa femme », a déclaré le Premier ministre, assurant que cette mort « ne resterait pas impunie ». Claude Joseph a promis que « les auteurs, les assassins de Jovenel Moïse paieraient pour ce qu’ils ont fait devant la justice ».

Quelques heures après l’assassinat, de premiers éléments ont commencé à émerger sur le profil des suspects. Les auteurs du meurtre se sont présentés à la résidence du président Jovenel Moïse, disant appartenir à l’agence américaine anti-drogues (DEA), mais leur comportement ne semblait pas conforme à ce statut, selon l’ambassadeur haïtien aux États-Unis, Bocchit Edmond. « C’était une attaque bien orchestrée et ce sont des professionnels », a déclaré le diplomate. « Nous avons une vidéo, et nous pensons qu’il s’agit de mercenaires. »

La police a indiqué mercredi le 7 juillet soir avoir poursuivi les membres présumés du commando aussitôt après l’attaque et que les forces de l’ordre continuaient de mener dans la soirée une opération dans les hauteurs de la capitale Port-au-Prince. « Quatre mercenaires ont été tués, deux ont été interceptés sous notre contrôle », a fait savoir dans une allocution télévisée le directeur général de la police nationale haïtienne. « Trois policiers qui avaient été pris en otage ont été récupérés. » Aucune autre information sur l’identité ou les motivations des auteurs de l’assassinat n’a été divulguée.

Quelques heures après l’annonce de la mort de Jovenel Moïse, le Premier ministre a déclaré l’état d’urgence dans tout le pays, octroyant ainsi des pouvoirs renforcés à l’exécutif. Claude Joseph a aussi appelé la population au calme et fait savoir que la police et l’armée allaient assurer le maintien de l’ordre.

« La situation sécuritaire est sous contrôle », a-t-il assuré, alors que les rues de la capitale Port-au-Prince étaient calmes, sans présence renforcée – pour l’instant – de la police ou des forces de sécurité.

Dans ce contexte faisant redouter un basculement vers l’anarchie généralisée, le Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis et l’Europe appelaient à la tenue d’élections législatives et présidentielle libres et transparentes, d’ici la fin 2021. Jovenel Moïse avait annoncé lundi la nomination d’un nouveau Premier ministre, Ariel Henry, avec justement pour mission la tenue d’élections.

Une mission complexe : gouvernant par décret depuis janvier 2020, sans Parlement, et alors que la durée de son mandat faisait l’objet de contestations, Jovenel Moïse avait mis en chantier une réforme institutionnelle. Cette dernière avait pour but d’apporter un peu de stabilité à un système chancelant : Jovenel Moïse aura nommé pas moins de sept Premiers ministres au cours de son mandat. Le dernier en date, Ariel Henry, n’aura pas pu entrer en fonction.

Dès l’annonce du drame, la République dominicaine a ordonné mercredi le 7 juillet la « fermeture immédiate » de sa frontière avec Haïti, les deux pays se partageant la même île. Le président américain Joe Biden a condamné cet « acte odieux », disant les États-Unis prêts à apporter leur aide au pays en crise.

« Les États-Unis continuent de considérer que les élections de cette année devraient être maintenues », a ajouté le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price lors d’un point-presse, jugeant qu’un scrutin libre « favoriserait le transfert pacifique du pouvoir à un président nouvellement élu ».

Le président Jovenel Moïse a été assassiné par un commando armé mercredi le 7 juillet en pleine nuit à son domicile. Un drame de plus à Haïti, qui s’enfonce dans la crise.

L’Union européenne, elle, s’est inquiétée d’une « spirale de violence » par la voix de son chef de la diplomatie Josep Borrell et Paris a dénoncé un « lâche assassinat ».

Burkini admis à Bruxelles

Bruxelles 02.07.2021 Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, s’est insurgé vendredi, le 2 juillet, contre le fait que la première piscine publique de plein air bruxelloise, accessible depuis jeudi après-midi au pont Pierre Marchant, en bordure de canal à Anderlecht, autorise le burkini – un maillot de bain qui permet aux femmes musulmanes de se baigner sans dévoiler leur corps – et réserve certaines heures aux femmes.

« Burkini admis et heures réservées aux femmes. La folie communautariste continue », a-t-il indiqué sur Twitter.

M. Bouchez ajoute que le MR « interviendra au parlement bruxellois et au fédéral.

« Nos valeurs sont mises à mal avec la complicité ignorante de certains. (La secrétaire d’État à l’Égalité des genres, à l’Egalité des chances à et la Diversité) Sarah Schlitz doit intervenir », affirme encore le président des libéraux francophones, dans un contexte de tension entre le MR et Ecolo. Les deux partis se sont opposé à propos de la nomination par Mme Schlitz d’Ihsane Haouach, une femme voilée, en tant que commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

ISABELLE BALKANY PERD SA LÉGION D’HONNEUR

ISABELLE BALKANY DÉNONCE UNE « HUMILIATION ». Il s’agit d’une exclusion automatique, après la condamnation pour fraude fiscale et blanchissement aggravé de l’ex-première adjointe à la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Isabelle Balkany a été exclue de l’ordre national de la Légion d’honneur, indique un arrêté publié ce samedi, le 26 juin, au Journal officiel.

