Archives de Catégorie: CULTURE

COVID19: les musées affectés

Une partie des institutions culturelles pourraient ne pas rouvrir après la crise de la COVID-19, une perte inestimable pour la diversité du monde, craint le sous-directeur général pour la Culture de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), Ernesto Ottone Ramirez.

L’extension du numérique ravive toutefois les inégalités entre les pays où internet est bien installé, et les autres et la convalescence prendra du temps.

Le manque à gagner affecte les petits musées mais aussi des institutions anciennes comme le musée du Prado en Espagne et le château de Versailles en France, dont 75% du budget repose sur la billetterie.

Du transport des oeuvres à la programmation en passant par la situation des guides, des artistes, les réservations et les visites en ligne, le secteur doit entièrement revoir sa copie.

“Quand vous parlez aux directeurs, ils vous disent que les musées ont su se réinventer depuis 400 ans donc c’est aussi une possibilité de renouveau”, dit Ernesto Ottone Ramirez.

 

Rassemblements religieux réglementés

Les musulmans, qui représentent 9% de la population de France, célèbrent ce week-end l’Aïd al-Fitr qui marque la fin du Ramadan.

Le ministère a déclaré s’attendre à une reprise des cultes dès le mois de juin, précisant que dans certains cas, des groupes religieux pourraient se rassembler dès la publication des nouvelles règles qui aura lieu dans “les heures qui viennent”.

Le ministère a annoncé le 22 mai qu’il publierait un décret précisant les nouvelles réglementations relatives aux rassemblements religieux.

En vertu du décret, les rassemblements religieux devraient respecter certaines conditions, notamment le port de masques, une distance d’au moins un mètre entre les fidèles et le lavage des mains, a déclaré le ministère dans un communiqué.

Emmanuel Macron a boycotté le stand Russe

Emmanuel Macron a boycotté  soir le stand officiel russe du salon du livre à Paris, dont la Russie est l’invitée d’honneur, par “solidarité” avec son allié britannique après la tentative d’assassinat de l’ancien agent double russe Sergueï Skripal attribuée à Moscou, et promis une réponse “ferme”.

Le chef de l’Etat a déambulé pendant plus de trois heures dans les allées du salon du livre, porte de Versailles, avant d’échanger avec des acteurs du monde de l’édition, à deux pas du stand officiel de la Russie qu’il a ouvertement évité.

 http://journeesdulivrerusse.fr/

“Cette année, nous avons un partenaire qui est la Russie, donc j’ai rencontré plusieurs auteurs russes, nous avons vu aussi plusieurs traducteurs et la littérature russe a une place toute particulière pour notre pays”, a-t-il dit à la presse avant de quitter le salon.

« J’ai néanmoins décidé de ne pas me rendre sur le salon de la Russie, qui est un stand officiel, parce que nous avons, dès le premier jour, condamné extrêmement fermement les attaques que la Russie a conduites sur le sol britannique », a-t-il ajouté, évoquant un geste de “solidarité” avec la Grande-Bretagne.

« Nous allons continuer à travailler avec nos différents partenaires et alliés” pour voir quelle réponse apporter à cette “agression sur le sol de nos alliés », a-t-il poursuivi, à la veille d’une rencontre à l’Elysée avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Le chef de l’Etat a jugé dans le même temps important « de poursuivre le dialogue avec les intellectuels, avec les auteurs russes, avec la société civile (…) qui d’ailleurs parfois s’opposent avec beaucoup de courage contre tous les excès du régime en place et donc eux il faut les défendre, les honorer et nos peuples doivent continuer d’avoir ces liens forts ».

A la question de savoir s’il fallait poursuivre le dialogue politique avec Moscou, il a répondu : “J’aurai (le président russe) Vladimir Poutine qui comme vous le savez est en train d’achever une campagne électorale”.

“Je l’aurai (au téléphone-NDLR) parce que comme vous savez je parle à tout le monde, je l’aurai aussi en étant très clair sur la réponse que j’apporte, et la fermeté”, a-t-il ajouté.

 

Audrey Azoulay à la tête de Unesco

La Française Audrey Azoulay, ancienne ministre de la culture de Francois Hollande, a été élue, vendredi 13 octobre, directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), succédant à la Bulgare Irina Bokova. La candidate française était opposée au Qatari Hamad Al-Kawari.

