Archives de Catégorie: COMMERCE

Le port de Yuzhny d’Allseeds sera unique

Le Groupe Suisse Allseeds a commencé à mettre en œuvre la deuxième étape de son développement mondial dans le port de Yuzhny de la mer Noire, à côté d’Odessa, Ukraine, à savoir la construction d’une usine multifonctionnelle de broyage de soja, d’une capacité de production quotidienne de 5 000 tonnes. Cette usine sera unique en capacité parmi les usines européennes d’extraction d’huile végétale.

Selon les estimations de la société, la construction de l’usine et la mise à niveau de l’infrastructure nécessaire à l’exploitation de l’usine prendront environ trois ans.

« Les principales sociétés d’ingénierie de l’industrie mondiale de l’extraction du pétrole – comme Andreotti Impianti, Europa Crown, Desmet Ballestra, Jiangsu Muyang et d’autres – participent à l’offre pour la fourniture de l’équipement et de la technologie pour cette nouvelle usine », indique Viacheslav Petryshche , Responsable du conseil d’Allseeds.

Le lancement d’une telle usine exigera que l’entreprise augmente sa réception et son expédition d’environ 1,7 million de tonnes de matières premières et de produits transformés – farine de soja et huile. Le développement de l’usine comprendra des fonds supplémentaires pour l’augmentation de la capacité d’infrastructure dans le port de Yuzhny – un complexe qui comprend des ascenseurs, des citernes et des installations ferroviaires.

La mise à l’échelle de la production permettra à Allseeds de réaliser des synergies consécutives et d’accroître l’efficacité de l’entreprise grâce à des économies importantes sur les coûts fixes.

En conséquence, ce développement permettra à l’entreprise de rester compétitive.

Allseeds deviendra la société n°2 dans le marché des oléagineux d’Ukraine avec une capacité de collision totale de 2,5 millions de tonnes par an. Le montant des investissements d’Allseeds en Ukraine atteindra 500 millions de dollars.

En exploitant une usine d’extraction et d’huile végétale hautement moderne et technologiquement avancée, Allseeds Group a la capacité de produire et de fournir de l’huile de tournesol de la plus haute qualité sur le marché mondial.

 

Les règles de travail détaché à changer

President Macron tentera de mercredi, 23.08.2017, à vendredi, 25.08.2017, de rallier les dirigeants tchèques, slovaques, roumains et bulgares à sa volonté de durcir les règles encadrant le travail détaché en Europe, une de ses promesses de campagne emblématiques.

La France a quelques semaines pour trouver des compromis avec les pays opposés à la révision de cette directive, avant une nouvelle proposition de la présidence estonienne de l’Union européenne en septembre.

Une réunion sur ce thème est prévue fin octobre. La Commission européenne et plusieurs Etats membres souhaitent qu’elle soit conclusive.

Le président français arrivera mercredi à Salzbourg où il s’entretiendra avec le chancelier autrichien, Christian Kern, et les Premiers ministres tchèque et slovaque, Bohuslav Sobotka et Robert Fico.

Il rencontrera jeudi à Bucarest le président et le Premier ministre roumains, Klaus Werner Iohannis et Mihai Tudose, et s’envolera dans la soirée pour Varna (Bulgarie), où il s’entretiendra vendredi avec le président et le Premier ministre, Roumen Radev et Boïko Borissov.

L’Elysée nie toute volonté d’écarter la Pologne et la Hongrie, pays avec lesquels les désaccords sont les plus importants sur de nombreux sujets.

Mais on souligne de même source que les quatre pays d’Europe centrale et orientale avec lesquels le président français dialoguera « jouent le jeu européen de manière très active ».

Emmanuel Macron veut convaincre ses homologues que les abus liés au travail détaché ne sont pas qu’un problème économique mais également politique.

L’Accord entre l’UE et le Canada en vigueur

« L’Accord économique et commercial global marque le début d’un nouveau chapitre dans la relation entre l’Union européenne (UE) et le Canada » – selon la Déclaration conjointe du président de la Commission européenne et du premier ministre du Canada sur l’établissement d’une date pour l’application provisoire de l’Accord économique et commercial global.

« C’est en ouvrant notre marché à l’autre partie et en travaillant étroitement avec ceux qui partagent nos valeurs que nous façonnons la mondialisation et en tirerons profit. »

« Il est important que nos entreprises et nos citoyens, qui sont les réels gagnants dans le cadre de cet accord, commencent à profiter de ses avantages sans plus tarder. »

« L’UE et le Canada ont tous deux pris les mesures nécessaires pour ratifier l’Accord. »

STOP CEtA

« Lors de notre rencontre au G20 à Hambourg, nous avons reconfirmé notre engagement à l’égard d’un système commercial international fondé sur des règles et nous avons convenu de fixer au 21 septembre 2017 l’entrée en vigueur de l’application provisoire de l’Accord, ce qui nous permet de prendre d’ici là toutes les mesures nécessaires à sa mise en œuvre. »

« L’Accord sera maintenant appliqué provisoirement et il entrera en vigueur de façon définitive une fois que les parlements de tous les États membres de l’UE auront ratifié le texte de l’Accord conformément aux exigences de leur constitution respective. »

La Commission Juncker contre l’évasion fiscale

La Commission Juncker a fait de la lutte contre l’évasion fiscale, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme l’une de ses priorités.

Aujourd’hui, la quatrième directive anti-blanchiment entre en vigueur. Elle renforce les règles actuelles et rendra la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme plus efficace. Cette directive améliore également la transparence pour prévenir l’évasion fiscale. Cette entrée en vigueur intervient alors que les discussions avec le Parlement européen et le Conseil sur l’adoption de mesures supplémentaires visant à renforcer davantage la directive sont déjà à un stade avancé.

Aujourd’hui, la Commission publie également un rapport qui aidera les autorités des États membres à mieux lutter contre les risques de blanchiment de capitaux dans la pratique. Comme cela est requis par la nouvelle directive, la Commission a évalué les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme des différents secteurs et produits financiers. Le rapport publié aujourd’hui identifie les domaines les plus à risque et les techniques les plus utilisées par les criminels pour blanchir des fonds illicites.