ZAD dénonce les services de l’État

Les habitants de la “zone à défendre” de Notre-Dame-des-Landes #NDDL (Loire-Atlantique) ont dénoncé jeudi (26/04/2018) le “nouvel ultimatum” du gouvernement, qui veut les voir partir d’ici le 14 mai.

“Pour nous, ce n’est pas un dialogue, ni une trêve réelle, mais un nouvel ultimatum et un nouveau chantage à la destruction, au tri et à de nouvelles expulsions”, a déclaré un habitant de la ZAD lors d’une conférence de presse.

Les zadistes reprochent en particulier aux services de l’État d’avoir avancé de trois semaines la date de la réunion du comité de pilotage qui devra examiner les 28 projets purement “agricoles” qu’ils ont déposé la semaine dernière en préfecture.

“Hier encore, on était à la Direction départementale des territoires et de la mer, où on parlait du 6 juin pour qu’il y ait un examen approfondi de nos fiches”, a déploré Cyril Bouligand, membre du COPAIN 44, collectif d’agriculteurs opposés à l’ex-projet d’aéroport. “Cela va nous compliquer la tâche, alors qu’il nous faut du temps pour faire aboutir les projets.”