Archives de Catégorie: BELGIQUE

Delphine Boël la princesse de Belgique

La cour d’appel a fini par trancher un peu en avance. Elle aurait dû donner sa décision le 29 octobre et c’est finalement un mois plus tôt qu’elle a rendu son jugement. Delphine Boël sort victorieuse de son long procès contre Albert II et devient officiellement princesse de Belgique. Une décision qui ne surprend pas plus que cela, l’ancien roi ayant annoncé en janvier via son avocat qu’il ne s’opposait plus au fait d’être reconnu comme père légal, un test ADN ayant confirmé sa paternité.

Cette décision a toute une série de conséquences mais cela ne veut pas pour autant dire que Delphine Boël acquiert tous les droits qu’une princesse de Belgique est normalement censée attendre.

Delphine Boël acquiert le titre de princesse: quels droits gagne-t-elle ou pas?
Ce jeudi signe la fin d’un long combat pour celle qui s’appelle désormais Son Altesse Royale Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha. Si elle se dit satisfaite, la loi ne lui donne pas non plus exactement les mêmes droits que ses frères et sa sœur.

La cour d’appel a fini par trancher un peu en avance. Elle aurait dû donner sa décision le 29 octobre et c’est finalement un mois plus tôt qu’elle a rendu son jugement. Delphine Boël sort victorieuse de son long procès contre Albert II et devient officiellement princesse de Belgique. Une décision qui ne surprend pas plus que cela, l’ancien roi ayant annoncé en janvier via son avocat qu’il ne s’opposait plus au fait d’être reconnu comme père légal, un test ADN ayant confirmé sa paternité.

Cette décision a toute une série de conséquences mais cela ne veut pas pour autant dire que Delphine Boël acquiert tous les droits qu’une princesse de Belgique est normalement censée attendre.

La première conséquence est très symbolique puisqu’elle change de nom pour devenir Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha. Elle acquiert aussi le titre de «Son Altesse Royale». Mais elle n’est pas la seule à bénéficier de cette décision de justice. Ses enfants, Joséphine et Oscar, acquièrent eux aussi cette dénomination et deviennent princesse et prince de Belgique. En conséquence de la reconnaissance de la paternité d’Albert II, les actes de naissance de ces trois personnes devraient être modifiés pour inscrire ce changement dans le marbre.

En ne manquant pas d’adopter ces changements, les avocats de la nouvelle princesse ont fait savoir que « Delphine de Saxe Cobourg a pris connaissance de l’arrêt rendu ce 1er octobre par la cour d’appel de Bruxelles qui lui donne pleinement satisfaction. Ses autres demandes visant à ce qu’elle soit traitée sur le même pied que ses frères et sa sœur ont également été satisfaites ».

Mais si le but est d’être traitée « sur le même pied » d’égalité que sa fratrie, c’est surtout en termes de prérogatives, de titres et de qualités. Si on regarde à ses droits, c’est plus mitigé. C’est ce que note Vincent Dujardin, professeur d’histoire contemporaine à l’UC Louvain et spécialiste de la monarchie, ce matin sur Bel RTL. Quand on lui demande si elle aura une dotation, la réponse est claire : c’est un non. « Dans la mesure où il n’y a pas eu de mariage qui a été validé et contresigné par un gouvernement qui permettrait d’avoir une activité publique et une dotation; et de compléter les devoirs de représentation du Roi en bénéficiant aussi d’une dotation à cette fin. […] Les conséquences sont d’abord des conséquences humaines. Elle est reconnue officiellement comme la fille du Roi Albert II », explique-t-il.

Tout n’est donc pas exactement comme pour une princesse « normale ». Malgré cela, Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha peut se réjouir d’une mesure qui n’est pas des moindres : oui, elle acquiert des droits sur l’héritage de son père, Albert II. « Comme pour toutes les familles, le droit s’applique. Elle peut prétendre à une part de succession du Roi Albert II », confirme Vincent Dujardin.

Belgique: Femme attaqué deux personnes

Selon des passants interviewés par HLN, la police a tiré sur une dame aurait attaqué deux personnes dans la rue avec un couteau. L’un d’entre eux aurait été touché au ventre. Une patrouille de police qui était présente dans le quartier s’est précipitée sur les lieux et est intervenue. La police aurait neutralisé l’agresseur en lui tirant une balle dans la main.

Une tente a été placée pour cacher les blessés qui ont été emmenés à l’hôpital. Pour l’instant, le parquet de Flandre orientale confirme seulement qu’un incident s’est produit et mène une enquête sur les événements. S’il s’avère que la police a effectivement tiré, deux enquêtes seront ouvertes : une sur le suspect qui a commis la première infraction, l’autre sur l’intervention de la police. 

France reste la destination préférée de Belges

Le nombre total de voyages effectués par les Belges a augmenté de 1,8 million (10%) entre 2017 et 2018, selon une enquête en la matière de Statbel, l’office belge de statistique. Un peu moins de deux tiers des Belges (64%) a eu cette chance au moins une fois l’an dernier.

