Archives de Catégorie: climate

Champagne à risque du changement climatique

En France, le prix moyen d’une bouteille de champagne dépasse 20 euros. C’est une somme qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Mais il y a des raisons à ce prix, selon Le Monde. D’abord, le champagne, c’est compliqué à faire. Mais d’autres facteurs moins connus font monter le tarif de la bouteille. Comme, par exemple, une entente des producteurs pour un prix d’achat du raisin à la hausse.

champagne stock

De leur côté, les grandes surfaces cassent les prix de ce produit d’exception. Cette pratique inquiète d’ailleurs la filière champagne. En effet, avec un champagne à prix bas, il y a le risque de ternir l’image d’une boisson assimilée au luxe et à la fête.

champagne exportLe changement de climat pourrait dénaturer la vigne: les raisins sont beaucoup plus sucrés et moins acides à cause des fortes chaleurs, a précisé Thibault Le Mailloux, directeur de la communication du Comité interprofessionnel du vin de Champagne.

Et les changements climatiques entraînent également des fortes pluies, de la grêle et des gelées soudaines, ce qui détruit une partie des récoltes. Et tous ces facteurs mis ensemble, ça ne donne pas grand chose de bon. Le Comité prévoit un manque de champagne ainsi qu’une hausse des prix de la part des viticulteurs pour pouvoir survivre. Et c’est précisément là que Thibault Le Mailloux ne veut pas en arriver.

 

 

‘One planet summit’

 ‘One planet summit’, co-organisé par la Banque mondiale, l’Onu et la France réunit sur l’île Seguin des acteurs publics et non étatiques (entreprises, fonds, ONG, banque de développement, start-ups), deux ans jour pour jour après l’adoption de l’accord de Paris.

Annoncé en juillet par Emmanuel Macron, le “sommet d’étape” de ce mardi devrait déboucher en fin de journée sur une courte déclaration – sans cadre juridique – répertoriant une douzaine d‘engagements pris par différents participants.

Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus ce mardi à l’ouest de Paris pour un sommet sur le climat conçu pour entretenir la dynamique de la COP 21 et dégager des financements supplémentaires dans la lutte contre le réchauffement de la planète.

TTF comme un « devoir absolu »

Dans une tribune publiée par le Journal du dimanche, Nicolas Hulot (Transition écologique), Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères), Bruno Le Maire (Economie et Finances) et Frédérique Vidal (Enseignement supérieur et Recherche) déclarent que les pays riches ont “un devoir absolu de solidarité avec les pays les plus exposés aux catastrophes climatiques”.

Ils rappellent que la France a mis en place en 2012 une taxe sur les transactions financières “qui contribue à soutenir son action pour le climat”, pour ajouter : “Nous nous mobiliserons pour que cette taxe devienne européenne et ferons en sorte que chacun participe à cette solidarité.”

A la veille d’un sommet international sur le climat organisé mardi à Paris, quatre ministres français expriment leur volonté de se mobiliser pour donner une dimension européenne à la taxe sur les transactions financières (TTF) afin d’aider les plus pauvres à s’adapter aux changements climatiques.

 

Des chutes de neige vers les Alpes suisses

Après un été indien interminable, des chutes de neige vont enfin venir blanchir les sommets entre ce samedi soir et lundi matin. Ce seront les premières chutes de la saison en dessous de 1600 mètres : il a déjà neigé plus haut en septembre, notamment vers Tignes et vers les Alpes suisses et autrichiennes, dont les glaciers sont ouverts – quand les 2 alpes a jeté l’éponge pour la Toussaint.
Encore une fois, ce sera le nord des alpes qui prendra le plus. La perturbation arrive ce samedi soir avec de la pluie assez haut (quasi 3000m) mais le temps va vite se rafraîchir, en même temps que la perturbation s’intensifie.
Ainsi dès demain matin dimanche et jusqu’à lundi soir, la neige est attendue assez bas, jusqu’à 1200m selon les modèles.

Le « plan climat » en 23 axes

Nicolas Hulot a dévoilé son « plan climat » en 23 axes, dont la fin à long terme des voitures à essence et au diesel, destiné à asseoir un « leadership » de la France dans ce domaine et à rendre « irréversible » l’accord de Paris noué en 2015.

« Le plan (…) n’est pas une fin en soi. C’est un programme qui va se structurer au fil du temps sur les cinq années du quinquennat », a déclaré le ministre de la Transition écologique lors d’une conférence de presse, à Paris.

Cette feuille de route mêle de nouvelles annonces à des engagements déjà formulés par l’exécutif, comme celui de parvenir à la neutralité carbone à l’horizon 2050, qui sont censés être applicables très vite pour les mesures les plus immédiates et d’ici plusieurs décennies pour d’autres.

« Pourquoi ce ‘plan climat’ ? Pour que la France prenne sa part et maintienne ce leadership qu’elle n’a jamais perdu d’un gouvernement à l’autre », a-t-il ajouté.

 

Accord de Paris – La France se mobilisera

Emmanuel Macron, qui s’efforce de porter l’étendard de la cause écologique face à Donald Trump, a promis samedi de défendre un « pacte mondial pour l’environnement » destiné à servir de pierre angulaire du droit international en la matière.

« La France se mobilisera », a déclaré le chef de l’Etat, à qui l’ancien secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et l’ancien président de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) Laurent Fabius ont remis une ébauche en 26 articles, promue par le Club des juristes, un think-tank français.

« Sur la base de cet avant-projet de pacte mondial pour l’environnement, je m’engage (…) à agir et donc (…) aboutir à un texte, de convaincre nos partenaires et de placer ces efforts sous l’égide de l’Organisation des Nations unies », a ajouté le président français lors d’un discours à la Sorbonne.

Il a dit vouloir « dès septembre prochain porter les bases de ce qui ne sera pas l’avant-projet mais bien un pacte mondial pour l’environnement que la France portera ».

« Le processus qui nous attend pour faire ratifier ce pacte mondial, si j’écoute tous les experts, sera lent, difficile. Mais par le passé, on m’a déjà beaucoup dit cela », a encore déclaré Emmanuel Macron, pour qui il ne faut « pas attendre ».

 

L’UE et l’Union africaine pour l’accord de Paris

L’Union européenne et l’Union africaine réaffirment leur ferme résolution en faveur de la mise en œuvre intégrale de l’accord de Paris et invitent tous les partenaires à maintenir la dynamique créée en 2015.

Dans la perspective de la COP23, qui se tiendra au mois de novembre, elles s’engagent à collaborer pour parachever le programme de travail relatif à l’accord de Paris. Changements climatiques et énergies renouvelables figureront ainsi à l’ordre du jour du prochain sommet Afrique-UE organisé à Abidjan les 29 et 30 novembre prochains. Ce sommet sera l’occasion de réaffirmer leur solidarité sans faille avec les populations les plus vulnérables aux changements climatiques ainsi que leur détermination à œuvrer de concert à la construction d’économies et de sociétés pérennes, capables de résister aux changements climatiques. L’Union européenne et l’Union africaine réitèrent leur engagement à poursuivre la lutte tant contre les effets néfastes des changements climatiques sur la santé humaine et animale et les écosystèmes naturels que contre d’autres conséquences sociales et économiques qui menacent les avancées réalisées en matière de développement par la communauté internationale.

« Entrées précédentes