Archives de Catégorie: ECO

Couvre-feux contre la COVID19

Plusieurs médias évoquent la possibilité de couvre-feux dans les territoires les plus atteints, une mesure que des spécialistes appellent de leurs voeux à l’instar du président de l’Académie nationale de médecine, l’ex-ministre de la Santé Jean-François Mattéi.

L’option est également envisagée par le Conseil scientifique Covid-19 dans une note d’alerte en date du 22 septembre. L’instance présidée par Jean-François Delfraissy rappelle qu’un couvre-feu a notamment été instauré en Guyane, où Jean Castex s’était rendu peu de temps après sa nomination à Matignon.

Comme dans les autres pays européens, la France est confrontée en cet automne à une nette dégradation des indicateurs sanitaires. Le seuil des 1.500 patients traités en réanimation pour une infection au Covid-19 a été refranchi lundi pour la première fois depuis le 27 mai dernier.

Evoquant une situation “très difficile” face à la “réalité d’une deuxième vague” épidémique, le Premier ministre, Jean Castex, n’a pas exclu lundi d’ordonner des reconfinements localisés dans le pays où la crise sanitaire va durer selon lui plusieurs mois encore.

“Le reconfinement général doit être par tous moyens évité”, a dit le chef du gouvernement sur France Info, évoquant les conséquences “absolument dramatiques” d’une mesure aussi drastique. “Rien ne doit être exclu quand on voit la situation dans nos hôpitaux”, a-t-il en revanche répondu alors qu’on l’interrogeait sur de possibles reconfinements locaux.

Emmanuel Macron, qui s’exprimera mercredi,le 14 octobre soir à la télévision, préside ce mardi le 13 octobre un nouveau conseil de défense sanitaire pour étudier les moyens d’endiguer une deuxième vague épidémique.

Prix Nobel pour Programme alimentaire

Le prix Nobel de la paix a été attribué le 9 octobre au Programme alimentaire mondial (Pam) des Nations unies pour son combat contre la faim dans le monde, notamment dans les zones de conflit.
Le Pam est aussi récompensé alors que la pandémie due au nouveau coronavirus a fortement augmenté le nombre de victimes de famines à travers le monde.

“Le besoin de solidarité internationale et de coopération multilatérale est plus évident que jamais”, a souligné Berit Reiss-Andersen, présidente du comité Nobel, devant la presse.

Avec 97 millions de personnes aidées dans 88 pays en 2019, le Pam, dont le siège se trouve à Rome, est la première organisation humanitaire mondiale de lutte contre la faim, a-t-elle rappelé. Selon elle, une personne sur neuf dans le monde ne mange toujours pas à sa faim.

“La pandémie de coronavirus a contribué à une forte augmentation du nombre de victimes de la faim dans le monde. En attendant le jour où nous en aurons un, la nourriture reste le meilleur vaccin contre le chaos”, souligne le comité Nobel dans sa déclaration.

Selon une estimation du Pam, la faim pourrait toucher 270 millions de personnes d’ici la fin de l’année, soit une augmentation de 82% par rapport à la situation prévalant avant la crise du coronavirus.

Lors d’un point de presse à Genève, Tomson Phiri, porte-parole du Pam, a estimé que l’organisation était allée, depuis le début de la pandémie, “bien au-delà de ce qui était exigé d’elle”.

“Tout a été confiné après les mesures de restriction nationales et mondiales. Le Pam a pris ses responsabilités, nous avons été en mesure de relier entre elles les communautés. Pendant un certain temps, nous avons été la plus grosse compagnie aérienne mondiale lorsque la quasi-totalité des compagnies aériennes commerciales étaient clouées au sol.”

Pour Dan Smith, directeur de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, le comité Nobel, en récompensant le Pam, a souhaité adresser un message d’espoir et de “soutien à la coopération internationale”.

“La faim, comme le changement climatique et d’autres sujets, est un problème mondial qui ne peut être correctement traité que par la coopération. Le Programme alimentaire mondial est une institution de coopération internationale”, a-t-il dit.

“Malheureusement, trop souvent, et notamment parmi les grandes puissances, l’appétit pour la coopération diminue”, a-t-il ajouté en rappelant que la faim dans le monde augmentait de nouveau après avoir baissé pendant plusieurs décennies.

Le directeur exécutif du Pam, David Beasley, s’est dit “profondément honoré” par le choix du comité Nobel.

“C’est une reconnaissance incroyable du dévouement de la famille du Pam, qui oeuvre quotidiennement à éradiquer la fin dans plus de 80 pays”, a-t-il écrit sur Twitter.

