Archives de Catégorie: ECO

Santé: la maladie du foie gras

C’est la première fois que des estimations officielles sont faites en France sur la maladie du foie gras. Environ 8 millions de Français ont le foie trop gras, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Rapporté à la population française, les chercheurs estiment que 8 millions d’adultes ont un foie trop gras, soit 18,2% de la population. 200 000 auraient une maladie à un stade déjà avancé, pouvant mener rapidement à une cirrhose ou un cancer. Avoir un foie trop gras ne conduit pas nécessairement à une Nash, une « maladie du foie gras. » La Nash ne constitue que le dernier stade avant une cirrhose ou un cancer.

« Le terme de « maladie du foie gras » couvre un large spectre de gravité de la maladie, qui va d’un foie gras sans inflammation jusqu’à la Nash, avec des réactions inflammatoires, des lésions hépatiques et une possible fibrose », explique une récente étude publiée dans le journal médical allemand Deutsches Ärtzteblatt. L’étude explique qu’entre 5 et 20% des patients avec un foie gras vont développer une Nash, qui elle-même conduit à une fibrose élevée dans 10 à 20% des cas. Et 5% des foies avec fibrose évolueront vers une cirrhose.

Venice: croisières sous le feu des critiques

Après 17 mois d’interruption pour cause de pandémie, un premier navire de croisière a levé les amarres samedi à Venise, réveillant la polémique entre partisans et opposants à la présence de ces monstres des mers dans la célèbre lagune italienne.

Les deux camps ont manifesté chacun de leur côté pour défendre leurs positions: alors que l’énorme silhouette du MSC Orchestra se profilait au large de la place Saint-Marc, des manifestants brandissant des banderoles « Non aux navires de croisière » ont crié leur opposition à bord de petites embarcations à moteur.

Les défenseurs de l’environnement et du patrimoine culturel accusent les grosses vagues engendrées par ces navires, longs de plusieurs centaines de mètres et hauts de plusieurs étages, d’éroder les fondations des immeubles de la Sérénissime, inscrite au patrimoine de l’Unesco, et de mettre en péril le fragile écosystème de sa lagune.

Les partisans des bateaux de croisière mettent de leur côté en avant les nombreux emplois que leur présence génère pour Venise, dont l’économie vit essentiellement du tourisme, ce qui l’a particulièrement affectée durant la pandémie.

Le MSC Orchestra, arrivé vide jeudi, le 3 juin, en provenance du port grec du Pirée, est reparti avec environ 650 passagers, qui ont dû présenter un test négatif datant de moins de quatre jours et se soumettre à un nouveau test pour pouvoir embarquer.

Le gouvernement du premier ministre italien Mario Draghi s’est engagé ce printemps à sortir les navires de croisière de la lagune de Venise, mais atteindre cet objectif prendra du temps. Même une solution provisoire détournant les plus gros navires du canal de la Giudecca n’est pas probable avant l’année prochaine. Débarrasser le lagon des navires, qui mesurent plus de 250 mètres de long et pèsent plus de 90 000 tonnes, pourrait prendre des années.

Venise est devenue l’une des destinations de croisière les plus importantes au monde au cours des deux dernières décennies, et en 2019 a servi d’escale lucrative pour 667 navires de croisière transportant près de 700 000 passagers, selon l’association Cruise Lines International (CLIA).

Bruxelles: la manifestation pour la santé

Bruxelles 29.05.2021 Ce rassemblement, le seul autorisé dans la capitale ce samedi,le 29 mai, revendique plus de financements pour le secteur de la santé. Rassemblés sous une banderole géante « Pas de profits sur nos vies », ce sont non seulement des professionnels de la santé, mais également des citoyens solidaires et de nombreux autres mouvements qui se sont joints à la protestation. Ainsi, des membres de L’école en lutte, d’Extinction rébellion, de Youth for climate, du Réseau de lutte contre la pauvreté et de diverses associations féministes sont venus soutenir la santé, mais également porter leurs propres revendications.

« Nous exigeons un système de santé accessible à tous, riches comme pauvres, des conditions de travail décentes qui nous permettraient de remettre l’humain au centre des préoccupations », clament les organisateurs. « Il est totalement immoral de faire de l’argent sur la santé des gens. Nous demandons aussi la levée des brevets sur les médicaments et les vaccins. »

Différents travailleurs du secteur de la santé se sont succédé sur scène pour témoigner de leurs conditions de travail. Parole a également été donnée aux enseignants, aux sans-papiers et aux associations féministes. Quelques représentations musicales ont aussi eu lieu.

