Archives de Catégorie: Bruxelles

Le changement climatique: l’UE est déterminée

« Cet accord demeure la pierre angulaire des efforts déployés à l’échelle mondiale pour lutter efficacement contre le changement climatique et il ne saurait être renégocié », ont déclaré les dirigeants de l’UE.

Les chefs d’État ou de gouvernement ont réaffirmé avec force que l’UE est déterminée à mettre en œuvre rapidement et pleinement l’accord de Paris sur ll’UE est déterminée y compris ses objectifs en matière de financement de l’action climatique, et à jouer un rôle de premier plan dans la transition mondiale vers une énergie propre.

Ils ont mis en exergue la coopération renforcée que l’UE mène avec les partenaires internationaux, faisant ainsi preuve de solidarité avec les générations futures et prenant ses responsabilités envers l’ensemble de la planète.

Echos du 12ème « Be Film Festival »

aa-noel-affiche

Après le grand succès de la ré-ouverture du 12ème « Be Film Festival », ce 26 décembre, il est important de préciser le choix du public pour ce mardi 27, à 21h.30, à « Bozar ». Votre choix s’est porté sur: « The Broken Circle Breakdown » (Felix Van Groeningen/Bel.-P.B./2012/110′), une adaptation d’une pièce de théâtre intitulée « The Broken Circle Breakdown Featuring the Cover-Ups of Alabama », écrite par Johan Heldenberh et Mieke Dobbels.
be-film-broken

Synopsis: « Didier et Élise vivent une histoire d’amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l’Amérique. Elle, tient un salon de tatouage. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle. Didier, à l’annonce de cette nouvelle paternité, décide de finir les travaux dans sa ferme alors qu’il vivait dans une caravane. Élise intègre son groupe en tant que chanteuse pour vivre une vie de bohème centrée sur la musique. Mais leur fille, à ses sept ans, développe un cancer auquel elle ne survivra pas malgré plusieurs chimiothérapies. Chacun tente de surmonter ce décès différemment »… 

be-film-chanteuse

Assurément, un excellent choix du public, pour un film qui obtint un nombre impressionnant de prix, dont le « César du meilleur Film étranger », en 2014, après avoir été également sacré « meilleur film étranger » par l’ « Association des Critiques de Films », à Washington D.C., en 2013, ainsi qu’aux 18èmes « Satellite Awards » de l’ « International Press Academy », à Los Angeles, en 2014.

be-film-au-chant

En 2013, il remporta 3 « Prix du Public », au « Festival de Cinéma de la Ville de Québec »,  au « Festival de Cine Europeo de Sevilla » et au « Festival International du Film de Berlin », étant également le film le plus primé des « Ensor » (l’équivalent néerlandais des « Magritte » et des « César »), reconnu comme le « meilleur » au niveau, pardonnez du peu, du Film, du Réalisateur, de la Photographie, du Montage, des Costumes, des Décors et de la Musique, une superbe musique qui sera tout autant appréciée à Bruxelles, ce mardi, qu’elle le fut un peu partout en Amérique et en Europe, entre 2012 et 2014.

be-film-couple

Quant à Veerle Baetens, elle fut désignée « meilleure Actrice », tant au « Festival du Film de Tribeca », à New York, qu’aux « Ensor », le film obtenant encore, en 2014, le « Prix International de la Presse », au « Festival International du Film de Palm Springs »… Quel parcours exceptionnel pour un film belge! … Bravo donc au public du « Be Film Festival » de l’avoir plébiscité, aussi bien qu’il le fut par les publics berlinois, sévillan et québécois.

be-film-everybody-happy-f-20161017160813

Outre la programmation des autres longs-métrages que nous avons déjà révélée lors d’un précédent article, notons une rencontre, à « Bozar », le jeudi 29, à 19h.30, avec Samuel Tilman, auteur et metteur en scène, côté théâtre, ainsi que scénariste, réalisateur et producteur, côté cinéma, et d’une part, et Nic Balthazar, exerçant les 3 mêmes fonctions cinématographiques, mais étant également critique de cinéma, présentateur et animateur radio, d’autre part.

Ces multiples casquettes sont-elles un frein ou un moteur dans le processus créatif? Ces deux auteurs-réalisateurs-producteurs nous parleront de leur parcours respectif, de l’écriture à la production et de la scène à l’écran. L’entrée étant gratuite, il est demandé de s’inscrire à l’adresse: rencontre@befilmfestival.be.

A noter que Nic Balthazar a l’un de ses films à l’affiche, « Everybody Happy » (Bel./2016/95′), qui sera projeté le jeudi 29, à 21h., à la « Cinematek ».

Quant aux 16 courts-métrages, de 05’46 à 30′, en compétition  pour l’obtention, le 4 février 2017, du « Magritte du Court-Métrage de Fiction » et du « Magritte du Court-Métrage d’Animation », voici le détail de leur programmation, les 3 jours, à 17h., à « Bozar »:

– Mardi 27: « A l’arraché » (Emmanuelle Nicot/22’50), « La Valse mécanique » (Julien Dykmans/ 5’47), « Les Dauphines » (Juliette Klinke/13’47), « De longues Vacances » (Caroline Nugues-Bourchat/16′) et C »Complices » (Mathieu Mortelmans/30′).

– Mercredi 28: « No-go Zone » (« Atelier Collectif de Zorobabel »/10′), The Hidden Part (Caroline D’Hondt & Monique Marnette/19’41), « Toutes nuancées » (Chloé Alliez/5’46), « Pornography » (Eric Ledune/24′) et « Les Amoureuses » (Catherine Cosme/27′).

– Jeudi 29: « Totems » (Paul Jadoul/9′), « Renaître » (Jean-François Ravagnan/23′), « Estate »  (Ronny Trocker/7’26), « L’oeil silencieux » (Karim Ouelhaj/24’59), « Pour une Poignée de Girolles » (Julien Grande/74′) et « Le plombier (Méryl Fortunat-Rossi & Xavier Seron/15′).

… Une programmation nous préparant aux 7èmes « Magritte du Cinéma », dont la Maîtresse de Cérémonie sera Anne-Pascale Clairembourg et la Présidente, Virginie Efira, … ainsi qu’au 20ème « Brussels short Film Festival », organisé, comme le « Be Film Festival », par Céline et Pascal , qui nous fixent, dès à présent, un nouveau rendez-vous, du 27 avril au 07 mai.

"Low Notes"

« Low Notes »

En attendant, ils vous attendent, avec leur sympathique équipe, à « Bozar » et à la « Cinematek », pour fêter ensemble, dans une excellente ambiance, le Cinéma belge, notamment en assistant à la projection d’une dernière Avant-Première, en présence du réalisateur et du producteur, le vendredi 30, à 19h., à « Bozar »« Low Notes » (Laurier Fourniau/Bel./2016), un film indépendant s’étant fait remarquer au « L.A. Underground Film Forum » (mention honorable) et au « L.A. Indie Film Festival » (« recognition awards » du second rôle, de la musique et de la voix off).