Mme Azoulay a obtenu 30 voix, son adversaire 28, des 58 membres du conseil exécutif, dont le choix doit être encore validé par la conférence générale des Etats membres, le 10 novembre.

Elle était entrée au Centre national du cinéma (CNC) comme directrice financière en 2006, avant de devenir, de 2011 à 2014, la numéro deux de cet organisme en charge du système d’aide à la création cinématographique. Amie de l’actrice Julie Gayet, Audrey Azoulay a ensuite conseillé le président François Hollande sur les questions culturelles depuis août 2014, nommée en pleine crise des intermittents du spectacle.

Nommée ministre de la Culture le 14 février 2016, dans le gouvernement de Manuel Valls, puis prolongée par celui de Bernard Cazeneuve, Audrey Azoulay était appréciée dans les milieux culturels.

Fille d’André Azoulay – conseiller des rois du Maroc Hassan II et Mohamed VI –, née à Essaouira en 1972, Audrey Azoulay est énarque, issue de la promotion Averroès en 2000. Titulaire d’une maîtrise de gestion à Paris Dauphine et d’une maîtrise d’administration des affaires à l’université britannique de Lancaster, elle a été magistrate à la Cour des comptes après avoir occupé plusieurs fonctions à la direction des médias du ministère de la culture.

 

Festival de l’Orgue au Château de Valère

Chaque été, le Festival International de l’Orgue Ancien et de la Musique Ancienne de Valère convie le public à se rendre dans la basilique du Château de Valère pour entendre le célèbre instrument installé depuis bientôt 600 ans.

Des concertistes renommés présenteront aux auditeurs des programmes variés et originaux.

Dates: 15.07.2017 – 19.08.2017,  Lieu: Sion/Sitten

Le Veynes Art dans les Hautes-Alpes

Un voyage inaugural pour le Veynes Art ce jeud ! Le premier autorail touristique, historique, artistique et culturel des Alpes du Sud revient pour le quatrième été dans les Hautes-Alpes. Il s’agit du mariage entre un train, un territoire, et des artistes.
Les sept balades ferroviaires inédites et décalées seront organisées entre ce jeudi et le 23 Juillet 2017. Aspres-sur -Buech, un voyage de l’Embrunais au Trièves, La ligne des Alpes, une traversée de Briançon au Corso de Veynes,  ou encore une escapade drômoise

voyage.

L’exposition animalia à Saint-Malo

La galerie Cristel prend des airs de parc animalier grâce au talent du peintre Mathurin Méheut et du sculpteur Damien Colcombet. La beauté de leurs œuvres à de quoi émerveiller grands et petits.

Jusqu’au 15 juillet, le samedi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30 et du mardi au vendredi de 14 h 30 à 18 h 30. Cristel d’art, 9 bd de la Tour-d’Auvergne à Saint-Malo. Gratuit.

SABENA VOYAGER GLAMOUR EXPOSITION

Logo de cette compagnie

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO AVION SABENA"

A l’heure du low cost, on en oublierait presque qu’il fut une époque où voyager en avion constituait le Top du Glamour.

Parmi les compagnies aériennes qui firent tant rêver, la SABENA occupa une place de premier plan durant des décennies. Son slogan vous êtes en de bonnes mains promettait d’emblée de faire rimer transport avec confort.

L’exposition Voyager glamour vous propose un plongeon dans l’univers feutré et enchanteur de la SABENA, la Belgian World Airlines.

Sans nostalgie ni parti pris, l’exposition parcourt l’histoire de celle qui, fondée dès 1923 sous l’acronyme de Société Anonyme Belge d’Exploitation de la Navigation Aérienne, fut – jusqu’à sa disparition – la 3e plus vieille compagnie aérienne du monde; depuis ses débuts à l’aéroport de Haren à sa fin brutale en 2001, en passant par son déploiement international sur 4 continents et son réseau régional en hélicoptères.

 

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO AVION SABENA"

 

La présence d’objets originaux, tels des maquettes d’appareil, des uniformes, des affiches, des photographies, des vidéos d’archive ou encore des gadgets et autres souvenirs provenant de collections privées ou publiques, illustrent les 78 ans d’exploitation de ce fleuron de l’aviation commerciale.

