OTAN condamne le tir de missile russe

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a dénoncé mardi, le 16 novembre, à Bruxelles comme « un acte irresponsable » la destruction d’un satellite en orbite par l’armée russe.

Cette destruction a généré de nombreux débris – plus de 1.500, selon Washington -, créant « un risque pour la station spatiale internationale (ISS) mais aussi pour la station chinoise », a déclaré M. Stoltenberg à la presse.

Les Etats-Unis avaient condamné dès lundi ce tir de missile antisatellite comme « dangereux et irresponsable ».

La Russie a reconnu mardi, le 16 novembre, avoir effectué un tir d’essai contre l’un de ses vieux satellites en orbite, confirmant les accusations de Washington, mais soutenant que cela n’avait posé aucun risque pour l’ISS.

M. Stoltenberg a également estimé que cette destruction était « une source d’inquiétude », car « elle démontre que la Russie développe actuellement de nouveaux systèmes d’armement qui peuvent détruire des satellites ainsi que des capacités spatiales utilisées pour des infrastructures de base sur terre, comme des communications, la navigation ou des systèmes d’alerte de tir de missiles ».

Cette destruction a eu pour conséquence directe de menacer la sécurité des astronautes à bord de l’ISS, selon Washington, et relancé les craintes de voir l’espace se transformer en un champ de bataille entre les grandes puissances.