Barkhane: 13 morts dans le combat

Treize militaires français ont été tués le 25 novembre soir dans l’ouest du Mali, Liptako, dans la collision de leurs deux hélicoptères alors qu’ils effectuaient une mission d’appui à des commandos Barkhane engagés au sol contre des groupes terroristes armés.

L’accident, l’un des plus grave pour le contingent Barkhane au Sahel depuis le début de l’opération en août 2014, s’est produit peu avant 20h00 (heure de Paris) dans le Liptako, région en proie à des attaques terroristes et des violences intercommunautaires meurtrières, précise l’état-major des armées dans un communiqué, à la suite d’une annonce de l’Elysée.

Selon toute vraisemblance”, ajoute l’état-major, une collision entre deux hélicoptères, un Tigre et un Cougar qui évoluaient à très basse altitude, serait à l’origine de l’accident.

“Ils participaient à une opération d’appui aux commandos de la force Barkhane qui étaient au contact de groupes armés terroristes”, dit l’état-major.

Engagés au sol depuis quelques jours, les commandos traquaient un groupe de terroristes, décelés quelques heures plus tôt, qui évoluaient en pick-up et à motos. Très rapidement, ils ont été renforcés par des hélicoptères et une patrouille de Mirage 2000”, relate l’état-major. 

Les soldats tués appartenaient à l’armée de Terre : il s’agissait de six officiers, six sous-officiers, et un caporal-chef.