Archives de Catégorie: FRANCE

Marine Le Pen: le score historique pour RN

19.06.2022 D’après un sondage Harris Interactive RTL/M6, Marine Le Pen élue avec 63,20% des suffrages devant Marine Tondelier (Nupes 38,20%) dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

Marine Le Pen peut donc se montrer particulièrement ambitieuse après avoir assuré une campagne éclair. Vendredi 17 juin 2022, elle a achevé sa campagne dans son fief, à Hénin-Beaumont.

Elle en a profité pour égratigner le président de la République et la Nouvelle union populaire écologique et sociale : « La majorité présidentielle, ça n’aura qu’un temps. Je souhaite faire d’Emmanuel Macron un président minoritaire. Les Français ont la capacité de faire d’Emmanuel Macron un président minoritaire sans soutenir une extrême gauche qui est la plus sectaire qui soit, la plus violente, la plus brutale, la plus antirépublicaine et pour faire cela, il faut qu’ils aillent voter pour le Rassemblement national », a-t-elle ainsi assuré sur un marché de la ville.

Macron perd la majorité absolue

19.06.2022 Le camp présidentiel Ensemble ! a obtenu 224 députés, soit moins de 289 sièges et ne sera pas, selon les premières estimations, en capacité de voter seul les projets de loi du gouvernement.

A gauche, la Nupes décroche 149 sièges et devient la principale force d’opposition à l’Assemblée nationale.
Le Rassemblement national atteint un score historique de 89 sièges, selon les premières estimations, ce qui permet au parti d’extrême droite de déposer des motions de censure (à partir de 56 députés) et de saisir le Conseil constitutionnel sur des textes de loi (à partir de 60 députés).

A droite, le groupe Les Républicains perd 22 sièges (78 députés contre 100 dans l’Assemblée sortante) mais évite la catastrophe annoncée pour le parti après le score de Valérie Pécresse à l’élection présidentielle et pourrait même être une force d’appoint pour le camp présidentiel lors de l’étude des projets de loi.

18H: des bureaux de vote ferment

19.06.2022 Législatives 2022: le taux de participation s’élève à 38,11% à 17h, en baisse par rapport au premier tour:

La coalition du président Emmanuel Macron va-t-elle conserver sa majorité absolue à l’Assemblée nationale ? Les Français vont trancher ce dimanche 19 juin dans le cadre du second tour des élections législatives. Au vu des résultats du premier tour et des derniers sondages, le scrutin pourrait être très serré. Sortie gagnante avec 25,8% des votes ce dimanche 12 juin, la coalition présidentielle (Ensemble !) se trouve à nouveau en tête des intentions de votes, dans les derniers sondages.

Mais la Nupes (25,7% au premier tour) menée par Jean-Luc Mélenchon la talonne de très près, faisant planer le doute quant à l’issue du scrutin.

Weekend: la vague de chaleur

19.06.2022 C’était la journée la plus chaude de cette vague de chaleur, ce samedi le 18 juin, en France. Et comme c’était à prévoir, plusieurs records de température ont été battus, avec notamment près de +43°C à Biarritz, selon Météo-France.

Alors que 11 départements sont toujours en vigilance rouge canicule ce samedi, le 18 juin, plusieurs records de températures ont été franchis, alerte Météo-France. Fait inquiétant : certains de ces records sont absolus, et non uniquement pour un mois de juin.

Ainsi, il n’avait jamais fait aussi chaud à Biarritz, avec 42,9°C mesurés ce samedi. L’ancien record datait du 4 août 2003, avec 40,6°C. Même chose à Rochefort, avec 40,6°C ce samedi, contre 40,1°C ce même jour d’août 2003. Tarbes a aussi battu son record absolu avec 39,2°C ce samedi, contre 39°C le 13 août 2003.