Une attention particulière est également portée à ceux et celles qui ont été les acteurs de premier plan de cette extraordinaire aventure et qui s’appelaient eux-mêmes les Sabéniens, témoignant ainsi leur attachement à la compagnie.

 

La scénographie reproduit tour à tour le comptoir d’enregistrement, l’accueil à bord, la vie en vol avec sa débauche de services et de confort qui faisaient de cette expérience un moment tout à fait exclusif réservé à l’élite.

Une belle exposition pour les nostalgiques de la Sabena ,notre belle compagnie qui est partie bien vite ce jour du 7 novembre 2001 en laissant la place à la SN Brussels Airlines.

Informations pratiques

Cette exposition temporaire se tient dans deux Sphères d’Exposition de l’Atomium (niveaux 3, 4 & 5).

>>> du 24 novembre 2016 au 10 septembre 2017

Heures d’ouverture

Tous les jours, de 10h à 18h (fermeture de la caisse à 17h30)

Tarifs

L’accès à l’exposition temporaire fait partie de la visite de l’Atomium et, par conséquent,
ne donne lieu à aucune tarification supplémentaire.

> voir les tarifs de l’Atomium

 

S’y rendre

> diverses formules, parfois combinées (transport / entrée), vous permettent de rejoindre aisément l’Atomium.

Patrick GRIGNARD

Universal Press

 

DON’T MOVE ! PORTRAITS DE CINÉMA DE PATRICK SWIRC

Roman Polanski © Patrick Swirc / m o d d s

Roman Polanski © Patrick Swirc / m o d d s

Don’t move! – Portraits de cinéma de Patrick Swirc est une exposition présentée en 2016 à la Maison du diable à Sion et réalisée par la Fondation Fellini pour le cinéma (Sion) en partenariat avec l’agence modds (Paris).

Photographe français réputé et prolifique, Patrick Swirc a débuté sa carrière artistique à Paris en réalisant dès les années 80 des portraits de stars du cinéma, de la mode et de la scène musicale offrant ses services aux plus grands magazines avec lesquels il collabore régulièrement.

Oscillant depuis toujours entre le monde du show-biz, les reportages photographiques (carnets de voyage, photos documentaires) et les projets plus intimes, le photographe français, dont le style notamment vestimentaire lui a valu le surnom de «Corto Maltese de la photographie», traque ses différents sujets avec énergie et talent, mais sans compromis.

J’ai fait connaissance avec l’oeuvre de Patrick Swirc pour la première fois en 2014 à l’Abbaye de Montmajour durant les Rencontres d’Arles, ce festival de Cannes de la photographie. L’exposition présentait une série de portraits de personnalités tirés en grand format sur des « wallpaper » et collés pêle-mêle

Martin Scorsese (c) Patrick Swirc  / m o d d s

Martin Scorsese (c) Patrick Swirc / m o d d s

sur les murs de la bâtisse. Etrange vision que cette grande fresque de nos icônes modernes affichées au coeur d’un lieu dédié originellement à la recherche spirituelle… Cependant, pas d’espace à une forme de sacralisation dans les images de Patrick Swirc. Au contraire, sous son regard, la star cesse d’être une «étoile», lumineuse, policée, «arrangée», elle devient une image sombre, mélancolique, presque fantomatique… Une esthétique particulière qui, de l’aveu même du photographe, est de plus en plus difficile à défendre dans les magazines peoples.

Deux ans après Arles et pour la première fois en Suisse, la Maison du diable, espace culturel de la Fondation Fellini, présente en partenariat avec l’agence modds (Paris) et le laboratoire Picto (Paris) l’exposition Don’t move ! qui réunit une soixantaine de portraits liés au cinéma de ce très grand photographe.

