Archives d’Auteur : Europe correspondent

Belgique: Jürgen Conings présumé mort

Jürgen Conings, militaire âgé de 46 ans, faisait l’objet de recherches intenses depuis le mardi 18 mai dernier. L’homme, lourdement armé et considéré comme «extrémiste potentiellement violent», était depuis lors devenu l’homme le plus recherché de Belgique. On apprend ce dimanche 20 juin via nos confrères du Belang van Limburg que le fugitif a finalement été retrouvé mort dans le Dilserbos.

C’est le bourgmestre de Maaseik, Johan Tollenaere, qui a remarqué une odeur de cadavre en décomposition en faisant du VTT ce dimanche 20 juin et a appelé les secours. Il s’agissait bien du corps de Jürgen Conings, a appris dimanche le 20 juin l’agence Belga de bonne source, confirmant une information du journal Het Belang van Limburg et la chaîne de télévision régionale limbourgeoise TV Limburg.

Toujours selon nos confrères flamands, Jürgen Conings serait décédé il y a trois semaines, selon les premières constatations. Il se serait suicidé.

Depuis les menaces de Jürgen Conings, Marc Van Ranst était caché avec sa famille dans une «safe house», leur vie étant en danger. «Je suis soulagé mais il ne faut pas oublier qu’il laisse aussi derrière lui une famille », a ainsi réagi le virologue après l’annonce de la mort de Conings.

«Je suis soulagé pour ma famille. Le niveau de menace sera également plus bas maintenant. Mais il ne faut pas oublier qu’il laisse aussi derrière lui une famille. Et ce sera très difficile pour eux», a ainsi réagi le célèbre virologue flamand auprès de nos confrères. «Je suppose que ce sera aujourd’hui ou demain [qu’ils pourront quitter le lieu sûr où ils sont cachés depuis 1 mois]. Donc on ne fera pas grand-chose. C’est mon anniversaire aujourd’hui, mais il faudra peut-être encore fêter ici».

Belgique: Biden au Palais royal

Bruxelles 15.06.2021 Ce mardi, le 15 juin, une réunion bilatérale est prévue au Palais royal avec le président américain Joe Biden et le Secrétaire d’État américain Anthony Blinken. La Belgique sera représentée par le Roi Philippe, le Premier ministre et la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès.

Une rencontre avant tout protocolaire et symbolique: le roi Philippe est le premier chef d’Etat européen à rencontrer Joe Biden depuis qu’il est président américain. Parmi les thèmes centraux annoncés: le coronavirus, le dialogue entre l’UE et les États-Unis et enfin, le climat.

Le président américain continue son tour de l’Europe et si dirigera ensuite vers la Suisse et plus précisément Genève ou il rencontrera le président russe Vladimir Poutine.

Professeur Raoult vs. un procureur

Dans la tourmente après l’évocation d’un cluster entre ses murs, l’Institut Hospitalier Universitaire (IHU) de Marseille n’en a pas fini avec les ennuis. L’établissement, dirigé par le professeur Didier Raoult, a en effet été perquisitionné ce 14 mai, rapporte France Bleu.

Une dizaine de policiers, accompagnés d’un procureur de la République ont investi les lieux dans la matinée, notamment le quatrième étage de l’édifice. Leur visite est liée à des soupçons de prise illégale d’intérêts et de détournements de fonds publics, selon LCI.

Un travail d’enquête qui n’a pas manqué d’interroger certains observateurs, au vu des prises de positions de Didier Raoult durant la pandémie. Sur Twitter, Florian Philippot, président des Patriotes a ainsi dénoncé une forme d’«acharnement contre ceux qui soignent», au contraire de ceux acceptant l’influence des «grands labos».

L’Institut Hospitalier Universitaire (IHU) de Marseille, port d’attache du professeur Raoult, a reçu la visite de plusieurs enquêteurs et d’un procureur de la République, rapporte France Bleu.

Récemment, le professeur Raoult a publiquement critiqué la société Pfizer, rappelant l’histoire épique de la corruption et de la fraude.

