Archives de Catégorie: EUROPE

Suisses votent sur la loi des armes

L’accès aux armes sera à l’avenir plus difficile en Suisse. Un signe clair d’ouverture vers l’Europe, estiment la majorité des partis.

Près de deux tiers des électeurs de la Confédération  (63,7 %) ont approuvé la réforme pour une participation de 43,34 %, selon les chiffres définitifs donnés par l’agence de presse suisse Keystone-ATS. Sur les 26 cantons suisses, un seul, le canton italophone du Tessin (sud-est), a rejeté le texte à 54,5 %.

Pays neutre, la Suisse est aussi un pays ou les armes sont très présentes. Même s’il n’existe pas de registre fédéral, il y aurait plus de 2,3 millions d’unités en circulation dans le pays, soit près de trois pour 10 habitants, ce qui classe la Suisse au 16e rang mondial pour le nombre d’armes par habitant. Les Suisses sont très attachés à la liberté du port d’armes. Il y a dix jours, un sondage donnait le « oui » gagnant avec 65%.

 

Brexit: encore un plébescite?

Le Parti travailliste britannique (Labour) souhaite que le projet de loi sur l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne prévoie la possibilité d’un vote public de confirmation lors de sa quatrième présentation au Parlement le mois prochain, a déclaré son porte-parole, Keir Starmer.

Après avoir été mise en échec par trois fois par Westminster sur son accord de Brexit négocié avec l’UE, la Première ministre britannique Theresa May prévoit de soumettre à nouveau son projet au vote de la Chambre des communes dans la semaine du 3 juin.

Le Parti travailliste et les rebelles au sein du Parti conservateur de Theresa May ont prévu de voter contre.

Corbyn sur l’échec des négociations Brexit

Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn (Labour) a pris acte de l’échec des négociations menées depuis un mois et demi par le Labour avec le gouvernement conservateur de Theresa May pour tenter de sortir de l’impasse sur le Brexit et a prévenu que son parti voterait contre l’accord négocié avec les Européens.

“Les discussions sur le Brexit sont allées aussi loin qu’il était possible”, écrit Jeremy Corbyn dans une lettre adressée à Theresa May.

Un porte-parole de Theresa May a reconnu cet échec mais a parlé de “réels progrès” sur certaines questions, tout en admettant de profondes divergences sur des dossiers comme les relations douanières et l’idée d’un second référendum.

 

 

Sommet l’UE extraordinaire de mai

Les dirigeants européens se réuniront probablement en sommet extraordinaire le 28 mai prochain  après les élections des représentants des Etats membres au Parlement européen, selon la source diplomatique à Bruxelles.

Ce sommet, à l’image du conseil européen extraordinaire qui avait suivi les élections européennes de 2014, leur permettra de discuter de la future Commission européenne et de l’identité du successeur de Jean-Claude Juncker à sa présidence.

Les élections auront lieu du 23 au 26 mai.

Macron pour refonder Schengen

Emmanuel Macron évoque l’Europe et la nécessité de refonder la zone Schengen.

Il fustige ainsi les États qui ne veulent pas garder les frontières extérieures, qui veulent les avantages de Schengen mais pas les inconvénients.

Il souhaite donc une renégociation de Schengen quitte « à avoir moins d’Etats dans Schengen« . Pour un objectif global assigné à l’Europe : « refonder notre politique migratoire ». Il estime indispensable de refonder le système Schengen et souhaite « une Europe qui tient ses frontières, qui les protège, qui a un droit d’asile refondé et commun où la responsabilité va avec la solidarité ».

 

Loiseau sur la liste d’extrême droite

Nathalie Loiseau, la tête de liste de La république en marche (LaRem) aux européennes, a été la cible de l’opposition le 23 avril après des révélations selon lesquelles elle s’est engagée dans sa jeunesse aux côtés de militants d’extrême droite.

Il s’agissait des élections des délégués étudiants au conseil de direction et à la commission paritaire de l’établissement.

La candidate aux élections européennes, qui se présente comme un rempart contre Marine le Pen, chef de file du RN aux élections de mai prochain, a d’abord nié les faits avant de répondre qu’elle avait “complètement oublié cet épisode”.

L’ancienne ministre des Affaires européennes se serait présentée en 1984, le temps d’une élection, alors qu’elle était étudiante à Sciences-Po Paris, sous l’étiquette de l’UED, un syndicat issu du Groupe union défense (GUD), prônant l’union des droites, a révélé le 22 avril le site d’information Mediapart.

Parmi les sept autres candidats sur cette liste, figurait Christophe Bay, un haut fonctionnaire ayant contribué officieusement au programme de la candidate du Rassemblement national (RN) en 2017, précise Mediapart.

 

10 000 agents pour renforcer les frontières

Avant le vote sur les nouvelles mesures qui renforceront les effectifs du corps européen de garde-frontiéres et de garde-côtes, la députée démocrate chrétienne maltaise Roberta Metsola a déclaré : « Il faut être juste avec ceux qui méritent d’être protégés, dur avec ceux qui s’attaquent aux personnes vulnérables et ferme avec ceux qui cherchent à enfreindre les règles ».

Ces changements ont pour objectif de mieux gérer les migrations, de permettre à l’Union européenne de sécuriser efficacement ses frontières extérieures et d’assurer la sécurité des Européens. Ce nouveau corps pourrait, à la demande d’un pays de l’Union européenne, assurer le contrôle des frontières et la gestion des migrations ainsi que lutter contre la criminalité transfrontalière.

En cas d’urgence, les États membres pourraient faire appel à sa capacité d’intervention rapide pour obtenir une assistance.

 

 

« Entrées précédentes