Archives de Catégorie: ECONOMIE

Lactalis soumis à l’examen

Une enquête préliminaire a été ouverte le 22 décembre par le pôle santé publique du parquet de Paris après la contamination par salmonella de laits infantiles dans une usine Lactalis de Craon (Mayenne), a-t-on appris mardi de source judiciaire.

L’enquête a été notamment ouverte pour “blessures involontaires”, “mise en danger de la vie d’autrui”, “tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine” et “inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit d’origine animale ou de denrée en contenant préjudiciable à la santé”, a-t-on précisé.

Elle a été confiée aux gendarmes de la section de recherche d’Angers et à ceux de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP).

Lactalis, premier groupe laitier français, a procédé depuis début décembre à des retraits de plusieurs lots de laits infantiles à la suite de signalements par les autorités de santé d‘un risque de contamination.

Le groupe a notamment annoncé le 21 décembre le rappel de la totalité des produits fabriqués ou conditionnés dans son usine de Craon face au risque de contamination par salmonelle de laits destinés aux bébés.

L’UE lutte contre le blanchiment d’argent vitruel

Les Etats membres de l’Union européenne et les parlementaires européens se sont mis d’accord pour renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme sur les plates-formes d’échange du bitcoin et autres monnaies virtuelles, annonce l’UE dans un communiqué.

Parmi les mesures prises, figurent la fin de l’anonymat des transactions sur les plate-formes de monnaies virtuelles, y compris avec des cartes de prépayées. Certains enquêteurs ont estimé que de tels moyens de paiement avaient pu être utilisés pour financer des attentats.Les plates-formes de transaction du bitcoin et les fournisseurs de “portefeuilles” qui détiennent la cryptomonnaie pour le compte de clients devront identifier leurs utilisateurs.

Ces mesures doivent encore être formellement approuvées par les Etats membres et les députés européens avant de prendre force de loi dans chacun des pays de l‘UE dans les 18 mois.

“L’accord d’aujourd‘hui va apporter davantage de transparence pour aider à prévenir le blanchiment d‘argent et couper les sources de financement du terrorisme”, a déclaré Vera Jourova, la Commissaire européenne à la Justice et aux Consommateurs.

Cette décision de l‘UE intervient alors que le bitcoin a gagné plus de 1.700% depuis le début de l‘année, alimentant les craintes d‘une bulle susceptible d’éclater de manière spectaculaire.

La plus connue des monnaies virtuelles a inscrit vendredi un nouveau record juste en dessous de 18.000 dollars.

Il a fallu plus d’un an de négociations pour que les députés européens et la Commission européenne s’accordent sur ces propositions soumises par l’exécutif européen après les attentats de Paris et de Bruxelles en 2015 et 2016 qui ont fait plus de 160 morts.

Hulot contre « l’hypocrisie » de subvention des énergies fossiles

Le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a plaidé pour la fin de toute subvention au secteur des énergies fossiles, faisant écho aux revendications des associations de défense de l’environnement.

Il faut mettre un terme à une “forme d’hypocrisie”, a-t-il déclaré lors du sommet international sur le climat – le “One planet summit” – organisé près de Paris à l’initiative d’Emmanuel Macron.

Cette “hypocrisie” consiste selon lui “d’un côté dire qu’il faut s’affranchir des énergies fossiles et de l’autre que l’ensemble de la communauté internationale – et ça vaut pour mon propre pays – continue sous des formes diverses et variées, à hauteur de plus de 300 milliards de dollars chaque année, à soutenir les énergies fossiles en forme d’exonérations, de subventions”, a-t-il poursuivi.

Or ce “modèle énergétique (…) non seulement participe au déséquilibre climatique mais (…) occasionne des externalités négatives qui se chiffrent en milliers de milliards de dollars”, a poursuivi le ministre français.

La Pologne protège les travailleurs détachés

La Première ministre polonaise Beata Szydlo a affirmé jeudi, 24.08.2017, le refus de Varsovie de revenir sur la directive européenne sur le travail détaché.

« Nous défendrons jusqu’au bout notre position, parce que c’est une position qui est dans l’intérêt des travailleurs polonais », a déclaré Mme Szydlo à la presse.

Cette déclaration intervient alors que le président français Emmanuel Macron effectue une tournée dans l’est de l’Europe pour promouvoir un durcissement de la directive sur le travail détaché. Datant de 1996, la directive permet à une entreprise de l’UE d’envoyer à titre provisoire dans d’autres pays de l’Union ses salariés en continuant à payer les cotisations sociales dans le pays d’origine.

Pour M. Macron, cette directive constitue une concurrence déloyale pour le marché du travail français et est injuste pour les travailleurs français. La Pologne est le pays qui profite le plus de cette directive et est farouchement hostile à toute réforme. Environ 500.000 Polonais sont employés par des entreprises polonaises dans d’autres pays membres de l’UE. La France, qui a accueilli 286.000 salariés détachés déclarés en 2015, est le deuxième pays d’accueil derrière l’Allemagne, favorable elle aussi à des garde-fous.

