Interdiction du recours au courant électrique lors de la pêche

De nouvelles règles de pêche et ajout d’une interdiction du courant électrique impulsionnel: les règles sur la façon, le lieu et le moment où les poissons peuvent être capturés ont été votées pour réduire les captures de juvéniles. Le PE a demandé d’interdire la pêche électrique.

La nouvelle législation – qui actualise et combine plus de 30 règlements – prévoirait des mesures communes concernant les engins et les méthodes de pêche, la taille minimale des poissons qui peuvent être capturés ainsi que l’arrêt ou la limitation de la pêche dans certaines zones ou pendant certaines périodes. Elle permet également de prendre des mesures adaptées aux besoins régionaux de chaque bassin maritime.

« L’état actuel des normes est impraticable, complexe et rigide, c’est pourquoi il est nécessaire de réviser les mesures techniques. Tout le monde était d’accord pour dire que nous avions besoin de simplification. Nous ne devrions pas réinventer les règles, mais plutôt les rendre plus claires et plus pratiques à mettre en œuvre pour les pêcheurs et d’autres acteurs, avec une régionalisation et une programmation axée sur les résultats qui soient utiles aux pêcheurs – les autorités nationales et locales étant en mesure de prendre des décisions conformes au cadre général » Le rapporteur Gabriel Mato (PPE, ES) a déclaré.

Un amendement, adopté par 402 voix contre 232 avec 40 abstentions, appelle à l’interdiction totale du recours au courant électrique impulsionnel (utilisé pour faire sortir les poissons des fonds marins et les diriger dans les filets de pêche).

Les règles de l’UE qui ont pour objectif de réduire progressivement les captures de juvéniles permettraient notamment:

 

  • d’interdire certains engins et méthodes de pêche;
  • d’imposer des restrictions générales à l’utilisation des engins remorqués et aux filets fixes;
  • de dresser une liste des poissons et crustacés dont la pêche est interdite;
  • de limiter les captures de mammifères marins, d’oiseaux de mer et de reptiles marins, en incluant des dispositions spéciales visant à protéger les habitats sensibles; et
  • d’interdire des pratiques telles que « l’accroissement de la valeur des prises » (rejet de poissons à bas prix alors qu’ils devraient légalement être débarqués) afin de réduire les rejets.