Dans les Hauts-de-France, un temps disparate est attendu dans la matinée. A Avesnes-sur-Helpe, il y aura de faibles averses, tandis qu’on observera des nuages à Douai. Les valeurs ne dépasseront pas 22°C (Montreuil) et on aura une minimale de 12°C atteinte à Avesnes-sur-Helpe. Le vent sera fort avec des rafales enregistrant 54 km/h, le matin.

Durant l’après-midi, les conditions météorologiques seront mitigées : il va y avoir de faibles averses (Maubeuge) et des nuages (Valenciennes). Sur la région, l’après-midi, les températures s’échelonneront de 15°C (Calais) à 32°C (Montreuil).

Dans la soirée, dans les Hauts-de-France, la météo sera variable : on connaîtra de faibles averses à Avesnes-sur-Helpe et des éclaircies à Calais. Il va faire au minimum 14°C à Boulogne-sur-Mer et au maximum 31°C à Montreuil. Des bourrasques affichant 49 km/h balaieront encore la région.

Législatives 2022: le taux de participation s’élève à 38,11% à 17h, en baisse par rapport au premier tour.

Polynésie: NUPES progresse

19.06.2022 A Rikitea, le taux de participation est de 27,16% à midi pour 1064 inscrits. Il était de 21,17 % au premier tour.

A Hao à l’ouverture du bureau de vote, assez peu de personnes sont venues faire leur devoir de citoyen.
De quoi présager peut-être un nouveau record d’abstention. En tout cas, aux abords du bureau de vote, les chapiteaux se dressent et des odeurs alléchantes se dégagent des barbecues.

Hao et ses communes associées comptent 1 124 inscrits, séparément Hao compte 933 inscrit, Amanu 152 inscrits et Hereretue 39 inscrits. Entre l’élection présidentielle et ces législatives, on note une baisse de 10 électeurs en deux mois.

A 11h, le taux de participation était de 26 %, mais de 28 % au 1er tour.

Les Français des territoires d’Outre-mer et de l’étranger ont commencé à voter samedi pour le second tour des élections législatives, qui diront si la coalition présidentielle reste devant celle de la gauche, si la majorité est absolue ou relative et si la RN obtient un groupe.

St-Pierre-et-Miquelon a été le premier territoire d’Outre-mer à voter, à midi heure de Paris. Ont suivi la Guyane, les Antilles et aussi certains Français de l’étranger, notamment ceux en Amérique. En Guadeloupe, la Secrétaire d’Etat chargée de la mer, Justine Benin, est en ballotage à l’issue du premier tour et joue son poste face au candidat divers-gauche Christian Baptiste, et Olivier Serva, récemment démissionnaire de la majorité présidentielle. En Martinique, le seul député sortant à se représenter, Jean-Philippe Nilor (Gauche démocratique et républicaine), a été mis en ballotage dans la 4e circonscription par l’ancien président de la collectivité territoriale, Alfred Marie-Jeanne, 85 ans, son ancien mentor.

Nupes et la confédération Ensemble

12.06.2022 Deux forces au coude à coude. Selon les premières estimations Ipsos/Sopra Steria, tombés ce dimanche 12 juin 2022 à 19 heures, l’union des gauches, la Nupes, et la confédération Ensemble, réunie autour de la majorité présidentielle, sont à égalité à l’issue de ce premier tour des élections législatives, avec 25,2% des voix.

En troisième position, le Rassemblement national cumule 18,5 % des voix, tandis que la coalition de droite (LR/ UDI/ DVD), autour des Républicains et de l’UDI, comptabilise 14 % des suffrages. Le parti d’Eric Zemmour, Reconquête!, avec qui le Rassemblement national n’a pas souhaité d’alliance, totalise 3,8 % des voix.

Ces projections se basent sur les premiers dépouillements, et devraient s’affiner tout au long de la soirée.

Législatives: la participation en baisse

12.06.2022 La participation au premier tour atteint 39,42% dimanche à 17 heures, un chiffre en baisse par rapport à 2017.

La participation au premier tour des élections législatives atteignait 39,42% dimanche à 17 heures selon le ministère de l’Intérieur, un chiffre en baisse de 1,3 point par rapport à 2017 où elle s’établissait à 40,75%.

