Gilets jaunes Acte XXII

De manifestations des Gilets jaunes fait figure de test avant les annonces d’Emmanuel Macron en réponse à ce mouvement parti en novembre 2018 d’une contestation des taxes sur le carburant et marqué par des dérapages violents.

A Toulouse, point de fixation de cette journée de mobilisation en province, des incidents ont opposé depuis la mi-journée des manifestants, auxquels se sont mêlés des militants extrémistes “black blocks”, aux forces de l’ordre.

Les Gilets jaunes ont fait de Toulouse le point de ralliement principal de cette 22e journée (#ActeXXII) en province, avec des appels, sur les réseaux sociaux et les murs de la ville, à reprendre la place du Capitole, où se trouve la mairie.

Lors du 21e samedi de manifestations, le 6 avril, la mobilisation a été la plus faible depuis le début du mouvement, avec 22.300 participants recensés en France par le ministère de l’Intérieur, dont 3.500 à Paris.

A Paris, où le préfet de police a de nouveau interdit tout rassemblement de personnes se revendiquant des Gilets jaunes sur l’avenue des Champs-Elysées et dans un périmètre incluant la présidence de la République et l’Assemblée nationale, deux manifestations et trois rassemblements ont été déclarés.

Des manifestants ont commencé à converger en fin de matinée vers les points de départ des cortèges déclarés, dans le XVIIe arrondissement et le quartier de la place de la Nation (XIIe).

Comme à Paris, les rassemblements de Gilets jaunes ont été interdits dans les points sensibles de grandes villes de province, comme le centre-ville de Lille (Nord) ou la place du Capitole à Toulouse (Haute-Garonne).