Archives de Catégorie: EUROPE

Adrien Bocquet: la reponse aux critiques

26.05.2022 Depuis plusieurs jours, les différentes interventions médiatiques d’Adrien Bocquet sont massivement relayées en France et à travers le monde. Cet ancien militaire français explique revenir d’un séjour en Ukraine, et dénonce des crimes de guerre dont il prétend avoir été témoin. Il affirme que ces actes auraient été commis par des membres des forces ukrainiennes, plus précisément des militaires d’Azov.

Un récit largement relayé par Moscou et les sphères prorusses. Pourtant, si le Français est bien allé en Ukraine, son témoignage n’est appuyé par aucune preuve. Au contraire, CheckNews a pu rassembler plusieurs éléments qui le contredisent. A l’épreuve des faits, les différentes versions du récit d’Adrien Bocquet oscillent entre affabulations et mensonges grotesques.

C’est peu dire, pourtant, que sa couverture médiatique a été riche. En quelques jours, cet ancien militaire de 31 ans a multiplié les passages dans les médias pour faire la promo de son livre (une autobiographie qui parle de son opération médicale), et surtout pour raconter cette mission humanitaire qu’il aurait récemment effectuée en Ukraine.

Ancien fusilier commando, victime d’un grave accident, Adrien Bocquet s’est retrouvé paraplégique à l’âge de 21 ans. Prisonnier de son corps et de douleurs insupportables, il pense que la mort est sa seule porte de sortie.

Heureusement, il croise sur sa route un chirurgien qui lui parle pour la première fois de neuroscience, neuromodulation et neurostimulation, autant de techniques qui permettent de diminuer la douleur et de remarcher.

Bolchoï: le changement d’affiche

02.05.2022 Le théâtre du Bolchoï de Moscou a annoncé le retrait de son affiche des spectacles prévus en mai de deux metteurs en scène ayant quitté la Russie et ayant communiqué publiquement leur opposition à l’offensive menée par celle-ci en Ukraine.

Dans un message publié sur Telegram lundi soir, le prestigieux théâtre a annoncé que le ballet « Nouréïev » de Kirill Serebrennikov et l’opéra « Don Pasquale » de Timoféï Kouliabine seraient remplacés par d’autres spectacles pour les six représentations prévues lors des jours fériés de mai.

Les raisons de ce changement ne sont pas connues. Joint par l’Agence France-Presse (AFP), le Bolchoï n’a pas commenté dans l’immédiat.

Ukraine: bombardements sur la capitale

16.04.2022 Guerre en Ukraine: après des déconvenues, la Russie veut remettre la pression sur Kiev (image)
Après des accusations de bombardements sur des villages russes et la perte du Moskva, un navire amiral, Moscou a repris ses bombardements sur la capitale ukrainienne.

Le répit à Kiev n’aura été que de courte durée. Alors que les troupes russes se sont retirées de la région, Moscou a lancé plusieurs frappes sur la capitale ce vendredi, le 15 avril, annonçant notamment la destruction d’une usine d’armement. La Russie dit agir en représailles au bombardement jeudi, le 14 avirl, de deux villages russes frontaliers de l’Ukraine, Klimovo et Spodariouchino, qui a fait sept blessés. « Le nombre et l’ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages menés en territoire russe », a mis en garde le ministère russe de la Défense.

L’Ukraine a rejeté ces accusations, affirmant que ces bombardements pourraient être des tentatives de « sabotage » de l’armée russe. Moscou chercherait à alimenter une forme « d’hystérie anti-ukrainienne » pour renforcer le soutien du peuple russe à l’invasion de l’Ukraine, voire trouver une prétexte à de futures offensives.

Ukraine: 50 jours de la guerre

Ce jeudi, le 14 avril, marque le cinquantième jour de la guerre en Ukraine. Le croiseur russe « gravement endommagé » par une explosion de munitions causée par un incendie, ont rapporté les agences d’Etat russes, citant le ministère de la Défense.

