Archives de Catégorie: MONDE

UE-Taïwan: la coopération renforcée

Strasbourg 21.10.2021 Le PE appelle à des relations plus étroites avec Taïwan, guidées par la politique ‘‘d’une seule Chine’’, tout en émettant des avertissements sur les tensions dans le détroit de Taïwan.

Les députés considèrent Taïwan comme un partenaire clé de l’UE et un allié démocratique dans la région indopacifique, qui contribue à maintenir un ordre fondé sur des règles au milieu d’une rivalité croissante entre les principaux acteurs géopolitiques de la région.

Préparer le terrain au nouvel accord bilatéral d’investissement

Pour renforcer la coopération, le texte adopté par les députés souligne la nécessité urgente de lancer ‘‘une étude d’impact, une consultation publique et une étude exploratoire’’ sur un accord bilatéral d’investissement entre l’UE et Taïwan. Les députés insistent sur l’importance des relations commerciales et économiques entre les deux parties, notamment sur des questions liées au multilatéralisme et à l’OMC, aux technologies comme la 5G, à la santé publique ainsi qu’à la coopération essentielle sur les fournitures critiques telles que les semi-conducteurs.

Vives inquiétudes relatives à la pression militaire chinoise sur Taïwan

Le rapport exprime par ailleurs la vive inquiétude des députés concernant la poursuite de la belligérance militaire, les pressions, les exercices d’assaut, les violations de l’espace aérien et les campagnes de désinformation de la Chine visant Taïwan. Il demande instamment à l’UE de faire davantage pour répondre à ces tensions et pour protéger la démocratie taïwanaise et le statut de l’île en tant que partenaire important de l’UE.

Les députés rappellent que toute modification des relations entre les deux rives du détroit de Taïwan ne doit être ni unilatérale ni contraire à la volonté des citoyens de taïwanais. Ils rappellent également le lien direct entre la prospérité européenne et la sécurité asiatique et des conséquences pour l’Europe d’un conflit qui se propagerait bien au-delà du domaine économique.

Enfin, les députés proposent de changer le nom du Bureau européen de représentation économique et commerciale à Taïwan en Bureau de l’UE à Taïwan afin de refléter le large éventail des liens entre les deux parties.

Le texte a été adopté par 580 voix pour, 26 contre et 66 abstentions. Il sera disponible ici (21.10.2021).

« Le premier rapport du Parlement sur les relations UE-Taïwan démontre que l’UE est prête à renforcer sa relation avec notre partenaire clé qu’est Taïwan.

La Commission doit maintenant intensifier les relations entre l’UE et Taïwan et poursuivre un partenariat global renforcé avec ce pays. Les travaux relatifs à l’étude d’impact, à la consultation publique et au périmètre de l’accord bilatéral d’investissement avec les autorités taïwanaises, en vue des négociations visant à renforcer nos liens économiques, doivent commencer avant la fin de cette année » le rapporteur Charlie Weimers (ECR, SE) a déclaré.

Kaboul: deux Belges blessés

Bruxelles 30.08.2021 Deux Belges ont été blessés à Kaboul, a-t-on appris lundi, le 30 aout, de source diplomatique. L’un d’eux, originaire de Bruxelles, l’a été à la suite de l’attentat perpétré jeudi et est soigné dans un hôpital de la ville. L’autre personne a également été blessée près de l’aéroport mais pas dans cet attentat, a-t-on précisé sans donner d’autre détail.

La presse flamande a toutefois fait état il y a une semaine d’un incident qui s’est produit lorsqu’une personne originaire d’Anvers a voulu entrer dans l’aéroport mais aurait été refoulée par un soldat américain d’après le témoignage recueilli par « De Morgen ».

Mercredi dernier, les Belges présents à l’aéroport de Kaboul dans le cadre de l’opération d’évacuation Red Kite ont quitté la capitale afghane. Ce lundi, le 30 aout, 125 Belges ou personnes sous protection belge qui se trouvent encore en Afghanistan étaient recensés sur la liste des personnes souhaitant être évacuées. La Belgique cherche des solutions avec ses partenaires étrangers. Le point de contact est l’ambassade de Belgique au Pakistan. Quoi qu’il en soit, les Belges encore sur place ont été appelés à ne pas se rendre à l’aéroport de Kaboul.

Des militaires belges sont toujours déployés à Islamabad. Le moment de leur retour en Belgique ou une nouvelle affectation n’ont pas encore été décidés, a-t-on indiqué de source militaire.