Elle est aussi largement inférieure, à la même heure, à celle des législatives de 2012 (48,31%), ainsi qu’à celle du premier tour de la présidentielle de 2022 (65%).

La participation est en revanche largement supérieure à celle des élections départementales et régionales de 2021 à midi (12,22%). Enfin, elle est équivalente à la participation à la même heure aux élections municipales de 2020 (18,38%).

Le Lot est le département qui avait le plus voté à midi dimanche (27,8%), devant le Cantal (26,35%), le Jura (25,69%), la Dordogne (25,19%) et le Gers (24,86%). La participation la plus faible a été enregistrée en Seine-Saint-Denis avec 9,85%.

Assemblée nationale: Buon Tan est accusé

26.05.2022 Il s’était notamment fait remarquer en janvier dernier, en étant le seul député de la majorité à voter contre une résolution qualifiant le traitement des Ouïgours en Chine de génocide. Mais ce n’est pas seulement d’une tolérance à l’égard de Pékin dont Buon Tan est accusé.

Interrogé ensuite sur sa prise de position remarquée à l’Assemblée nationale sur la situation des Ouïgours, le député, candidat à sa réélection, se justifie par son passé cambodgien.

«J’ai fui moi-même un génocide. Avec ce que j’ai vécu, je ne peux en aucune façon voter pour soutenir un génocide, quel qu’il soit », affirme-t-il, en estimant néanmoins que « ce n’est pas au politique de décider si quelque chose relève du génocide ou pas», mais «à la justice». Il réfute également avoir reçu « des pressions » du pouvoir chinois pour influer sur son vote.

Dans un texte académique repris dans une enquête du Point, un chercheur australien spécialiste de l’espionnage chinois soulignait les liens étroits entretenus par le député LREM de Paris avec le Parti communiste chinois, étant notamment listé comme membre exécutif d’organisations créées par le parti. Des affiliations qui ne figurent d’ailleurs pas sur sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence dans la vie publique (HATVP). Mais dans un entretien accordé à l’hebdomadaire ce mercredi 25 mai, l’élu marcheur se défend d’être membre du PCC, dénonçant une «campagne de calomnies».

«Je suis né au Cambodge et je suis arrivé en France en tant que réfugié apatride. J’ai fait ma vie en France, et aujourd’hui, j’ai un pays, c’est la France. Point. Évidemment que je ne suis pas membre du Parti communiste chinois, ni membre dirigeant de ces organisations», assure-t-il. Et de poursuivre, à propos des organisations dans lesquelles il prend part : «Aucune association en Chine ne peut être créée sans l’assentiment du gouvernement. Par définition, toutes les associations sont en lien avec l’État chinois. Le fait que j’échange avec ces organisations ne fait pas de moi un membre actif.»

Macron réélu président de la République

Il aura finalement remporté ce duel au sommet. Emmanuel Macron sort vainqueur de l’élection présidentielle avec 58,8% des voix, devenant ainsi le premier président à décrocher un second mandat, hors cohabitation.

Une victoire plus serrée qu’en 2017, au terme d’une campagne menée au pas de course, après s’être déclaré officiellement candidat seulement 38 jours avant le premier tour. Surtout, il assure son avenir à l’Elysée malgré un mandat émaillé par une série de crises graves : le mouvement des gilets jaunes, en 2018, puis la réforme des retraites en 2019, chassée par l’arrivée de la pandémie et pour finir, la guerre en Ukraine, qui éclate à 46 jours du premier tour de l’élection.

Jusqu’à son élection, ce qui caractérisait Emmanuel Macron, c’était la vitesse de son ascension vers le pouvoir. Élève modèle, il enchaîne classes préparatoires, Sciences Po puis l’ENA, avant de faire ses armes à l’inspection générale des finances (IGF). En 2008, il rejoint la banque Rothschild et se fait rapidement remarquer, notamment en participant au rachat par Nestlé de la filiale “lait infantile” de Pfizer. Plus jeune associé-gérant de l’histoire de Rothschild, son rôle dans cette transaction, estimée à 9 milliards d’euros, lui permet de devenir millionnaire.