7ème « Fête de la BD », du 02 au 04 Septembre

 

BD Affiche 2

Avec le Québec en invité d’honneur, la 7ème « Fête de la BD », nous attend, essentiellement sous les chapiteaux du « Parc de Bruxelles », … mais pas seulement!!! …

"Balloon's Day Parade" (c) "AFP" / Emmanuel Dunand

« Balloon’s Day Parade »
(c) « AFP » / Emmanuel Dunand

De fait, tout Bruxelles participera à cette grande fête annuelle, grâce, notamment,à la 8ème « Balloon’s Day Parade », unique en Europe, le dimanche 4, dès 14h., dans le Centre-Ville, le gonflage des ballons géants, à l’effigie de personnages de la bande dessinée, débutant à 10h., sur la Place des Palais! Sur cette même Place, en ce même dimanche 4, dès 14h.30, les 1ers véhicules du 4ème « Rallye du Journal Tintin » sont attendus. L’occasion d’admirer les jolies carrosseries de près de 80 voitures de collection, tels que publiées dans l’ancien hebdomadaire, entre 1946 et 1988, qui auront parcouru une centaine de kilomètres, passant, notamment, par le « Musée Hergé », à Louvain-la-Neuve, la « Fête de la BD » s’étendant ainsi au Brabant Wallon, avec, à bord de chaque voiture, au minimum 2 personnes déguisées en personnages des aventures de « Tintin ».

"Rallye du Journal Tintin" (c) "tintin.com"

« Rallye du Journal Tintin » (c) « tintin.com »

Sous les chapiteaux, le « Festival BD » nous propose de nombreux événements, comme celui prévu sur le stand du « Musée de la BD » (« CBBD »), où, en direct, et durant les trois jours du festival, du vendredi 02 au dimanche 04 septembre, Frank Pé réalisera une fresque, en annonce de la publication, en octobre 2016, de son album des aventures de « Spirou et Fantasio ». Et si vous ne l’avez déjà fait, visitez bien vite l’exposition « Frank Pé ou les Passions d’un Faune » qui se tient, jusq’au 04 septembre, dans le superbe édifice conçu par Victor Horta (1861-1947), sis à la Rue des Sables. Site: http://www.cbbd.be. A lire: https://brussels-star.com/ 2016/08/27/frank-pe-au-musee-de-la-bd.

Frank Pé et ses Fresques animalières (c) "BD Zoom"

Frank Pé et ses Fresques
animalières (c) « BD Zoom »

D’importants anniversaires seront célébrés, tels les 10 ans du « Prix Raymond Leblanc de la Jeune Création », la plus importante dotation de tous les prix jeunes talents BD au monde (lauréat 2016: « Debuhme » (Philippe BamannFribourg/  Suisse/1984/pour « L’Ours »/Ed. « Le Lombard »/pré-publication dans « Le Soir »)/1984), les 70 ans de « Lucky Luke », sur le stand des Ed. « Dargaud ». Mais, 70 ans, c’est aussi l’âge des Ed. « Le Lombard ». A cette occasion, c’est l’un de leurs talentueux dessinateurs, Johan de Moor,(°Willrijk/1953), qui a réalisé l’affiche officielle de cet événement au rayonnement international.

"Le Lombard" (c) Johan de Moor

« Le Lombard » (c) Johan de Moor

A ce niveau, justement, soulignons l’effort des organisateurs, la dimension internationale de la « Fête de la BD » s’affirmant un peu plus à chaque édition. Après Taiwan et la Turquie, c’est donc au tour du Québec d’être mis à l’honneur, notamment avec une exposition mettant en valeur « 25 Moments importants de la BD québécoise », Une occasion pour le public de découvrir une riche histoire, souvent méconnue. Ainsi, nous découvrirons, à travers 25 capsules, les moments importants de l’histoire du « 9e art au Québec, de la 1ère parution connue (en … 1792, selon nos amis québécois) aux succès actuels (300 titres étant présentés sur leur stand), en passant par des auteurs, des personnages et des éditeurs qui ont façonné la bande dessinée québécoise comme on la connaît aujourd’hui. Ainsi, la « Délégation Générale du Québec », à Bruxelles, le « Festival de la BD francophone du Québec » et « Québec Edition » ont invité 18 artistes québécois, dont Maxim CyrFreg & MakinaFrançois Miville-DeschêneMichel Rabagliati et « Zviane » (Sylvie-Anne Ménard).. Et afin d’en connaître plus sur ces dynamiques créateurs, ne manquer pas d’assister, le samedi 03, à 15h., à la conférence intitulée, tout simplement: « La BD au Québec » et, le dimanche 04, à 14h., à celle nommée: « Les Collaborations transatlantiques« ). Enfin, le samedi 03, à 14h. et le dimanche 04, à 17h., ne manquons pas d’assister à un spectacle donné par la « Ligue belge d’Impro » et des dessinateurs québécois: « Dessine moi une Impro ».