Taliban annonce les règles

Après s’être emparés d’un district isolé de la province de Takhar en Afghanistan, les taliban ont annoncé dans une lettre à l’imam local les nouvelles règles en vigueur : barbe obligatoire pour les hommes, femmes sous tutelle
Leur lettre «disait que les femmes ne pouvaient aller au marché sans un accompagnateur masculin et que les hommes ne devaient pas raser leur barbe», explique Sefatullah, 25 ans, un habitant du district de Kalafgan, tombé récemment aux mains des insurgés. (Image: illustraton).

Fumer est désormais interdit et les talibans ont averti qu’ils «s’occuperaient sérieusement» de quiconque violerait ces règles.

Depuis que les forces étrangères ont entamé début mai leur départ définitif du pays, les talibans ont pris le contrôle de vastes territoires ruraux dans le pays et de postes-frontières clés avec l’Iran, le Turkménistan et le Tadjikistan.

Ils ont pris pied dans certaines zones du Nord – comme la province de Takhar – qu’ils n’avaient jamais contrôlées du temps où ils dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001 et qui n’avaient donc jamais connu l’interprétation ultra-rigoriste de la charia.

Assassinat du président haïtien

C’est par la voix de Claude Joseph, le Premier ministre, que les Haïtiens ont appris la mort de leur président à leur réveil. « Le président a été assassiné chez lui par des étrangers qui parlaient l’anglais et l’espagnol. Ils ont attaqué la résidence du président de la République », a-t-il affirmé. Le sort de son épouse, blessée dans l’attentat qui a eu lieu vers 01h00 heure locale et hospitalisée, était incertain. Certains médias ont annoncé son décès. « Elle reçoit actuellement les soins que son cas nécessite », a dit le Premier ministre. Quelques heures plus tard, l’ambassadeur haïtien aux États-Unis a annoncé que la Première dame haïtienne sera évacué à Miami pour être soignée.

« Ils ont tiré et tué le président et blessé sa femme », a déclaré le Premier ministre, assurant que cette mort « ne resterait pas impunie ». Claude Joseph a promis que « les auteurs, les assassins de Jovenel Moïse paieraient pour ce qu’ils ont fait devant la justice ».

Quelques heures après l’assassinat, de premiers éléments ont commencé à émerger sur le profil des suspects. Les auteurs du meurtre se sont présentés à la résidence du président Jovenel Moïse, disant appartenir à l’agence américaine anti-drogues (DEA), mais leur comportement ne semblait pas conforme à ce statut, selon l’ambassadeur haïtien aux États-Unis, Bocchit Edmond. « C’était une attaque bien orchestrée et ce sont des professionnels », a déclaré le diplomate. « Nous avons une vidéo, et nous pensons qu’il s’agit de mercenaires. »

La police a indiqué mercredi le 7 juillet soir avoir poursuivi les membres présumés du commando aussitôt après l’attaque et que les forces de l’ordre continuaient de mener dans la soirée une opération dans les hauteurs de la capitale Port-au-Prince. « Quatre mercenaires ont été tués, deux ont été interceptés sous notre contrôle », a fait savoir dans une allocution télévisée le directeur général de la police nationale haïtienne. « Trois policiers qui avaient été pris en otage ont été récupérés. » Aucune autre information sur l’identité ou les motivations des auteurs de l’assassinat n’a été divulguée.

Quelques heures après l’annonce de la mort de Jovenel Moïse, le Premier ministre a déclaré l’état d’urgence dans tout le pays, octroyant ainsi des pouvoirs renforcés à l’exécutif. Claude Joseph a aussi appelé la population au calme et fait savoir que la police et l’armée allaient assurer le maintien de l’ordre.

« La situation sécuritaire est sous contrôle », a-t-il assuré, alors que les rues de la capitale Port-au-Prince étaient calmes, sans présence renforcée – pour l’instant – de la police ou des forces de sécurité.

Dans ce contexte faisant redouter un basculement vers l’anarchie généralisée, le Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis et l’Europe appelaient à la tenue d’élections législatives et présidentielle libres et transparentes, d’ici la fin 2021. Jovenel Moïse avait annoncé lundi la nomination d’un nouveau Premier ministre, Ariel Henry, avec justement pour mission la tenue d’élections.

