Archives de Catégorie: LIFESTYLE

Beaujolais trois étoiles

Dans le Beaujolais, entre 15 000 et 20 000 vendangeurs sont attendus sur les 15 000 hectares de vignes. Mais entre la sécheresse et la grêle, les aléas climatiques ont un impact sur la récolte.

Si dans le Beaujolais, les vendanges se font encore à la main, dans les Coteaux du Lyonnais, la machine a pris le relais sur certaines parcelles.
Les vendanges ont été matinales, voire très matinales, voire tellement matinales que cela devient des vendanges nocturnes.

 »Un tiers de l’appellation beaujolais a été touché par les derniers épisodes de grêle le 18 août, soit près de 1.500 hectares. La récolte ne sera pas équitable entre le Sud et le Nord, les plaines et les Coteaux », explique Inter Beaujolais, l’organisme interprofessionnel des vins du Beaujolais.

Le millésime s’annonce « de très bonne qualité », selon les professionnels du secteur. Mais de faible quantité. Alors que les vendanges vont débuter dans le Beaujolais, au nord de Lyon,​ dans le vignoble, les viticulteurs regardent les grappes de gamay et de chardonnay achever leur véraison sous le soleil. Une météo bénéfique pour terminer la maturation qui ne fait pas oublier pour autant les aléas climatiques de ces derniers mois.

Vin française: production recule

Le mélange gel printanier et canicule estivale a été dramatique pour la vigne française 2019. Selon les prévisions du service statistique du ministère de l’AgricultureAgreste, rendues publiques le 30 août, la production française de vin devrait baisser de 12 % en 2019 par rapport à l’an dernier.

En passant de 49,37 millions d’hectolitres en 2018 à 43,4 millions cette année, la production serait ainsi l’une des plus basses des cinq dernières années. Soit une baisse de 4 % sur cette période. Elle resterait tout de même supérieure à la récolte historiquement réduite de 2017.

https://twitter.com/le_Parisien/status/1167503619400372226?s=20

Avant-première de Roman Polanski à Vénise

Le film du réalisateur Roman Polanski (86) sera présenté le 30 août  à 19H15 en avant-première mondiale à Venise, où il fait partie des 21 œuvre  en compétition pour le Lion d’or. Le réalisateur sera absent, a indiqué à l’AFP l’attaché de presse du film.  (Image: archive).

Thriller sur fond d’espionnage raconte l’Affaire Dreyfus, du point de vue du lieutenant-colonel Georges Picquart, incarné par Jean Dujardin, chef des services de renseignement et personnage clé.

Polanski, toujours poursuivi par la justice américaine pour le viol en 1977 d’une adolescente, a dit à plusieurs reprises qu’il voyait dans cette affaire un écho à sa propre histoire.

Trois femmes ont lancé des nouvelles accusations contre lui ces dernières années. En 2010, l’actrice britannique Charlotte Lewis l’a accusé de l’avoir «abusée sexuellement» à 16 ans en 1983.

Une seconde femme l’a accusé en 2017 d’agression sexuelle lorsqu’elle avait 16 ans, en 1973, et une troisième a déposé en 2017 une plainte pour viol, pour des faits remontant à 1972 alors qu’elle avait 15 ans. Polanski nie toutes les accusations.

En France, des féministes avaient manifesté (2017) contre une rétrospective de ses films, et il avait dû la même année renoncer à présider la cérémonie des César. Aux Etats-Unis, le réalisateur poursuit en justice l’Académie des Oscars, qui a décidé de l’exclure.

 

Croissance d’export de cognac

Les ventes de cognac, tirées par la demande des États-Unis , ont connu une cinquième année consécutive de croissance, tant en valeur (+6,9%) qu’en volume (+2,5%), a annoncé le 19 août le Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC).

L’eau-de-vie charentaise s’écoule à 98% à l’export, la France ne représentant que le cinquième marché.