"Les Dragouilles" (c) Maxim Cyr

« Les Dragouilles » (c) Maxim Cyr

L’Amérique latine, quant à elle, sera représentée, comme l’an dernier, par de fort jolis graphismes venus de Cuba, la Tunisie  représentant le continent africain … Mais des Amériques et de l’Afrique, passons à l’Asie, avec la Chine, qui, depuis tout juste un an, a ouvert, à Bruxelles, son très actif « Centre Culturel Chinois » (site: http://www.cccbrussels.be). Déjà présente l’an dernier au « Parc de Bruxelles », elle offrira, cette fois, à ses visiteurs, une exposition de 50 planches originales, créées par 10 artistes chinois, dont une série unique de planches de la BD « San Mao », du nom d’un petit personnage ancré dans la culture populaire chinoise. En outre, la dessinatrice Zao Dao réalisera, en direct, des oeuvres originales qu’elle se fera un plaisir de vous dédicacer. Quant aux enfants, ils ne seront pas oubliés, des dessins animés – chinois, bien sûr – leur étant proposés. En outre, ils pourront s’essayer à la création de leur propre personnage de BD, sous l’oeil attentif des artistes venus de Chine.

Zao Dao (c) "createlaboratory.com"

Zao Dao (c) « createlaboratory.com »

Comme aux « Jeux Olympiques », quoique région chinoise, Hong Kong, grâce à l’autonomie que cette ancienne colonie a pu préserver, aura sa propre représentation, sous la conduite du « HKAC » (« Hong Kong Art Center »), présent avec sa plateforme « Comix Home Base », créée en 2013, qui présentera, avec 12 artistes, un dialogue BD entre Hong Kong et Bruxelles. En collaboration avec les « Halles de Schaerbeek », ce projet « A Taste of Hong Kong », mettant en présence Kong Kee (qui sera, aussi, aux « Halles » du 16 au 18 septembre: www.halles.be/en/articles/262/Kong-Kee–A-taste-of-Hong-Kong) et un dessinateur belge, qui réaliseront, en duo, pour le plus grand plaisir des visiteurs du « Festival BD », une performance artistique, l’exposition « Comix and the City » nous étant, également, offerte.

(c) Kong Kee

(c) Kong Kee

Restons en Asie, avec l’implication du « Centre Culturel Coréen » (site: http://www.brussels.korean-culture.org) qui, dans ses locaux, proches du Sablon, nous propose, du 1er septembre au 22 octobre, sa 3ème exposition de bande dessinée belgo-coréenne: « Les chants de nos Familles ». Au programme: «Le chant de mon père», de Keum Suk Gendry-Kim; «Macaroni!», de Vincent Zabus et Thomas Campi; «Mothers», de Ma Yeong-Shin; et «David, Les femmes et la Mort», de Judith Vanistendael. Mais, bien sûr, la Corée du Sud sera, aussi, présente au « Festival BD », avec, entre autres, Keum Suk Gendry-Kim, au style très puissant, qui réalisera, in situ, diverses performances graphiques.

BD Corée

Au sein de ce « Pavillon International », nous retrouverons, également, l’Italie, la République tchèque et la Suisse, tandis que l’ « Union Européenne des Instituts Culturels Nationaux » (« EUNIC ») nous présentera 20 artistes, animant des ateliers gratuits d’initiation à la BD, qui nous viendront, outre du Pays basqued’Estonie, de Hongrie, Pologne, Portugal, Roumanie et Turquie. Des BD américaines et britanniques étant, aussi, présentes grâce à la librairie anglaise, établie à dans le centre de Bruxelles« Sterling Books ».

Le vendredi 02, à 17h.30, notons la programmation d’une intéressante table ronde, intitulée « Tendances actuelles dans la Bande dessinée européenne », réunissant dessinateurs et spécialistes de cinq pays européens afin de présenter les bandes dessinées les plus en vogue dans leurs pays respectifs.

