Macron: une Europe d’une souveraineté réinventée

Mardi 17 avril Emmanuel Macron est venu défendre sa vision de l’Europe, mettant en garde contre « les tentations autoritaires » et les replis nationaux, qui réveillent une « forme de guerre civile européenne ».

Ce discours a été ponctué d’échanges avec les eurodéputés, certains plus tendus que d’autres. Le chef de l’État a en effet dû faire face aux critiques et notamment à celles de Florian Philippot. Le président et fondateur des Patriotes a ainsi accusé Emmanuel Macron de venir « pour plaire » et de reprendre « tous les canons du catéchisme européen« .

Philippot a également dénoncé l’exercice auquel venait de se livrer le président de la République, tout en refusant de parler de « parlement », car selon lui « il n’y a pas de peuple européen unique à représenter ».

Des propos auxquels le président n’a pas manqué de réagir. « Je suis étonné que vous ayez pu dire ce que vous avez dit sur cette assemblée dans laquelle vous êtes, vous y avez été élu par le peuple français, vous avez un drôle de respect pour le peuple français. Si cette assemblée ne vous plaisait pas, il ne fallait pas y venir, c’est tout ! », a répondu le chef de l’État sous les applaudissements des élus européens.