Archives de Catégorie: INTERNATIONAL

GUERRE EN UKRAINE: LA CONTRE-OFFENSIVE DE KIEV

L’Ukraine a réalisé des percées remarquables dans l’est et le sud du pays, forçant les troupes russes à battre en retraite dans certaines villes stratégiques.
Les Ukrainiens ont récemment réalisé d’importantes percées sur le front russe dans l’est du pays. La reconquête de Koupiansk notamment, montre l’évolution du rapport de force sur les lignes de front, qui sont restées figées une bonne partie de l’été.

Fin août, déjà, les forces de Kiev ont lancé une offensive dans le sud du pays, dans la région de Kherson. Cette ville se situe à quelques dizaines de kilomètres du territoire de la Crimée, annexée par la Russie en 2014. Ce dédoublement du front pourrait jouer en faveur de l’Ukraine.

RDC : Déclaration sur l’attaque contre la MONUSCO

Dans un communiqué, l’Union européenne évoque une attaque meurtrière contre des casques bleus. Des manifestations à l’appel de mouvements associatifs ont visé le camp de la MONUSCO à Goma, dans la Province du Nord-Kivu.

« L’attaque contre la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) le 26 juillet à Butembo, dans la province du Nord-Kivu, a tué deux policiers indiens et un militaire marocain et blessé un policier égyptien. Des nombreux manifestants ont perdu la vie ou ont été blessés » a écrit la Déclaration de la porte-parole de la diplomatie européenne sur l’attaque contre la MONUSCO.

« L’Union européenne condamne fermement cette attaque meurtrière contre des casques bleus ainsi que toutes les violences dans la province du Nord-Kivu depuis le 25 juillet, qui ont causé la mort et ont blessé plusieurs civils.

« L’Union européenne exprime ses plus sincères condoléances aux familles de toutes les victimes et à la MONUSCO, ainsi qu’aux Gouvernements des pays concernés.

« L’Union européenne réaffirme son soutien à la MONUSCO et au gouvernement de la République démocratique du Congo dans leur engagement à enquêter sur ces incidents et poursuivre les responsables ».

Macron-Putin: la destruction de la diplomatie

26.06.2022 C’était peut-être la conversation de la dernière chance. Neuf minutes d’échange téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, quatre jours avant le début de l’offensive russe en Ukraine fin février, vont être diffusées sur France 2, jeudi 30 juin. Le documentaire Un président, l’Europe et la guerre, signé Guy Lagache, raconte les coulisses diplomatiques des six derniers mois à l’Elysée.

Dimanche 20 février au matin, la caméra s’arrête sur le conseiller diplomatique du président, Emmanuel Bonne, entouré de trois collaboratrices, dans son bureau du 2, rue de l’Elysée. Le président français, qui s’est rendu quelques jours plus tôt à Moscou et Kiev, a entamé une médiation pour tenter d’empêcher la guerre.

Les quatre membres de la cellule diplomatique de l’Elysée suivent à distance l’échange téléphonique de leur « patron » avec le maître du Kremlin. Emmanuel Macron apparaît ferme, offensif, un brin péremptoire, voire cassant. Vladimir Poutine ne lâche rien, s’agace. « Ecoute-moi bien », lui lance-t-il. Derrière quelques formules de politesse russes, l’ironie, voire le cynisme, n’est jamais loin.

Le président français amorce la conversation, sans détour : « Je voudrais que tu me donnes d’abord ta lecture de la situation et peut-être de manière assez directe, comme on le fait tous les deux, me dire quelles sont tes intentions », dit-il.

« Que pourrais-je dire ? Tu vois toi-même ce qu’il se passe », rétorque Vladimir Poutine, en référence aux accords de Minsk censés ramener la paix dans l’est de l’Ukraine, où des séparatistes prorusses sont à la manœuvre depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Le président russe accuse son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, de vouloir acquérir l’arme nucléaire. « Non, n’importe quoi », commente Emmanuel Bonne.
« En fait, notre cher collègue, M. Zelensky, ne fait rien [pour les appliquer]. Il vous ment », attaque Vladimir Poutine, selon la traduction du documentaire, en parlant du président ukrainien. Il accuse au passage son homologue français de vouloir « réviser les accords » et demande que les propositions de paix des séparatistes soient prises en compte.

