« La prison ce n’est pas le Club Med! »

«Vous trouvez normal que quand on a violé, quand on a tué, on ait le téléphone ? Vous trouvez normal qu’en prison, cela soit comme un hôtel ? Je ne l’accepte pas. Et si on ne change pas ça, et bien il y aura encore plus d’agressions de policiers demain», a averti Nicolas Dupont-Aignan. L’ancien candidat à la présidentielle a également prévenu des conséquences d’une telle politique, dont l’objectif officiel est de lutter contre le trafic de téléphones portables dans les prisons.

L’information daté du 2 janvier (Le Monde) a scandalisé un certain nombre de responsables politiques. Selon le quotidien, le ministre de la Justice a lancé un appel d’offres pour installer des téléphones fixes dans plus de 50 000 cellules de 178 établissements pénitentiaires. «Je suis indigné», a dit le président de Debout La France (DLF), Nicolas Dupont-Aignan, invité sur le plateau des France 2, le 5 janvier.

«Vous savez qu’il y a des zones rurales en France où il n’y a pas le téléphone. Et les voyous en prison vont avoir le téléphone. Mais quand j’ai su ça, je me suis demandé si j’étais dans un pays de fous et je me suis demandé si au ministère de la Justice, il y avait des fous !», ajoute Nicolas Dupont-Aignan.

«La prison ce n’est pas le Club Med ! Quelle est la prochaine étape ? L’abonnement à Canal+ pour la culture cinématographique ?!», a tweeté le député européen Les Républicains (LR) Renaud Muselier en adressant son message à la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.