Archives de Catégorie: ART

Caravaggio aux enchères

Disparu durant plusieurs siècles, redécouvert à Toulouse en 2014, le tableau du Michelangelo Merisi da Caravaggio ‘Judith et Holopherne‘, dont l’authenticité a fait l’objet d’un long débat, devrait atteindre des sommets lors des enchères du 27 juin prochain.

C’est une vente exceptionnelle parce qu’il s’agit d’une œuvre magistrale, en très bon état, d’un peintre iconique dont aucun tableau jusqu’à aujourd’hui n’a fait l’objet d’une vente aux enchères publiques”, a expliqué Me Marc Labarbe.

Le tableau de 144×173 cm, dont l’attribution au maître italien a fait l’objet de longs débats, aurait été peinte en 1607. Estimée entre €100 – €150 millions  elle a été présentée à Londres, New-York et Paris et sera vendue aux enchères à la Halle aux Grains de Toulouse.

Comme la version du même nom réalisée vers 1598 et conservée à Rome, le tableau s’inspire d’un épisode de l’Ancien Testament et représente Judith, la veuve juive de Béthulie, assassinant le général assyrien Holopherne pour sauver sa ville assiégée.

Retrouvée en 2014 dans le grenier d’un immeuble toulousain par un particulier, la peinture a été classée Trésor national en 2016 par le Ministère de la Culture, statut qui a bloqué sa sortie du territoire pendant trente mois. A l’issue de ce délai, l’État a décidé de ne pas se porter acquéreur.

Seulement 68 toiles de Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage, sont connues à travers le monde, dont cinq sont entre des mains privées.

Le tableau trouvé à Toulouse a d’abord été connu pour sa copie réalisée par le peintre flamand Louis Finson, contemporain du Caravage. Deux spécialistes du maître lombard, Mina Gregori et Gianni Papi, qui doutent de l’authenticité de la toile, elle ne serait qu’une seconde copie de Finson.

Notre-Dame: piste accidentelle privilégiée

La piste accidentelle est privilégiée à ce stade dans l’enquête sur l’incendie qui a détruit une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, a annoncé le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz.

J’indique très clairement que rien en l’état ne va dans le sens d’un acte volontaire, c’est donc une piste accidentelle qui est privilégiée à ce stade”, a-t-il déclaré lors d’un point de presse au lendemain du sinistre.

Rémy Heitz a assuré que tous les moyens seraient mis en oeuvre pour connaître l’origine de l’incendie et confirmé que les auditions des témoins étaient toujours en cours.

Festival de l’Orgue au Château de Valère

Chaque été, le Festival International de l’Orgue Ancien et de la Musique Ancienne de Valère convie le public à se rendre dans la basilique du Château de Valère pour entendre le célèbre instrument installé depuis bientôt 600 ans.

Des concertistes renommés présenteront aux auditeurs des programmes variés et originaux.

Dates: 15.07.2017 – 19.08.2017,  Lieu: Sion/Sitten

Palmarès du 16ème « Festival du Cinéma méditerranéen de Bruxelles »

Ce vendredi 09 décembre, le 16ème « Festival du Cinéma méditerranéen de Bruxelles » s’achevait, au « Botanique », avec la remise des prix aux différents lauréats…

(c) Floran Hachez

(c) Floran Hachez

Succédant film turc « Sivas » (Kaan Müjdeci/2014/97′), le Grand Prix revient cette année au long-métrage italien « Fiore » (Claudio Giovannesi/2016/109′), une fiction pudique et plein de charme, qui nous fait rêver d’amour et de belles promesses. 

Ce Grand Prix consiste en une aide à la distribution et/ou à la promotion de 5.000 €, offerte par Fadila Laanan, Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois, ainsi qu’un service technique, d’une valeur de 3.000€, offert par « CinéLab ».

Sur scène, le jury a souligné l’excellence de ce film, qui était au programme de la « Quinzaine des Réalisateurs », au « Festival de Cannes »: « Grâce à une mise en scène inspirée,  faite de plans séquences ambitieux, et à une direction d’acteurs de haut vol, le réalisateur nous emporte dans son récit et nous fait vibrer à l’unisson avec le personnage principal, cette jeune fille à fleur de peau, interprétée avec brio par Daphné Scoccia ».