La manifestation pour la santé est un mouvement international. Des rassemblements similaires ont lieu ce samedi, notamment en France et en Italie, et se tiendront dans d’autres pays comme le Canada ou le Royaume-Uni dans les prochaines semaines.

Selon les estimations de la police de Bruxelles Capitale Ixelles, 1.500 personnes étaient présentes samedi à 15h au Mont de Arts à Bruxelles pour participer à la deuxième édition de la manifestation pour la santé.

Covax: L’OMS pour pays défavorisés

Le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé ce vendredi 14 mai les pays à renoncer à vacciner les enfants et les adolescents contre le Covid et faire don des doses ainsi libérées au système Covax pour les redistribuer aux pays défavorisés. L’OMS appelle à ne pas vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés.

Dr.Tedros Adhanom Ghebreyesus a souligné qu’au train où vont les choses, la deuxième année de la pandémie serait “beaucoup plus mortelle” que la première, lors d’un point de presse.

L’OMS a donc appelé des pays à faire don des doses dont ils disposaient. La France a ainsi permis de distribuer 500.000 doses de vaccin AstraZeneca par le bais de Covax, tout comme la Suède ou encore la Suisse, qui pourrait bientôt autoriser le don d’un million de doses de ce vaccin.

“Je comprends pourquoi certains pays veulent vacciner leurs enfants et leurs adolescents, mais je vous demande de penser à y renoncer et donner plutôt les vaccins à Covax”, le système international mis en place pour garantir un accès équitable aux vaccins, a déclaré le directeur général de l’OMS.

Notant que de nombreux pays étaient encore en proie à des taux d’infection explosifs, comme l’Inde mais aussi le Népal, le Sri Lanka ou encore certains pays sur le continent américain, le directeur général a souligné que “le Covid-19 a déjà coûté la vie à plus de 3,3 millions de gens et au train où vont les choses, la deuxième année de la pandémie sera beaucoup plus mortelle que la première”.

20M de Francais vaccinés

Président Macron a annoncé ce samedi 15 mai sur Twitter que 20 millions de Français avaient reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19. “20 millions de Français vaccinés !”, avait également écrit le Premier ministre Jean Castex.

″À tous ceux qui se sont mobilisés pour atteindre cet objectif: merci pour votre engagement et votre exceptionnelle mobilisation. À tous nos compatriotes éligibles qui ne sont pas encore vaccinés: rendez-vous sur santé.fr.”, a-t-il ajouté.

Vendredi soir, 19,7 millions de personnes avaient reçu au moins une injection et 8,7 deux injections (soit 13% de la population totale et 16,6% de la population majeure). Les chiffres de samedi n’étaient pas encore disponibles.

Après 20 millions mi-mai, le gouvernement s’est fixé comme objectif 30 millions de primo-vaccinés à la mi-juin et a ouvert depuis mercredi la vaccination aux plus de 18 ans, sans conditions, pour des doses disponibles du jour au lendemain.

Gand: événements supervisés COVID19

BELGIQUE 15.05.2021 Les quelque 300 participants à l’événement-test qui se tiendra samedi le 15 mei soir à la Ghelamco Arena de Gand seront autorisés à y entrer, avant même que le résultat de leur test corona ne soit connu.

Les organisateurs souhaitent ainsi étudier la meilleure façon d’évacuer les spectateurs une fois qu’ils sont dans l’enceinte du lieu, afin de rendre les futurs événements plus sûrs. Les volontaires pourront assister à un concert du groupe Compact Disk Dummies. Compte tenu du taux d’infection actuel, certains d’entre eux seront supposément porteurs du coronavirus.

À leur arrivée au stade de football où se déroulera le concert en plein air, tous les participants seront soumis à un test. « La différence est que nous ne ferons pas attendre les gens dehors jusqu’à ce qu’ils obtiennent le résultat de leur test », explique le responsable de la communication, Michiel Vanderheyden. Les volontaires seront autorisés à entrer et recevront par la suite le résultat de leur test par SMS.