… Mais retrouvons la BD belgo-française, avec les 70 ans des Ed. « Le Lombard »… Tout un programme, sur un stand e 300 m2! … Ainsi, le dimanche 04, à 16h., nous aurons un spectacle d’impro dessinée, en évocation de l’ancienne rivalité entre les deux grands hebdomadaires belges de bandes dessinées. Exemples de questions: Quel est le point commun entre « Tintin » et « Spirou »? Le sex-appeal de « Gaston Lagaffe » est-il plus développé que celui de « Léonard »? Qui est le plus rapide entre « Buck Dany » et « Dan Cooper »? Et si « Cédric » copiait sur les cahiers de l’élève « Ducobu »? Des questions essentielles auxquelles nous trouverons les réponses avec l’aide d’Oncle Gilbert et de Fred Jannin, dans le duel « Tintin contre Spirou » ! Sur ce même stand, plongeons-nous dans l’univers de « Thorgal » et devenons, l’instant d’une photo, un véritable viking sans peur et sans reproche. De même, nos enfants, voire nous-mêmes, pourront être photographiés avec « Yakari » ou le « Grand Schtroumpf », histoire d’immortaliser la journée! 

Sur leur stand toujours, une exposition pour les 8 à 12 ans: « Les Enfants et la Résistance » (dessins de Benoît Ers/°Liège/1971). « Eusèbe, François et Lisa ont 13 ans, en mai 1940, lorsque la guerre éclate. Pas question de se résigner! Ils vont combattre l’ennemi et résister à leur façon« . S’appuyant sur la série du même nom, l’exposition retrace les débuts de la deuxième guerre mondiale et ceux de la Résistance en France et en Belgique. Avec le scénaristeVincent Dugomier (°Uccle /1964), chacun pourra se mettre dans la peau des 3 personnages, le temps d’un cours pas comme les autres, le samedi 03, à 11h. et à 14h.! Par ailleurs, la « Petite Bédéthèque des Savoirs », collection lancée en 2016, s’expose également,  explorant le champ des sciences humaines et de la non-fiction, avec l’aide d’un spécialiste et d’un dessinateur. Une façon ludique d’en connaître d’avantage sur les droits d’auteur, le hasard, l’ « heavy metal »  ou encore l’univers.

"Les Enfants et la Résistance" (c) "Le Lombard"

« Les Enfants et la Résistance »
(c) « Le Lombard »

Côté conférence-débat, notons un sujet des plus sérieux: l’excision. autour d’un album, dessiné par Raphaël Beuchot,(°France/1980), « Un tout petit Bout d’elles », racontant l’histoire d’Antoinette, maman de la petite Marie-Léontine, qui garde en mémoire les souvenirs douloureux de son excision. Pour aborder ce sujet tabou, le samedi 03, à 17 h., nous aurons une sage-femme, directrice de « Gams »-Belgique (« Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles »), Fabienne Richard, la présidente-fondatrice de cette asbl, Khadidiatou Diallo, ainsi que le scénariste de l’album « Zidrou » (Benoît DrousieAnderlecht/1962)… Mais nous retrouverons nos sourires grâce à un « Pictionnary géant » et des concours à gogo!…

"Un tout petit Bout d’elles" (c) "Le Lombard"

« Un tout petit Bout d’elles » (c) « Le Lombard »

Quant aux Ed. « Dupuis », qui, à défaut de fêter un anniversaire, furent celles qui éditèrent, en 1949, le 1er « Lucky Luke », créé il y a 70 ans par « Morris » (Maurice de Bevere/1923-2001): « La Mine dOr de Dick Digger »… Et sous l’un des chapiteaux, le 3ème « Festival Spirou » (http://www.blog.dupuis.com/actualites/3e-festival-spirou-du-2-au-4-septembre-2016) nous attend, avec plus de 40 auteurs, près à dédicacer leurs ouvrages, achetés sur place, selon certaines règles que nous retrouvons sur http://www.blog.dupuis.com/actualites/3e-festival-spirou-du-2-au-4-septembre-2016, où nous trouvons, aussi, leurs horaires de présence sur leur stand, où les invités d’honneur seront, en hommage au Québec, les auteurs de la série des « Nombrils », « Delaf » (Marc Delafontaine/°Sherbrooke/1973) et « Dubuc » (Maryse Dubuc (°Sherbrooke/1977). En outre, le samedi 03, à 11h., Benoît FeroumontAye/1969) et Frank PéIxelles/1956) parleront de leurs albums respectifs des aventures de « Spirou et Fantasio », « Fantasio se marie » (2016) et « La Lumière de Bornéo » (scénario de « Zidrou »/à paraître, le 07 octobre 2016).