Synopsis: « Dans un établissement pénitentiaire pour mineurs, Daphne tombe amoureuse de Josh. En prison, hommes et femmes ne se côtoient pas et l’amour est interdit: la relation entre Daphne et Josh ne se vit que par des regards d’une cellule à l’autre, de brèves conversations à travers les barreaux et des lettres clandestines. La prison ne les prive pas seulement de liberté, elle les prive aussi d’amour.

"Fiore"

« Fiore »

Prix spécial de Jury: « Tramontane » (Vatche Boulghourijan/Liban-Fra.-Qatar-EAU/2016/105′)

Appréciation du jury, pour ce long-métrage, d’une très grande sensibilité, mêlant mélancolie orientale et regard lucide, qui, également présenté à la « Quinzaine des Réalisateurs », au « Festival de Cannes », a reçu, en octobre, au « FIFF », à Namur, le « Prix découverte de la meilleure 1ère Oeuvre »: « Un film dont la mise en scène sobre et classique nous permet d’apprécier la qualité d’un scénario travaillé, digne des meilleurs polars, qui nous apprend beaucoup sur les moments sombres de l’histoire du Liban. La vérité d’interprétation et les dons de musicien du comédien principal nous envoûtent jusqu’aux larmes ».   

Synopsis: « Rabih, un jeune chanteur aveugle, parcourt le Liban après avoir découvert qu’il n’était pas le fils biologique de ses parents. Sa quête d’identité, son désir d’accompagner sa chorale à l’étranger et la recherche de son oncle disparu, seul détenteur de la vérité, se confondent en une même fébrilité. À travers cette quête, Rabih dresse le portrait d’une nation toute entière, incapable de relater sa propre histoire ».

"Tramontane"

« Tramontane »

Mention spéciale du Jury: « One Week and a Day » (Asaph Polonsky/Israël/2016/98′)

Accordée pour: « l’originalité du ton, la qualité de l’interprétation et la force de son propos ».

"One Week a Day"

« One Week a Day »

Prix de la Critique: « Clash » (Mohamed Diab/Egypte-Fra./2016/97′)

Egalement présent au dernier « Festival de Cannes », en ouverture de la section « Un certain Regard », ce huis clos, aussi efficace que virtuose, réduit hommes et femmes, de diverses convictions religieuses et politiques, à l’essentiel, les dépouillant de ce qui les sépare, ne retenant que ce qui les soude: leur humanité… Et malgré le sérieux de ce sujet, le réalisateur amène des touches d’humour, agréables moments de respiration, qui ne laissent pas les spectateurs indifférents.

Synopsis: « Le Caire, été 2013, deux ans après la révolution égyptienne. Au lendemain de la destitution du président Mohamed Morsi, de violentes émeutes éclatent. Une quinzaine de manifestants sont embarqués dans un fourgon de police. Sauront-ils surmonter leurs différences politiques et religieuses pour s’en sortir »?

"Clash"

« Clash »

Prix du Jury Jeune et Prix « Cineuropa »: « Park » (Sofia Exarchou/Grèce-Pol./2016/100′)

Lauréat du « Prix du 1er Film », à San Sebastian, ce film est une rafale brute d’authenticité où les mots et les gestes deviennent des métaphores du passage à l’âge adulte. Un film dérangeant – avec jeunes désoeuvrés et chiens errants, tourné à Athènes, dans les sites à l’abandon du méconnaissable village olympique -, que certains spectateurs n’acceptent pas de regarder jusqu’à son épilogue.

"Park"

« Park »

Prix du Public: « Tour de France » (Rachid Djaïdani/Fra./2016/95′)

Un road-movie, présenté à la « Quinzaine des Réalisateurs » au « Festival de Cannes », à la fois intimiste et brut de décoffrage. La rencontre entre Serge (Gérard Depardieu) et Far’ Hook (Sadek), un jeune rappeur  (Sadek) nous offre de mémorables moments de cinéma!