Synopsis: « Leon, s’installe à Los Angeles, après avoir quitté sa côte Est natale et son premier amour de collège, Eva. Pourri gâté par sa mère, il ne s’encombre ni de travailler ni de faire des études. Les quartiers résidentiels calmes et ensoleillés sont le décor parfait d’une vie oisive et opulente. Très vite, Alexis, étudiant excentrique d’origine chilienne, endosse le rôle de mentor dans sa nouvelle vie. Avec lui, virées frénétiques et rencontres nocturnes s’enchaînent dans la mégalopole tentaculaire, théâtre de leurs névroses ».

Billetterie: par séance: 7€, à « Bozar » et 4€, à la « Cinematek » (pas de pré-vente), pass: 28€. Site: http://www.befilmfestival.be.

Yves Calbert.

Pour Noël, Livres pour les Enfants (« Ed. Kate’Art »)

art-sapin

En cette Fête de Noël, bienvenue au Royaume de Belgique!

art-editions-rois

Grâce aux Editions « Kate’Art » et à leur dernier livre, rédigé par Catherine de Duve , intitulé « Les Rois et les Reines de Belgique », nos enfants peuvent partir à la découverte de nos Rois et de nos Reines, de nos Princes et de nos Princesses. Qui sont-ils? Comment vivent-ils? Où demeurent-ils? Visitons leurs palais, châteaux, domaines et villas, à Bruxelles, dans nos Ardennes, aussi bien qu’à proximité de la Mer du Nord.

Apprenons à nos petites têtes blondes, rousses, brunes ou noires, à mieux les connaître, découvrant leurs personnalités, leurs signes particuliers, leurs passions, les grands moments de leurs règnes.

… Côté pratique, si nous devons, un jour, rencontrer nos Souverains ou autres membres de la famille royale, cet intéressant petit livre broché nous apprend même comment il convient de leur adresser la parole... Nous voilà donc prêts à croiser leur chemin! …

Toujours en rapport direct avec notre pays, Catherine de Duve a, également, signé un autre ouvrage, « Le petit Belvue – L’Histoire de la Belgique pour les Enfants », commençant par deux pages présentant « La Belgique avant la Belgique », illustré d’une ligne du temps du Moyen-Age à 1830, oubliant donc la célèbre phrase de Jules César: « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves ».

art-livre

A l’issue de cette introduction, nous découvrons notre pays de la révolution à l’Europe des 28, en passant par l’inauguration de la 1ère ligne de chemin de fer du continent européen (1835), la « Belle Epoque » et son économie florissante (1890-1914), l’ « Art Nouveau » (célébré par un autre livre de cette même collection: « Vivre l’Art Nouveau »), le droit de vote pour tous les hommes (1919), les deux guerres mondiales, la régence (1944-1950), la « question royale » (1950), le traité de Rome et la fondation, à six pays, de la « Communauté  économique européenne » (1957), l’Exposition ’58 et son Atomium, la naissance de l’Etat fédéral, de nos Régions et Communautés (1993) et l’arrivée de l’Euro (1999), sans oublier le Congo et ses richesses, Etat indépendant, propriété de Léopold II (1885), Colonie belge (1908) et République Démocratique (1960).

Se terminant par deux pages évoquant la Belgique en photos (Ignanodon de Bernissart, Manneken Pis, Sax, Magritte, Brel, Merckx, les « Schtoumpfs », « Tintin », les bières, moules-frites, gauffres, speculoos, pralines, …), la page 9 étant consacrée à définir la démocratie et les trois pouvoirs belges (législatif, exécutif et judiciaire), des définitions de mots étant indiquées au fil des pages, tels expansionisme, nazisme, …

art-van-gogh

A noter que différents titres de cette collection se retrouvent dans les boutiques de nos grands Musées, notamment à l’occasion d’expositions temporaires consacrées à des peintres, ainsi « Le Petit Van Gogh », édité en six langues, connut-il un immense succès durant la superbe expo « Van Gogh au Borinage », organisée dans le cadre  de « Mons 2015 ». A cette occasion le « BAM » (« Musée des Beaux-Arts de Mons ») avait réservé une dernière petite salle aux enfants, dont la scénographie avait été confiée au lauréat d’un concours de projets, ce dernier ayant été les « Editions Kate’Art », qui proposèrent comme sujet « Range ta Chambre », présentant une oeuvre agrandie du peintre, non coloriée. Aux enfants de la colorier, telle une oeuvre pointilliste, en utilisant des vignettes autocollantes rondes de différentes couleurs.

Evoquant le coloriage, notons que cet éditeur vient de publier trois livres « intelligents », puisque présentant à nos enfants des personnages et décors à colorier, issus d’oeuvres de « Van Gogh en Provence », Velasquez et Vermeer, ainsi que du Japonais Hokusai, d’actualité avec l’actuelle célébration des « 150 ans des Amitiés belo-japonaises » et l’exposition temporaire « Ukiyo-e, les plus belles Estampes japonaises », ouverte jusqu’au 12 févrieraux   « Musées Royaux d’Art et d’Histoire ».

art-kahloDe retour à la collection classique, parmi les autres peintres ayant bénéficié d’un livre, abondamment illustré et présentant aux lecteurs des petits questionnaires, ainsi que des espaces permettant à l’enfant de colorier ou de dessiner, notons ceux consacrés à: Bruegel, Cézanne, Chagall, Degas, Ensor, Gauguin, Kahlo, Khnopff, Magritte, Manet, Matisse, Miro, Munch, Picasso, Renoir, Rubens, Schiele, Van Eyck, Van Rysselberghe et Warhol, l’ouvrage consacré à Klimt connaissant même une édition en russe.

Tous, rédigés, avec soin, par Catherine de Duve, comptent 32 pages et sont vendus au prix particulièrement attractif de 9€90… En promotion de Noël: 12 livres pour le prix de 10 (99€)Des cadeaux culturellement utiles, assurément! …

D’autres livres sont, entre autres, intitulés: « L’Art brut », « Vive l’Impressionnisme et le Pointillisme », « Le Grand Musée », « Le Petit Guide du Musée de l’Armée »« Le Rêve de Panamarenko » et « Le Petit Waterloo ».  Des lecteurs de ce dernier livre n’hésitèrent pas à dire qu’ « il aurait fallu que le commentateur de la ‘Reconstitution de la Bataille de Waterloo’  (lors des « Célébrations du Bicentenaire », à Waterloo, ndlr) lise des extraits de cet ouvrage. Cela aurait été plus clair et intéressant »Catalogue disponible sur le site: http://www.kateart.com.

arts-kate

Yves Calbert.

 

 

 

 

« Art et Paix: l’Art chinois, Porteur d’un Message d’Harmonie », jusqu’au 19/12

C’est au « Centre culturel de Chine à Bruxelles », que son Excellence Qu Xing, Ambassadeur de la République populaire de Chine auprès du Royaume de Belgique, s’exprimant parfaitement en français, et Mr. Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région de Bruxelles Capitale, ont inauguré, ce 6 décembre, une fort jolie exposition, la dernière en 2016, intitulée « Art et Paix: l’Art chinois, Porteur d’un Message d’Harmonie », qui restera ouverte au public jusqu’au 19 décembre.

