Puigdemont: la ‘honte’ des prisonniers politiques en Europe

Un tribunal du Schleswig-Holstein a autorisé la remise en liberté de Carles Puigdemont moyennant le versement d’une caution de 75.000 euros. Il a estimé que le président catalan pouvait être extradé pour détournement de fonds publics mais pas pour “rébellion”.

A sa sortie de la prison de Neumünster, dans le nord de l’Allemagne, Carles Puigdemont a été applaudi par un groupe de personnes brandissant des drapeaux catalans.

Le président catalan ‘en exil’ a aussitôt demandé la levée par l’Espagne des poursuites engagées contre tous les dirigeants séparatistes et exhorté Madrid à entamer un dialogue.

Carles Puigdemont avait été arrêté en Allemagne sur la base d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne, où il est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 25 ans de prison pour avoir organisé le référendum d’autodétermination du 1er octobre dernier, illégal aux yeux de Madrid.

La consultation a débouché sur une proclamation unilatérale d’indépendance de la Catalogne le 27 octobre puis sur le placement de la région sous tutelle de Madrid. De nouvelles élections régionales en décembre ont redonné une courte majorité aux indépendantistes.

“J’appelle à la libération immédiate de tous mes collègues dans les prisons espagnoles”, a-t-il dit. “C’est une honte pour l’Europe d’avoir des prisonniers politiques. Le temps du dialogue est venu”, a ajouté le leader catalan.