Général Lecointre a démissionné

En poste depuis 2017, le général Lecointre, chef d’état-major des Armées, quitte ses fonctions, vient d’annoncer l’Elysée. Il est remplacé par l’actuel chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Thierry Burkhard.

«Le général François Lecointre a soumis il y a plusieurs mois au président de la République sa demande de quitter le service actif après le 14 juillet 2021. Le président de la République tient à saluer en lui le grand soldat, le chef militaire et le serviteur de l’État », précise la présidence de la République.

Le président Emmanuel Macron « remercie tout particulièrement le général Lecointre pour son action inlassable à ses côtés dans la direction des opérations militaires durant quatre années et lui adresse ses vœux les plus chaleureux pour l’avenir ».

Le général Lecointre a succédé en juillet 2017 à Pierre de Villiers, qui avait démissionné avec fracas sur fond de coupes budgétaires abruptes et de réformes au pas de charge.

Le départ de son successeur François Lecointre intervient alors que le chef de l’Etat vient d’annoncer, après plus de huit ans d’engagement massif, une réduction de la présence militaire française du Sahel, marquée par la fermeture de bases et une réarticulation de la lutte antidjihadiste autour d’une «alliance internationale» associant des Européens.

Paris: une fête géante

La préfecture de Police a évacué « une soirée festive regroupant plusieurs centaines de participants » ce vendredi soir, le 11 juin, dans le VII-e arrondissement de la capitale sur l’esplanade des Invalides.
« Intervention en cours des forces de l’ordre pour mettre fin à une soirée festive regroupant plusieurs centaines de participants au mépris des règles sanitaires », a-t-elle écrit sur Twitter, à 23h20, vingt minutes après l’entrée en vigueur du couvre-feu.

Une fête géante se déroule sur l’esplanade des Invalides à Paris:

Selon des images diffusées sur les réseaux sociaux, des groupes de jeunes en liesse avaient envahi l’esplanade, dansant, criant, la plupart sans masque.

Selon le journaliste Clément Lanot, des milliers de jeunes avaient répondu à un appel lancé sur les réseaux sociaux pour une soirée Projet X (du nom du film américain centré sur une fête de jeunes qui tournent mal).

Vers minuit, restaient quelques grappes de jeunes ici et là, près du pont Alexandre III et des voitures de police circulant avec des gyrophares.

Santé: la maladie du foie gras

C’est la première fois que des estimations officielles sont faites en France sur la maladie du foie gras. Environ 8 millions de Français ont le foie trop gras, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Rapporté à la population française, les chercheurs estiment que 8 millions d’adultes ont un foie trop gras, soit 18,2% de la population. 200 000 auraient une maladie à un stade déjà avancé, pouvant mener rapidement à une cirrhose ou un cancer. Avoir un foie trop gras ne conduit pas nécessairement à une Nash, une « maladie du foie gras. » La Nash ne constitue que le dernier stade avant une cirrhose ou un cancer.

« Le terme de « maladie du foie gras » couvre un large spectre de gravité de la maladie, qui va d’un foie gras sans inflammation jusqu’à la Nash, avec des réactions inflammatoires, des lésions hépatiques et une possible fibrose », explique une récente étude publiée dans le journal médical allemand Deutsches Ärtzteblatt. L’étude explique qu’entre 5 et 20% des patients avec un foie gras vont développer une Nash, qui elle-même conduit à une fibrose élevée dans 10 à 20% des cas. Et 5% des foies avec fibrose évolueront vers une cirrhose.

Damien T. adepte des arts martiaux

Damien T., auteur présumé de l’agression du président de la République, et Arthur C. ont été interpellés par les gendarmes du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Valence.

Le profil de l’agresseur se précise. Un Drômois de 28 ans, suspecté d’avoir giflé le président Emmanuel Macron lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage dans la Drôme, ce mardi 8 juin a été interpellé. Il l’a été en compagnie d’un autre homme originaire du même département et du même âge qui l’accompagnait, a fait savoir le parquet de Valence.