50 jours après le début de l’invasion russe en Ukraine, l’armée russe est surtout présente dans le Donbass, une portion à l’est de l’Ukraine, qu’elle cherche à contrôler. Elle est également présente au sud-est du pays, au-dessus de la Crimée, selon les cartes du ministère des armées.

Au cours des semaines précédentes, elle n’a pas réussi à atteindre le centre ou l’est du pays et est restée localisée sur les frontières nord, sud et est de l’Ukraine.

Cette guerre a tout de même fait des milliers de morts, et dans les villes occupées par l’armée russe sont faites des accusations de viols, de meurtres et de tortures.

UE: une vision stratégique transformatrice

Brussels 29.03.2022 Intervention du président Charles Michel lors de la conférence sur les grands enjeux européens à Sciences Po, Paris:
« …Le projet européen se situe, c’est indiscutable, dans la courbe de progrès de l’humanité. Il vise à garantir les biens les plus précieux : la paix, la démocratie et la prospérité, ces biens dont on mesure la valeur lorsqu’ils sont mis en danger. Les débris et les cendres de deux guerres mondiales consécutives ont été, paradoxalement, le terreau fertile de l’édification européenne.

« Une Europe pacifique, une Europe unie, une Europe de plus en plus forte. Une Europe où la loi et les règles protègent les droits et les intérêts de chacun. Une Europe libre, une Europe solidaire. C’est un projet politique innovant, sans précédent dans l’Histoire, fondé sur le dialogue, fondé sur le respect, fondé sur la tolérance.

« Certes, soyons lucides, l’Union européenne n’a pas effacé les différences politiques, historiques, culturelles même, ni les intérêts différents entre nos États membres. Mais le projet politique de cette Union européenne a radicalement changé la façon dont nous abordons nos différences et nos différends: nous sommes passés d’un modèle qui était fondé sur la confrontation, y compris très souvent militaire, à un modèle de coopération et de négociation.

« Comment a-t-on pratiqué? En mettant en place progressivement des règles communes qui lient des pays aux institutions différentes. Mais des règles communes qui sont ancrées dans des valeurs et dans des principes communs.

« C’est ainsi, lorsque je suis assis à la table du Conseil européen, avec les 27 chefs d’État et de gouvernement, depuis maintenant sept ans, que je ressens chaque jour encore plus fort que la veille que nous formons, avec les 27, une famille.

« Une famille avec, c’est vrai, de fortes différences et, je le dis encore, parfois des différends. Nous passons des heures, des jours, parfois même, c’est arrivé, des jours et des nuits, à discuter, à palabrer, à argumenter pour rechercher un terrain d’entente. Mais toujours, ou à peu près toujours, nous y arrivons, parce qu’à la fin, c’est l’essentiel qui prime.

« Le succès de l’Union européenne tient, bien sûr, je le crois, à la force des mots. Ce sont ceux des traités européens, ce sont les mots du droit européen. Mais le succès, davantage, ce sont les faits, avec des réalisations qui sont inédites : d’abord, l’Union européenne, c’est le plus grand espace démocratique du monde. L’Union européenne, c’est la libre circulation des personnes et des biens, c’est une puissance économique et commerciale de 450 millions de consommateurs.

« Et l’Union européenne – trop peu de gens le savent –c’est le plus important promoteur et sponsor du développement et de la paix dans le monde.

Vision stratégique transformatrice

L’Union européenne est un projet constamment imparfait et en mouvement perpétuel. Parce que l’Union européenne est, avant tout, un projet de transformation.

Dans ce monde qui est un monde instable et en mutation, confronté à des défis globaux, au premier rang desquels le changement climatique, c’est l’Union européenne, en 2019, qui a décidé de faire de la double transition – écologique et numérique – notre stratégie de transformation pour bâtir un nouveau paradigme de prospérité. C’est l’Union européenne aussi qui a décidé d’agir pour tenter de renforcer notre capacité d’action et d’influence sur le plan mondial.

