Macron: simplification de la procédure pénale

Strasbourg 14.09.2021 Depuis Roubaix, Emmanuel Macron a clôturé ce mardi le Beauvau de la sécurité en annonçant une série de mesures.
« Des propositions à la hauteur de l’espoir. » C’est ce qu’a promis ce mardi, le 14 septembre, Emmanuel Macron lors d’un discours pour clôturer le Beauvau de la sécurité, cette série de tables rondes lancée au début de l’année pour, notamment, améliorer la relation entre police et population, mais aussi améliorer les conditions de travail des forces de l’ordre.

Depuis Roubaix, dans le Nord, le chef de l’Etat a annoncé une « stratégie complète » pour améliorer la sécurité des Français sans « céder à la tyrannie des faits divers » mais en « ne considérant pas que tout va bien ».

« La sécurité est le devoir, la cause même, de notre Nation », a rappelé le président de la République, qui annonce un bugdet de 1,5 milliard d’euros de crédit pour le ministère de l’Intérieur, dont 500 millions iront à la mise en place des mesures issues du Beauvau de la sécurité dès 2022.

Emmanuel Macron a déploré une perte de temps pour les policiers, les gendarmes mais aussi les magistrats. « Que voit-on quand on va dans un commissariat? Des piles de papiers. Que voit-on dans les tribunaux? Des piles de papiers. Le formalisme et la lourdeur des procédures sont les ennemis communs de nos forces de sécurité et de nos magistrats », a estimé le chef de l’Etat.

Pour accélérer les réponses pénales, Emmanuel Macron a confié au garde des Sceaux la conduite d’un chantier de simplification de la procédure pénale d’ici 3 mois.