Archives de Catégorie: faune

Les chasseurs ravissent à tuer des oiseaux en février

Entre 1.100 chasseurs selon la police et 2.000 selon les organisateurs s’étaient réunis près du siège national de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), ce qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l’ordre.

Plus d’un millier de chasseurs ont manifesté samedi (3.02.2018) dans le centre de Rochefort (Charente-Maritime) pour protester contre l’interdiction de la chasse aux oies au mois de février.

Ils protestaient contre la décision du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, de ne pas accorder de dérogation à la directive européenne qui interdit la chasse aux oies au-delà du 31 janvier.

Les gouvernements précédents avaient pris, depuis une dizaine d’années, l’habitude d’accorder des délais supplémentaires.

Les chasseurs étaient encadrés par 500 policiers.

L’escapade des 50 babouins à Paris

Le parc zoologique de Paris a été évacué vendredi après que cinquante babouins se sont échappés de leur enclos avant d’être réintégrés dans leurs loges, à l’exception de quatre d’entre eux, “qui sont en vue”, a-t-on appris auprès du parc.

Policiers et sapeurs-pompiers avaient été mobilisés pour cette “évasion” hors de coutume afin d‘imposer un périmètre de sécurité, mais aucun primate ne s‘est échappé du zoo, précise-t-on.

« A 11h30, un soigneur a vu un babouin en dehors de sa loge, dans le couloir de service », a expliqué un porte-parole du zoo.

« Il a immédiatement donné l’alerte et les visiteurs ont été confinés puis évacués. Il n‘y a pas eu de contact avec le public », a-t-il précisé.

Soigneurs et vétérinaires se sont déployés autour du Grand Rocher, éminence emblématique de l’ex-zoo de Vincennes, et ont capturé la majorité des babouins. Quatre continuaient à déambuler en liberté mais étaient “en vue”.

Arrivé à la fin des années 80 au « zoo de Vincennes », le groupe des babouins de Guinée avait été confié au zoo d’Edimbourg durant les travaux de rénovation du parc, de novembre 2008 à avril 2014.

Défenseurs des éléphants font Trump reculer

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi qu’il suspendait la décision prise par son administration d’autoriser l’importation de trophées d’éléphants, prenant ainsi acte du flot de critiques dont cette mesure a fait l’objet, notamment sur les réseaux sociaux.

Ce revirement intervient quelques heures après que l‘administration Trump a publié une réglementation permettant à des chasseurs ayant tué des éléphants au Zimbabwe de revenir avec leurs trophées de chasse aux Etats-Unis, des importations qui avaient été interdites sous Barack Obama.

Dans un message posté sur Twitter, Donald Trump dit vouloir prendre le temps “d’examiner les données de préservation” et qu’il va “vite faire le point” avec le secrétaire de l’Intérieur, Ryan Zinke. Ce dernier déclare dans un communiqué s’être entretenu avec Donald Trump, notant que “nous sommes tous deux convaincus que la préservation et la santé des troupeaux sont essentiels”, ajoutant que “la délivrance de permis est suspendue le temps que la décision soit rééxaminée.”

L’annonce du changement de réglementation avait provoqué des critiques de la part des défenseurs de l’environnement, qui estiment que cette mesure pourrait accroître les menaces pesant sur une population d’éléphants déjà en danger d’extinction.

La perspective d’une levée de l’interdiction des importations des trophées avait aussi déclenché une tempête sur les réseaux sociaux, où ont circulé des photos montrant les fils de Donald Trump, fervents chasseurs, posant à côté d’animaux morts.

Les défenseurs de l’environnement, soulignant la corruption endémique au Zimbabwe, estiment que les recettes générées par la chasse au gros gibier, qui doivent normalement être affectées à des mesures de conservation de l’espèce, vont dans les poches des escrocs et des braconniers. (Image: les réseaux sociaux collage).

#Nemo à l’Elysée – le Premier chien de France

Le couple présidentiel a poursuivi la tradition en adoptant ce week-end un labrador noir croisé griffon. L’animal vient de… Tulle.

L’Elysée compte lundi, 28.08.2017, un nouvel occupant. Nemo, un labrador croisé griffon noir, a été aperçu lundi par les journalistes au palais de l’Elysée, prenant sa place dans la lignée des chiens présidentiels. Âgé d’à peine deux ans, il a été adopté dimanche par Emmanuel et Brigitte Macron auprès de la Société protectrice des animaux (SPA), a-t-on précisé à l’Elysée.

Contacté par Le Figaro, la présidente de la SPA Natacha Harry raconte que Brigitte Macron est d’abord «venue début août au refuge d’Hermeray (Yvelines) pour rencontrer nos équipes à l’occasion d’une visite privée». «Elle a passé deux heures sur place avec les animaux. En discutant, elle nous a indiqués qu’elle et son mari étaient à la recherche d’un chien à adopter», rapporte-t-elle.

La première dame a alors «donné ses critères» et la SPA «a cherché le candidat idéal». Après plusieurs semaines de recherches, l’association s’est tourné vers Marin. Un chien qui a été abandonné il y a un an à Tulle, en Corrèze, fief de… François Hollande. «Un clin d’œil à l’histoire même si c’est un simple hasard», s’amuse Natacha Harry.