« Cette exclusion entraîne la privation définitive de l’exercice des droits et prérogatives attachés à la qualité de membre de la Légion d’honneur ainsi que l’interdiction de porter les insignes de toute décoration française ou étrangère ressortissant à la grande chancellerie de la Légion d’honneur », précise le texte.

L’ex-première adjointe à la mairie de Levallois-Perret a été condamnée en mai 2020 à quatre ans de prison ferme pour blanchiment aggravé. Son époux Patrick Balkany a écopé d’un an de plus. Également condamnés pour fraude fiscale, ils ont depuis été placés sous bracelet électronique.

Biélorussie: L’Ue a imposé des sanctions

La sanction est tombée. Les Européens ont décidé, ce lundi le 21 juin lors d’une réunion à Luxembourg, de couper d’importantes sources de revenus du régime biélorusse pour sanctionner le déroutement d’un vol de la compagnie Ryanair, allant de Vilnius à Athènes, afin d’arrêter un journaliste, fin mai. La décision a été approuvée « à l’unanimité » lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept, ont indiqué à l’AFP deux participants.

« Ça n’arrive pas tous les jours, mais l’Union européenne est sur la même ligne. On avait fixé la ligne au sommet européen et aujourd’hui nous allons transformer l’essai », avait prévenu le chef de la diplomatie du Luxembourg, Jean Asselborn. La décision a été approuvée « à l’unanimité » lors d’une réunion des ministres des affaires étrangères des Vingt-Sept, ont déclaré deux participants. Une liste comportant au total soixante-dix-huit personnes et huit entités ciblées par les sanctions a été publiée au terme de la réunion.

Les ministres se sont d’abord entretenus avec l’opposante en exil Svetlana Tikhanovskaïa, arrivée dimanche soir à Luxembourg. Ils ont ensuite commencé leur réunion avec l’approbation de l’ajout de 78 noms et de 8 entités à la liste des responsables biélorusses sanctionnés pour la répression de l’opposition. Puis ils ont confirmé l’accord politique trouvé vendredi dernier entre les capitales sur les secteurs clés économiques visés.

Ces sanctions constituent une réponse au détournement de l’avion, mais aussi, plus largement, à « la répression persistante en Biélorussie » et aux violations des droits humains, a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, dans un communiqué. « Ces sanctions coordonnées démontrent la ferme détermination transatlantique à soutenir les aspirations démocratiques du peuple biélorusse », a-t-il ajouté.

Professeur Raoult vs. un procureur

Dans la tourmente après l’évocation d’un cluster entre ses murs, l’Institut Hospitalier Universitaire (IHU) de Marseille n’en a pas fini avec les ennuis. L’établissement, dirigé par le professeur Didier Raoult, a en effet été perquisitionné ce 14 mai, rapporte France Bleu.

Une dizaine de policiers, accompagnés d’un procureur de la République ont investi les lieux dans la matinée, notamment le quatrième étage de l’édifice. Leur visite est liée à des soupçons de prise illégale d’intérêts et de détournements de fonds publics, selon LCI.

Un travail d’enquête qui n’a pas manqué d’interroger certains observateurs, au vu des prises de positions de Didier Raoult durant la pandémie. Sur Twitter, Florian Philippot, président des Patriotes a ainsi dénoncé une forme d’«acharnement contre ceux qui soignent», au contraire de ceux acceptant l’influence des «grands labos».

L’Institut Hospitalier Universitaire (IHU) de Marseille, port d’attache du professeur Raoult, a reçu la visite de plusieurs enquêteurs et d’un procureur de la République, rapporte France Bleu.

Récemment, le professeur Raoult a publiquement critiqué la société Pfizer, rappelant l’histoire épique de la corruption et de la fraude.

Santé: la maladie du foie gras

C’est la première fois que des estimations officielles sont faites en France sur la maladie du foie gras. Environ 8 millions de Français ont le foie trop gras, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Rapporté à la population française, les chercheurs estiment que 8 millions d’adultes ont un foie trop gras, soit 18,2% de la population. 200 000 auraient une maladie à un stade déjà avancé, pouvant mener rapidement à une cirrhose ou un cancer. Avoir un foie trop gras ne conduit pas nécessairement à une Nash, une « maladie du foie gras. » La Nash ne constitue que le dernier stade avant une cirrhose ou un cancer.