Au total 211,1 millions de bouteilles ont été vendues pour un chiffre d’affaires de €3,4 milliards durant la campagne 2018-2019, selon l’organisme interprofessionnel (BNIC), qui se vante d’avoir “largement” contribué à l’excédent commercial des vins et spiritueux.

Avec un quart de la valeur totale des vins et spiritueux français à l’export, le cognac “se place en tête des grandes appellations”, a souligné le BNIC.

 

Paris: nouveaux restaurants en septembre

Fidèle à sa réputation de destination gastronomique, Paris est une ville où de nouveaux restaurants ouvrent toute les semaines. Plusieurs adresses sont particulièrement attendues en septembre.

POLICHINELLE  (51, quai de Grenelle, Paris 15e).

Le célèbre chef pâtissier Christophe Michalak et l’un des fondateurs de la chaîne de burgers Big Fernand Steve Burggraf se sont associés pour ouvrir une table végétarienne. Baptisée Polichinelle, elle ouvrira en septembre au sein de l’Hôtel Yooma dans le quartier de Beaugrenelle (15e). Les légumes seront pour la plupart issus du potager qui se trouve sur le toit de l’hôtel. Au total, on comptera 110 couverts en intérieur et 70 en extérieur. Polichinelle, mi-septembre, 51, quai de Grenelle, Paris 15e.

Contraste (18, rue d’Anjou Paris 8e).

Auréolé du succès de son restaurant Substance dans le 16earrondissement, l’homme d’affaires Stéphane Manigold va faire à nouveau parler de lui. Contraste doit ouvrir le 9 septembre dans le 8earrondissement. Le cadre devrait là encore être particulièrement soigné. Deux chefs aux parcours différents officieront en cuisine : Kevin de Porre et Erwan Ledru. Un contraste qui promet de belles émotions. Contraste, le 9 septembre, 18, rue d’Anjou Paris 8e.

PETIT PLISSON (14, rue des Petits carreaux  Paris 2e)

Après avoir bousculé Paris avec ses très grandes épiceries de produits très fins, Maison Plisson 1 et 2, Delphine Plisson s’apprête à ouvrir Petit Plisson dans le 2ème arrondissement de Paris. Il s’agira à la fois d’un « lieu de vie , de proximité et de services ». Il fera tout de même 100 m2 et proposera une gamme complète à déguster sur place ou à emporter. Petit Plisson, courant septembre, 14, rue des Petits carreaux  Paris 2e

ORIGINES (6, rue de Ponthieu Paris, 8)

Yannick Alléno, Pierre Gagnaire… A 37 ans Julien Boscus a un cv suffisamment solide pour tenter l’aventure en solo. Après avoir fait briller le restaurant Les Climats d’une étoile Michelin, il ouvre sa première table dans le 8e arrondissement baptisée Origines. Située rue de Ponthieu à quelques pas du triangle d’or, Origines présentera des assiettes sourcées, avec le moins d’intermédiaires possibles. Origines, courant septembre, 6, rue de Ponthieu Paris 8e

LE JULES VERNE (2e étage du la Tour Eiffel, Paris 7e )

Le restaurant gastronomique du deuxième étage de la tour Eiffel a rouvert ses portes cet été. Après Alain Ducasse, c’est désormais Fréderic Anton qui est à la tête de l’établissement. Le chef de 54 ans du restaurant Pré Catelan dans le bois de Boulogne (3 étoiles Michelin) est très attendu sur ce projet qui jouit d’une vue époustouflante sur Paris. Les menus vont de 105 à 230 euros dans ce restaurant d’une centaine de couverts qui sera ouvert sept jours sur sept. La Jules Verne, ouvert, 2e étage du la Tour Eiffel, Paris 7e.

Microbiote: « Le charme discret de l’intestin »

L’exposition « Microbiote« , qui a fermé ses portes le 4 août  à la Cité des sciences à Paris, a accueilli 380.000 visiteurs, s’est félicité l’établissement public.