Emmanuel Macron s’insurge contre la démonstration de son interlocuteur : « Je ne sais pas où ton juriste a appris le droit. Moi je regarde juste les textes et j’essaie de les appliquer ! », lance-t-il. Vladimir Poutine revient à la charge, déplore que les séparatistes ne soient pas entendus. « On s’en fout des propositions des séparatistes ! », tranche le président français, ajoutant qu’elles ne sont pas prévues dans l’accord.

Emmanuel Macron en arrive finalement au but de son appel : convaincre Vladimir Poutine d’accepter une rencontre avec Joe Biden à Genève pour tenter d’amorcer une désescalade. « Pour ne rien te cacher, je voulais aller jouer au hockey sur glace (..) Là, je te parle depuis la salle de sport », réplique Vladimir Poutine à Emmanuel Macron.

Dans la foulée de cet appel, l’Elysée annoncera un sommet Biden-Poutine qui n’aura jamais lieu. Quatre jours plus tard, le constat est amer. « On ne l’a pas convaincu, il a envahi l’Ukraine », lâche Emmanuel Macron, sans fard, devant la caméra de Guy Lagache.

Kiev: la frappe aérienne russe

26.06.2022 Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, le 26 juin touchant un complexe résidentiel proche du centre de la capitale. Il s’agit «d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan», organisation honnie par la Russie, a déclaré à des journalistes le maire de Kiev, Vitaly Klitschko

«À la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages​, a indiqué sur la messagerie Telegram le service d’État pour les situations d’urgence. Au moins deux blessés ont été hospitalisés, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient « sous les décombres», le bilan pouvant s’alourdir.

Cette frappe a touché tôt dimanche matin un complexe résidentiel proche du centre de la capitale ukrainienne, qui avait été épargnée par des bombardements russes depuis début juin. Au moins deux blessés ont été hospitalisés, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la ville, Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient «sous les décombres», le bilan pouvant s’alourdir. Il s’agit «d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan», organisation honnie par la Russie, a déclaré à des journalistes M. Klitschko qui s’est rendu sur place. Le sommet de l’Alliance atlantique se tient du 28 au 30 juin à Madrid. Quatre explosions ont été entendues vers 06h30, une demi-heure après le déclenchement de sirènes anti-aériennes dans la capitale.

Russie: la livraison des missiles à la Biélorussie

26.06.2022 La Russie va livrer « dans les mois prochains » à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires, annonce Vladimir Poutine en recevant le dirigeant Alexandre Loukachenko, en pleines tensions entre leurs pays et l’Occident autour de l’Ukraine.

Il s’agira « de systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire », selon Vladimir Poutine.

« Nous allons transférer à la Biélorussie des systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire », a annoncé le président Poutine.

Lituanie: l’interdiction de transit russe

20.06.2022 Depuis le 18 juin, la Lituanie interdit le transit ferroviaire par son territoire et à destination de Kaliningrad des marchandises russes sous sanctions européennes, soit 50 % de l’ensemble des produits. Pour Moscou, il s’agit d’une violation du droit international et d’une tentative de blocus de l’enclave russe située entre la Pologne et la Lituanie. (Image: illustration)

Les chemins de fer lituaniens ont interrompu, depuis le 18 juin à minuit, le transit ferroviaire depuis les régions de Russie en direction de Kaliningrad d’une série de produits et matériaux sanctionnés par l’Union européenne, informe le site russe Lenta.ru. Le blocage concernerait jusqu’à 50 % de la nomenclature des chargements, notamment les matériaux de construction, le ciment, le charbon et les métaux.

La tentative de quasi-blocus de la région de Kaliningrad du côté de la Lituanie constitue une violation de la souveraineté de la Russie sur l’enclave, a écrit ce 20 juin le sénateur russe Andreï Klichas sur sa chaîne Telegram, cité par le site Lenta.ru. Cela pourrait entraîner des réponses très sévères et tout à fait légales de la part de la Russie.”

“Nous estimons qu’il s’agit d’une violation grossière des protocoles régissant l’intégration des États baltes dans l’UE et des règles du libre transit”, s’est offusqué le gouverneur de la région russe enclavée entre la Pologne et la Lituanie, au bord de la mer Baltique, Anton Alikhanov.

