Querelle diplomatique entre Paris et Rome

La querelle diplomatique entre Paris et Rome est brusquement envenimée vec la décision de Quai d’Orsay de rappeler son ambassadeur à Rome, une initiative sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale à laquelle l’Italie a répondu par un appel à l’apaisement.

La France dénonce de la part des deux vice-présidents du Conseil italien – Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles  (M5S) et Matteo Salvini, leader de la Lega – des “accusations répétées”, “attaques sans fondement”, “déclarations outrancières” et “ingérences” qu’elle juge sans “précédent depuis la fin de la guerre”.

Tous ces actes créent une situation grave qui interroge sur les intentions du gouvernement italien vis-à-vis de sa relation avec la France”, souligne la porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès Von Der Mühll, dans un communiqué.

Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien a annoncé avoir rencontré mardi en France des responsables des « gilets jaunes ».

« Aujourd’hui (…) nous avons fait un saut en France et nous avons rencontré le leader des gilets jaunes Christophe Chalençon et les candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levasseur« , a annoncé sur Twitter le leader du Mouvement 5 étoiles (M5S), en publiant une photo de leur rencontre.

Une “provocation” de trop, pour Paris, fut durant cette semaine la rencontre entre Luigi Di Maio et des représentants des Gilets jaunes auxquels le vice-président du Conseil avait publiquement manifesté son soutien.

Image: Ingrid Levasseur, Gilets Jaunes. Figure du mouvement, elle prendra la tête d’une liste « gilets jaunes »aux élections européennes