(c) "Centre culturel de Chine à Bruxelles"

(c) « Centre culturel de Chine à Bruxelles »

Dans son discours, le Ministre-Président – signalant qu’il s’était déjà rendu à 2 reprises à Pékin, dans le cadre de missions diplomatiques –, tint à rappeler que les 1ers accords entre Pékin et la Région (« un confetti par rapport à la Chine », dit-il) remontent à 1994, soulignant qu’il s’agissait là des 1ers accords signés par les responsables chinois avec une région extérieure à la Chine. « Nous avons besoin de Culture comme de pain », conclut-il. Puisse-t-il être entendu par notre Secrétaire d’Etat, Mme. Elke Sleurs! …

Quant à l’Ambassadeur, espérant que tous les échanges culturels entre nos 2 pays et avec l’Europe contribuent à maintenir la paix, il nous rappela qu’il en existaient déjà à l’époque où des étudiants chinois rencontrèrent « Hergé » à Bruxelles, cette rencontre étant à l’origine du « Lotus Bleu » (titre original, en 1934: « Les aventures de Tintin, reporter, en Extrême-Orient », ndlr). Précisons d’ailleurs que c’est un artiste chinois, Tchang Tchong-Jen, qui, devenu l’ami de George Remy, rédigea en écriture chinoise traditionnelle toutes les enseignes figurant dans les cases de cette célèbre bande dessinée.

(c) "Chine Evasion"

(c) « Chine Evasion »

Sur 2 étages du « Centre culturel », une quarantaine d’artistes chinois y exposent leurs oeuvres, de l’aquarelle à la sculpture, en passant par les estampes, la peinture à l’huile, le travail de la laque et les techniques mixtes, mettant en valeur la tranquillité de paysages naturels, l’harmonie entre l’homme et la nature.

Comme l’ont souligné l’Ambassadeur et le Ministre-Président, cette exposition tombe fort à propos, après une année marquée par de bien tristes événements, notamment, en mars dernier, à moins de 200 m de ce « Centre culturel », à l’intérieur de la station de métro « Maelbeek ».

Tous deux forment, aussi, le voeu de voir cette exposition contribuer au développement continu des  relations culturelles et artistiques entre nos 2 pays, et, au delà, à un renforcement des liens touristiques, économiques et politiques entre la Chine, la Belgique et l’Europe, contribuant à renforcer la paix mondiale qui nous est si chère.

… D’où l’importance du titre choisi pour cette exposition: « Art et Paix: l’Art chinois, Porteur d’un Message d’Harmonie »! … Et, il est vrai qu’en regardant attentivement les oeuvres exposées, nous ne pouvons que ressentir une bien précieuse sérénité.

"A Victim of September 11th."

« A Victim of September 11th. »

Au rez-de-chaussée, jouxtant un patio, bien agréable en été, nous découvrons « A Victim of September 11th. » (2005/132 x 122), une peinture à l’huile de Qu Leiles, montrant le visage d’une victime chinoise de l’attentat à New York, en 2001, avec, à l’arrière, un avion et les tours jumelles du « World Trade Center ».

A ses côtés, nous remontant le temps jusqu’à la Dynastie Qing (1644-1912), avec la peinture choisie pour la promotion de cette exposition: « The Terracotta Warriors of the Qing Dynasty » (2006/162 x 120), peints par Fang Xianghui.

Une occasion pour nous de vous inviter à découvrir, dès le 23 décembre, l’exposition  « L’armée Terracotta, l’Héritage de l’Empereur chinois éternel » et ses 120 guerriers en terre cuite (des copies fidèles d’1m80 de haut, les originaux ne pouvant quitter le territoire chinois) de la fabuleuse armée de Xian, qui seront exposés dans un espace de 1.200 m2, dans la gare ferroviaire des Guillemins, à Liège.

"The Terracotta Warriors of the Qing Dynasty"

« The Terracotta Warriors of the Qing Dynasty »

… Mais revenons au « Centre culturel de Chine à Bruxelles », en retrouvant le 21ème siècle et un hommage aux Jeux Olympiques de Pékin (2008), avec « Glory, Yang Xia, Olympic Star » (2006/74 x 47), une ancienne championne olympique chinoise d’haltérophilie, peinte par Li Aiguo.

"Aroma floating in the Air"

« Aroma floating in the Air »

De cet effort sportif, passons à une atmosphère romantique, mystique, avec « Aroma floating in the Air » (195 x 92), nous dévoilant une jeune dame en costume traditionnel, l’artisanat populaire étant illustré en arrière plan, une peinture signée Wang Renhua.

A apprécier, également: « Early Morning in the Mountain Village » (2004/180 x 90), de Zhao Xinping, qui nous offre une atmosphère hivernale du Shaanxi Nord, avec une jeune fille à la longue tresse noire, vêtue de rouge, petit point humain dans cet immense environnement naturel.

"Erosion"

« Erosion »

Dans une petite salle, jouxtant également le patio, notre attention est attirée par « Erosion » (2009/160 x 130), peinte par Lui Tun, où des livres, empilés en pleine nature, forment un « Cheval de Troie ».

Toute proche, une peinture, due à Luo Zhinan, « Tree of Chopsticks » (2009/120 x 100), alliant la gastronomie chinoise à la nature, puisque l’arbre est peint avec des « baguettes », le couvert chinois traditionnel.

"Tree of Chopsticks"

« Tree of Chopsticks »

 

A l’étage, confirmant la pleine réussite de la scénographie de l’accrochage, nous sommes attendus par une étonnante sculpture, un guerrier de l’armée de Xian, en bronze, semblant marcher vers nous, porteur d’un sac à dos contemporain et d’une … caméra! … Attention, souriez, nous sommes filmés, par un « New Observator » (2006/100 x 70 x 60), sculpté par Guo Xincong.

"New Observator"

« New Observator »

Autre sculpture, mais en bois colorié, les « City Beauties » (2004/80 x 78 x 35), de Lu Jin,présentant 4 Chinoises du 21ème siècle, émancipées, allant résolument de l’avant dans des tenues modernes ou quelque peu traditionnelles, témoignant de la richesse ethnique de la population autochtone.

"City Beauties"

« City Beauties »

Les entourant, face à face, un accrochage de 2 peintures aux motifs opposés, l’une, « A Vanishing Scene » (2006/180 x 180), nous dévoilant une urbanisation galopante, et l’autre, « The vanishing Horizon Line » (2009/210 x 130), nous emmenant en pleine nature enneigée, au bord de l’eau, attirant notre attention sur la protection des oiseaux.

A proximité, une autre opposition, celle de l’habitat moderne, avec « Summer in the Chinese Land » (2007/120 x 50), de Wang Lixing & Xu Jin, et traditionnel, avec « Watching Homeland » (2009/160 x 120), de Feng Maohui & Zhou Jinnpeng.

Dans la dernière salle, nous remarquons 2 peintures, dont l’une, « My own Town, Taihang Mountain » (2009/180 x 90), nous offre une scène montagnarde en pleine harmonie contemporaine, due à Song Guangghua, nous emmenant aux limites entre la Province de Shanxi et la plaine de la Chine du Nord.

Quant à l’autre, « Spring comes after Winter » (2007/176 x 153), de Feng Shuo – combinant la peinture chinoise traditionnelle et les « rock painting techniques » japonaises –, sur un fond de champs enneigés, elle célèbre l’arrivée du printemps et des tournesols, si chers à Vincent Van Gogh.