Emmanuel Macron rempile à l’Elysée, mais l’homme qui se trouve à la tête du pays aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec le jeune premier élu presque par surprise en 2017. Alors qu’il s’était imposé comme le candidat du changement, censé renouveler la classe politique française grâce à En Marche!, son image d’homme politique rénovateur a été écornée au cours du quinquennat.

L’entre-deux tours a néanmoins vu le président adoucir certaines de ses positions, notamment sur l’âge du départ à la retraite, qu’il se dit prêt à ramener à 64 et non plus 65 ans. Il a également promis que son prochain premier ministre serait directement en charge du dossier de l’écologie, et assure que l’égalité femmes-hommes sera une nouvelle fois la grande cause du quinquennat.

Reste à voir si sa victoire sera totale : la première bataille de ce nouveau quinquennat approche à grand pas, avec les élections legislatives le 12 juin prochain. Bien que souvent présentées comme des élections de confirmation, les législatives pourraient tout de même rebattre les cartes pour les cinq prochaines années.

Marine Le Pen pourrait capitaliser sur son score, élevé malgré la défaite, pour asseoir un peu plus la présence du Rassemblement National à l’Assemblée. Quant à Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au second tour, il compte sur le « ras-le-bol » des Français déçus du premier quinquennat pour forcer la cohabitation. Il a appelé ses partisans à « l’élire Premier ministre », en votant massivement pour La France Insoumise lors de ce scrutin.

Paris: un incendie de l’église orthodox Russe

L’église orthodoxe Saint-Séraphin de Sarov, située dans le XVe arrondissement de Paris, a été ravagée dimanche 17 avril par un incendie. Un événement qui intervient alors que les orthodoxes entrent dans la Semaine sainte.

L’intérieur de l’église Saint-Séraphin-de-Sarov, tout petit bâtiment en bois dans le XVe arrondissement de la capitale, « a été entièrement détruit par le feu » dans l’après-midi, sans faire de victimes, ont précisé les pompiers. Trois personnes présentes ont donné l’alerte.

De la petite église orthodoxe russe Saint-Séraphin-de-Sarov, située au 91, rue Lecourbe dans le XVe arrondissement de Paris, il ne reste que les murs de béton plaqués en bois de cèdre rouge du Canada, le toit et les deux coupoles bleues. L’incendie qui s’est déclaré dimanche 17 avril vers 16h a ravagé tout le reste du sanctuaire. Si l’incendie n’a pas fait de victime, l’intérieur de l’édifice, lui, a été entièrement détruit par le feu. La thèse accidentelle est pour l’heure privilégiée par la police et une enquête est en cours.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, plusieurs lieux associés à la Russie ont été visés par des actes de vandalisme.

«Bien que cette piste ait traversé notre esprit, nous préférons ne rien avancer et attendre les résultats de l’enquête », explique à Aleteia Nicolas Cernokrak, le recteur de la paroisse. Il exclut par ailleurs le fait que des cierges laissés sans surveillance par des fidèles puissent être à l’origine de l’incendie, comme le supposait une source policière interrogé par l’AFP dimanche.

« J’exprime toute ma solidarité aux fidèles de l’église orthodoxe Saint-Séraphin-de-Sarov », a tweeté dans la soirée le ministre de l’Intérieur, également chargé des cultes, Gérald Darmanin, sans autre commentaire.

Contrairement aux catholiques, les orthodoxes ne fêtent pas Pâques le week-end des 16 et 17 avril, mais les 23 et 24, en vertu du calendrier julien.

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, plusieurs lieux associés à la Russie ont été visés par des actes de vandalisme.

L’origine de l’incendie n’était pas connue dimanche, ont indiqué les pompiers qui ont sollicité le laboratoire de la Préfecture de police pour enquêter.

« Entrées précédentes Derniers articles »