Une mission complexe : gouvernant par décret depuis janvier 2020, sans Parlement, et alors que la durée de son mandat faisait l’objet de contestations, Jovenel Moïse avait mis en chantier une réforme institutionnelle. Cette dernière avait pour but d’apporter un peu de stabilité à un système chancelant : Jovenel Moïse aura nommé pas moins de sept Premiers ministres au cours de son mandat. Le dernier en date, Ariel Henry, n’aura pas pu entrer en fonction.

Dès l’annonce du drame, la République dominicaine a ordonné mercredi le 7 juillet la « fermeture immédiate » de sa frontière avec Haïti, les deux pays se partageant la même île. Le président américain Joe Biden a condamné cet « acte odieux », disant les États-Unis prêts à apporter leur aide au pays en crise.

« Les États-Unis continuent de considérer que les élections de cette année devraient être maintenues », a ajouté le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price lors d’un point-presse, jugeant qu’un scrutin libre « favoriserait le transfert pacifique du pouvoir à un président nouvellement élu ».

Le président Jovenel Moïse a été assassiné par un commando armé mercredi le 7 juillet en pleine nuit à son domicile. Un drame de plus à Haïti, qui s’enfonce dans la crise.

L’Union européenne, elle, s’est inquiétée d’une « spirale de violence » par la voix de son chef de la diplomatie Josep Borrell et Paris a dénoncé un « lâche assassinat ».

Donald Rumsfeld est décédé

Donald Rumsfeld, ancien faucon et chef du Pentagone sous George W. Bush, architecte controversé de la guerre d’Afghanistan et de l’invasion de l’Irak, un conflit dont l’enlisement lui a finalement coûté son poste, est décédé à 88 ans.

Ancien pilote de l’aéronavale, M. Rumsfeld a été le ministre de la Défense de deux présidents –Gerald Ford et George W. Bush à deux époques très contrastées : la Guerre froide et les années de la « guerre contre le terrorisme » lancée par M. Bush.

Donald Rumsfeld a conduit la guerre en Afghanistan à l’automne 2001, après les attentats du 11-Septembre, et a supervisé l’invasion de l’Irak en 2003.

Son image est aussi restée associée au scandale de la prison d’Abou Ghraib, révélé en avril 2004. Des photos de prisonniers irakiens torturés et humiliés par des militaires américains avaient provoqué une indignation mondiale. M. Rumsfeld avait alors offert une première fois sa démission à George W. Bush, qui l’avait refusée.

«Il restera peut-être dans l’Histoire pour ses réalisations extraordinaires au cours de six décennies de service public» mais «ceux qui le connaissaient le mieux» se souviendrontde son amour indéfectible pour sa femme Joyce, sa famille et ses amis et de l’intégrité qu’il a apportée à une vie dédiée à son pays», ont déclaré mercredi, le 30 juin, ses proches dans un communiqué, sans indiquer les causes de sa mort.

L’ancien secrétaire à la Défense est décédé à Taos, dans l’État du Nouveau-Mexique. «Les États-Unis sont plus sûrs » grâce à Donald Rumsfeld, a salué l’ancien président George W. Bush. «Nous pleurons un fonctionnaire exemplaire, un homme très bon », a-t-il ajouté.

Avocat d’une Amérique forte et sans état d’âme face aux risques terroristes, le rapide renversement du régime des talibans en Afghanistan lui avait donné une forte stature au sein de l’administration Bush et relégué dans l’ombre le département d’État et son responsable Colin Powell. Mais sa réputation avait été ternie par l’enlisement de l’armée américaine en Irak, qui lui coûtera finalement son poste en 2006, à l’âge de 74 ans. Il était notamment critiqué pour ne pas avoir prévu de plan pour l’après-guerre et avoir mal évalué le nombre de troupes américaines nécessaires pour occuper l’Irak.

Au final, tout comme l’ancien vice-président Dick Cheney, dont il était très proche, M. Rumsfeld est resté l’un des visages les plus impopulaires de la présidence Bush. Connu pour sa combativité mais aussi ses nombreuses gaffes, il affichait une assurance qui confinait parfois à l’arrogance et qui l’avait rendu impopulaire parmi les militaires et dans le monde politique.