« Le terme de « maladie du foie gras » couvre un large spectre de gravité de la maladie, qui va d’un foie gras sans inflammation jusqu’à la Nash, avec des réactions inflammatoires, des lésions hépatiques et une possible fibrose », explique une récente étude publiée dans le journal médical allemand Deutsches Ärtzteblatt. L’étude explique qu’entre 5 et 20% des patients avec un foie gras vont développer une Nash, qui elle-même conduit à une fibrose élevée dans 10 à 20% des cas. Et 5% des foies avec fibrose évolueront vers une cirrhose.

RÉALISATEUR RUSSE PRIVÉ DE CANNES

L’artiste de 51 ans a été condamné fin juin 2020 à trois ans de prison avec sursis et à une amende dans une affaire de détournement de subventions publiques qu’il conteste.

Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov, dont le nouveau film sera en compétition à Cannes, est interdit de sortie du territoire russe et ne pourra donc pas se rendre légalement au festival, a indiqué lundi, le 7 juin, à l’AFP son avocat.

« Kirill (Serebrennikov) ne peut quitter le territoire russe », a affirmé Dmitri Kharitonov, précisant que cette interdiction serait en vigueur jusqu’à la fin du sursis dont a été assorti la peine de prison à laquelle a été condamné son client, soit jusqu’à juin 2023.

L’artiste de 51 ans a été condamné fin juin 2020 à trois ans de prison avec sursis et à une amende dans une affaire de détournement de subventions publiques qu’il conteste. En août 2017, il avait été arrêté puis assigné à résidence plus d’un an et demi, accusé avec des associés d’avoir détourné environ 130 millions de roubles (1,8 million d’euros) entre 2011 et 2014.

Nantes: un Algérien en situation irrégulière

On en sait davantage ce dimanche, 6 juin 2021, sur le profil de l’homme qui a agressé plusieurs personnes avec un tournevis vendredi midi à Nantes place du Bouffay, créant la panique en plein centre-ville de Nantes à l’heure du déjeuner. Placé en garde à vue à sa sortie de l’hôpital, l’homme a été entendu par les policiers samedi. Il s’agit d’un Algérien de 27 ans en situation irrégulière et le mobile de son agression, comme nous le révélions hier dans nos colonnes, n’est pas terroriste.

Devant les policiers, il a reconnu son périple agressif. Alors qu’il semblait frapper au hasard selon plusieurs témoins, il a expliqué avoir agi ainsi parce qu’il se sentait menacé, révèle une source proche de l’enquête. Pour autant, la piste au départ évoquée d’un déséquilibré a été écartée. Cet homme a bien été reconnu responsable de ses actes pour être présenté au Parquet de Nantes qui n’a pas demandé d’expertise psychologique. Lors de son audition, le migrant a aussi détaillé son parcours difficile depuis son pays d’origine vers l’Italie, puis à travers différents pays européens, avant de se faire voler son passeport à Paris puis d’arriver à Nantes.

Le dernier bilan de l’agression fait état de quatre blessés. Une victime a été transférée au CHU de Nantes (Loire-Atlantique).

« J’espère que ça va aller pour ces personnes», soupire Salimou Guirassy. Le colosse a mis fin ce vendredi 4 juin, au cœur de Nantes, au périple violent d’un homme armé d’un tournevis. Il a semblé frapper au hasard aux alentours de 12 h, dans les environs de la place du Bouffay. Sans jamais dire un mot, selon plusieurs témoins. L’événement a mobilisé durant plusieurs heures d’importantes forces de sécurité sur place.

Eric Zemmour: une candidature à la présidentielle?

« J’ai depuis vingt ans annoncé, prophétisé, en vain pour l’instant». Ce dimanche 6 juin, Eric Zemmour a accordé un long entretien à Livre Noir. Il a notamment glissé au média «réfléchir» à la suite de son engagement politique.

«Je réfléchis à la suite, aux mesures éventuelles qu’on pourrait prendre à partir de mon diagnostic», a-t-il avoué. «Tous les soirs» dans Face à l’info sur CNews, «je fais de plus en plus de propositions, je pense de plus en plus à comment mettre en application ce que je dis», estimant que «la prévision, la prédiction, même la prophétie ne suffisent pas». De ce fait, «peut-être» qu’il faudrait «passer à l’action», selon le chroniqueur de Face à l’info.

Eric Zemmour n’a pas hésité à s’identifier au journaliste nationaliste de l’Action française, Jacques Bainville (1879-1936). Cet écrivain avait en effet annoncé dans son célèbre livre «Les Conséquences politiques de la paix», écrit en 1920, «tout ce qui allait se passer dans les années 1930» et ce qui «allait nous conduire à la guerre» contre l’Allemagne d’Adolf Hitler. «Je ne peux pas ne pas m’identifier à cet homme que j’admire», a poursuivi Eric Zemmour auprès de Livre Noir.

« Entrées précédentes