Archives de Catégorie: SUISSE

Mode suisse « s’atomise »

La Haute Ecole d’art et de design de Genève (HEAD), qu’il dirige depuis sa création en 2007, présentera le 11e défilé de ses diplômés en Fashion Design. Pour la HEAD et son directeur, c’est l’événement phare, celui grâce auquel leurs étudiants peuvent rayonner très au-delà de nos frontières. Et pour le public, le moyen de constater que la mode suisse renforce un peu plus chaque année son identité.

Il a fait de son école l’une des références européennes en matière de mode. Rencontre avec Jean-Pierre Greff, directeur de la HEAD-Genève, à quelques jours de son grand défilé.

‘Je note que, parmi nos meilleurs diplômés, la fascination magnétique pour les grandes capitales de la mode n’opère plus aussi fortement qu’avant. Les choses s’atomisent’ sent Jean-Pierre Greff.

Marché de l’art suisse éblouissant

Selon un rapport réalisé par le professeur Clare McAndrew avec la banque suisse UBS et les organisateurs de la foire, le marché de l’art pesait quelque 63,7 milliards de dollars (54,8 milliards d’euros) en 2017. Il a ainsi connu un rebond de 12% par rapport à l’année précédente, principalement grâce à une poignée d’enchères exceptionnelles, dont une toile de Léonard de Vinci, Salvator Mundi, qui a établi un nouveau record, à 450 millions de dollars.

Ces gros chiffres masquent cependant de fortes disparités, notait ce rapport, aussi bien entre les maisons d’enchères que les galeries, entre les grandes galeries et celles, plus petites, qui peinent à couvrir leurs frais. Ou encore entre les différents courants artistiques.

Un milliardaire toujours introuvable dans les Alpes

La famille et les secours de Karl-Erivan Haub, le richissime patron allemand du distributeur Tengelmann, ont annoncé vendredi  (13/04/2018) n’avoir aucun espoir de le retrouver vivant, une semaine après sa disparition dans les Alpes italo-suisses en pratiquant un sport extrême.

« Après plus de sept jours dans les conditions climatiques extrêmes d’un glacier, il n’y a plus aucune chance de (le) retrouver vivant », a reconnu dans un communiqué le groupe familial Tengelmann qui détient notamment les chaînes de magasins de vêtements à bas prix Kik et de bricolage Obi. Parallèlement, les secours suisses ont annoncé l’arrêt des opérations destinées à retrouver cet homme, dont la famille est parmi les plus riches d’Allemagne.

Alpes suisses

Le Temps: Une bourse pour les enquêtes journalistiques

«Le Temps» lance à l’occasion de son 20e anniversaire une bourse destinée à accompagner des projets d’enquête innovants qui se situent dans sa ligne éditoriale.

 L’assassinat de la blogueuse et journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia en octobre 2017 et celui du journaliste slovaque Jan Kuciak aux côtés de sa compagne, Martina Kusnirova, en février 2018 ont résonné comme un coup de tonnerre en Europe. Leur mort violente – des crimes qui restent impunis aujourd’hui – rappelle brutalement à nos sociétés assoupies par les médias sociaux que la liberté d’informer demeure fragile même en plein cœur de l’Union européenne, et que la corruption et le crime organisé restent en embuscade et redressent la tête dès que la vigilance démocratique s’essouffle.
«Le Temps» lance une bourse pour encourager les enquêtes journalistiques.

Des animaux dans les maisons de retraite

En l’absence de cadre légal sur la présence des animaux dans les maisons de retraite, c’est à chacune de décider si elle les accueille ou non, quels que soient les bienfaits pour les résidents, explique Le Temps suisse.

Justy promène ses pattes de velours à l’EMS Hébron de Saint-Imier (BE) depuis dix ans. La mascotte du lieu cohabite même avec quelques chiens, sortis de la niche familiale pour suivre leur maître dans son nouveau lieu de vie. Petites ou grandes, ces bêtes sont autorisées au bon vouloir de la seule direction. Car en Suisse, il n’existe pas de cadre légal sur la présence d’animaux en EMS, c’est à chaque institution d’édicter ses règles.

A la ville comme à la campagne, plusieurs institutions ouvrent volontiers leurs portes à Médor ou Mistigri. «Nous tenons à offrir aux résidents un lieu de vie proche de celui qu’ils ont connu avant leur entrée en EMS, expliqué Alexandre Pizzinato, le directeur des résidences Les Charmilles et Liotard à Genève. Dans cette transition souvent douloureuse, pourquoi leur arracher un être cher? Cette politique ne nous pose pas de contraintes financières et peut se révéler un atout, pour favoriser le lien entre résidents autant que le bien-être personnel. La cohabitation se passe bien.» Chats, chiens, oiseaux ou poissons, l’établissement est ouvert à tous. La condition? Le propriétaire doit être capable d’assumer pleinement leur promenade quotidienne et le budget croquettes.

 

Les insectes: les tendances plus alléchantes chez suisses

En Suisse et en Auvergne Rhône Alpes une poignée d’industriels, de petits producteurs et même une députée sont persuadés que les insectes pourraient être LA source de protéine de demain.

C’est un produit beaucoup plus écologique que le bœuf et autres viandes que nous consommons quotidiennement. Leur objectif : faire entrer les insectes dans nos assiettes et pourquoi pas en faire un aliment « gastronomique ».

Un nouveau marché est en train de naître de part et d’autre de la frontière. L’activité est encore confidentielle mais le potentiel est immense. Quels sont les perspectives locales pour ces nouveaux produits ? Les Suisses et les Français sont-ils prêts à changer radicalement leurs habitudes alimentaires ?

Deux milliards d’individus en mangent quotidiennement sur la planète… la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) recommande même un développement des élevages à grande échelle afin de répondre aux inquiétudes croissantes sur l’approvisionnement mondial en protéine d’ici 2030.

Mais en Europe les insectes ne sont pas vraiment du goût des consommateurs, encore considérés comme des denrées « insolites » et peu engageantes.

Le danger d’avalanche dans les Alpes suisses

Les importantes précipitations des derniers jours ont rendu le risque d’avalanche particulièrement élevé dans les Alpes Suisse, ainsi que le risque d’éboulement. De nombreuses routes et lignes ferroviaires sont coupées dans le pays.

Les importantes précipitations des derniers jours ont rendu le risque d’avalanche particulièrement élevé dans les Alpes. De nombreuses routes et lignes ferroviaires sont coupées dans le pays, et la situation risque de s’aggraver.

Le danger d’avalanche est passé dimanche en fin d’après-midi au degré maximal (5 sur 5, «très fort»), sur toute la crête Nord des Alpes suisses, selon l’Institut SLF de Davos. À cela s’ajoute l’arrivée d’une nouvelle perturbation qui devrait atteindre la Suisse dimanche soir et durer jusqu’à lundi soir.

Au-dessus de 1500/2000 m, les flocons tomberont en grande quantité: jusqu’à un mètre et demi localement, en particulier sur l’ouest du Valais, dans le Chablais et sur l’Oberland bernois, selon Meteonews. Cette vague entraînera de fortes rafales de vent, avec des pointes jusqu’à 70 km/h en plaine et 130 km/h en haute montagne.

Des avalanches de grande ampleur sont d’ores et déjà à craindre, indique l’Institut SLF. Elles pourraient se déclencher spontanément et descendre à proximité des voies de communication et des zones habitées. La police valaisanne demande d’éviter tous les déplacements inutiles.

« Entrées précédentes Derniers articles »