Alpes-Maritimes: Quatre Morts

Le bilan des intempéries meurtrières qui ont frappé le sud-est de la France et le nord de l’Italie vendredi se porte à sept morts au total dans les deux pays. Dans les Alpes-Maritimes, quatre corps ont été retrouvés pour l’heure. Mais le bilan pourrait s’alourdir, de nombreuses personnes étant portées disparues.

Alors que Jean Castex et Gérald Darmanin se sont rendus sur place ce week-end, c’est Emmanuel Macron qui prépare son déplacement. «Le président m’a annoncé sa venue prochaine», a écrit sur Twitter le député Eric Ciotti.

Pour l’heure, le bilan s’élève à trois morts côté français, avec la découverte de deux dépouilles supplémentaires ce lundi le 5 octobre à la mi-journée, selon Nice-Matin.

Des scènes apocalyptiques, des dégâts très importants et un bilan humain qui devrait encore s’alourdir dans les prochains jours. Les pluies diluviennes qui ont balayé plusieurs villages du nord des Alpes-Maritimes et l’extrême ouest de l’Italie le 2 octobre vont encore mobiliser des centaines de secouristes pendant plusieurs jours. A la recherche des disparus et aussi en soutien des habitants isolés.

Côté italien, les autorités ont déjà fait état de deux morts, dans le Piémont et le Val d’Aoste, à quelque centaines de kilomètres : un pompier volontaire de 53 ans et un homme qui s’est noyé lorsque sa voiture est tombée dans une rivière.

Un autre corps a été retrouvé près de la frontière, à Vintimille, selon les pompiers des Alpes-Maritimes, mais il n’avait pas encore été formellement identifié le 5 octobre soir par les autorités françaises comme une victime de la vallée de la Roya.

Par ailleurs, plusieurs corps en grande décomposition ont été retrouvés échoués dimanche sur une plage de Ligurie, en Italie. Ils « doivent très probablement correspondre » aux cercueils emportés dans les inondations de cimetières français, a déclaré ce lundi le préfet des Alpes-Maritimes. « Nous sommes en train de rassembler des éléments pour les identifier.

Mais c’est difficile car ils ont été retrouvés nus et nous n’avons pas d’éléments d’identification », a précisé le garde-côte Giuseppe Semeraro, du port d’Imperia.

Huit disparus aux Alpes-Maritimes

Le Premier ministre Jean Castex, venu constater les dégâts avec le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré avoir engagé la procédure de catastrophe naturelle et promis le plein soutien de l’Etat.

“Je suis venu exprimer la solidarité de la nation aux Alpes-Maritimes (…) J’ai été très impressionné par ce que j’ai vu”, a déclaré le chef du gouvernement à la presse à la préfecture des Alpes-Maritimes, à Nice.

“Il y a huit disparus confirmés et de nombreuses personnes dont nous sommes sans nouvelles. Je ne vous cache pas notre vive inquiétude sur le bilan définitif de cet épisode”, a-t-il ajouté.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, avait évoqué dès samedi matin un “désastre sans précédent, du jamais vu depuis plus d’un siècle”, après avoir survolé en hélicoptère la zone la plus sinistrée, la région de la Haute-Vésubie.

“La voirie et une centaine de maisons ont été emportées ou sont en partie détruites. Ce qui nous préoccupe le plus, c’est le bilan humain”, a-t-il déclaré à la presse.

Météo France a annoncé que 500 mm d’eau étaient tombés sur le village de Saint-Martin-Vésubie, soit l’équivalent de trois mois de pluie en moins de 10 heures, “un record absolu pour la station, comme l’échelle départementale”.

“La situation était tellement extrême hier (vendredi) qu’on ne pouvait pas engager les secours”, aussi bien dans les airs qu’à terre, en dehors des unités prépositionnées dans les vallées, a commenté Frédéric Portet, porte-parole de la fédération des sapeurs-pompiers de France, sur BFM-TV.

La rivière Vésubie a enregistré à certains endroits une crue de près de huit mètres, emportant tout sur son passage, a déclaré Alix Roumagnac, directeur de Predict Services, une filiale de Météo France, sur France Info.

D’après Jérémy Crunchant, directeur général de la protection civile des Alpes-Maritimes, interrogé lui aussi par France Info, les précipitations ont été bien plus abondantes que celles du 3 octobre 2015, qui avaient fait 20 morts sur le littoral dans la région de Cannes.

Les Alpes-Maritimes étaient vendredi en alerte rouge, ce qui avait notamment entraîné la fermeture des écoles du département, alors que la tempête Alex avait balayé dans la nuit de jeudi à vendredi le sud de la Bretagne, avec des vents soufflant en rafale à plus de 180 km/h.

