Archives de Catégorie: Italie

Sfera Agricola: les plants hors-sol sans pesticides

Au milieu des vignes toscanes, la plus grande ferme hydroponique d’Europe du Sud veut rendre ses couleurs à la tomate italienne, empoisonnée par des scandales d’infiltrations mafieuses, de pollution, et de main-d’oeuvre exploitée.

Lancée en 2015 par Luigi Galimberti, Sfera Agricola cultive des plants hors-sol sans pesticides, dans des serres écologiques, et laisse les abeilles faire l’essentiel du travail.

La ferme se veut l’une des réponses aux appels angoissés des Nations Unies sur la nécessité de trouver des moyens pour nourrir une population toujours croissante sur une planète à bout de souffle.

M. Galimberti l’assure: sa ferme produit 1 kg de tomate ou de laitue avec seulement deux litres d’eau, contre 75 litres pour les cultures en champ. Et 90% de ces deux litres d’eau proviennent de la collecte d’eau de pluie.

Il s’appuie sur un contrôle biologique, utilisant des organismes naturels pour lutter contre les insectes et les maladies. Et les rares plants qui nécessiteraient un traitement chimique sont mis de côté et leur production détruite.

« Nous utilisons des abeilles pour féconder les fleurs, et nous libérons une série d’insectes prédateurs pour combattre les insectes que nous redoutons« , explique à l’AFP M. Galimberti, ajoutant que cela a permis la création de nouvelles ruches, qui ont à leur tour renforcé l’écosystème local.

Installés sur des plates-formes fonctionnant à l’énergie solaire, des ouvriers agricoles vont et viennent entre les plants, soulèvent délicatement les branches supérieures pour les attacher afin d’aider les tomates à mûrir.

A l’avenir, la ferme, qui prévoit de multiplier par deux son chiffre d’affaires à 10 millions d’euros cette année (après €5 million en 2018), espère élargir sa gamme de production: choux, épinards, courgettes, poivrons, aubergines…

Des investisseurs et des banques ont fourni les 20 millions d’euros nécessaires au lancement de la serre de 13 hectares, qui emploie désormais 230 personnes et produit tout au long de l’année.

La renomée des tomates italiennes, en particulier celles en boîte, a souffert ces dernières années, avec la dénonciation des conditions de travail de milliers d’étrangers dans les champs du sud du pays.

Grâce à des cubes de laine de roche, un moyen de production hydroponique qui imite le sol et soutient les racines, « le plant est protégé et nous pouvons utiliser des variétés plus anciennes et plus faibles », ajoute-t-il.

« Notre tomate a la peau plus fine, ce qui signifie qu’elle doit être consommée immédiatement », assure-t-il. Mais elle a bien meilleur goût.

M. Galimberti projette de construire 500 hectares de serres hydroponiques dans les dix prochaines années, pour devenir le premier acteur du secteur en Europe.

Mais en Italie même, il reste de solides – quoique tout petits – concurrents, reconnaît-il car « presque tout le monde a quelqu’un dans sa famille qui fait pousser ses tomates, ou alors un voisin ou le petit vieux d’à côté… »

 

 

Querelle diplomatique entre Paris et Rome

La querelle diplomatique entre Paris et Rome est brusquement envenimée vec la décision de Quai d’Orsay de rappeler son ambassadeur à Rome, une initiative sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale à laquelle l’Italie a répondu par un appel à l’apaisement.

La France dénonce de la part des deux vice-présidents du Conseil italien – Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles  (M5S) et Matteo Salvini, leader de la Lega – des “accusations répétées”, “attaques sans fondement”, “déclarations outrancières” et “ingérences” qu’elle juge sans “précédent depuis la fin de la guerre”.

Tous ces actes créent une situation grave qui interroge sur les intentions du gouvernement italien vis-à-vis de sa relation avec la France”, souligne la porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès Von Der Mühll, dans un communiqué.

Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien a annoncé avoir rencontré mardi en France des responsables des « gilets jaunes ».

« Aujourd’hui (…) nous avons fait un saut en France et nous avons rencontré le leader des gilets jaunes Christophe Chalençon et les candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levasseur« , a annoncé sur Twitter le leader du Mouvement 5 étoiles (M5S), en publiant une photo de leur rencontre.

Une “provocation” de trop, pour Paris, fut durant cette semaine la rencontre entre Luigi Di Maio et des représentants des Gilets jaunes auxquels le vice-président du Conseil avait publiquement manifesté son soutien.