(c) "Dupuis"

(c) « Dupuis »

Egalement présentés par « Dupuis », le numéro 2 de « Groom », consacré au phénomène réseaux sociaux, sera proposé à la vente et sera accompagné d’animations hors du commun, dont une conférence, dimanche 4, à 15h.30: « Le Spirou qui parle d’Actu ». Par ailleurs, le « Spirouticons » nous proposera ses rébus sur les grandes séries des Ed. « Dupuis », des cadeaux étant à la clef. Sur des tablettes propsées par des « grooms Spirou », nous pourrons réaliser un quizz. Et si nous voulons obtenir un profil original sur nos réseaux sociaux, le créateur de « Tamara »Christian DarasseVillars-Colmars/France/1951) et « Sti » (Ronan LefebvreLille/France/1974) réaliseront, gratuitement, nos portraits en petites caricatures. Enfin, « Spirou » sera présent, jusqu’au 10 septembre au centre commercial « City 2 », avec différentes animation, dont un golf miniature.

BD Spirou

Outre ces éditeurs historiques 38 autres éditeurs, dont « Casterman », « Dargaud » et « Moulinsart », se retrouveront dans le « Parc de Bruxelles », présentant pas moins que 250 auteurs, chacun pouvant profiter de leurs séances de dédicaces, d’animations diverses, de conférences-débats, de jeux ou encore de nombreuses expositions… Notons, depuis l’an dernier, la présence de « Zinezone », îlot faisant une place à un pan de la production indépendante… Et si vous souhaitez compter parmi les 100.000 visiteurs attendus, consultez le programme complet, stand par stand, heure par heure, sur le site: http://www.visit.brussels/fr/sites/comicsfestival.

Notons encore que « Crypte Tonique », librairie-éditrice bruxelloise, profitera de ce « Festival BD » pour concourir au lancement de la « Fondation Paul Cuvelier » (Paul Cuvelier/1923-1978). Dans ce cadre, la Fondation nous proposera une exposition, 2 publications et le lancement du site http://www.paulcuvelier.org, composé d’un blog lié à un catalogue raisonné, des initiatives présentées, parmi d’autres, sur le stand de la « Fédération Wallonie-Bruxelles ».

Le « Festival BD » est ouvert le vendredi 2, de 15h. à 20h., le samedi 03, de 10h. à 20h., et le dimanche 4, de 10h. à 18h. Libre accès aux chapiteaux, de nombreux achats de BD étant possible. A l’accueil, livret-programme offert aux visiteurs.

Mais la « Fête de la BD » ne se limite pas à son « Festival BD ». Elle nous offre, aussi, gracieusement, son « petit train » ou des balades en vélos, vers les différents sites BD du Centre-Ville, des visites guidées des fresques BD (de 90′, avec l’asbl « Itinéraires »), des projections à la « Cinematek », 

En tant que terreau fertile de la création de bandes dessinées depuis ses origines, la Belgique, et plus particulièrement Bruxelles, ont une légitimité évidente à consacrer un week-end entier à ce patrimoine culturel incontournable qu’est le neuvième art.

BD BELvue 2

A noter qu nous pouvons découvrir quelques caricatures du réalisateur de l’affiche de la « Fête de la BD », Johan de Moor, face au « Parc de Bruxelles », au « Musée Belvue », fraîchement rénové, dans le cadre de l’exposition: « Belgium et cetera, 1830-2030 », ouverte, jusqu’au 06 novembre (site: http://www.thecartoonist.be), où, aux côtés de caricatures historiques, politiques, sportives, d’artistes de variété, …, vous retrouverez celles d’un « Hergé » dont l’ombre est « Tintin » (Frédéric Dubus), de « Lucky Luke » (« Fred »), des « Schtroumpfs »  (« Zaza ») et de « Gaston Lagaffe » (Pierre Kroll)« . Entrée libre, une boutique étant présente au « Festival BD » avec leurs catalogue de l’exposition, cartes postales, mugs et publications diverses… Et vive la BD, même caricaturée! …

Autre exposition, jusqu’au 23 septembre, au « Parlement Bruxellois Francophone »: « Les 10 ans du Prix Raymond Leblanc – Les jeunes Créateurs de Bande dessinée »

Yves Calbert.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Entrées précédentes