Ce dernier point – vous l’avez mentionné, nous sommes nés le même jour, mais pas la même année – c’est l’orientation que le président Macron avait proposée, à la Sorbonne, en 2017. Il s’agissait de construire une souveraineté européenne, pour assurer la capacité à défendre mieux nos valeurs, à défendre mieux nos intérêts, et à protéger nos citoyens, leur sécurité, leurs libertés et leur cadre de vie.

L’autonomie stratégique

Cette autonomie stratégique, la souveraineté de l’Europe, et je le dis avec un peu de solennité et peut-être même avec un peu d’émotion, je le crois, c’est le défi de notre génération et de votre génération.

Fin 2019, c’était il y a deux ans à peine, nous avons pris une première décision stratégique lorsque nous nous sommes engagés à atteindre la neutralité climat en 2050. En faisant cela, on avait fixé l’horizon pour créer l’espace politique afin de mettre en place ce que l’on a ensuite appelé le pacte vert européen. Décarboner nos sociétés, nos économies. Abandonner progressivement les énergies fossiles et les dépendances qui en découlent, au gaz et au pétrole russe, par exemple, je vais y revenir.

Aujourd’hui, à la lumière des événements, cela semble naturel, cela semble évident. Et pourtant, il y a deux ans à peine, en décembre 2019, il en a fallu de l’argumentation, des palabres, de la discussion, des heures, des jours et des nuits pour convaincre et pour prendre ensemble cette décision.

Mais l’Union européenne a montré la voie. D’autres pays dans le monde nous ont ensuite emboîté le pas avec le même objectif de neutralité climatique. Et un objectif, un impératif géostratégique est venu renforcer le motif climatique.

L’autonomie stratégique, l’agenda de souveraineté européenne repose à mes yeux sur trois piliers.

Tout d’abord, bien sûr, les valeurs européennes, les valeurs universelles : la dignité et la liberté humaines, l’État de droit, la solidarité.

Deuxième élément, la prospérité. Et cette prospérité est désormais liée à cette transformation urgente, impérieuse de notre modèle de développement, fondée sur cette double transition, numérique et verte.

Et enfin, le troisième point, on le voit beaucoup ces dernières semaines: l’importance de renforcer nos capacités d’action ensemble sur les sujets stratégiques.

L’objectif est à mes yeux d’exercer une plus grande influence, inspirée par nos valeurs, pour mieux anticiper et mieux protéger nos citoyens. Il s’agit – pour l’Union européenne – de cesser de n’être que le terrain de jeu pour les ambitions des autres et d’être un acteur qui respecte, mais qui est capable aussi de se faire respecter…
« On le voit, quand on est confrontés à l’adversité, l’Europe pose des actes. Des actes de souveraineté… »

Russie utilise des missiles hypersoniques

19.03.2022 Moscou montre ses muscles. Le ministère russe de la Défense a déclaré samedi 19 mars avoir utilisé la veille des missiles hypersoniques « Kinjal » pour détruire un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine. Ce type de missiles, très manoeuvrable, défie tous les système de défense anti-aérienne, selon Moscou. Son utilisation est une première dans le conflit en Ukraine, selon l’agence d’Etat Ria Novosti. Suivez notre direct.

Zelensky appelle à des négociations sérieuses. Le président ukrainien a jugé samedi qu’il était temps pour la Russie d’accepter de se « réunir » pour « discuter » sérieusement de paix. « Des négociations portant sur la paix et la sécurité pour l’Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs », a déclaré Zelensky.

La ville de Marioupol très disputée. L’armée russe a affirmé vendredi avoir réussi à y pénétrer et combattre en centre ville aux côtés de troupes de la « république » séparatiste de Donetsk. La prise de Marioupol serait un important tournant dans la guerre et permettrait à la Russie d’assurer une continuité territoriale entre ses forces venues de Crimée annexée (sud) et les troupes du Donbass (est).

Peer de Jong, vice-président de l’institut Thermiis, a assuré sur franceinfo qu’avec le tir de ces missiles supersoniques, la Russie « cherche à avoir de la précision » et « à terminer, on sent qu’il y a une accélération du processus ». Ces missiles ont « des leurres électromagnétiques, ce qui fait qu’ils brouillent le système antiaérien ukrainien ».