Image: Ingrid Levasseur, Gilets Jaunes. Figure du mouvement, elle prendra la tête d’une liste « gilets jaunes »aux élections européennes

 

Italie dans la crise politique

Le refus du président Sergio Mattarella de nommer l’eurosceptique Paolo Savona au ministère de l’Économie provoque une crise politique ouverte. Le climat politique s’était chargé de lourdes tensions. « Je suis vraiment en colère », avait twitté Matteo Salvini, approuvé par des milliers de « like ». « C’est une folie que Savona ne soit pas accepté parce qu’il serait un ennemi d’Angela Merkel. Nous avons suffisamment fait de pas en arrière. Nous n’en ferons pas un de plus. »

Le dirigeant du M5S, Luigi Di Maio, a jugé « incompréhensible » ce refus du chef de l’Etat. « Alors disons-le clairement qu’il est inutile d’aller voter, puisque les gouvernements ce sont les agences de notation, les lobbies financier et bancaire qui les font. Toujours les mêmes », a-t-il lancé dans un message vidéo, posté sur sa page Facebook.

Giuseppe Conte renonce à devenir Premier ministre et l’Italie s’enfonce dans la crise politique.

 

Un milliardaire toujours introuvable dans les Alpes

La famille et les secours de Karl-Erivan Haub, le richissime patron allemand du distributeur Tengelmann, ont annoncé vendredi  (13/04/2018) n’avoir aucun espoir de le retrouver vivant, une semaine après sa disparition dans les Alpes italo-suisses en pratiquant un sport extrême.

« Après plus de sept jours dans les conditions climatiques extrêmes d’un glacier, il n’y a plus aucune chance de (le) retrouver vivant », a reconnu dans un communiqué le groupe familial Tengelmann qui détient notamment les chaînes de magasins de vêtements à bas prix Kik et de bricolage Obi. Parallèlement, les secours suisses ont annoncé l’arrêt des opérations destinées à retrouver cet homme, dont la famille est parmi les plus riches d’Allemagne.

Alpes suisses

Pontifex dénonce le drame des migrants

« Personne ne doit sentir qu’il n’a pas sa place sur cette Terre », a estimé dimanche le pape François dans sa traditionnelle homélie de la veillée de Noël, la célébration pour les chrétiens de la nuit de naissance de Jésus de Nazareth. Depuis la basilique Saint-Pierre de Rome, il a demandé aux 1,3 milliard de catholiques de la planète à faire preuve « d’hospitalité » et de ne pas ignorer le drame des migrants souvent « expulsés de leurs terres » par des dirigeants prêts à « verser du sang innocent ».

« Dans les pas de Joseph et de Marie, se cachent de nombreux pas, nous voyons les traces de familles entières qui, aujourd’hui, se voient obligées de partir.  a souligné le pape, devant une dizaine de milliers de fidèles. Dans beaucoup de cas, ce départ est chargé d’espérance, chargé d’avenir; dans beaucoup d’autres, ce départ a un seul nom : la survie. Survivre aux Hérode de l’heure qui, pour imposer leur pouvoir et accroître leurs richesses, n’ont aucun problème à verser du sang innocent ». Hérode, le roi de Judée, avait fait rechercher Jésus pour le mettre à mort, selon la tradition chrétienne.

Le pape a dénoncé, dimanche lors de la messe de Noël, le drame des migrants, souvent « expulsés de leurs terres » par des dirigeants prêts à « verser du sang innocent ». Il a appelé, ce lundi, à « la paix pour Jérusalem et pour toute la Terre Sainte ».

 

 

Les ONGs ignorent l’ordre des autorités libyennes

 

« Aucun navire étranger n’a le droit d’y  accéder, sauf demande expresse de la part des autorités libyennes », a prévenu le général Abdelhakim Bouhaliya, commandant de la base navale de Tripoli, au cours d’une conférence de presse. Un porte-parole de la marine, le général Ayoub Kacem, a précisé que cette décision visait notamment « les ONG qui prétendent vouloir sauver les migrants clandestins et mener des actions humanitaires ».

Les navires étrangers, notamment ceux appartenant à des ONG venant en aide aux migrants, ne pourront plus naviguer près des côtes libyennes. La marine libyenne a en effet annoncé jeudi 10 août, la création une zone de recherche et de sauvetage au large de son territoire.

 

Un bateau ONG avec les migrants est refusé

Un navire d’une ONG espagnole, qui effectue des opérations de sauvetage en Méditerranée, était bloqué dans les eaux internationales après le refus des autorités italiennes et maltaises d’accueillir les migrants libyens sauvés deux jours auparavant.

Le Golfo Azzurro, de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms, a secouru les migrants libyens dimanche à 100 milles nautiques (185,2 km) des côtes libyennes, dans une opération coordonnée avec les gardes-côtes italiens.

« Nous ne sommes toujours pas autorisés à débarquer », a publié l’ONG sur son compte Twitter.

Les gardes-côtes italiens n’ont pas encore réagi.

Depuis janvier, 95.215 migrants sont entrés en Italie depuis les côtes libyennes et 2.230 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée, selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur.

 

« Entrées précédentes