L’un d’eux, Damien T., qui aurait porté le coup à Emmanuel Macron, est un adepte des arts martiaux historiques européens, une discipline qui compte environ 1500 pratiquants en France et promeut des formes de combat tombées dans l’oubli en Europe, d’après un profil Instragram à son nom où il apparaît en costume médiéval. Le Figaro ajoute qu’il est également pratiquant de kendo, un art martial japonais utilisant un sabre.

Comme le rapportent nos confrères de Libération, qui ont étudié les réseaux sociaux du jeune homme, il semble également qu’il s’informe via des acteurs importants de la fachosphère, sans pour autant apparaître comme un militant. Au-delà de l’hebdomadaire réactionnaire Valeurs actuelles, Libé a ainsi repéré des abonnements au YouTubeur d’extrême droite “Papacito”, ou à des comptes proches du RN et de l’ancien groupuscule Génération identitaire, tels que les “féministes” de Nemesis, le rappeur suprémaciste Kroc Blanc et les étudiants identitaires de La Cocarde.

“Les deux hommes interpellés sont deux Drômois âgés de 28 ans, inconnus de la justice”, précise Alex Perrin, procureur de la République à Valence. ”À ce stade des gardes à vue, leurs motivations ne sont pas connues”, a ajouté le magistrat, sans préciser davantage le profil des suspects.

Le chef de l’État souffleté en public, dans une scène filmée qui tourne en boucle dans les réseaux sociaux et sur les chaînes d’information. Le scénario du pire, tant redouté par la protection rapprochée de l’Élysée, s’est donc produit mardi dans la Drôme. Sans que les anges gardiens du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) n’aient pu intervenir, Emmanuel Macron a été agressé vers 13 h 15 alors qu’il était au contact d’une foule de personnes rassemblées derrière une barrière de sécurité. Un homme arborant un T-shirt kaki, une barbe noire et une chevelure longue, lui a agrippé le bras gauche avant de lui assener la gifle. Damien T. et Arthur C. ont été interpellés par les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) de Valence.

Selon lui, Damien T. vit de petites missions d’intérim après avoir entamé, sans les achever, des études de thanatopraxie. Ses deux associations visent à faire vivre la commune et son histoire, “assez riche avec Diane de Poitiers” (qui fut comtesse de Saint-Vallier), à “défendre la belle image de la France”.

Et d’expliquer le geste du jour par des rancœurs contre un discours d’Emmanuel Macron, en 2017, sur la diversité de la culture française ; par les difficultés ”à joindre les deux bouts” ; par le “gros ras-le-bol” face à un président “qui ne nous écoute pas”.“Ces gens-là, ça fait des années qu’ils n’ont pas voté”, conclut Loïc Dauriac au sujet des mis en cause.

Une vidéo de la scène publiée sur les réseaux sociaux montre un homme -Damien T.- portant un tee-shirt kaki, une barbe noire et une chevelure longue, porter une gifle au président de la République, tandis qu’une voix hurle le cri de guerre royaliste “Montjoie Saint Denis!”, exclamation fréquemment reprise par l’extrême droite, ainsi que ”À bas la Macronie”.

Pour Loïc Dauriac, il ne faut pas y voir une référence royaliste mais plutôt une allusion au film “Les Visiteurs”: en bon “médiéviste”, il aurait pu tout aussi bien lancer une réplique de la série télévisée “Kaamelott”.

“Vers 13h15, le président était remonté dans sa voiture après avoir visité un lycée et il est ressorti car des badauds l’appelaient. Il est allé à leur rencontre et c’est là que l’incident s’est produit”, avait indiqué précédemment la préfecture de la Drôme.

Drôme: Macron giflé par un homme

Le Président de la République française Emmanuel Macron a été giflé par un homme, rapidement identifié, lors de son déplacement dans la Drôme dans un lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage. La sécurité du chef de l’État est immédiatement intervenue pour neutraliser cet individu. Deux personnes ont été interpellées et placées en garde à vue à 13 h 45.