Cette exposition permet à la « China Artists’ Association », d’être, pour la 1ère fois, présentée au sein de la capitale européenne. Son Président, lui même peintre, Liu Dawei, ayant prit la parole, lors du vernissage, pour souligner la longue et riche histoire de l’art chinois, les oeuvres présentées à Bruxelles ayant été exposées précédemment à la 6ème édition d’un événement dont il est l’un des commissaires, la « Beijing International Art Biennale », une plateforme artistique internationale, visant à promouvoir les artistes chinois et les échanges dans le domaine des beaux-arts. Cette année, 680 oeuvres réalisées par 605 artistes, originaires de 97 pays, dont une vingtaine provenant de notre « plat pays », si bien chanté par Jacques Brel, étaient présentées au nombreux public, les 6 premières biennales ayant attiré près de 5 millions de visiteurs.

Succès de la Biennale, à Pékin (c) "Brexit"

Succès de la Biennale, à Pékin (c) « Brexit »

A travers l’exposition bruxelloise, les artistes chinois expriment leur sincère désir de paixd’harmonie et d’humanité, dans une période où les conflits politiques, religieux et ethniques mettent à mal la paix mondiale, laissant la place à l’extrémisme violent et au terrorisme.

Laissons nous donc emporter par ce désir de paix, en respect avec la nature, l’art étant signe de rapprochement entre les peuples, de partout, d’où qu’ils soient.

Exposition librement accessible, rue Philippe Le Bon, 02, à 1000 Bruxelles, du lundi au mercredi, de 09h.30 à 20h., le jeudi et vendredi, de 09h.30 à 18h. Site: http://www.cccbrussels.be.

Danse tibétaine, en Papier découpé chinois

Danse tibétaine, en Papier découpé chinois

En préparation au Nouvel An chinois, la prochaine exposition du « Centre Culturel de Chine à Bruxelles » – dont le responsable est, depuis peu, Mr. Shu Tan – aura pour thème le « Papier découpé chinois » ou « Jiǎnzhǐ » (« 剪纸« ), une forme artistique de pliage et de découpage du papier, existant depuis le 6ème siècle.

Un superbe bâtiment à l'abandon (C) "La Libre"

Un superbe bâtiment à l’abandon (C) « La Libre »

A noter que si l’on peut souligner l’intérêt de la Région de Bruxelles-Capitale pour l’Art, nous ne pouvons que regretter amèrement la manière dont la politique scientifique fédérale tente à l’ignorer, pour preuve la nécessité de placer, depuis 2 ans déjà, des seaux d’eau dans la salle du « Musée des Beaux-Arts » consacrée à Pierre-Paul Rubens ou encore l’abandon total, à Laeken, de la « Tour Japonaise », du « Musée Japonais » et du splendide « Pavillon chinois ». Un véritable scandale pour tout amateur d’Art, d’Histoire et de patrimoine architectural, un affront aux cultures japonaise et chinoise!

Yves Calbert / Photos de l’Exposition: (c) Laszlo Arany.

 

 

 

 

 

 

 

 

12ème « Be Film Festival », à « Bozar », du 22 au 30/12

aa-noel-affiche

Les fêtes de fin d’année approchant, le « Be Film Festival » revient à « Bozar » et à la « Cinematek », dès le 22 décembre, tel un cadeau de Noël, pour tous les cinéphiles s’intéressant au cinéma belge, d’autant que, pour la 1ère fois, ce Festival commencera avant Noël, 3 jours de plus nous étant ainsi offerts.

… D’où, particularité de ce « Be Film Festival », contrairement aux autres festivals, il nous propose 2 Soirées d’Ouverture, le jeudi 22, d’abord, et le lundi 26, ensuite, sachant, bien sûr, qu’aucune séance n’est programmée le mercredi 25.

"La Tortue rouge"

« La Tortue rouge »

Par contre, dédiée aux enfants, le samedi 24, le Festival organise, dès 11h., une séance famille, avec, au programme: « La Tortue rouge »(Michael Dudok de Wit/Bel.-Fra.-Jap./2016/85’/Prix spécial « Un certain Regard », au « Festival de Cannes »). A voir ou à revoir, en présence du Père Noël, quelques heures avant le réveillon!

Synopsis de ce conte japonais: « À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, ce film d’animation raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain ».

"Faut pas lui dire"

« Faut pas lui dire »

Film d’Ouverture, projeté le jeudi 22, à 19h.30 … et à 22h. (de fait, une autre particularité de ce « Be Film Festival », la séance de 19h.30 ayant été très rapidement « sold out », une seconde projection est prévue): « Faut pas lui dire » (Solange Cicurel/Bel.-Fra./ 2016/ 96’/avec Jenifer Bartoli, Camille Chamoux,  Stéphanie Crayencour, Tania Garbarski & Fabrizio Rongione), une délicieuse comédie belge – réalisée par une femme et mettant 4 femmes à l’honneur -, supérieure en qualité à de nombreuses comédies françaises. A découvrir, à l’occasion de cette avant-première, le film sortant en salles le 04 janvier 2017.

Lors de la Vision de Presse de cette production d’ « Entre Chien et Loup », Solange Cicurel, la réalisatrice, nous confia que son film avait pris 4 ans d’écriture, avant d’avoir eu, selon ses mots, « le pur bonheur de tourner ce ‘feel good movie’ « , une comédie romantique peu habituelle dans le cadre du cinéma belge, mettant en valeur 4 femmes, complices à l’écran, mais aussi dans la vie de tous les jours. Et l’actrice Tania Garbarski d’ajouter: « ce fut une très belle aventure humaine et depuis lors, tous les matins, je me sens bien »…

En outre, c’est avec plaisir que les Bruxellois verront, à l’écran, les 4 actrices courir dans la Forêt de Soignes ou se promener Place Stéphanie, deux d’entre elles, Stéphanie Crayencour et Tania Garbarski, étant annoncées, le jeudi 22, sur la scène de « Bozar », de même que 2 autres femmes, la réalisatrice, Solange Cicurel, et la productriceDiana Elbaum. 

Synopsis: « Laura, Eve, Anouch et Yaël sont quatre cousines, très différentes et très attachantes, qui ont un point commun: elles mentent, mais toujours par amour! Quand les trois premières découvrent, quelques semaines avant le mariage de leur petite cousine, que son fiancé parfait la trompe, elles votent à l’unisson’Faut pas lui dire’ « . 

"Je suis resté dans les Bois"

« Je suis resté dans les Bois »

Autre avant-première, le vendredi 23, à 19h.30: « Je suis resté dans les Bois » (Vincent Solheid, Erika Sainte & Michaël Bier/Bel.-Fra./2016/90′), une comédie atypique entre cinéma et art contemporain, présentant 2 particularités: il a été co-réalisé par 3 personnes et, pour son financement, une campagne de « crowdfunding », fructueuse à souhaits, fut organisée durant plusieurs mois.

Synopsis: « Vincent, artiste plasticien, prépare sa nouvelle exposition. Il a décidé de reconstituer des moments peu glorieux de son passé pour en faire des tableaux vidéos. Il embarque sa copine, ses amis et quelques barbus dans son projet. Il n’aurait peut-être pas dû »! … Suite à l’écran!