Au total, 20,5 millions de voyages d’au moins une nuit ont ainsi eu lieu l’an dernier, dont 19,1 millions dans le cadre de vacances. Quelque 12 millions de ces expéditions comptaient quatre nuits et plus, dont 5% pour motif professionnel, contre 8,35 millions qui s’étalaient entre une et trois nuits, où 11% n’ont pas été entrepris “pour le plaisir”.

La Belgique est la destination privilégiée (41%) pour les voyages courts, suivie par la France (22%) et les Pays-Bas (14%). La quasi-totalité de ces déplacements de une à trois nuits (99%) se déroulent à l’intérieur des frontières de l’Union européenne.

Pour les expéditions plus longues, dépassant quatre nuits, c’est la France qui arrive en tête (26%), tandis que la Belgique et l’Espagne sont ex-aequo (14%).Dans ce cas, 84% de ces voyages ont pour destination un pays de l’UE. Au mois de juillet, Statbel a comptabilisé 3,3 millions de voyages de loisirs longs, pour “seulement” 1,9 million en août. La tendance est légèrement inversée pour les déplacements de courte durée. Lorsqu’il est question de prendre des vacances pour quatre nuits ou plus, le Belge privilégie les hôtels (38%), devant les locations (27%) et un logement gratuit chez des amis ou de la famille (20%).

 

Loup à côté de Neufchâteau

Un nouveau loup a été aperçu du côté de Neufchâteau, dans la province de Luxembourg (Belgique), indique vendredi sur Twitter l’organisation de protection de la nature, WWF. Il a été filmé par un promeneur. L’information a été confirmée par le « Réseau Loup », un réseau d’experts mis en place par le gouvernement wallon en 2017. Selon les experts, il vient de la région des alpes italiennes. Un nouveau spécimen qui porte à quatre le nombre de loups observés sur notre territoire. (Image: illustration).

L’autre loup, moins chanceaux,  a été  retrouvé mercredi 15 mai sur le territoire de Grange-de-Vaivre (France) La commune est limitrophe entre les départements du Jura et du Doubs.

«L’animal a été retrouvé le long de la RD 1083», confirme la maire de Grange-de-Vaivre, Claude Masuyer.

On ignore si la bête a été percutée par une voiture. Elle a été transférée mercredi au laboratoire d’analyses de Poligny où a eu lieu l’autopsie de l’animal.

«Nous avons été mis au courant de cette découverte», affirme Christian Lagalice, président de la fédération départementale des chasseurs du Jura. «Mais l’information n’a pas été confirmée par les services de l’Etat».

Touche florale de Bota-Concept

Bertrand Pettiaux a embelli plus de 40 communes belges, son savoir-faire dans ce domaine floral lui a permis de se forger une réputation qui dépasse frontières belges.

Dans un passé récent, Bota-Concept a également apporté sa touche florale à quelques localités luxembourgeoises et du nord de la France. En 2018, elle a aussi décroché un contrat pour la ville de Paris à l’occasion d’un événement organisé à La Défense.

« Nous avons dû cultiver et fournir 5 500 pieds de tournesol pour la création d’un labyrinthe comparable à celui de Mons 2015 », indique Bertrand Pettiaux.

« Chaque année, nous embellissons le cadre de vie d’une quarantaine de villes et de villages situés en Wallonie et en région bruxelloise », confie cet horticulteur ayant derrière lui un long et riche parcours professionnel.

« On essaie de personnaliser les communes avec des plantes qui sortent de l’ordinaire. Celles-ci se chargent de leur entretien mais nous assurons un suivi toute l’année », poursuit M.Pettiaux.

Avec son épouse et ses enfants, celui-ci s’adonne à la culture de centaines de milliers de variétés de plantes dans d’immenses serres qui s’étendent sur plus de 5 000 m2. Elles sont réparties sur deux sites. Le plus important se situe à Ath (chaussée de Mons) et le second à Ormeignies.

« Toutes les plantes sont produites ici et finissent leur croissance chez nous. Elles sont cultivées de manière raisonnée et éco-responsable. En plus d’avoir banni l’usage des pesticides, nous encourageons la vente des plantes mellifères et nectarifères qui attirent les oiseaux mais aussi les insectes, dont les abeilles, qui jouent un rôle essentiel dans le maintien des écosystèmes. C’est notre façon d’apporter notre pierre à la sauvegarde de la biodiversité. ».

Dans le cadre de la réduction des déchets en plastique, Bota-Concept propose désormais à sa clientèle des contenants biodégradables.

Si 95 % de ses commandes proviennent des communes, la société de Bertrand Pettiaux commercialise le reste auprès des particuliers qui ont accès aux serres deux matinées par semaine.

 

Belgique accepte Laurent Gbagbo

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué  que la Belgique avait accepté d’accueillir l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, sujet d’une libération conditionnelle annoncée par la Cour pénale internationale, après son acquittement mi-janvier pour crimes contre l’humanité.