Inspirée du best-seller « Le Charme discret de l’intestin” des soeurs allemandes Giulia et Jill Enders, paru en France en 2015, cette exposition avait ouvert le 4 décembre. Elle a reçu 1.800 visiteurs par jour.

Le visiteur était invité à explorer le système digestif humain « de la bouche à l’anus« . Et à découvrir le microbiote ou la flore intestinale, un monde de bactéries, de virus et de champignons hébergés en quasi-totalité par l’intestin, véritable écosystème.

Le principal propos de l’ouvrage « Le Charme discret de l’intestin » est là et, si on ne peut résumer l’étendue de cette recherche en quelques lignes, il faut toutefois s’y plonger – en toute confiance.

« Les bactéries constituent 90 % de notre population intestinale. Pour mettre un peu d’ordre là-dedans, nous avons recours à un peu plus de vingt souches« … Vous avez peur de vous ennuyer ?

Détrompez-vous, l’auteur nous emmène dans un passionnant voyage au sein des bactéries se gambadant au fond de nos entrailles, positives ou malfaisantes. Savoir qui elles sont et à quel point notre intestin, qui obéit lui aussi à des catégories, les tolèrent, est le début d’une maîtrise de notre métabolisme.

Pour lutter contre les salmonelles (qui, en gros, nous causent intoxications et gastro-entérites), Giulia Enders nous donne des conseils étranges : pas de planche en bois car les bactéries « survivent bien mieux dans les fentes et les rainures du bois que sur une planche en plastique« , laver à l’eau chaude nos ustensiles, bien laisser sécher torchons et éponges, nettoyer régulièrement son plan de travail, etc. Evident, mais toujours bon à rappeler. Aérer également les pièces contribue aussi à diluer, ce qui fait partie des « quatre méthodes d’entretien intelligentes » selon l’auteur : « diluer, sécher, régler le thermostat et nettoyer« .

François de Rugy un homme « blanchi »

François de Rugy a été dédouané une semaine après sa démission, des accusations de dépenses excessives lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale et ministre de la Transition écologique par deux enquêtes distinctes qui concluent – dans l’ensemble – à l’absence d’irrégularités. (Image: illustration).

“Je me présente devant vous ce soir en homme blanchi,(…) en honnête homme”, a réagi l’ex-ministre dans le cadre du journal de 20 heures de France 2.

“Il n’y aurait jamais dû y avoir d’affaire De Rugy, en revanche aujourd’hui, c’est sûr, il y a une affaire Mediapart. Cette affaire se réglera au tribunal”, a-t-il dit alors qu’au même moment, le site diffusait de “nouveaux éléments” attestant selon lui d’un mélange des genres.

Les premiers articles publiés par Mediapart faisaient état d’une dizaine de dîners à l’Hôtel de Lassay, résidence de fonction du président de l’Assemblée nationale, organisés avec les moyens mis alors à sa disposition alors même que “l’essentiel” des convives, selon le site, appartenaient au cercle amical de François de Rugy et de son épouse. Ce qu’il martèle dans un nouvel article publié mardi soir.

Lors de l’une de ces réceptions, des homards ont été servis aux invités, avec à l’appui une photo qui a inspiré un flot de railleries sur les réseaux sociaux. Mediapart a par la suite évoqué des “travaux de confort” réalisés dans son appartement au ministère de la Transition écologique pour un montant total de €63.000, dont €17.000 dédiés à un dressing.

Face à la polémique, le Premier ministre Edouard Philippe avait demandé le 11 juillet au secrétariat général du gouvernement (SGG) une inspection sur la régularité de travaux entrepris par l’ancien numéro deux du gouvernement.

 

Dans un rapport rendu public mardi, cette institution dépendant de Matignon valide dans l’ensemble les travaux réalisés dans le logement de l’Hôtel de Roquelaure.

 

« Entrées précédentes