Ukraine: Président Macron à Irpin

16.06.2022 En visite à Kiev, accompagné de trois dirigeants européens, le président français devait s’exprimer à 14 heures, aux côtés de son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky. Le programme a pris plus d’une trentaine de minutes de retard, a annoncé l’équipe présidentielle. Au programme devraient être abordés: de nouvelles livraisons d’armes, une ouverture à l’Union européenne ou encore une accélération des sanctions économiques.

Plus tôt dans la matinée, plusieurs alertes à la bombe et des sirènes d’alerte ont retenti à Kiev. Le service de sécurité est très important autour des quatre chefs d’États, le GIGN a été missionné pour l’occasion.

A l’issue de sa brève visite à Irpin, le président français a évoqué «une ville héroïque puisque c’est ici, entre autres, que les Ukrainiens ont arrêté l’armée russe qui descendait sur Kiev». «Il faut se représenter l’héroïsme de l’armée, mais aussi de de la population ukrainienne», a-t-il insisté, souhaitant que «l’Ukraine puisse résister et l’emporter».

«Je trouve bien que le président de la République Française rappelle publiquement et spectaculairement de quel côté sont les Français tous, sans exception, a noté Jean-Luc Mélenchon, invité sur France Bleu. Je m’associe à son message de solidarité avec l’Ukraine. Après, on peut s’interroger sur le sens de ce voyage, mais comme il est à l’étranger sur une zone de guerre, je propose qu’on évite les polémiques. Quand il reviendra, il nous expliquera.»

Ukraine: Porochenko sur la route pour Rotterdam

30.05.2022 L’ex-président ukrainien Petro Porochenko, un rival de l’actuel chef d’Etat Volodymyr Zelensky, a annoncé ce lundi, le 30 mai, avoir été autorisé à sortir du pays après avoir été « délibérément » bloqué à la frontière à deux reprises ce weekend, en pleine invasion russe du pays.

« Après la pression des députés du Parlement européen et des membres des gouvernements des pays de l’UE, Petro Porochenko a pu se rendre à l’étranger pour participer au sommet et au congrès du Parti populaire européen à Rotterdam », a indiqué son service de presse.

Son parti, Solidarité Européenne, s’est dit « convaincu que les autorités ont délibérément empêché M. Porochenko de se rendre à une réunion de l’Assemblée parlementaire de l’Otan à Vilnius ».

Congo: L’UE appelle à éviter l’escalade

26.05.2022 Les attaques menées récemment par le M23 contre la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et les forces armées de la République démocratique du Congo, confirment une escalade inquiétante de la violence dans la région des Grands Lacs. En témoignent aussi les graves incidents survenus cette semaine à la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Les attaques ciblant délibérément des populations civiles ou des Casques bleus sont contraires au droit international. L’UE les condamne avec fermeté.

L’UE appelle toutes les parties à éviter l’escalade et à utiliser les mécanismes existants de vérification conjointe et de résolution des différends. Le processus politique récemment lancé à Nairobi doit se poursuivre. L’UE exhorte tous les groupes armés à y participer sans condition.

Lavrov: la polémique autour de Zelensky

Strasbourg 03.04.2022 Hitler «avait du sang juif» : ces déclarations du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ont révolté Israël, qui a convoqué l’ambassadeur de Russie, et suscité la réprobation de certains pays occidentaux. Moscou a répété à maintes reprises vouloir «démilitariser» et «dénazifier» l’Ukraine, une ancienne république soviétique avec, à sa tête, des dirigeants pro-occidentaux, justifiant ainsi l’invasion lancée le 24 février.

Le président ukrainien Volodymyr «Zelensky fait valoir cet argument: comment le nazisme peut-il être présent (en Ukraine) s’il est lui-même juif. Je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif», a dit M. Lavrov dimanche soir au groupe de médias italien Mediaset, et dont les propos ont été retranscrits sur le site de son ministère.

«Les propos du ministre Lavrov sont à la fois scandaleux, impardonnables et une horrible erreur historique », a condamné son homologue israélien Yaïr Lapid dans un bref communiqué. Il a précisé que l’ambassadeur de Russie en Israël avait été convoqué pour des «clarifications».

« Entrées précédentes