Belgique: etiquette COVID19

Bruxelles 15.04.2021 Le nombre d’infections quotidiennes au Sars-CoV-2 s’est élevé en moyenne à 2.751 entre le 5 et le 11 mai, ce qui représente une baisse de 7% par rapport à la période de sept jours précédente, selon les chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano publiés samedi. Le nombre de personnes malades du Covid-19 dans les hôpitaux est en très légère baisse par rapport à la veille. Vendredi, il y en avait 1.918 (17% de moins en une semaine), dont 643 en soins intensifs (-12% en une semaine). Parmi ces dernières, 401 patients nécessitaient une assistance respiratoire.

Entre le 8 et le 14 mai, il y a eu en moyenne 145,3 nouvelles admissions à l’hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une baisse de 13% par rapport à la période de référence précédente. Au cours des sept derniers jours, le nombre total de lits d’hôpital occupés a diminué de 389, dont 84 lits occupés en soins intensifs de moins.

Au cours de la même période, 31,4 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-19,4%), portant le bilan à 24.664 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.

Quelque 51.800 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement, pour un taux de positivité de 6,1%, en baisse. La tranche d’âge 10-19 ans reste celle qui présente le pourcentage de tests positifs le plus important (7,9%). La tranche d’âge des plus de 65 ans est, en revanche, celle qui a le pourcentage le plus faible (4,1%). Géographiquement, c’est le Hainaut qui compte le plus haut pourcentage de tests positifs (9,1%), au contraire du Brabant flamand (4,5%).

Le taux de reproduction du virus est quant à lui de 0,89. Lorsqu’il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l’épidémie tend à ralentir. L’incidence, qui renseigne le nombre moyen de nouveaux cas journaliers pour 100.000 habitants, atteint 347,8 sur 14 jours.

UE: l’achat de vaccin de $10 milliard

Bruxelles 20.11.2020 L’Union européenne pourrait payer plus de €8,4 milliards ($10 milliards) pour se procurer des centaines de millions de doses des candidats vaccins de Pfizer-BioNTech et CureVac, a indiqué un responsable européen impliqué dans les négociations.

Le bloc a accepté de payer €15,50 euros par dose du vaccin anti-COVID-19 développé par Pfizer et BioNTech, selon ce responsable. Les deux laboratoires ont annoncé mercredi que leur candidat vaccin était efficace à 95%, selon les résultats définitifs d’un essai clinique de phase III.

Le prix unitaire négocié par l’UE porterait la facture de 200 millions de doses à un prix global de 3,1 milliards d’euros, à €4,65 milliards en cas d’exercice d’une option pour l’achat de 100 millions de doses supplémentaires, a détaillé la la même source.

Les Etats-Unis ont conclu un contrat avec Pfizer pour un prix de $25 par dose.

Parallèlement, l’Union européenne a accepté de payer €10 par dose pour la fourniture de 225 millions de doses du candidat vaccin de CureVac, soit €2 de moins que le prix unitaire initialement annoncé par la biotech allemande, a souligné le négociateur européen.

L’UE a réservé cette semaine jusqu’à 405 millions de doses auprès de CureVac, dont 180 millions en option. Cela porterait la facture à €4,05 milliards.

Ni la Commission européenne, qui négocie au nom des Vingt-Sept, ni BioNTech ni CureVac n’ont fait de commentaire. Pfizer a indiqué qu’il négociait sur la base d’une formule prenant en compte le volume et les dates de livraison et que l’UE représentait à ce jour son plus gros client.

“Nous ne dévoilerons pas davantage les détails de cet accord”, a ajouté un porte-parole.

Véran: « décroissance » de l’épidémie

L’épidémie de COVID-19 est entrée dans une phase de décroissance, mais le сoronavirus continue à circuler très activement partout en France, a dit mardi, le 17 novembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui espère être en mesure d’entamer la campagne de vaccination début 2021.

“Nous avons commencé la décroissance de l’épidémie (…) mais cela ne veut pas dire que nous avons vaincu le virus. Cela veut dire que nous sommes toujours en phase de circulation active importante, mais que nous sommes en train de reprendre le contrôle sur la dynamique du virus. Cela veut dire que les mesures du gouvernement fonctionnent”, s’est-il félicité au micro de BFMTV.

Le ministre a toutefois dit ne pas être en mesure d’avancer une date pour la levée du confinement, ni pour la réouverture des commerces jugés non essentiels, mais a assuré que les restrictions de circulation ne seraient pas supprimées le 1er décembre, comme l’avait déjà annoncé le Premier ministre Jean Castex.

