L’UE est divisé sur l’interdication de glyphosate

La Commission européenne a dit qu’elle soumettrait à nouveau cette proposition au vote le mois prochain. Les inquiétudes sur le glyphosate, l’un des composants essentiels l’herbicide Roundup de Monsanto, ont donné lieu à l‘ouverture d‘enquêtes aux Etats-Unis et déclenché un débat d’experts en Europe après des conclusions contradictoires.

Quatorze pays, comme les Pays-Bas et le Royaume-Unis, se sont rangés à l’avis de la Commission, un nombre insuffisant face à l‘opposition de neuf pays, dont la France et la Belgique, qui ont voté contre et aux réticences des autres, notamment de l’Allemagne, qui se sont abstenus.

Pour être validée, la proposition de la Commission devait recueillir le soutien de 16 des 28 Etats membres, représentant au moins 65% de la population de l‘UE.

La France milite pour une reconduction de trois ans, selon son ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

La licence actuelle d’utilisation du glyphosate expire le 15 décembre. Faute d’accord entre les gouvernements, la Commission européenne sera amenée à se prononcer.