Egalement au programme, en cette avant veille de Noël:

"La Fille inconnue"

« La Fille inconnue »

  • à 21h.15, un film francophone, qui était à l’affiche du Gala d’Ouverture du « FIFF », à Namur: « La Fille inconnue » (Jean-Pierre et Luc Dardenne/Bel.-Fra./2016/106’/avec Christel Cornil, Adèle Haenel, Olivier Gourmet & Jérémie Renier), nous présentant « Jenny, une jeune doctoresse, qui se sent coupable de ne pas avoir ouvert la porte de son cabinet à une jeune fille retrouvée morte peu de temps après ».
  • à 19h., une réalisation flamande: « Achter de Wolken » (Cecilia Verheyden/Bel./2016/108′), dont voici le synopsis: « Une femme et un homme se rencontrent, après 50 ans de séparation, alors qu’ils étaient amoureux. Mariée avec son meilleur ami à lui, elle retombe amoureuse de son ‘ex’! … Mais peut-on renouer avec sa vie d’il y a 50 ans? L’histoire d’un nouvel amour, vécu aussi intensément que le 1er »!

aa-noel-sonar

Au lendemain des cadeaux et d’un bon repas familial de Noël, le lundi 26, retour au cinéma, avec 4 autres films belges, dont, à 19h.30, fêtant la réouverture du « BE Film Festival », « Sonar » (Jean-Philippe Martin /Bel.-Fra./2016/ 106’/une fiction dont l’écriture du scénario débuta en 2011, lors du  forum de Namur, organisé dans le cadre du « FIFF », ce festival ayant projeté le film, les 05 et 06 octobre 2016).

Synopsis: « Thomas, ingénieur du son, trentenaire, habite dans le studio d’enregistrement de Wyatt, son patron alcoolique. Reclus dans ses sons, il vit dans le souvenir d’une liaison amoureuse et ne fait plus que ce qui le passionne: des portraits sonores. Amina, jeune marocaine solaire, s’impose dans sa vie pour, semble-t-il, fuir la sienne. Rapidement, elle se livre et devient un sujet rêvé de portrait. Thomas se laisse séduire. Mais pour savoir qui est Amina, il devra tendre son micro, de la banlieue au Maroc, et réapprendre à écouter »…

aa-noel-de-premier

Ce même soir, 3 autres films au programme, dont 2 à la « Cinematek »: à 19h.: « De Premier » (Eric Van Looy/Bel./2016/113′), une montagne russe émotionnelle, où l’on voit un 1er ministre belge fictif se faire enlever et qui ne pourrait retrouver sa liberté, et celle des siens, qu’en tuant le Présidents des Etats-Unis d’Amérique… Ensuite, à 21h.: « Parasol » (Valéry Rosier/Bel./2016/75′), une comédie évoquant des vacances à « Majorque, un ‘non-lieu’, espace de transit ou de consommation, où l’humain reste anonyme » (dixit Nicolas Didier, pour « Télérama »). Enfin, à « Bozar », à 21h.30: « L’ Economie du Couple » (Joachim Lafosse/Bel./2016/100′).

"L'Economie du Couple"

« L’Economie du Couple »

Synopsis: « Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. A l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté »

aa-noel-magritte-du-cinema

Bien sûr, les courts-métrages ne sont pas oubliés, d’autant lorsque l’on sait que les organisateurs du présent Festival, Céline et Pascal, sont ceux qui ont créé le mondialement renommé « Brussels Short Film Festival » (« BSFF »). Aussi, le mardi 27, le mercredi 28 et le jeudi 29, à « Bozar », à 17h., nous aurons, en 3 séances distinctes, la projection des 16 courts-métrages (de 05’46 » à 30′) en compétition  pour l’obtention, le 4 février 2017, du « Magritte du Court-Métrage de Fiction » et du « Magritte du Court-Métrage d’Animation ».

Une originalité du « Be Film Festival », le mardi 27, à 21h.30, à « Bozar », projection de votre film. De fait, jusqu’au 12 décembre inclus, vous pouvez élire le long-métrage belge de votre choix, parmi 8 films belges figurant sur le site du Festivalhttp://www.befilmfestival.be, qui vous invite à voter. En 2015, vous aviez ainsi  plébiscité “C’est arrivé près de chez vous” (Rémy Belvaux, André Bonzel & Benoît Poelvoorde/ Bel./ 1992/95’/avec Rémy Belvaux, Benoît Mariage, Vincent Tavier, Benoît Poelvoorde & … sa maman,  Jacqueline Poelvoorde-Pappaert).

Sur ce même site, nous retrouvons la programmation détaillée, jour par jour, de l’ensemble des films projetés au Festival, dont les 16 courts-métrages des « Magritte du Cinéma », afin de terminer en beauté l’année 2016. Citons encore quelques films à voir ou à revoir:

"Kings of the Belgians"

« Kings of the Belgians »

  • « Kings of the Belgians » (J. Woodworth & P. Brosens/Bel.-P.B.-Bul./2016/90′), Ma.27/19h./« Bozar »
  • « Les Chevaliers blancs » (Joachim Lafosse/Bel.-Fra./2015/112’/ avec V. Lindon), Ma. 27/19h./« Ctek » 
  • « De Figurant » (Daniel Lambo/Bel./2016/90′), Ma. 27/19h.15/« Bozar »
  • « Le Plaisir du Désordre » (Christian Rouaud/Bel./2016/104′), Me. 28/19h./« Bozar »
  • « Le Coeur régulier » (Vanja d’Alcantara/B.-Fra.-Can./2016/94’/avec F. Rongione), Me.28/19h.,/« Ctek »
  • « Les Survivants » (Luc Jabon/Bel.-Lux./2016/96’/avec F. Rongione), Me. 28/19h.15/« Bozar »
  • « Even Lovers get the Blues » (Laurent Micheli/Bel./2016/95’/vu au « FIFF »), Je. 29/21h.15/« Bozar »
  • « Baden Baden » (Rachel Lang/Bel.-Fra./2016/94′), Ve. 30/19h.15/« Bozar »
  • « Black » (Adil El Arbi & Bilall Fallah/Bel./2015/92′), Ve. 30/21h.15/« Bozar »
  • « Broer » (Geoffrey Enthoven/Bel.-Irl./2016120′), Ve. 30/21h.15/« Bozar »
"Les Chevaliers blancs"

« Les Chevaliers blancs »

En vous rendant sur le site du Festival, avant le 13 décembre, à midi, vous pouvez gagner 2 places gratuites, offertes par « Les Bières de Chimay », pour un film également présenté au « FIFF »« Les Premiers, les Derniers » (Bouli Lanners/ Bel.-Fra./2016/98’/avec Bouli Lanners Albert Dupontel), projeté le jeudi 29, à « Bozar », à 19h., en présence du réalisateur. Le tirage au sort récompensera 10 personnes, chacune recevant 2 places.

aa-noel-les-premiers-les-derniers-affiche

Soulignons que sur le plan professionnel, ce Festival prend de l’importance. Ainsi, pour la 1ère fois, des programmateurs et acheteurs internationaux sont conviés à la découverte de notre cinéma, représentant les festivals de Sofia (Bulgarie), Pula (Croatie), Istanbul (Turquie) et Kiev (Ukraine), ainsi que « CANAL + » (France). Grand succès, également annoncé, pour le 1er « Forum de Co-Production de Bruxelles », avec la sélection de 9 projets prometteurs venus de Croatie, d’Espagne, de France, de Hongrie, du Luxembourg, des Pays-Bas, de Suède et de Turquie.