Le député Eric Ciotti (Les Républicains), originaire d’un des villages les plus touchés, Saint-Martin-Vésubie, a évoqué samedi matin sur France Bleu des villages coupés du monde dans les vallées de la Vésubie mais aussi de la Roya, près de la frontière avec l’Italie.

Selon Enedis, 12.000 foyers étaient privés d’électricité dans la région.

Une douzaine d’hélicoptères de la protection civile et de l’armée ont été mobilisés pour évaluer les dégâts et apporter une aide aux régions les moins accessibles.

Jean Castex a précisé qu’en plus des hélicoptères, l’armée allait fournir un détachement du génie pour contribuer à rétablir l’accès aux vallées dévastées par les crues.

Fin de cirque des fauves

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé ce mardi le 29 septembre une série de mesures en faveur du bien-être de la faune sauvage captive.

«Fauves, éléphants, singes, dauphins ou encore visons, il est tant d’ouvrir une nouvelle ère dans notre rapport à ces animaux », a-t-elle expliqué au cours d’une conférence de presse.

« Il est temps que notre fascination ancestrale pour ces êtres sauvages ne se traduise plus par des situations où l’on favorise leur captivité par rapport à leur bien-être », a lancé Barbara Pompili.

Ce «tournant majeur», tel que décrit par la ministre, passe par la «fin progressive» en France de la présentation d’animaux sauvages dans les cirques itinérants.

Quand? Dans « les années qui viennent». «Mettre une date ne résout pas tous les problèmes, je préfère mettre en place un processus pour que ça arrive le plus vite possible.»

Sénat: écolo annoncent d’un groupe

« Il y aura un groupe vert au Sénat » avec au moins dix élus, a assuré la sénatrice EELV Esther Benbassa dimanche soir en plein dépouillement des résultats, se réjouissant d’une « excellente nouvelle pour l’écologie».

A 20 heures, la sénatrice dénombrait déjà six candidats écologistes victorieux, lors de ce scrutin qui renouvelle la moitié des sièges du Sénat, et espérait également convaincre un élu de Haute-Corse de les rejoindre.

Ils viendraient s’ajouter à cinq élus déjà en place – les écologistes Esther Benbassa, Guillaume Gontard, Ronan Dantec, Joël Labbé et Sophie Taillé-Polian de Générations -, afin de former un groupe politique.

« On va pouvoir porter des textes écolos et les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. C’est une étape avant les régionales et les départementales », a souligné Mme Benbassa.

« Nous commençons à être présents dans les territoires ruraux, alors qu’on nous a souvent reproché d’être des bobos, des élus du centre-ville », a ajouté l’élue de Paris.

Révision de la chasse en Suisse

Le dimanche, 27 septembre, la population helvétique devra répondre à la question suivante: «Acceptez-vous la modification du 27 septembre 2019 de la loi fédérale sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages?».

La loi fédérale sur la chasse est un texte qui prescrit aux cantons quels animaux sauvages sont protégés et quelles espèces peuvent être chassées et quand. L’histoire de sa révision actuelle commence en 2014: au Conseil national, le député grison Stefan Engler (PDC) dépose une motion intitulée «coexistence du loup et de la population de montagne».

Celle-ci suggère d’adapter la loi de 1985 au retour du loup, dont la première meute en Suisse s’est formée en 2012. Plusieurs associations de défense de la nature soutiennent la réforme, espérant qu’elle leur sera favorable. Raté.

Après d’interminables débats, le parlement s’accorde sur une révision de loi contraire à leurs intérêts. Pro Natura, le WWF Suisse, BirdLife Suisse, zoosuisse et le groupe Loup Suisse décident alors de lancer un référendum, qui aboutit.

Le nouveau texte de loi suggère quelques autres amendements. Il prévoit que le Conseil fédéral puisse ultérieurement ajouter d’autres espèces (lynx, castor, loutre, harle bièvre, héron cendré, goéland leucophée, aigle royal, cygne tuberculé) à la liste des animaux que les cantons pourraient réguler sans l’approbation des autorités fédérales. Il confère une nouvelle protection à 12 espèces de canards (parmi les moins chassées à l’heure actuelle) et réduit la période de tir de la bécasse des bois de trois à deux mois par an.

Il conditionne d’éventuelles indemnisations aux paysans lors d’attaques de loups à une protection préalable du troupeau – clôtures ou chiens – et il prévoit de nouvelles indemnités fédérales aux cantons pour la maintenance de corridors de faune.
Image above: courtesy @nywolforg

Maurice: animaux piègés par la marée noire

Anguilles flottant à la surface de l’eau, étoiles de mer mazoutées, crabes et oiseaux de mer pris au piège par le liquide lourd, sombre et collant: la faune paie un lourd tribut à la marée noire de MV Wakashio.

