Archives de Catégorie: digital

L’UE lutte contre le blanchiment d’argent vitruel

Les Etats membres de l’Union européenne et les parlementaires européens se sont mis d’accord pour renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme sur les plates-formes d’échange du bitcoin et autres monnaies virtuelles, annonce l’UE dans un communiqué.

Parmi les mesures prises, figurent la fin de l’anonymat des transactions sur les plate-formes de monnaies virtuelles, y compris avec des cartes de prépayées. Certains enquêteurs ont estimé que de tels moyens de paiement avaient pu être utilisés pour financer des attentats.Les plates-formes de transaction du bitcoin et les fournisseurs de “portefeuilles” qui détiennent la cryptomonnaie pour le compte de clients devront identifier leurs utilisateurs.

Ces mesures doivent encore être formellement approuvées par les Etats membres et les députés européens avant de prendre force de loi dans chacun des pays de l‘UE dans les 18 mois.

“L’accord d’aujourd‘hui va apporter davantage de transparence pour aider à prévenir le blanchiment d‘argent et couper les sources de financement du terrorisme”, a déclaré Vera Jourova, la Commissaire européenne à la Justice et aux Consommateurs.

Cette décision de l‘UE intervient alors que le bitcoin a gagné plus de 1.700% depuis le début de l‘année, alimentant les craintes d‘une bulle susceptible d’éclater de manière spectaculaire.

La plus connue des monnaies virtuelles a inscrit vendredi un nouveau record juste en dessous de 18.000 dollars.

Il a fallu plus d’un an de négociations pour que les députés européens et la Commission européenne s’accordent sur ces propositions soumises par l’exécutif européen après les attentats de Paris et de Bruxelles en 2015 et 2016 qui ont fait plus de 160 morts.

Une cyberattaque d’ampleur mondiale

Une cyberattaque d’ampleur mondiale a visé mardi de grandes entreprises et des services publics dans plusieurs pays, notamment en Russie, en Ukraine, mais aussi au Danemark, en France, en Grande-Bretagne, en Norvège et aux Pays-Bas.

Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour faire la lumière cette vaste cyberattaque. L’enquête porte sur les chefs d' »accès, maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données (STAD), introduction frauduleuse de données dans un STAD, entrave au fonctionnement d’un STAD, extorsion et tentative d’extorsion », précise le parquet.

 

Russie: Dourov a finalement accepté les conditions

Pavel Dourov, le fondateur de l’application de messagerie cryptée Telegram a accepté d’enregistrer son entreprise sur la liste des distributeurs d’informations en Russie, après avoir été sommé de le faire par les autorités.

L’autorité russe de régulation des communications avait déclaré qu’elle bloquerait l’accès à l’application si Telegram ne s’engageait pas à fournir des informations au gouvernement russe sur la liste des distributeurs d’informations.

Les responsables de Telegram ont d’abord refusé de se soumettre à l’injonction du Kremlin, jugée anticonstitutionnelle, craignant pour la confidentialité des données de leurs quelque six millions d’utilisateurs.

Pavel Dourov a finalement accepté les conditions russes, même s’il a annoncé qu’il ne ferait rien qui puisse porter atteinte à la vie privée de ses utilisateurs.

« Nous n’allons pas nous conformer à des(…) lois si elles sont incompatibles avec la politique de confidentialité de ou de protection de la vie privée de Telegram », a-t-il écrit mercredi sur les réseaux sociaux.

La Commission inflige à Google une amende de 2,42 milliards d’euro

Pratiques anticoncurrentielles: la Commission inflige à Google une amende de 2,42 milliards d’euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix.

La Commission a infligé à Google une amende de 2,42 milliards d’euros pour violation des règles de concurrence de l’UE. Google a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en conférant un avantage illégal à un autre de ses produits, son service de comparaison de prix.

Google doit à présent mettre fin à cette pratique dans les 90 jours, sans quoi elle sera soumise à des astreintes pouvant atteindre 5% du chiffre d’affaires moyen réalisé quotidiennement au niveau mondial par Alphabet, la société mère de Google.

« Google est à l’origine d’un grand nombre de produits et de services innovants qui ont changé notre vie, ce qui est positif. Mais sa stratégie relative à son service de comparaison de prix ne s’est pas limitée à attirer des clients en rendant son produit meilleur que celui de ses concurrents. En effet, Google a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix dans ses résultats de recherche et en rétrogradant ceux de ses concurrents » Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de concurrence, a déclaré.

« Ce que Google a fait est illégal au regard des règles de concurrence de l’UE. Elle a empêché les autres sociétés de livrer concurrence sur la base de leurs mérites et d’innover. Et surtout, elle a empêché les consommateurs européens de bénéficier d’un réel choix de services et de tirer pleinement profit de l’innovation. »