Quant aux jeunes réalisateurs, ils ne sont pas oubliés, l’Echevinat de la Culture de la Ville de Bruxelles, offrant une « Bourse d’Aide à la Finition d’un Court-Métrage » d’une valeur de 2.000€, au meilleur projet, en vue d’assurer sa postproduction, le film retenu étant projeté lors durant le « Brussels Short Film Festival ». Alors, le temps presse, car les films et les dossiers de candidature doivent être envoyés au plus tard pour le 15 décembre 2016, à: boursedebruxelles@courtmetrage.be.

Notons enfin que la marraine de ce 12ème « Be Film Festival » n’est autre que Marion Hänsel, élue « Femme belge de l’Année », en 1985, ayant reçu un « Lion d’Argent » du « Festival de Venise », pour « Dust » (Bel.-Fra./1985/87’/1er film belge primé à Venise/avec Jane Birkin & Trevor Howard). Auparavant, en 1998, elle avait reçu le « Grand Prix des Amériques », du « Festival du Film de Montréal », pour « The Quarry » (Bel.-Esp.-Fra.-P.B./1998/112′). Quant à son dernier film « En Amont du Fleuve » (Bel./2015/ 90’/avec Olivier GourmetSergio Lopez & John Lynch/tourné en Croatie, dans le « Parc National de la Krka »), en salles depuis le 30 novembre, il avait été retenu pour la compétition officielle du « FIFF », en octobre, à Namur.

Marion Hänsel

Marion Hänsel

Billetterie: par séance: 7€, à « Bozar » et 4€, à la « Cinematek » (pas de pré-vente), pour les 2 Soirées d’Ouverture (incluant les réceptions), à « Bozar »: 10€ (8€ en pré-vente, jusq’au 14 décembre), pass (incluant les 2 Soirées d’Ouverture et leurs réceptions): 28€ (20€ en pré-vente, jusq’au 14 décembre).

… Et n’oublions pas qu’outre la vision de films, ce festival nous permet de rencontrer de nombreux réalisateurs, acteurs et producteurs, tels que, par ordre alphabétique, en plus des personnes déjà citées, Nic Balthazar, Michaël Bier, Peter Brosens, Luc Dardenne, Laurier Fournier, Luc Jabon, Joachim Lafosse, Daniel Lambo, Rachel Lang, Jean-Philippe Martin, Laurent Micheli, Eminé Meyrem, Mathieu Mortelmans, Christian Rouaud, Erika Sainte, Vincent Solheid, Baptiste Sornin, Bart Van Langendonck, Cécilia Verheyden & Jessica Woodworth.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

PLAISIRS D’HIVER ET ECO-MOBILITE

Les visiteurs des Plaisirs d’Hiver sont dorloter par la société de transport en commun (STIB).

plaisirs02Les organisateurs mettent en effet tout en oeuvre pour emmener les visiteurs aux Plaisirs d’Hiver dans les meilleures conditions. Des parkings à vélos sont mis à disposition des cyclistes Place de la Bourse, Place de la Monnaie et au Marché aux Poissons. Tandis que les automobilistes peuvent laisser leurs véhicules dans un des différents parkings participant à l’action. Les piétons et les automobilistes peuvent donc alors sauter dans une des navettes accessible lors des week-ends vers l’événement. Les navettes de bus des lignes « rouge » ou « verte » sont desservies toutes dix minutes. Des acteurs de la mobilité douce seront présent au long du parcours des Plaisirs d’Hiver pour prodiguer par exemple des conseils sur l’utilisation du vélo en hiver, pour suggérer des parcours de ballades ou aider à de petites réparations… Rendez-vous est donc pris les 9 et 10 décembre sur le parking vélo à la Bourse pour les surprises et y faire graver gratuitement son vélo aussi.

La 16e édition des Plaisirs d’Hiver se déroule depuis le 25 novembre et ce jusqu’au 1er Janvier, avec un sapin de Noël en provenance de Slovaquie et du Japon comme pays invité d’honneur dans le cadre de l’anniversaire des 150 ans de relations amicales et diplomatiques. Les lumières de la ville et la féerie de Noël tenteront d’attirer environ 1.500.000 visiteurs sur 1,5 kilomètre. Une promenade hivernale de la Grand-Place à la Bourse, de la place de la Monnaie à la place Sainte-Catherine et au Marché aux Poissons. Un marché de Noël avec entre autres des attractions foraines, une patinoire, un spectacle son et lumière, un marché d’artistes bruxellois, le spectacle Origami Lights ou encore le spectacle en trois dimension sur la façade de l’église Sainte-Catherine. Ainsi que divers concerts et activités. La Ville de Bruxelles par l’intermédiaire de ces Plaisirs d’Hiver en profite aussi pour promouvoir des œuvres caritatives et sociales, une récolte de jouets sera organisée au bénéfice des enfants défavorisés. La Parade de Noël aura lieu le dimanche 11 décembre, au cours de laquelle environ cent artistes feront vibrer le cœur de la capitale. Un marché de Noël chaleureux et convivial avec des plaisirs hivernaux pour petits et grands, l’occasion à une ballade pour bénéficier de l’atmosphère de cette fin d’année.

Un petit avant-goût: https://youtu.be/6l28wvXUkf4

Olivier Bulto

www.plaisirsdhiver.be

www.stib-mivb.be

https://visit.brussels/fr/sites/winterwonders

www.bikeexperience.brussels

www.provelo.org

www.gracq.org 

win02

 

16ème « Festival du Film Méditerranéen », du 02 au 09/12

 

cinemed-affiche-super

Après le « Festival International du Film de Bruxelles » et avant le « Be Film Festival », nous retrouvons, avec joie, la 16ème édition du « Festival du Film Méditerranéen », à l’ambiance si conviviale, aux saveurs des pays limitrophes de la « grande bleue », incluant des films produits par d’autres pays, mais ayant trait à cette région et à ses problématiques, en fictions ou en documentaires.

 "Gustave Brass Band"

« Gustave Brass Band »

Lieu de rendez-vous traditionnel de ce Festival, le « Botanique » nous attend dès le vendredi 02 décembre, avec un mini-concert « live » du « Gustave Brass Band », dès 19h.30, en prélude à la projection, à 20h., de « On the Milky Road » (Emir Kusturica/Serbie-Fra./2016/125’/avec Monica Bellucci & Emir Kusturica). Au terme de celle-ci, à 22h.30, nous terminons la soirée en musique, dans un intense partage d’énergie, de joie, de passion et de groove. avec le retour de la dizaine de cuivres de cette même fanfare de feu.

Synopsis: « C’est la guerre et chaque jour un livreur de lait traverse la frontière esquivant les balles et apportant sa précieuse marchandise aux soldats. La chance semble lui sourire dans sa mission, il est aimé par une belle villageoise et un bel avenir l’attend… jusqu’à l’arrivée d’une mystérieuse italienne qui va bouleverser sa vie. Ainsi commence une histoire passionnée, d’amour interdit, qui va les plonger tous les deux dans une série d’aventures fantastiques et dangereuses. Le destin les a unis et rien ne semble pouvoir désormais les arrêter… Une histoire d’amour, en temps de guerre, où la liberté et la folie entament, dès une ouverture d’anthologie, un pas de tango échevelé… La suite, en forme de défi exubérant et tonitruant, est du pur Kusturica.