«En sortant de l’établissement, il (Emmanuel Macron) a souhaité avoir un contact avec la foule lors duquel un individu, accompagné d’un deuxième, lui a porté un coup au visage», précise un communiqué officiel émanant du parquet de Valence.

Dans la vidéo diffusée sur Twitter et authentifiée par l’entourage du chef de l’État, on voit le président de la République s’approcher d’un groupe de personnes massées derrière des barrières, puis échanger brièvement avec un homme. Saisissant l’avant-bras du président, l’individu semble lui porter ensuite un coup sur la joue, l’entourage de Macron évoquant une «tentative de gifle».

De nombreux responsables politiques ont apporté leur soutien à Emmanuel Macron, mardi 8 juin, après que ce dernier a été bousculé par un homme lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme). Un homme a giflé le chef de l’Etat avant d’être plaqué au sol par le service de sécurité, selon une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. De nombreux responsables politiques ont apporté leur soutien à Emmanuel Macron, mardi 8 juin, après que ce dernier a été bousculé par un homme lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme).

Un homme a giflé le chef de l’Etat avant d’être plaqué au sol par le service de sécurité, selon une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. L’Elysée évoque auprès du Monde une « tentative » de gifle et ne fait « pas d’autres commentaires à ce stade » : les « serrages de main ont repris dans la foulée », et « le déplacement continue ». Deux personnes ont été arrêtées, a ensuite précisé la préfecture de la Drôme.

RÉALISATEUR RUSSE PRIVÉ DE CANNES

L’artiste de 51 ans a été condamné fin juin 2020 à trois ans de prison avec sursis et à une amende dans une affaire de détournement de subventions publiques qu’il conteste.

Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov, dont le nouveau film sera en compétition à Cannes, est interdit de sortie du territoire russe et ne pourra donc pas se rendre légalement au festival, a indiqué lundi, le 7 juin, à l’AFP son avocat.

« Kirill (Serebrennikov) ne peut quitter le territoire russe », a affirmé Dmitri Kharitonov, précisant que cette interdiction serait en vigueur jusqu’à la fin du sursis dont a été assorti la peine de prison à laquelle a été condamné son client, soit jusqu’à juin 2023.

L’artiste de 51 ans a été condamné fin juin 2020 à trois ans de prison avec sursis et à une amende dans une affaire de détournement de subventions publiques qu’il conteste. En août 2017, il avait été arrêté puis assigné à résidence plus d’un an et demi, accusé avec des associés d’avoir détourné environ 130 millions de roubles (1,8 million d’euros) entre 2011 et 2014.

UE en rouge et orange

Les régions du Danemark du Sud, des îles Ioniennes (Grèce), de Ceuta (Espagne), des Açores (Portugal) et la principauté d’Andorre seront, à partir de mercredi, le 9 juin, à nouveau colorées en rouge sur la carte des destinations de voyage que le SPF Affaires étrangères met à jour chaque dimanche sur la base des données et des critères du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Pour le mercredi 9 juin, quasi tous les pays de l’Union européenne et de l’espace Schengen auront un code soit rouge, soit orange. Seules certaines régions d’Europe sont épargnées et passent en code vert comme le Groenland et les îles Féroé (Danemark), le Molise (Italie), plusieurs régions finlandaises (Åland, Finlande occidentale, Finlande de l’Est et du Sud), les régions des Basses-Carpates et de Lubusz en Pologne, le nord-est et le sud-ouest de la Roumanie ainsi que Saint-Marin. Malte et l’Islande étaient déjà, et restent, en code vert.

Les ambassadeurs des 27 ont donné mercredi,le 2 juin, leur feu vert à l’ajout du Japon à la liste des pays tiers dont les voyageurs, même non vaccinés, peuvent être admis dans l’Union européenne, a-t-on appris de sources européennes.

Révisée régulièrement, cette liste comptera désormais huit pays: outre le Japon, y figuraient déjà l’Australie, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Corée du Sud et la Thaïlande.

« Entrées précédentes