Darmanin visite Nouvelle-Calédonie

En visite en Nouvelle-Calédonie, Gérald Darmanin veut tourner la page du troisième référendum.
Présent trois jours sur place, le ministre de l’Intérieur espère convaincre les indépendantistes de revenir à la table des discussions institutionnelles.

Les nuances de turquoise du lagon se fondaient avec ceux, verts, des montagnes quand le Casa de l’armée de l’air a entamé sa descente vers Koné. C’est dans le chef-lieu de la Province Nord dirigée par le leader indépendantiste kanak Paul Néaoutyine que Gérald Darmanin a entamé vendredi sa deuxième visite en Nouvelle-Calédonie en trois mois. «Par respect pour son parcours, pour écouter ses conseils et sa vision du dossier calédonien», a souligné le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer à l’issue de deux heures de discussions.

Gérald Darmanin a rappelé samedi son importance pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. « La question de la souveraineté du nickel pour notre pays se pose de manière générale, ainsi que la place de la Nouvelle-Calédonie dans cette souveraineté », a-t-il indiqué.

La SLN est le premier producteur mondial de ferronickels, l’un des composants de l’acier inoxydable. L’essentiel de sa production est aujourd’hui exporté vers l’Asie.

La visite du ministre s’est déroulée sur fond de tensions sociales. Un accord conclu vendredi soir entre la direction et l’intersyndicale a suspendu l’application d’un plan d’économies contesté par le personnel et a permis d’apaiser la situation.