Synopsis: « Le jeune rappeur Far’ Hook étant obligé de quitter Paris pour quelques temps, son producteur lui propose d’accompagner son père faire le tour des ports de France. Malgré le choc des générations et des cultures, une amitié improbable va se nouer entre les deux hommes au cours d’un périple qui les mènera à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation ».

"Tour de France"

« Tour de France »

Le Jury officiel était présidé par: Olivier Masset-Depasse (Belgique, réalisateur) et composé de: Kaouther Ben Hania (Tunisie, réalisatrice), Binevsa Berivan (Belgique, d’origine kurde, réalisatrice), Yoann Blanc (Suisse, acteur) et Samuel Tilman (Belgique, réalisateur).

Le Jury officiel © Boris Marschall

Le Jury officiel © Boris Marschall

Le Jury « Cineuropa » se composait de: Laura Nanchino (chargée de la gestion des réseaux sociaux et des bases de données) et David Gonzalez (coordinateur éditorial).

Le Jury Presse se composait de: Eric Van Cutsem (« Union de la Critique de Cinéma » & « Cinopsis »), Gregory Cavinato (« Union de la Presse Cinématographique Belge » & « Cinergie ») et Alan Deprez (« UPCB », « Mad Movies », « Vivre Paris », …).

Le Jury Jeunes était composé de: Léonore Aïchele (France), Nina Degreave (Belgique), Francesca Mas (Espagne), Elie Papitcho (Congo) et Parfait Poukap (Belgique), tous nés entre 1992 et 1996.

cinemed-affiche-super

Soulignons le succès, toujours renouvelé, de ce Festival convivial, de nombreuses séances étant « sold out », plusieurs projections ayant même été reprogrammées.

A ce sujet, Aurélie Losseau, l’une des coordinatrices du Festival nous disait: « Les gens sont en quête de réponses. Les situations de conflit dans certaines parties du monde, les flux migratoires, la montée des extrémismes et du populisme provoque une certaine forme d’incertitude en l’avenir. Le cinéma méditerranéen donne des clés pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Notre leitmotif a toujours défendu le fait que le cinéma ne fait pas de miracle, mais il éclaire et provoque de saines prises de conscience« .

Rendez-vous, donc,  l’an prochain pour de nouvelles découvertes méditerranéennes.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

A FOND

afon01Un road-movie à la française ou la comédie pour ces fêtes de fin d’année qui sortira dans les cinémas le 21 décembre prochain.

Le quatrième long métrage du réalisateur et scénariste français Nicolas  Benamou, à l’humour décalé et politiquement incorrect, qui réunit une pléiade d’acteurs désopilant tels que José Garcia, Caroline Vigneaux, André Dussollier, Florence Foresti, Jérôme Commandeur… Une comédie qui narre les déboires d’une famille embarquant au petit matin dans son monospace flambant neuf, afin d’éviter les embouteillages des vacances d’été. Tom, le père (José Garcia), enclenche son régulateur de vitesse électronique sur 130 km/h. Lorsque Ben (André Dussollier), le beau-père encombrant, commet une énième bourde. Julia la mère excédée, demande à faire demi-tour. Tom s’aperçoit alors qu’il ne contrôle plus son véhicule. L’électronique de bord ne répond plus, la vitesse est bloquée à 130 km/h puis à 160 km/h. Toutes les manœuvres pour ralentir la voiture restent sans effet. Une voiture folle, six passagers au bord de la crise de nerfs et un embouteillage monstre qui les attend à moins de deux cents kilomètres de là. Un film tiré d’un fait divers par jour de grand départ en vacances, dont le scénario a été écrit par Frédéric Jardin, Fabrice Roger-Laclan et Nicolas Benamou. Bonnes vacances…

Bande annonce: https://youtu.be/Hh29AkftLn8

Olivier Bulto

Vente du Musée Wiertz : Contre la déferlante administrative dans le quartier Léopold,les riverains proposent de doubler la mise

 

Le Quartier Léopold, au cœur duquel s’est implanté le Parlement européen à la fin des années 1980, est encore habité par une population diversifiée. Riverains et autres acteurs locaux, en lutte depuis 30 ans pour que la spéculation immobilière ne se répande pas dans les quartiers situés au sud de l’énorme complexe administratif, ont réussi jusqu’à présent à contenir la pression au plus près de sa source. Le Musée Wiertz, situé juste de l’autre côté de la rue Vautier, en est le rempart.