Ces missiles balistiques hypersoniques « Kinjal » et ceux de croisière « Zircon » appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie. Ces missiles sont qualifiés par Vladimir Poutine d' »invincibles ».

09h19 : La Russie a donc annoncé avoir utilisé des missiles hypersoniques « Kinjal » pour détruire un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine. C’est la première fois qu’elle utilise ce genre de missile balistique, selon l’agence d’Etat Ria Novosti. Ce type de missiles, très manœuvrable, défie tous les système de défense anti-aérienne, selon Moscou.

Boris Johnson répond aux critiques

08.03.2022 Alors que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait fustigé «le manque d’humanité» et la «réponse totalement inadaptée» de Londres concernant les réfugiés ukrainiens refoulés à Calais, Boris Johnson a défendu la politique de son gouvernement, relate Le Figaro, lundi 7 mars. Le Premier ministre britannique a assumé les contrôles ayant conduit à refuser l’accueil à des Ukrainiens dépourvus de visa, tout en insistant sur la « générosité » de la politique migratoire du Royaume-Uni.

Si le ministère de l’Intérieur avait déclaré qu’«environ 50 visas» seulement avaient été accordés par les autorités britanniques dimanche dans le cadre du programme de regroupement familial destiné aux réfugiés ukrainiens, Boris Johnson a rétorqué que des « milliers de dossiers » sont actuellement traités, insistant néanmoins sur la fermeté de Royaume-Uni, qui ne laissera entrer personne «sans aucun contrôle ou vérification».

En effet, selon le Premier ministre britannique, le Royaume-Uni compte déjà «deux voies très, très généreuses» d’accueil des Ukrainiens, mentionnant celle du regroupement familial «qui pourrait potentiellement voir des centaines de milliers de personnes venir dans ce pays», et la «voie humanitaire».

Alors que, selon le ministère de l’Intérieur, seulement «environ 50 visas» avaient été accordés dimanche, le 6 mars matin dans le cadre du programme de regroupement familial destiné aux réfugiés ukrainiens, Boris Johnson a assuré que des «milliers de dossiers» étaient actuellement traités par les services d’immigration. Il a cependant averti que le Royaume-Uni ne laisserait pas entrer de réfugiés au Royaume-Uni «sans aucun contrôle ou vérification».

Depuis vendredi, plus de 10.000 réfugiés ukrainiens ont déjà fait une demande pour entrer au Royaume-Uni, selon ses services. Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait critiqué samedi la «réponse totalement inadaptée» et le «manque d’humanité» du Royaume-Uni à l’égard des réfugiés ukrainiens refoulés à Calais, un port du nord de la France, dans une lettre adressée à son homologue britannique Priti Patel. Depuis le 28 février, 517 ukrainiens fuyant leur pays ont tenté de rejoindre leurs familles en Angleterre via le port de Calais ou le site du tunnel sous la Manche à Coquelles. Mais 250 d’entre eux, dépourvus de visa, ont été refoulés par les autorités britanniques, a annoncé dimanche la préfecture du département français du Pas-de-Calais dans un communiqué.

EUROPE: META MENACE DE FERMER FACEBOOK

Bruxelles 07.02.2022 Face à une réglementation potentiellement plus protectrice des données personnelles des Européens, l’entreprise menace de quitter le Vieux Continent.
Les Européens bientôt privés de Facebook et Instagram? C’est une menace que veut désormais faire peser l’entreprise de Mark Zuckerberg (dont la maison-mère est désormais baptisée Meta).

Dans un document transmis à la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain des marchés financiers, et repéré par le quotidien britannique City A.M., l’entreprise s’oppose à de nouvelles règles plus protectrices des données personnelles des internautes européens.

Les menaces de Facebook s’inscrivent dans un contexte particulier: l’entreprise, basée à Dublin pour ses activiés européennes, est actuellement visée par une enquête de l’équivalent irlandais de la Cnil, l’organisme en charge de la protection des données personnelles.