Macron à Bucarest s’est montré optimiste

Le président roumain a estimé jeudi que la directive européenne sur le travail détaché devait être améliorée, sans exprimer d’accord clair avec Emmanuel Macron sur la nécessité de le faire d’ici janvier et selon les termes du président français.

Lors d’une conférence de presse au côté de Klaus Iohannis, à Bucarest, Emmanuel Macron s’est montré optimiste quant à la possibilité de conclure sur ce sujet, “particulièrement sensible dans votre pays”, avant fin 2017.

“Je suis persuadé, comme nous l’avons évoqué, que nous trouverons un accord d’ici la fin de l’année, je souhaite (…) qu’il puisse l’être dès les rendez-vous ministériels d’octobre”, a-t-il dit après une rencontre avec son homologue.

Klaus Iohannis a pour sa part jugé que “la directive n’est pas suffisamment claire et pas suffisamment bonne”.

“Il est bien clair qu’il faut améliorer cette directive, il est inacceptable de voir ces mécontentements d’une part en Europe occidentale (…) et, d’autre part, il faut tenir compte du souhait des gens en Europe de l’Est” de pouvoir travailler en France, en Allemagne ou Espagne, a-t-il ajouté.

“Ce que je souhaite et ce que le président Macron souhaite, c’est de faire les choses mieux et plus clairement pour tout le monde, pour avoir une approche correcte, équitable, pour tout le monde”, a encore déclaré le président roumain.

Emmanuel Macron a insisté sur le secteur du transport routier, qui, en Roumanie, voit tout durcissement des règles comme une agression.

Il a souligné que les règles du travail détaché ne concernaient que les transporteurs d’un pays faisant appel à des travailleurs d’un autre pays. Les règles pour les transporteurs embauchant des travailleurs de leur pays relèvent d’une seconde directive qui sera discutée par ailleurs, a-t-il expliqué.

Le chômage en nette hausse

Le chômage est reparti en nette hausse en juillet en France, repassant au-dessus du seuil de 3,5 millions d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A pour la première fois depuis le mois de mars, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a enregistré le mois dernier sa plus forte hausse mensuelle depuis le mois de mars et a progressé de 1,0%, soit 34.900 personnes supplémentaires.

Les effectifs dans cette catégorie ont ainsi atteint 3.518.100 inscrits, au plus haut depuis août 2016.

Cette évolution confirme la tendance suggérée par le Premier ministre Edouard Philippe en début de matinée.

“Je ne suis pas sûr que les chiffres du chômage de juillet soient exceptionnels”, a-t-il prévenu sur BFM TV et RMC, tout en précisant qu’il ne disposait pas de ces données.

Le port de Yuzhny d’Allseeds sera unique

Le Groupe Suisse Allseeds a commencé à mettre en œuvre la deuxième étape de son développement mondial dans le port de Yuzhny de la mer Noire, à côté d’Odessa, Ukraine, à savoir la construction d’une usine multifonctionnelle de broyage de soja, d’une capacité de production quotidienne de 5 000 tonnes. Cette usine sera unique en capacité parmi les usines européennes d’extraction d’huile végétale.

Selon les estimations de la société, la construction de l’usine et la mise à niveau de l’infrastructure nécessaire à l’exploitation de l’usine prendront environ trois ans.

« Les principales sociétés d’ingénierie de l’industrie mondiale de l’extraction du pétrole – comme Andreotti Impianti, Europa Crown, Desmet Ballestra, Jiangsu Muyang et d’autres – participent à l’offre pour la fourniture de l’équipement et de la technologie pour cette nouvelle usine », indique Viacheslav Petryshche , Responsable du conseil d’Allseeds.

Le lancement d’une telle usine exigera que l’entreprise augmente sa réception et son expédition d’environ 1,7 million de tonnes de matières premières et de produits transformés – farine de soja et huile. Le développement de l’usine comprendra des fonds supplémentaires pour l’augmentation de la capacité d’infrastructure dans le port de Yuzhny – un complexe qui comprend des ascenseurs, des citernes et des installations ferroviaires.

La mise à l’échelle de la production permettra à Allseeds de réaliser des synergies consécutives et d’accroître l’efficacité de l’entreprise grâce à des économies importantes sur les coûts fixes.

En conséquence, ce développement permettra à l’entreprise de rester compétitive.

Allseeds deviendra la société n°2 dans le marché des oléagineux d’Ukraine avec une capacité de collision totale de 2,5 millions de tonnes par an. Le montant des investissements d’Allseeds en Ukraine atteindra 500 millions de dollars.

En exploitant une usine d’extraction et d’huile végétale hautement moderne et technologiquement avancée, Allseeds Group a la capacité de produire et de fournir de l’huile de tournesol de la plus haute qualité sur le marché mondial.

 

« Entrées précédentes