Mais, sans s’embarrasser des conséquences urbaines de leur initiative, l’État belge et le Parlement européen sont en train de négocier en catimini une emphytéose sur l’ancienne maison du peintre Antoine Wiertz et son vaste jardin : ils comptent installer une activité administrative du Parlement européen au sein de ce site, pourtant classé et affecté à un équipement collectif et culturel. Ce faisant, ils choisissent de rompre l’une des dernières digues protégeant le quartier contre la spéculation. Et tout cela… pour un Euro symbolique !

En réaction, l’Association du Quartier Léopold (AQL) a lancé une pétition demandant aux autorités belges et bruxelloises « que cesse la déferlante administrative et son cortège de mesures sécuritaires dans le parc et le quartier Léopold ». Publiée sur Internet jeudi 24 novembre, elle a déjà réuni plus de 2000 signataires en 4 jours ! Ceux-ci s’opposent « à la mainmise de l’administration européenne sur le musée Wiertz et ses annexes », et demandent à l’État belge « qu’il honore la mémoire et le testament d’Antoine Wiertz en ouvrant à nouveau sa maison aux artistes et en faisant en sorte que le musée soit mieux promotionné et plus souvent accessible ».

L’AQL propose que la maison du peintre, adjacente au musée, devienne une résidence d’artiste. Elle viendrait compléter le dispositif mis en place par la Commune d’Ixelles dans la rénovation des n°21 et 23 de la rue Wiertz. Ce projet prévoit l’installation de 6 ateliers d’artistes et une salle d’exposition en compensation de la perte de nombreux ateliers, démolis au moment de la construction du Parlement européen.

Et puisque l’État est prêt à vendre la maison d’Antoine Wiertz (et d’Henri Conscience) au Parlement européen pour la somme dérisoire d’un Euro, l’AQL propose à la Commune d’Ixelles et à la Région bruxelloise de renchérir et de doubler la mise !

Patrick GRIGNARD

Universal Press

 

 

2ème « Festival International du Film de Bruxelles », du 19 au 25/11

 

 

Après avoir mis la France à l’honneur, lors de sa 1ère édition, en 2016, le 2ème « Festival International du Film de Bruxelles » (« FIFB« ) a choisi de célébrer le Japon, à l’occasion de la célébration des « 150 ans de relations diplomatiques entre la Belgique et le Japon ».

" Le Secret de la Chambre noire"

 » Le Secret de la Chambre noire »

Pour sa Soirée d’Ouverture, ce samedi 19, à 19h., à l’ « UGC-De Brouckère », nous assisterons donc à la projection d’un film du réalisateur japonais Kiyoshi Kurosawa, co-produit par le Japon,  France et la Belgique: « Le Secret de la Chambre noire » (2016/ 131′), avec l’Ardennais Olivier GourmetNamur, 1963), « Magritte du meilleur Acteur » 2014, pour « L’Exercice de l’Etat », de Pierre Schoeller, et double Prix d’Interprétation masculine, pour « Le Fils », des Frères Dardenne, lors du « Festival de Cannes » 2002 et du « Festival de Téhéran » 2003. En outre, il fut récompensé de ce même prix, pour d’autres films, à Shanghai/Chine/ 2006, à Québec/Canada/2007, ainsi qu’à Karlovy  Vary/République tchèque/2009.

