La fermeture de Fessenheim « irréversible »

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim doit être le début d’un mouvement irréversible, déclaré le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, dans une interview à paraître vendredi dans Le Figaro.

“Je souhaite qu’il y ait dans ce quinquennat une programmation des prochaines fermetures, la PPE (ndlr, programmation pluriannuelle de l’énergie) nous dira précisément quand et comment, ne préemptent pas le débat. Fessenheim doit être le début de quelque chose, d’un mouvement irréversible”, déclare-t-il au journal.

Il se refuse à donner un calendrier à l’objectif de ramener de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité, après l’abandon de l’échéance initiale de 2025. « On va débattre du tempo, s’entendre sur un calendrier qui ne soit pas utopique mais exigeant », dit-il.