Il avait ainsi suscité des grincements de dents en rangeant l’Allemagne et France dans « la vieille Europe » et avait embarrassé le Premier ministre Tony Blair en envisageant de combattre en Irak sans les Britannique

Tigré: trois humanitaires de MSF tués

« Aujourd’hui nous pleurons trois de nos collègues, tués alors qu’ils travaillaient dans la région du Tigré, en Ethiopie. Maria Hernandez, coordinatrice d’urgence, Yohannes Halefom Reda, assistant coordinateur et Tedros Gebremariam Gebremichael, chauffeur, étaient en déplacement hier après-midi lorsque nous avons perdu contact avec eux. Ce matin, leur véhicule a été retrouvé vide, leurs corps sans vie gisant quelques mètres plus loin » Médecins sans frontières (MSF) dénonce un «assassinat brutal». L’ONU et les Etats-Unis réclament une enquête indépendante sur l’attaque. (Image: illustration, Afrique).

« Aucun mot ne peut exprimer notre tristesse, notre choc et notre indignation face à cette horrible attaque, ni apaiser la perte et la souffrance de leurs familles et de leurs proches, à qui nous transmettons notre plus profonde sympathie et nos condoléances. Nous sommes en contact étroit avec eux, et demandons de respecter leur douleur et leur besoin de recueillement en ce moment particulièrement éprouvant.

« Nous condamnons de la façon la plus ferme cette attaque contre nos collègues et nous nous efforcerons sans relâche de comprendre ce qu’il s’est passé. Maria, Yohannes et Tedros étaient au Tigré pour porter assistance à la population, et il est inconcevable que cela leur ait coûté la vie.

« Maria Hernandez, coordinatrice d’urgence, 35 ans, Espagnole née à Madrid, avait commencé à travailler pour MSF en 2015 en République centrafricaine et avait ensuite effectué des missions au Yémen, au Mexique et au Nigeria. Yohannes Halefom Reda, assistant coordinateur, âgé de 31 ans et Éthiopien, a rejoint l’organisation en février. Tedros Gebremariam Gebremichael, 31 ans, également Éthiopien, était chauffeur pour MSF depuis mai.

« La mort de Maria, Yohannes et Tedros affecte profondément tous les membres de MSF, en Éthiopie comme dans nos autres pays d’intervention dans le monde. Ensemble, nous exprimons un profond sentiment de tristesse, d’indignation et de consternation, et nous adressons nos pensées à leurs familles ».

Volcan Nyiragongo: gouvernement critiqué

Après le chaos de l’évacuation ordonnée jeudi, le 27 mai, face au risque d’éruption du volcan Nyiragongo, la ville de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) retrouvait samedi, le 29 mai, un semblant de normalité, le gouvernement défendant sa gestion de la crise face aux critiques. (Image: illustration).

La situation est « grave » mais « sous contrôle » dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), après l’éruption du volcan Nyiragongo et l’évacuation de plusieurs centaines de milliers d’habitants de la ville de Goma, a assuré ce samedi le président Félix Tshisekedi.

Des jours après l’éruption du volcan Nyiragongo, les craintes persistent à Goma et sa périphérie. Les coulées de lave se sont certes arrêtées à la lisière de la ville mais la terre gronde toujours ce mercredi alimentant ainsi l’angoisse des habitants. L’heure est également aux constats des dégats. Le bilan matériel s’annonce lourd et le nombre de morts ne cesse d’augmenter.Retour sur quatre jours d’angoisse.

Selon RSM, l’organisme public en charge de la surveillance sismique au Rwanda voisin, dont la frontière jouxte la ville de Goma, ce séisme était d’une magnitude de 5,1.

C’est aussi l’apparition de deux grosses fissures qui inquiète aujourd’hui. Larges de quelques dizaines de centimètres par endroits, elles ont fracturé le sol dans le centre ville, alimentant ainsi de nouveau la psychose des habitants.

L’une a en effet fendu le sol dans la partie ouest de la ville et s’étend sur plusieurs centaines de mètres, entre le mont Goma, qui marque la limite nord de la ville, jusqu’à l’hôpital général et les rives du lac Kivu.

Passeport COVID19 : différence de prix

Leadfoot Promotions, l’entreprise qui s’occupe de la promotion de l’évènement, présente le prix de la place à $18 comme un rabais, octroyé uniquement contre présentation de la carte de vaccination à l’entrée du concert.
Pour assister au concert du groupe Teenage Bottlerocket prévu le 26 juin à Saint Petersburg, en Floride, il vous faudra débourser $18, mais dans l’éventualité où vous n’êtes pas vaccinés contre le Covid-19, le ticket vous coûtera… $999,99.

Leadfoot Promotions, l’entreprise qui s’occupe de la promotion de l’évènement, présente le prix de la place à 18 dollars comme un rabais, octroyé uniquement contre présentation de la carte de vaccination à l’entrée du concert.