"On the Milky Road"

« On the Milky Road »

Ce film est repris, avec 11 autres, au sein de la section « Panorama », incluant des réalisations nous venant de plus de 10 pays méditerranéens  (Algérie, Bosnie et Herzégovine, Croatie, France, Grêce, Israël, Italie, Liban, Maroc, Serbie et Tunisie), 2 d’entre eux étant coproduits par la Belgique. Parmi les 9 autres films, notons:  « A good Wife » (Mirjana Karanović/Serbie-Croatie-Bosnie et Herzégovine/2016/90′), coproduit par 3 pays de l’ex-Yougoslavie, prouvant que la Culture peut réunir des peuples ayant été en guerre, nous plongeant au sein d’une Serbie d’après-guerre, qui oscille entre réussite sociale moderne et sombres vérités passées. Des Balkans, voyageons vers le maghreb, avec, évoquant les « Printemps arabes », « Parfum de Printemps » (Férid Boughedir/Tunisie-Fra./2015/99′), une fable comique et éclairée sur les causes et les espoirs qui déclenchèrent ces événements.

"Parfum de Printemps"

« Parfum de Printemps »

En compétition (8 films réalisés en 2016), nous découvrons:

  • « Big big World » (Reha Erdem/Turquie/101’/porté par une image magnifique, Reha Erdem évoque différents mondes, grâce à un mélange de poésie et de réalisme quasi magique)
  • « Clash » (Mohamed Diab/Egypte-Fra./97′/film d’ouverture d’ « Un certain Regard » au « Festival de  Cannes », ce huis clos – au lendemain de la destitution du président Mohamed Morsi – aussi efficace que virtuose, réduit hommes et femmes à l’essentiel, les dépouillant de ce qui les sépare, ne retenant que ce qui les soude: leur humanité)
"Clash"

« Clash »

  • « Fiore » (Claudio Giovannesi/Ita./109′/pudique et plein de charme, n’étant pas un énième film sur la délinquance et les violences que subissent les jeunes. ce film nous fait rêver d’amour et de belles promesses, au sein d’un établissement pénitentiaire pour mineurs)
  • « Mort à Sarajevo » (Danis Tanovic/Bosnie & Herzég.-Fra./85′/ »Grand Prix du Jury », à la dernière « Berlinale », il s’agit, à l’occasion du 100ème anniversaire de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, d’un drame à plusieurs niveaux, savamment modulé, avertissement clair sur la discorde paralysante de la Bosnie-Herzégovine et la décrépitude de l’Europe)
  • « One Week and a Day » (Asaph Polonsky/Israël/98′/une comédie sur le deuil, dans la tradition juive, où l’on rit beaucoup, de ce rire singulier qui, dans le même temps, soigne tout en faisant un peu mal)
  • « Park » (Sofia Exarchou/Grèce-Pol./100′/« Prix du Premier Film » au « Festival de San Sebastian », il constitue une rafale brute d’authenticité, où les mots et les gestes deviennent des métaphores du passage à l’âge adulte, au village olympique, à l’abandon, dix ans après les J.O. d’Athènes)
  • « Tour de France »/Rachid Djaïdani/Fra./95′/un « road-movie » intimiste présentant de mémorables moments de cinéma, avec Far’Hook, jeune rappeur dont le producteur lui propose d’accompagner son père, interprété par Gérard Depardieu, pour faire le tour des ports de France, ce périple les menant à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation)
"Tour de France"

« Tour de France »

  • « Tramontane » (Vatche Boulghourijan/Liban-Fra.-Qatar-EAU/105′/ »Prix Découverte de la Meilleure Première Oeuvre » au « Festivlal International du Film Francophone » de Namur, un film d’une très grande sensibilité, mêlant mélancolie orientale et regard lucide, avec Rabih, un jeune chanteur aveugle, parcourant le Liban, après avoir découvert qu’il n’était pas le fils biologique de ses parents)
"Tramontne"

« Tramontne »

Egalement au programme, un « Focus Moyen-Orient » fort de 15 longs métrages (Egypte/3 films, Israël/5, Liban/4, Palestine/1 et Syrie/2), des fictions et documentaires nous offrant un regard varié sur la production cinématographique à caractère politique, social ou culturel de cette partie du monde. Les cinéastes abordent des thèmes aussi cruciaux que le conflit entre Israël et la Palestine, la situation au Liban, la guerre en Syrie, la place des femmes dans leurs sociétés ou le long calvaire des réfugiés. Le cinéma ne fait pas de miracles, mais il provoque en nous de saines prises de conscience.

La section « Medoc » n’évoque pas de bons vins, mais nous propose 15 documentaires, dont 5 n’ont pas été produits par des pays de la Méditerranée, tout en ayant bien trait à leurs histoires, tels « A Syrian Love Story » (Sean McAllister/UK/2015/76’/Grand Prix du Jury au « Festival de Sheffield », meilleur film au « Festival One World des Droits de l’Homme » de Prague, Objectif d’Or & Prix du Public au « Festival Millenium » de  Bruxelles), un documentaire incontournable nous relatant l’histoire déchirante d’un amour qui subit l’agonie de la Syrie… Et, suite à sa projection, un débat, à ne pas manquer, avec son réalisateur  britannique, Sean McAllister.

cinemed

D’un réalisateur américain, un documentaire réalisé en Egypte, « Trials of Srings » (Gini Reticker/USA/ 2015/76’), à la rencontre de 9 femmes, dont la quête de justice sociale participe au « Printemps arabe », fournissant un regard intime sur les événements, les emprisonnements, la torture, …

"Trial of Springs"

« Trials of Springs »

Parmi les 3 réalisations belges de « Medoc », l’une d’elle nous maintient à Bruxelles, en relation avec notre actualité, sous le titre « Molenbeek: Génération radicale » (Chergui Kharroubi & José-Luis Peñafuerte /Bel./2016/65’)… Un documentaire aux nombreuses questions: Molenbeek a-t-elle enfanté des monstres? Molenbeek est-elle vraiment le berceau du djihadisme en Europe? A l’écran, des Molenbeekois prennent la parole. Ils racontent leur quartier, ses habitants, les drames et les injustices subies, la dérive suicidaire et meurtrière de certains des jeunes qui y ont grandi. Sur scène, une rencontre suivra, avec la participation des 2 réalisateurs. Au public de les questionner à leur tour.

"Molenbeek: Génération radicale"

« Molenbeek: Génération radicale »

Un autre documentaire belge, « Les Hirondelles de l’Amour » (Jawad Rhalib/Bel./2016/68’), donne la parole à des enfants, nés des rapports entre des soldats marocains de l’armée françaises, occupant l’Autriche, et des femmes autochtones, des mères qui subirent insultes et humiliations. C’était durant l’été 1945, l’été des Marocains, l’été des « hirondelles de l’amour »!… 70 ans plus tard, Karin entreprend de se réconcilier avec ses racines paternellesJawad Rhalib sera sur scène, à l’écoute de vos réactions…

"Les Hirondelles de l'Amour"

« Les Hirondelles de l’Amour »

Quant au 3ème, en co-production avec l’Italie, « Canto alla Vita » (Nathalie Rossetti & Turi Finocchiaro
Bel.-Ita./2016/62’), il nous présente une ode à la vie, à l’amour et à l’amitié, en compagnie de 2 Raymond, dont l’un, séropositif depuis 27 ans, est confronté à un cancer… Le cheminement de ce couple nous entraîne dans un étonnant voyage sentimental… Les réalisateurs, ici aussi, seront présents pour en parler.

