Colau demande retrait de police d’Espagne

Alors que Madrid continue de menacer la Catalogne, qui envisage une déclaration unilatérale d’indépendance dans les prochains jours, des premiers gestes d’apaisement sont apparus, vendredi 6 octobre. Si le président catalan, Carles Puigdemont, maintient sa volonté de réunir le Parlement pour présenter les résultats officiels du référendum interdit organisé dimanche 1er octobre, des voix s’élèvent, y compris dans son gouvernement, pour appeler au dialogue avec Madrid.

Le gouvernement espagnol, s’il juge le dialogue nécessaire, a estimé vendredi qu »l serait bon de commencer à refermer la plaie en passant par le Parlement de Catalogne (…) par le biais d’élections régionales », réclamant ainsi la dissolution du Parlement catalan, où les indépendantistes sont majoritaires.