L’entreprise, qui possède Facebook, Instagram, mais également WhatsApp, est soupçonnée de transférer les données personnelles de ses utilisateurs européens vers des serveurs basés aux Etats-Unis sans respecter les lois européennes, à commencer par le RGPD, le règlement sur la protection des données personnelles.

Le terme de « clauses contractuelles types » fait référence à des règles adoptées par la Commission européenne pour permettre le transfert de données entre l’Europe et un pays tiers, mais qui doivent être adaptées pour chaque entreprise et pour chaque pays de destination.

C’est la légalité de ces clauses contractuelles dans le cadre du transfert des données de millions d’utilisateurs européens de Facebook et Instagram vers les Etats-Unis qui pourrait être remise en cause par l’enquête du gendarme irlandais des données personnelles, que Facebook a – sans succès – tenté de bloquer.

Ce n’est pas la première fois que Facebook menace de quitter l’Europe afin de ne pas se plier aux lois de protection de la vie privée des utilisateurs. Un tel scénario avait été suggéré par l’entreprise en septembre 2020. L’imminence des conclusions de l’enquête des autorités irlandaises rend toutefois le sujet plus brûlant que jamais.

COVID-19: LA VACCINATION OBLIGATOIRE EN AUTRICHE

Tous les habitants de plus de 18 ans sont concernés par cette mesure inédite au sein de l’Union europénne, sauf les femmes enceintes, ceux qui ont contracté le virus il y a moins de 180 jours et ceux qui sont exemptés pour des raisons médicales.

Le président autrichien a promulgué vendredi, le 4 février, la loi sur la vaccination obligatoire contre le coronavirus, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dimanche, une mesure inédite au sein de l’Union européenne (UE).

« Alexander Van der Bellen a promulgué aujourd’hui à midi la loi fédérale sur l’obligation de vaccination contre le Covid-19 », a annoncé la présidence dans un communiqué.

Elle doit encore être publiée au Journal officiel, avant son instauration effective dimanche, selon l’agence de presse APA. Le Parlement avait adopté le texte le 20 janvier à une large majorité, seule l’extrême droite votant contre.

PE: Macron un acte de campagne

Strasbourg 20.01.2020 Emmanuel Macron a affiché sa vision de l’Union européenne lors d’un discours d’une trentaine de minutes le 19 janvier. Son entourage assure que cette séquence n’est pas un acte de campagne, ce que lui reprochent ses adversaires politiques.

Pour rappel, le chef de l’Etat avait déjà présenté, lors d’une conférence de presse début décembre, ses priorités pour la présidence française du Conseil de l’Union européenne qui a démarré le 1er janvier.

En Le président français a d’abord appelé les Européens à « l’audace » pour que l’Union européenne (UE) s’affirme comme « une puissance d’avenir » et « souveraine » afin de « ne pas dépendre des autres puissances » mondiales. Illustration de cette ambition : M. Macron a souhaité que l’Europe construise « un nouvel ordre de sécurité » avec l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) face à la Russie et plaidé pour « un dialogue franc et exigeant » avec Moscou.protestation, les journalistes européens ont quitté la salle avant que cela ne débute.

Le président français a d’abord appelé les Européens à « l’audace » pour que l’Union européenne (UE) s’affirme comme « une puissance d’avenir » et « souveraine » afin de « ne pas dépendre des autres puissances » mondiales. Illustration de cette ambition : M. Macron a souhaité que l’Europe construise « un nouvel ordre de sécurité » avec l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) face à la Russie et plaidé pour « un dialogue franc et exigeant » avec Moscou.

« Ces prochaines semaines doivent nous conduire à faire aboutir une proposition européenne bâtissant un nouvel ordre de sécurité et de stabilité. Nous devons le construire entre Européens, puis le partager avec nos alliés dans le cadre de l’OTAN, puis ensuite le proposer à la négociation à la Russie », a-t-il déclaré à ce sujet.

La conférence de presse qui devait avoir lieu après a été transformée en déclaration, sans questions.

« Entrées précédentes