… Restons en Italie, avec le « Cycle Marco Bellocchio », que ce dernier viendra inauguré le dimanche 4, à 19h., sur la scène du « Palais des Beaux-Arts » (« Bozar »), avant la projection, en avant-première belge de son dernier film « Fai bei Sogni » (2016/134’), présenté au « Festival de Cannes », en ouverture de la « Quinzaine des Réalisateurs », et qui, dans le cadre du présent Festival, sera, aussi, projeté, en décentralisation, à Ath.

"Fai bei sogni"

« Fai bei Sogni »

A « Flagey », le mardi 6, à 18h.30, Marco Bellocchio, (°Piacenza/1939), lauréat, en 2011, pour l’ensemble de sa carrière, d’un « Lion d’Or » du « Festival International de Venise », donnera une « Master Class », avant la projection, à 19h.30, de son film « Sange del mio Sange » (2015/107′). Enfin, il sera également présent à la « Cinematek », pour présenter une copie restaurée de son ancien film, « I pugni in Tasca » (1965/ 105′), le lundi 05, à 19h. En cette même salle, entre le 02 janvier et le 28 février 2017, 15 de ses longs-métrages, réalisés dès 1967, vous seront proposés en rétrospective. Programme et synopsis sur: http://www.cinematek.be/?node=17&event_id=100208200.

Parmi les films projetés au sein de la section « A voir et à revoir », notons « The Idol » (Harry Abu-Assad/Palestine-P.B.-UK/2015/100′), racontant la véritable histoire du chanteur palestinien Mohammed Assaf , qui voyagea incognito d’un camp de réfugiés de Gaza vers l’Égypte pour participer à l’émission télévisée “Arab Idol”.

"The Idol"

« The Idol »

Les courts-métrages ne sont pas oubliés, une séance leur étant réservée, au « Botanique », le dimanche 4, à 19h., avec des réalisations de 15 à 25′, nous venant d’Espagne, de France, du Liban et de Belgique (2 films).

En outre, les enfants bénéficient de l’après-midi du dimanche 04, avec, à 14h., au « Botanique », la projection de « Iqbal, l’Enfant qui n’avait pas Peur » (Michel Fuzellier & Babak Payami/Fra.-Ita./2015/80′), suivie, à 15h.35, de la prestation « live » d’une conteuse de la « Maison du Conte », Magali Mineur, qui leur racontera: « Dawud, Prince banni », le tout pour 3€.

"La Route d'Istanbul"

« La Route d’Istanbul »

N’oublions pas, non plus, que des séances scolaires sont prévues, de même que d’autres destinées aux seniors ou aux associations, avec, notamment, pour ces dernières, la projection de « La Route d’Istanbul » (Rachid Bouchareb/Algérie-Fra.-Bel./2015/98′), un « road movie » vers la frontière syrienne, une histoire d’amour entre une fille, Elodie (19 ans) et sa mère, Elisabeth, partant en Syrie pour tenter de la convaincre de revenir en Belgique. La trouvera-t-elle? Pourront-elles se comprendre? Réponses à l’écran!!!

… Et pour être vraiment dans l’ambiance de certains pays de la Méditerranée, sous la serre du « Botanique », une petite restauration méditerranéenne est prévue, avec thés à la menthe, potages et autres spécialités culinaires, histoire de reprendre de la force pour assister à différents concerts « live », voire pour danser, sous la conduite musicale de  « DJ », … afin que cette fête soit totale.

cinemed-cloture

En Soirée de Clôture, le vendredi 09, à 20h.30, au « Botanique »« Quatretondeta » (Pol Rodriguez/ Esp./2015/92’/avec Sergi Lopez).

Synopsis: « Pour son premier film, Pol Rodriguez signe une comédie noire et émouvante sur la mort, la vieillesse et la mémoire. La femme du vieux Tomás est décédée, mais il n’a pas le droit de l’enterrer car la famille de la défunte exige que son corps soit rapatrié à Paris. Tomás décide alors de dérober le corps pour aller l’enterrer à Quatretondeta comme il l’avait promis à sa femme. Mais le vieil homme se perd en route. Débute alors une course-poursuite complètement loufoque au cours de laquelle Tomás et ses compagnons de route un brin excentriques vont se démener dans un seul but: récupérer la dépouille ».

A 23h., à l’issue de cette dernière séance, au « Witloof Bar » du « Botanique », nous sommes attendus par « Rebel Up! & Friends/Soundclash » , un collectif de DJ’s belges et néerlandais, véritable « jukebox » global. Accompagnés par Gal Kadan, l’ambiance festive est garantie!

N’hésitez pas à consulter le site http://www.cinemamed.be, fort bien réalisé, avec les différents synopsis, annonces de la présence de nombreux  réalisateurs et acteurs, ainsi que les « traileurs » des nombreux films programmés. En outre, aux entrées des différents lieux de projections un carnet-programme vous est gracieusement offert, vous révélant qu’une douzaine de séances des sections « Compétition », « Panorama », « Medoc » et « A voir ou à revoir » se déroulent au « Cinéma Aventure »!

Billeterie: *au « Botanique » et au « Cinéma Aventure »: Fictions: 5€ (4€: – 25 ans, + 60 ans & demandeurs d’emploi), Documentaires, séances seniors et familles: 3€ (tarif unique), Soirées d’Ouverture & de Clôture: 10€ (prix unique, mais incluant les réceptions et soirées musicales « live »), « Article 27 » acceptés (sauf pour ces 2 dernières soirées) *à la « Cinematek »: 4€ (prix unique). *à « Flagey »: 7€ (5€50 en tarif réduit) *à « Bozar »: 10€ & 8€ (8 & 6€ en tarif réduit).

Et, surtout, n’oubliez pas que,  n’étant pas distribués en Belgique, pour beaucoup de films, c’est l’unique occasion de les voir et de pouvoir rencontrer leurs réalisateurs et/ou acteurs.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis: « La femme du vieux Tomás est décédée, mais il n’a pas le droit de l’enterrer car la famille de la défunte exige que son corps soit rapatrié à Paris. Tomás décide alors de dérober le corps pour aller l’enterrer à Quatretondeta comme il l’avait promis à sa femme. Mais le vieil homme se perd en route. Débute alors une course-poursuite complètement loufoque au cours de laquelle Tomás et ses compagnons de route un brin excentriques vont se démener dans un seul but : récupérer la dépouille ».

Pour son premier film, Pol Rodriguez signe une comédie noire et émouvante sur la mort, la vieillesse et la mémoire.

Pol Rodríguez

 

Monica Bellucci, Emir Kusturica

Vendredi 2/12 à 20h00
Botanique – Orangerie

 

« Entrées précédentes