Nous ne vous disons pas ce que vous devez faire, nous avons pris une décision commerciale, et nous laissons le marché décider », explique-t-elle sur son site web. « Si quelqu’un vient sans être vacciné, il va faire peur à un grand nombre de clients, et devra donc payer la différence », justifie l’entreprise.
La réaction de la scène musicale locale « abondamment positive »
« Je voulais également que ce soit une incitation à se faire vacciner pour que ceux qui hésitent, n’hésitent plus », a affirmé à la chaîne locale KAKE l’homme à l’origine de l’idée, Paul Williams, de Leadfoot Promotions.

« Je voulais que les gamins qui souhaitent aller aux concerts se bougent et aillent se faire injecter » le vaccin, a-t-il déclaré.
Selon Paul Williams, la réaction de la scène musicale locale a été « abondamment positive ». Mais des anti-vaccins ont obtenu son numéro de téléphone et l’ont inondé de messages indésirables, a-t-il affirmé à KAKE.

Texas: prévoit d’exécuter le condamné

Dans une vidéo tournée au parloir et diffusée par le New York Times, le condamné Quintin Jones s’adresse à l’élu républicain Greg Abbott pour lui demander de commuer sa peine en réclusion à la perpétuité.

L’Etat américain du Texas prévoit d’exécuter mercredi, le 19 mai, le Quintin Jones, un Afro-Américain condamné à la peine capitale pour le meurtre d’une octogénaire. Le condamné avait tenté d’obtenir la clémence du gouverneur avec une vidéo peu commune.

Dans ce film de quatre minutes, tourné au parloir et mis en ligne par le New York Times, Quintin Jones s’adresse directement à l’élu républicain Greg Abbott pour lui demander de commuer sa peine en réclusion à perpétuité.

«J’ai tué quelqu’un il y a plus de 20 ans», reconnaît cet homme noir de 41 ans qui, en 1999, a battu à mort sa grand-tante, âgée de 83 ans, avec une batte de base-ball, avant de lui voler 30 dollars pour acheter de la drogue.

Mais « je ne suis plus la même personne, je suis devenu un homme dans les couloirs de la mort », plaide-t-il, avant d’ajouter, en fixant la caméra : « Monsieur le gouverneur, si vous pouviez trouver dans votre cœur de quoi m’accorder votre clémence, je pourrais continuer à vivre pour m’améliorer ».

Melilla et Ceuta: grave crise pour l’Espagne

Dans la seule journée de lundi, plus de 5 000 migrants sont entrés dans l’enclave espagnol de Ceuta depuis le Maroc. Ce mardi, 2700 ont été renvoyés par les autorités espagnoles tandis que des dizaines de personnes sont aussi parvenues à entrer dans l’enclave de Melilla.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a promis mardi de « rétablir l’ordre » aux frontières, après l’afflux de quelque 6 000 migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin qu’il a qualifié de « grave crise pour l’Espagne et aussi pour l’Europe ». Le chef du gouvernement va se rendre sur place ce mardi, et aussi à Melilla, l’autre enclave espagnole située dans le nord du Maroc.

La commissaire européenne Ylva Johansson a jugé, de son côté, « inquiétant » cet afflux de migrants et a appelé le Maroc à continuer d’empêcher les départs irréguliers depuis son territoire.

Lundi, le 17 mai, au moins 6 000 migrants, dont un millier de mineurs, sont parvenus à atteindre l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin. Cette arrivée massive, par la mer ou par la terre, marque un nouveau « record » pour une seule journée.

Quelque 86 migrants sont parvenus à franchir mardi la haute barrière protégeant l’enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin, au moment où des milliers de Marocains sont entrés illégalement depuis lundi dans l’autre enclave de Ceuta, a indiqué la préfecture de Melilla.

Au total, « plus de 300″ personnes originaires d' »Afrique subsaharienne » ont tenté de franchir la barrière mardi « vers 4h45 »: parmi elles, « 85 hommes et une femme ont réussi à entrer », a précisé la préfecture de Melilla dans un communiqué.

Les arrivées de migrants, venus des plages marocaines situées à quelques kilomètres au sud de Ceuta, se sont multipliées ces dernières heures sur le territoire espagnol. Dans la nuit de lundi à mardi, au moins 5.000 migrants, dont un millier de mineurs, sont parvenus lundi à atteindre par la mer ou par la terre l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin, un « record ».

« Entrées précédentes