Archives de Catégorie: LIFESTYLE

« Lapin » pour €81,3 million

Une sculpture ‘Lapin‘ de l’artiste américain Jeff Koons a été adjugéei chez Christie’s, à New York, pour un montant de USD91,1 million (EUR81,3 million), ce qui constitue un record pour un artiste vivant.

Ce lapin (1986) en acier inoxydable de plus d’un mètre de hauteur, l’une des trois pièces de la série confectionnée par Jeff Koons est considéré comme l’une des oeuvres les plus importantes du XXe siècle.

Sa vente bat le précédent record établi par le tableau ‘Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)’, du peintre britannique David Hockney, qui s’était vendu USD90,3 million en novembre dernier.

L’identité de l’acquéreur n’a pas été dévoilée.

Paniers-repas écoresponsables

Limiter l’empreinte carbone du take-away, voilà le pari d’un service de livraison genevois qui mise sur le zéro déchets et sur la mobilité douce.

Food Swiss

L’inspiration m’est venue lors d’un échange universitaire au Liban, quand j’étais encore étudiant à la Haute Ecole de gestion de Genève. A cette période, j’ai été marqué par la qualité et la simplicité du service de livraison. Depuis, l’offre dans le canton de Genève s’est sensiblement agrandie, mais mon but est avant tout de créer une relation durable et familiale avec les utilisateurs de notre service», raconte le fondateur de L’Unique Livraison, Jules Charles, âgé de 26 ansve

Sarrasin en vogue

Autrefois aliment pour les pauvres, le sarrasin a le vent en poupe en France où cette fleur dépourvue de gluten et ne supportant pas de pesticides est revalorisée dans des plats exotiques, souvent inspirés du Japon, jusque dans la cuisine gastronomique.

Certes, les crêperies servent toujours la traditionnelle galette bretonne à base de farine de sarrasin… Mais l’heure est surtout aux nouilles saupoudrées de graines torréfiées, tisanes, glaces, salades et sandwiches semi-fermentés.

La plante originaire de Chine n’a été introduite en Europe qu’au Moyen-Age après un passage par la Russie, où le sarrasin est toujours aujourd’hui consommé en bouillie ou en accompagnement de viandes ou champignons. Elle a de quoi séduire les sportifs, allergiques, diabétiques et adeptes d’un mode de vie sain.

Ventes de champagne sont tombées

Pénalisées par un nouveau recul en France et au Royaume-Uni, les ventes de champagne sont tombées en 2018 à leur plus bas niveau depuis 2004 en nombre de bouteilles expédiées depuis les caves.

Pour la première fois depuis cent ans, les volumes vendus en France ont été inférieurs à ceux commercialisés à l’exportation.

La baisse en volume devient un peu inquiétante, le recul en France et au Royaume-Uni n’étant pas compensé par la hausse du grand export”, a dit Jean-Marie Barillère, coprésident du CIVC.

L’appellation, qui a vendu 301,9 millions de bouteilles l’an dernier, un chiffre en baisse de 1,8%, est toutefois parvenue à stabiliser son chiffre d’affaires au niveau record de 4,9 milliards d’euros (+0,3%) atteint en 2017, selon les chiffres publiés dimanche par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).

Pour la première fois depuis cent ans, les volumes vendus en France ont été inférieurs à ceux commercialisés à l’exportation.

Dans l’Hexagone, les ventes ont poursuivi leur glissade dans un environnement économique peu porteur et plombé en fin d’année par le mouvement des Gilets jaunes.

Thon à €2,7 million au marché de Tokyo

Un thon rouge de 278 kilos s’est vendu à un prix record de €2,7 million à Tokyo, un succès inattendu pour les premières enchères du Nouvel An au nouveau marché de Toyosu, encore en phase de rodage.

« C’est un beau thon, plus cher que prévu« , a commenté l’acheteur Kiyoshi Kimura, patron de la chaîne de restaurants Sushi Zanmai. Celui sera découpé avant midi et vendu en sushi au prix habituellement pratiqué par l’enseigne.

                       thon €10 000 kg

Cette année encore, la bête a été pêchée au large de la préfecture d’Aomori dans le nord du Japon. La somme à laquelle elle a été vendue équivaut à près de 10.000 euro le kilogramme, ce qui est du jamais vu et ce prix élevé peut aussi choquer.

D’après M. Kimura, le nombre de thons proposés à Toyosu est inférieur à ce qu’offrait le marché de Tsukiji, et cette rareté de très belles pièces est l’une des raisons du tarif atteint.

« J’espère que la première vente du Nouvel an qui suscite un immense intérêt deviendra un symbole pour l’année de l’enthousiasme sur ce marché de Toyosu », a pour sa part déclaré la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike.

 

 

 

 

Thé ou café – goûts et préférences

Selon celle-ci, les personnes présentant la plus grande sensibilité au goût amer du café sont paradoxalement ceux qui en boivent le plus.

Cela « suggère que les consommateurs de café développent un goût ou une capacité à détecter la caféine », a indiqué la professeure en médecine préventive Marilyn Cornelis, co-auteure de l’étude.

« La génétique entre en compte légèrement plus dans la perception de l’amertume que dans la perception du sucré« , a expliqué Dianel Liang-Dar Hwang.

La perception des goûts est également influencée par nos comportements. « Même si naturellement les humains n’aiment pas l’amertume, nous pouvons apprendre à apprécier des aliments amers« , a expliqué le chercheur.

« Les buveurs de café étant généralement moins sensibles que les buveurs de thé à l’amertume, ils ont également plus de chances d’apprécier l’amertume d’autre aliments, comme les légumes verts« , s’est amusé le jeune scientifique.

L’étude, basée sur les données génétiques de quelques 438.000 Britanniques participant à l’étude, n’est « pas généralisable à d’autres pays et cultures », selon ses auteurs.

Qu’est-ce qui nous fait préférer le café au thé ? Les goûts seraient déterminés en partie par la « génétique », selon une étude australienne, publiée dans la revue scientifique Nature.

« L’étude a utilisé un échantillon très large » pour montrer que « la perception de l’amertume influence la consommation de thé et de café », a indiqué a l’AFP Daniel Liang-Dar Hwang, de l’université de Brisbane, co-auteur de l’étude.

Mode suisse « s’atomise »

La Haute Ecole d’art et de design de Genève (HEAD), qu’il dirige depuis sa création en 2007, présentera le 11e défilé de ses diplômés en Fashion Design. Pour la HEAD et son directeur, c’est l’événement phare, celui grâce auquel leurs étudiants peuvent rayonner très au-delà de nos frontières. Et pour le public, le moyen de constater que la mode suisse renforce un peu plus chaque année son identité.

Il a fait de son école l’une des références européennes en matière de mode. Rencontre avec Jean-Pierre Greff, directeur de la HEAD-Genève, à quelques jours de son grand défilé.

‘Je note que, parmi nos meilleurs diplômés, la fascination magnétique pour les grandes capitales de la mode n’opère plus aussi fortement qu’avant. Les choses s’atomisent’ sent Jean-Pierre Greff.

« Entrées précédentes