Strasbourg: la fin de la vie nocturne

Dernière sortie avant la mise en place du couvre-feu pour les clients de ce bar. Pour le gérant, l’heure n’est pas vraiment à la fête. Il estime une baisse de son chiffre d’affaires de 30% à 40%.

Fin des sorties nocturnes à Strasbourg, la capitale européennne. Depuis vendredi 23 octobre, 38 nouveaux départements sont soumis au couvre-feu. La mesure concerne désormais 46 millions de Français.

« On avait survécu au confinement donc on va survivre au couvre-feu », explique, résigné, un client qui fête son anniversaire. Luc Diedderich, le gérant d’un bar à tapas, a pris une décision radicale : « Ce soir on va fermer. J’ai la chair de poule parce qu’on ne sait pas comment ça va se passer, si ça va durer une semaine, deux semaines, six semaines ou plus ! »