Les bénévoles qui tentent de nettoyer les plages de l’île Maurice souillées après l’échouage d’un vraquier japonais ont repêché le 11 aout des cadavres d’espèces marines victimes de la marée noire.

Le MV Wakashio a heurté un récif au sud-est de l’Etat de l’océan Indien le 25 juillet; on estime qu’un millier de tonnes de pétrole se sont déversées en mer depuis qu’une fuite s’est déclarée à bord.

Maurice dans l’attente au «pire»

L’île Maurice doit se préparer au “pire des scénarios” après l’échouage d’un vraquier sur un récif du sud-est de l’Etat de l’Océan indien, même si la fuite initiale a été stoppée, a déclaré lundi le Premier ministre mauricien.

Plusieurs fissures ont été observées sur la coque du MV Wakashio, qui a toujours 2.000 tonnes de fioul dans ses réservoirs, a expliqué Pravind Kumar Jugnauth.

“Nous devons nous préparer au pire des scénarios. Il est clair qu’à un certain stade, le navire se brisera”, a-t-il ajouté.

On estime pour l’heure qu’environ 1.000 tonnes de pétrole se sont déversées dans la mer.

Des bouées ont été confectionnées à l’aide de feuilles de canne à sucre, de bouteilles en plastique et de cheveux que les habitants ont volontairement coupés pour tenter d’endiguer la marée noire.

“Les cheveux absorbent le pétrole, pas l’eau”, a expliqué Tello, fondateur de l’agence d’écotourisme Mauritius Conscious dans l’interview à Reuters.

“Nous commençons à trouver des poissons morts. Nous commençons à voir des animaux comme des crabes recouverts de goudron, des oiseaux de mer aussi, dont certains ne pourront pas être sauvés”, a déclaré Vikash Tatayah, directeur de la conservation des espèces à la Mauritius Wildlife Foundation.

Le gouvernement mauricien a déclaré l’état d’urgence et demandé l’aide de la France, qui a envoyé de la Réunion une vingtaine de tonnes de matériel et des experts.

Le MV Wakashio s’est échoué le 25 juillet mais il a fallu attendre plusieurs jours avant que les autorités mauriciennes constatent que des tonnes d’hydrocarbures s’échappaient de sa coque.

Maurice menacée par une marée noir

Emmanuel Macron s’est engagé le 8 aout à apporter une aide matérielle à l’île Maurice, menacée par une marée noire depuis qu’un vraquier s’est échoué fin juillet sur un récif du sud-est de l’Etat de l’Océan indien.

Pravind Kumar Jugnauth, le Premier ministre mauricien, a annoncé sur Twitter avoir demandé l’aide de la France.

« Le naufrage du Wakashio représente un danger pour l’île Maurice. Notre pays n’a pas les compétences et l’expertise pour le renflouage des navires échoués, c’est ainsi que j’ai sollicité l’aide de la France à Emmanuel Macron”, a-t-il écrit.

Emmanuel Macron a répondu sur Twitter qu’il avait mobilisé des moyens présents sur l’île de la Réunion, distante de 200 kilomètres environ.

Lorsque la biodiversité est en péril, il y a urgence d’agir. La France est là. Aux côtés du peuple mauricien. (…) Nous déployons dès à présent des équipes et du matériel depuis La Réunion.

La préfecture de la Réunion a précisé ensuite, sur Twitter également, que “La France apporte son soutien à Maurice dans le cadre de l’épisode de pollution qui touche ses côtes. Près de 21 t et 80m3 de matériel et des experts sont partis ce matin de #LaRéunion, par avion militaire et à bord du navire de la marine Nationale Le Champlain.”

Le vraquier MV Wakashio s’est échoué le 25 juillet mais il a fallu attendre plusieurs jours avant que les autorités mauriciennes constatent que des tonnes d’hydrocarbures s’échappaient de sa coque.

Le 25 juillet dernier, un navire japonais transportant des hydrocarbures s’est échoué au large de l’île Maurice. Quelques jours après, la coque du bateau s’est fendue et plusieurs tonnes de fuel se répandent dans la mer.

Le vraquier MV Wakashio est un navire japonais qui transportait 200 tonnes de diesel et 3800 tonnes de fuel. Fin juillet, il s’est échoué dans le récif de la Pointe d’Esny, dans le lagon de l’île Maurice.

« Entrées précédentes