Olivier Véran a par ailleurs dit ne pas pouvoir “promettre que nous pourrons être rassemblés partout” en France pour les fêtes de fin d’année.

Interrogé sur la date à laquelle la vaccination sera possible, il a répondu. “J’ai besoin de savoir si le vaccin est efficace et sûr, et s’il est efficace et sûr, et que nous avons les autorisations (…), nous travaillons pour pouvoir commencer la vaccination début 2021”.

Moderna a annoncé lundi que son candidat vaccin contre le COVID-19 était efficace à 94,5%, une semaine après l’annonce de son concurrent Pfizer qui, associé à l’allemand BioNTech, a dit avoir développé un produit efficace à plus de 90%. Le laboratoire américain espère être en mesure d’entamer la vaccination dès la fin de l’année aux Etats-Unis et début 2021 en Europe.

Directeur de l’IHU Méditerranée Infection, professeur de médecine Didier Raoult a notamment réagi à la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus en France qui n’est pas due selon lui au comportement des Français en juillet et août dernier.

« La mesure qui était raisonnable pour éviter une deuxième épidémie, c’était de fermer les frontières », explique le professuer..

« À partir du moment où on a ouvert nos frontières, des centaines de milliers de personnes sont arrivées en France avec des virus nouveaux, des virus qui avaient des évolutions différentes. On sait maintenant, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour le vaccin, que ces virus nouveaux peuvent vous infecter alors que vous avez déjà été infecté », poursuit le Pr Raoult.

Affaire Pilarski: Bardot défend le chien Curtis

Brigitte Bardot a écrit au ministre de la Justice pour prendre la défense du chien Curtis, désigné coupable dans la mort d’Elisa Pilarski, jeune femme de 29 ans, enceinte, retrouvée morte en forêt en 2019.

Brigitte Bardot a pris la plume pour écrire au Garde des Sceaux Dupont-Moretti dans l’affaire de la mort d’Elisa Pilarski, jeune femme de 29 ans, enceinte, retrouvée morte en forêt de Retz en 2019. D’après l’autopsie, le décès a pour origine «une hémorragie consécutive à plusieurs morsures». Les expertises réalisées, soit les tests ADN et les expertises vétérinaires, «tendent à démontrer l’implication exclusive» de Curtis, chien de son compagnon, un American Pitbull Terrier provenant d’un élevage des Pays-Bas sans «qu’aucun élément» ne mette en cause les chiens de chasse à courre, présent dans les parages du drame ce jour-là.

«La peine de mort a été abolie en France, elle ne doit pas être prononcée à l’encontre de Curtis dont la culpabilité est loin d’être établie même si elle arrange tout le monde», écrit Brigitte Bardot avec une lettre de deux pages, publiée sur Twitter.

«Curtis est aujourd’hui le coupable idéal, écrit-elle dans la missive adressée à Eric Dupond-Moretti, mais nous savons tous qu’une meute livrée à elle-même, comme celle du « rallye de la passion » lors du drame, en l’absence du piqueux malade ce jour-là, représente un danger réel, si les chasseurs étaient moins malhonnêtes ils le reconnaitraient eux-mêmes».

«Je connais votre passion et votre militantisme pour la chasse, la corrida et autres pratiques que je dénonce, je fais appel non pas à l’homme mais au ministre. Nous avons besoin de connaître la vérité, cette affaire dramatique a encore bien trop de zones d’ombre sur lesquelles il faut faire la lumière», poursuit la présidente de la Fondation qui porte son nom, concluant par : «il serait doublement criminel d’accuser et de condamner à mort un innocent».

L’une de ses ex-compagnes, qui a souhaité rester anonyme, assure que Christophe Ellul aurait dressé d’autres de ses chiens à l’attaque, vingt ans avant les faits. À l’époque cet amateur de chiens élevait un Rottweiler. « J’avais pris un petit chat, un bébé, raconte son ex-compagne d’une voix tremblante. On était chez moi, dans mon salon. Je suis partie un moment aux toilettes, j’ai entendu un grognement du chien. Le chien avait attrapé le chat par la nuque. Le chat n’était pas encore mort. Il m’a dit : ‘Attends, je vais le finir’. Donc il est sorti avec le petit chat et quand je lui ai demandé où était le chat, car je voulais au moins l’enterrer, il m’a dit : ‘Je l’ai jeté à la poubelle’. »

« Entrées précédentes Derniers articles »