Synopsis de ce film d’ouverture: « Stéphane, ancien photographe de mode, vit seul avec sa fille qu’il retient auprès de lui dans leur propriété de banlieue. Chaque jour, elle devient son modèle pour de longues séances de pose devant l’objectif, toujours plus éprouvantes. Quand Jean, un nouvel assistant novice, pénètre dans cet univers obscur et dangereux, il réalise peu à peu qu’il va devoir sauver Marie de cette emprise toxique ».

cine-mandalay

En compétition officielle, nous retrouverons douze longs métrages:

  • « La Route pour Mandalay » (Midi Z/Taïwan/2016/108’/trafic d’êtres humains au départ de la Birmanie)
  • « Layla M » (Mijke de Jong/P.-B./2016/97’/la peur du terrorisme pour une Marocaine, à Amsterdam)
  • « Ma’Rosa » (Brillante Mendoza/Phil./2016/110’/à Manille, revente de narcotiques et police corrompue)
  • « Marie Curie » (Marie Noëlle Sher/Pol.-All.-Fra./2016/95’/les années agitées de la vie d’un Prix Nobel)
  • « Le Berger » (Jonathan Cenzual Burley/Esp./2016/105’/un berger espagnol refuse l’expropriation)
  • « Trains Drivers Diary » (Milos Radovic/Serbie/2016/90’/père et fils, conducteurs de trains)
  • « Goran » (Nevio Marasovic/Croatie/2016/85’/sur l’île de Cres, un chauffeur de taxi et sa femme aveugle)
  • « Hounds of Love » (Ben Young/Aus./2016/108’/un enlèvement dans une rue de banlieue)
  • « A Living Promise » (Kan Ishibash/Jap./2016/120’/autour du décès de l’ami d’un président de société)
  • « Open at Night » (Edouard Baer/Fra./2016/100’/avec Audrey TautouEdouard Baer/sauver 1 théâtre)
  • « Tess » (Meg Rickards/AFS/2016/86’/adaptation du roman de T. Farren, sur une travailleuse du sexe)
  • « Personal Affairs » (Maha Haj/Israël/2016/88’/portrait humoristique et rêveur d’une famille israélienne)
"Le Berger"

« Le Berger »

Le jury international, présidé par le compositeur français Eric Serra, rassemblera des artistes aussi célèbres et éclectiques que l’acteur américain Chris Noth, l’actrice libanaise Julia Kassar, la productrice française Véra Belmont, le réalisateur marocain Nour-Eddine Lakhmari et l’actrice belge Stéphanie Crayencour, les 5 membres du jury représentant 5 pays différents et 4 continents, prouvant ainsi le caractère vraiment international de ce Festival bruxellois, le seul continent non représenté au sein du jury l’étant par l’un des films en compétition, puisque « Hounds of Love » nous vient d’Australie, les autres films provenant d’Afrique (1), d’Asie (4) et d’Europe (6), un membre du jury venant des Amériques, le tout, films et jurés, constituant, ainsi, un bien beau brassage de cultures!

cine-marie-curir

En ce qui concerne la compétition internationale des courts métrages, elle se déroulera, au « Cinéma Galeries », le lundi 21, dès 14h.30. Pour les 12 films de la compétition internationale des courts métrages « Ciné-Jeunes », rendez-vous le mercredi 23, dès 10h., au « Cinéma Aventure ». Dans cette même salle, nous pourrons assister à la compétition internationale des documentaires, du lundi 20 au jeudi 23.

La « Bourse de Bruxelles », quant à elle, accueillera 2 événements, les mardi 22 et mercredi 23, le « Media Day », centré sur le cinéma et l’audiovisuel, ainsi que le « Jobs Cinema Day », dédié aux différents métiers de ces 2 mêmes secteurs, nous dévoilant les rouages de cette industrie si passionnante et si mystérieuse. L’entrée à ces 2 événements est gratuite, mais demande une inscription préalable sur le site http://www.fifb.be.