La Belgique a accepté la demande de la Cour pénale internationale d’accueillir sur son territoire l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a indiqué samedi à l’agence Belga un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. La Cour pénale internationale (CPI) a libéré sous conditions M. Gbagbo, acquitté il y a plus de deux semaines de crimes contre l’humanité commis en 2010 et 2011 lors de violences post-électorales en Côte d’Ivoire.

« La Belgique a reçu une demande de coopération de la Cour en raison des liens familiaux de Laurent Gbagbo dans notre pays », a expliqué Karl Lagatie, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. « La Belgique soutient les juridictions pénales internationales et nous avons donc répondu positivement à cette demande. »

Laurent Gbagbo devra se tenir à disposition de la Cour pendant la durée de l’appel, a encore précisé le ministère.

Sa seconde femme Nady Bamba (47) habite en Belgique.

Dix million animaux écrasés

Si les vétérinaires ne peuvent pas prendre en charge tous les animaux errants retrouvés blessés, c’est aussi parce que le nombre d’animaux renversés par des véhicules est particulièrement important. Un vrai massacre : on estime à près de 10 millions le nombre d’animaux écrasés sur les routes de la Belgique, selon let site de DH.be.

En 2014, l’association flamande Natuurpunt avait recensé le nombre de victimes animalières sur une centaine de routes, et près de 20 000 kilomètres. À raison d’un animal écrasé tous les 10 kilomètres, elle avait conclu que plus de 10 millions d’animaux mouraient chaque année sur les routes Belges. Le nombre de 27 millions d’animaux tués par des véhicules avait même été avancé. Avec, en tête de liste, les grenouilles, les hérissons et les renards, le printemps et le début d’automne étant particulièrement cruels.

Herisson

Un chiffre sans doute largement en deçàlage de la réalité car nombre de dépouilles disparaissent au fur et à mesure du passage d’autres véhicules ou sont ingérées par des charognards. À ceux-là s’ajoutent ceux qui, blessés, succombent à leurs blessures après s’être éloignés de ces chaussées mortifères.

Fox on road

Salah Abdeslam: le tribunal a fixé le 23 avril à Bruxelles

Le verdict du procès belge de Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, sera prononcé le 23 avril prochain, a annoncé jeudi (29.03.2018) la justice belge.

Une peine de 20 ans de prison a été requise contre lui pour tentative d’assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste et possession illégale d’armes, dans le cadre de sa participation à une fusillade à Bruxelles précédant son arrestation.

Le tribunal de première instance de Bruxelles a fixé jeudi au 23 avril le prononcé du jugement, à l’issue d’une dernière audience organisée en son absence pour entendre une association de victimes constituée partie civile.

Les oeufs contaminés des Pays-Bas et de la Belgique

Des oeufs contaminés en provenance des Pays-Bas et de la Belgique ont été retrouvés dans cinq entreprises françaises, situées dans la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan, a annoncé le ministère de l’Agriculture.

« L’ensemble des produits encore présents dans ces établissements a été bloqué. Des enquêtes de traçabilité sont en cours en lien avec les services de l’Etat afin d’identifier la destination des produits déjà expédiés et susceptibles d’être contaminés », a ajouté le ministère dans un communiqué.

Lundi, les autorités avaient découvert des oeufs contaminés dans seulement deux de ces établissements qui produisent des ovoproduits – ceux de la Vienne et du Maine-et-Loire.

Les ovoproduits sont des aliments à base d’oeufs destinés généralement aux professionnels ayant besoin de grandes quantités d’oeufs. Il peut s’agir d’oeufs entiers, de blancs ou de jaunes sous forme liquide, concentrée, ou congelée, par exemple qui peuvent ensuite se retrouver dans des produits transformés issus de l’industrie agroalimentaire.

Des millions d’oeufs ont d’ores et déjà été retirés des rayons dans des supermarchés de plusieurs pays européens après la découverte de résidus de fipronil – un insecticide utilisé contre les puces et les acariens – dans des oeufs mis en vente en Belgique et aux Pays-Bas.

Une chaîne humaine contre des réacteurs nucléaires belges

Quelque 50.000 Allemands, Néerlandais et Belges ont exigé dimanche la fermeture « immédiate » de deux réacteurs nucléaires belges en formant une chaîne humaine transfrontalière de 90 kilomètres, selon les organisateurs.

Aucune estimation du nombre de participants par les autorités n’était disponible dans l’immédiat, alors que la chaîne devait relier la centrale de Tihange (est de la Belgique) à la ville allemande d’Aix-la-Chapelle, en passant par Liège et Maastricht aux Pays-Bas.

Les pays voisins de la Belgique (Pays-Bas, Luxembourg, et Allemagne, qui a décidé de se retirer progressivement du nucléaire) ont tous exprimé leur inquiétude sur l’état et l’âge des centrales de Tihange (est, non loin de Liège) et Doel (nord, près d’Anvers), exploitées par Electrabel (groupe Engie, ex-GDF Suez).

« Entrées précédentes