Nouvelle-Calédonie: la victoire de loyalistes

Les électeurs de la Nouvelle-Calédonie ont une nouvelle dit “non” à l’indépendance dimanche, le 4 octobre, deux ans après l’échec d’un précédent référendum d’autodétermination dans le territoire français du Pacifique Sud, mais avec une marge réduite de moitié, montrent les résultats provisoires publiés dimanche.

Le vote loyaliste a recueilli 53,26% des voix, contre 46,74% pour le vote indépendantiste, selon les chiffres publiés par le ministère des Outre-Mer après le dépouillement de l’ensemble des bureaux de vote.

Lors du référendum en 2018, le “non” l’avait emporté avec 56,7% des voix.

L’écart cette année n’est que de 9.965 voix, près de deux fois moins qu’il y a deux ans, précise-t-on au ministère des Outre-Mer.

Le taux de participation s’est élevé à 85,64%, en hausse de cinq points par rapport à 2018. Aucun incident majeur n’a été signalé pendant les opérations de vote.

Saluant un “deuxième rendez-vous démocratique réussi”, le président Emmanuel Macron a invité les Néo-Calédoniens à se tourner ensemble vers l’avenir.

“Les électeurs (…) ont majoritairement confirmé leur souhait de maintenir la Nouvelle-Calédonie dans la France. En tant que Chef de l’Etat, j’accueille cette marque de confiance dans la République avec un profond sentiment de reconnaissance”, a déclaré Emmanuel Macron lors d’une brève allocution depuis l’Elysée.