PE-FN: soupçons d’emplois fictifs

Marine Le Pen a été mise en examen pour détournement de fonds publics dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs du Front national au Parlement européen, a-t-on appris auprès de l’un de ses avocats.

La présidente  de Rassemblement national (RN), avait déjà été mise en examen en juin 2017 dans ce dossier, mais seulement pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance.

La justice soupçonne la formation lepéniste d’avoir mis sur pied un système frauduleux consistant à faire embaucher ses permanents en qualité d’assistants parlementaires, rémunérés avec des deniers européens.

Le Parlement de Strasbourg évalue le préjudice subi à sept millions d’euros.