Les enfants, bien sûr, ne sont pas oubliés, eux qui bénéficierons de leur « Kid’s Day », au « Palais des Beaux Arts » (« Bozar »), le dimanche 20! … L’occasion, pour eux, de gravir, comme à Cannes, les marches revètues d’un attrayant tapis rouge. « Stars » d’un jour, ils assisteront à la projection d’un long métrage d’animation. L’entrée est à 8€ pour les plus 12 ans (gratuité pour les – de 13 ans)

Fort malheureusement, en 2016, des suites des attentats à Paris, Bruxelles connut un niveau d’alerte 4, provoquant la fermeture de toutes les salles de spectacle, alors même que devait se dérouler la Soirée de Clotûre, agrémentée de la présence de Claude Lelouch, qui devait nous présenter son dernier film « Un + une » (Fra./2015 /113’).

(c) Claude Lelouch

(c) Claude Lelouch

Cette année, le vendredi 25, ce réalisateur sera bien parmi nous, lors de ce qui sera donc la 1ère Soirée de Clôture du « BIFB », la précédente ayant dû être annulée. Comme nous le confie Pascal Diot, Président du Festival, Claude Lelouch – après avoir été fait, dans l’après-midi, « Commandeur de l’Ordre de la Couronne », par notre Vice-Permier Ministre Didier Reynders – recevra, sur la scène de l’ « UGC », un « trophée d’honneur » du « BIFB », en présence d’ Adamo, Jean Dujardin, Liane Foly et Elsa Zylberstein.

Suivra la projection de « Tourner pour vivre » (Philippe Azoulay/Fra./115’/tournage durant 3 ans), un documentaire, réelle expérience humaine et spirituelle, sur Claude Lelouch, honoré, pour l’ensemble de brillante carrière cinématographique, tant au « Festival International du Film » de Moscou 2010, qu’à celui de Transylvanie (2012), son film « Un Homme et une Femme » (Fra./ 1966/102′), ayant obtenu la « Palme d’Or » du « Festival de Cannes », 2 « Oscars » et 4 « Golden Globes ».

Marc Didden

Marc Didden

Nous connaissons tous quelques excellents réalisateurs francophones, tels les frères Dardenne, Jaco Van Dormael, Bouli Lanners et Joachim Lafosse, pour ne citer qu’eux… Mais le cinéma flamand se porte bien lui aussi! Aussi, le « FIFB » tient, cette année, à rendre un hommage particulier à Marc Didden (°Hamont, 1949). Diplômé de Mise en Scène et Dramaturgie, en Section Théâtre du « RITCS » (« Royal Institute of theatre, Cinema & Sound », à Bruxelles, en 1972, il devient journaliste culturel pour « Humo », avant d’enseigner le scénario, de 1982 à 2009, à la « Hogeschool Sint-Lukas » de Schaerbeek, conduisant des ateliers de scénarios à Amsterdam, Brest, Porto et Bruxelles. Avec son film « Brussels By Night » (Bel./1983/ 87′), il reçoit divers prix à Londres, Munich et dans notre pays. Criant son amour de la Belgique et de sa capitale, au travers d’œuvres incroyablement éclectiques, il a signé plusieurs scénarios pour des séries télévisées des chaînes « VTM », « VRT » et « RTBF ». Parfois acteur, notamment pour Hugo Claus et Pieter Van Hees, il a signé, en 2015, un ouvrage intitulé « Bruxelles, un Hameau dans un Marais ».

Rendons, quant à nous, hommage au « FIFB » pour son choix de nous proposer le Japon en invité d’honneur, nous permettant ainsi de toucher à une cinématographie foisonnante de grande qualité, trop peu connue dans nos contrées, ainsi que pour le choix des autres films, certains étant inscrits aux Oscars et d’autres, projetés en premières européennes, du Bénélux ou belges, ce qui nous promet, assurément, un Festival riche en émotions, célébrant le cinéma comme étant un lieu d’expression sans limite, un espace de rencontre ne connaissant aucune barrière.

A noter que la politique de ce jeune Festival étant de rendre la culture accessible à tous, le prix d’entrée par séance est de 5€ (3€ pour – de 26 ans et + de 65 ans), sauf pour les Soirées d’Ouverture et de Clôture: 15€ (réceptions incluses). Programmation détaillée sur le site: http://www.fifb.be.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Entrées précédentes