Brigitte Macron sera la marraine du panda

Huan Huan, la femelle du couple de pandas prêtés par les autorités chinoises au ZooParc de Beauval (Loir-et-Cher), a donné naissance vendredi soir à des jumeaux, mais l’un, trop faible, est mort peu après.

La naissance de bébés pandas en France est une première.

« Le premier petit né (à 22h18) était très faible. La mère l’a volontairement laissé de côté pour s’occuper du deuxième (né à 22h32) beaucoup plus vigoureux », a déclaré la direction du zoo dans un communiqué.

« Le plus faible a été placé en couveuse où il a reçu les soins les plus attentifs. Malgré l’intervention immédiate des soigneuses chinoises et de nos vétérinaires pour réchauffer et stimuler le petit, il n’a pas été possible de le sauver. »

« Le second petit, de 142,4 grammes, se porte bien », se félicite en revanche la direction du zoo.

Deux soigneuses chinoises spécialisées dans la gestation des pandas avaient fait le déplacement depuis Pékin pour l’occasion.

Les pandas adultes, en résidence en France jusqu’en 2022, sauf nouvel accord entre les deux pays, demeurent la propriété de la Chine. Les nouveau-nés devront, eux, rejoindre leur pays à l’âge de deux ou trois ans.

D’ici là, une cérémonie de baptême diplomatique aura lieu. Brigitte Macron, épouse du président de la République, sera la marraine des nouveau-nés.

En attendant des jumeaux des pandas

Huan Huan, la femelle du couple de pandas prêtés par les autorités chinoises au ZooParc de Beauval (Loir-et-Cher) devrait donner naissance dans les prochains jours à des jumeaux, une première en France très surveillée par la Chine.

« Nous attendons des jumeaux, c’est officiel depuis l’échographie réalisée ce mardi », a confirmé à Delphine Delord, chargée de la communication pour le zoo. « C’est pour nous un grand moment de joie, mais aussi d’inquiétude. Ça reste une vie à mettre au monde, c’est un équilibre fragile. »

Pour éviter tout faux pas, deux soigneuses chinoises spécialisées dans la gestation des pandas ont fait le déplacement depuis Pékin.

Dès leur arrivée prévue ce week-end, les bébés pandas continueront de bénéficier d’une attention toute particulière.

« La team pandas compte environ une quinzaine de personnes, dont les soigneuses chinoises, des vétérinaires et une éthologue », a détaillé Delphine Debord.

Après leur naissance, les deux bébés pandas qui devraient peser à peine 120 grammes et dont on ne connaît pas encore le sexe, seront placés en couveuse.

« Dans la nature, une maman panda n’élève pas deux petits », a rappelé la responsable du zoo. « En espérant que les deux vivent au-delà de la période critique d’une semaine, ils seront présentés à Huan Huan à tour de rôle pour l’allaitement. »

Les pandas adultes, en résidence en France jusqu’en 2022, sauf nouvel accord entre les deux pays, demeurent la propriété de la Chine. Les nouveaux-nés devront, eux, rejoindre leur pays à l’âge de deux ou trois ans.

D’ici-là, une cérémonie de baptême diplomatique aura lieu.

« Traditionnellement, la Chine réfléchit à un prénom, car chez eux, le prénom a une signification importante », a expliqué Delphine Delord. « Et c’est généralement la première Dame du pays d’accueil qui est la marraine et nous espérons que Madame Macron va accepter la charge. »

Le retour du loup est une chance pour la biodiversité!

Le nouvel arrêté signé par Nicolas Hulot et le ministre de l’Agriculture est une honte, il ne fait que confirmer le manque de volonté des autorités françaises à défendre la biodiversité. On ne peut prétendre vouloir faire cohabiter pastoralisme et grands prédateurs en menant une politique basée sur l’abattage d’une espèce protégée, c’est une vaste hypocrisie.

Tous les « plans loups » ont démontré leur inefficacité, pourtant le nouvel arrêté est exactement dans la lignée des précédents. Les tirs provoquent la dispersion des meutes, les loups poussés dans de nouveaux territoires se rabattent sur des proies faciles, comme les brebis laissées sans surveillance.

C’est le point central, pendant un siècle le loup n’était plus présent sur notre territoire et le mode d’élevage a changé. De vastes troupeaux sont laissés libres, sans surveillance humaine, et cette désertion des bergers a favorisé la multiplication d’attaques de chiens errants, mais aussi parfois, plus rarement, de loups.

Le loup est une espèce protégée mais, en France, c’est le bouc émissaire de tous les maux. Le maire d’Artigues a même eu l’indécence d’accuser le loup d’être responsable des incendies qui touchent actuellement le Var… même Perrault n’aurait pas osé !

La Fondation Brigitte Bardot finance des procédés de protection des troupeaux qui ont démontré leur efficacité, pourtant, Nicolas Hulot refuse de nous recevoir pour en parler. L’urgence est d’arrêter cette guerre contre la nature qui ne fait que des victimes et aucun vainqueur, Nicolas Hulot a suscité l’espoir, depuis sa prise de fonction il ne fait que provoquer déception et désespoir…

Christophe Marie, Fondation Brigitte Bardot

 

« Entrées précédentes Derniers articles »